dimanche 10 avril 2016

L’authentique et l’artificiel.

En boxe, il y a les grands champions qui vont au charbon, n’ont pas peur d’affronter les meilleurs, quitte à risquer la défaite. Et puis il y a les autres. Ceux qui empruntent une voie nettement moins dangereuse, pensant triompher glorieusement grâce à une accumulation de victoires sans péril et de succès acquis en dehors du ring plutôt qu’avec leurs gants.

Ces dernières heures, un VRAI GRAND champion a – en principe – dit ses adieux à la scène pugilistique. Un peu plus tôt, un FAUX GRAND champion est entré dans la lumière en défonçant une porte ouverte, empruntant le tapis rouge déroulé pour lui par des fabricants de vedettes. Qui préférez-vous entre l’authentique et l’artificiel ? J’ai choisi mon camp.

Lire la suite...

dimanche 17 janvier 2016

La journée mondiale du lourd.

En boxe, la catégorie des poids lourds était autrefois la reine. Au cours des années 2000, elle a périclité faute de champions charismatiques, les frères Klitschko ayant imposé leur supériorité particulièrement ennuyeuse face à une adversité particulièrement médiocre. Depuis quelques temps, après la retraite de Vitali et le déclin de Wladimir, la catégorie se réveille.

Ce réveil est tout relatif. On voit en effet pas mal de monde arriver car c’est désormais beaucoup plus ouvert, beaucoup peuvent légitimement espérer décrocher un titre. Le niveau est en effet très homogène, aucun boxeur ne semble en mesure d’imposer un règne incontesté, devenir champion du monde est plus une question d’opportunité que de talent. Il suffit d’observer ne serait-ce qu’un round de Tyson Fury pour se rendre compte à quel point il est nul techniquement. Cette situation donne des idées à beaucoup de monde.

Samedi, c’était la journée mondiale des lourds, on a assisté au retour du retraité David Haye, puis à 2 championnats du monde poids lourds. Il y a 3 semaines, un bon combat pour une ceinture par intérim a déjà eu lieu, je n’avais pas encore mis la vidéo, c’est l’occasion.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

5 ceintures pour un clown.

Je ne suis pas sûr de vraiment savoir ce que j’ai vu. Etait-ce réellement de la boxe anglaise ? Etait-ce un mélange de cirque, de danse de salon, de lutte gréco-romaine et de foire aux bestiaux ? Peut-être un peu de tout ça.

Je suis sûr d’une chose : Wladimir Klitschko a été dépossédé de ses ceintures mondiales WBA, IBF, WBO, IBO et The Ring des poids lourds. Il n’est plus le champion, Tyson Fury l'a remplacé au sommet de la hiérarchie. Un tout petit sommet.

Le stade de Düsseldorf était bondé, l’ambiance était impressionnante, car l’organisation des combats des frères Klitschko est bien rôdée, on a toujours le droit à ce décorum avec jeux de lumières et écrans géant. L’entrée des boxeurs était plutôt kitch, à la limite du ridicule, tout comme les hymnes chantés par le "The Dark Tenor", un chanteur masqué qui a ses musiciens masqués. Mais le plus ridicule lors de ce championnat du monde poids lourds était sans doute le challenger. Il ne ressemble à rien, est aussi technique, aussi grand et aussi lourd – mais moins poilu – qu’un ours, son sens tactique est celui d’un poivrot. Pourtant, il est désormais champion du monde. Ce sport part vraiment en sucette !

Lire la suite...

dimanche 22 novembre 2015

Mascarade programmée.

La boxe, quel beau sport. La boxe… quelle put*in d’arnaque ! Parfois, c’est vraiment à vomir.

Quand le résultat est programmé à l’avance et qu’on le comprend à la fin du combat, on a le sentiment que la victime de la mascarade n’est pas seulement le boxeur mais aussi la boxe elle-même et chaque personne qui l’aime. J’ai limité mon temps de sommeil à de très courtes heures afin de regarder ce qui devait être un des combats de l’année. A 7h et quelques du matin, je me retrouve dégoûté en train d’écrire l’introduction que vous êtes en train de lire avant de refermer – provisoirement – mon ordinateur.


Quelques heures plus tard.


Je suis toujours dégoûté. Avant de reprendre l’écriture de ceci, j’ai regardé quelques commentaires et articles (en anglais) à propos de cette farce. Manifestement, nous faisons face à une sorte d’entente implicite entre médias pour créer la nouvelle star de la boxe mondiale, celle qui va les faire manger pendant des années. Beaucoup de fans ne s’y trompent pas. Seuls ceux qui soutiendraient "Canelo" même s’il mangeait un bébé rôti après l’avoir éviscéré avec les dents vous soutiennent qu’il a gagné largement, sans contestation possible. A vrai dire, beaucoup ne se posent même pas la question, intoxiqués qu’ils sont par les commentaires d’HBO, la réalisation télé orientée et les statistiques grotesques mises en avant pour tenter de justifier l’injustifiable.

Lire la suite...

dimanche 18 octobre 2015

Poing G.

Le gratin de la boxe – pas seulement, il y avait aussi Donald Trump et Michael J. Fox, dont on parle beaucoup en ce moment car dans Retour vers le futur 2, il est venu le 21 octobre 2015 – s’est réuni au Madison Square Garden pour assister à une des réunions les plus attendues de l’année. Un duel de très gros cogneurs, le québécois David Lemieux, Golovkin-Gonzalez__le_poing_G.jpg vainqueur il y a quelques semaines d’Hassan N’Dam à Montréal, et Gennady Golovkin, le terrible invaincu kazakh.

Golovkin, alias "GGG", ancien champion du monde amateur et vice-champion olympique, a entrepris de réunir toutes les ceintures chez les poids moyens. On le cite régulièrement parmi les 2 ou 3 prétendants au titre honorifique de meilleur boxeur du monde toutes catégories confondues. Ce main event était précédé d’autres combat dont celui de Roman "El Chocolatito" Gonzalez, encore méconnu du grand public malgré un niveau exceptionnel. Actuellement, selon Ring Magazine et selon ESPN, il est classé n°1 pound-for-pound fighter au monde.

Gonzalez, Golovkin et le gratin au Garden… du plaisir à coups de poings !

Lire la suite...

jeudi 15 octobre 2015

Future stars wars : la maîtrise de la Force.

Tony_Yoka_champion_du_monde__.jpg En boxe pro, il s’agit des poids lourds. En boxe amateur (aussi appelée boxe olympique, d'autant que désormais elle est ouverte à certains professionnels), les plus de 91kg sont appelés les super-lourds. La performance de Tony Yoka aux Championnats du monde de boxe amateur est de l’hyper lourd. Un exploit historique.

Il y a longtemps que les amateurs de sports olympiques – et a fortiori – de boxe suivent son parcours. En ce qui me concerne, je suivais déjà ses combats à l’époque où il boxait pour Paris United en WSB, les World Series of Boxing, la compétition par équipes créée à l’époque dont le club de la capitale a été le premier champion. D’ailleurs vous pouvez retrouver pas mal d’archives sur le blog. A l’époque, il avait tout juste l’âge minimal pour participer à la compétition. Champion olympique de la jeunesse, vice-champion du monde juniors (ou plutôt jeunes, je crois que ça s’appelle comme ça maintenant), battu en finale par le Croate Filip Hrgovic… devenu ensuite son partenaire au Paris United, il était encore un peu soft. Aux JO de Londres, son élimination au premier tour a fait naître un mélange de frustration, de sentiment d’injustice et de regrets, car, si mes souvenirs sont bons, il était largement supérieur à son adversaire mais n’a pas su le montrer d’une façon suffisamment nette pour empêcher les arbitres de la lui faire à l’envers. C’est un épisode passé, d’autres que lui ont été zboubés de façon nettement plus évidente et indiscutable. Le fait est qu’à 20 ans, plus jeune des super-lourd engagé aux JO, il manquait d’expérience.

Lire la suite...

dimanche 27 septembre 2015

Toujours debout.

On dit souvent que les Français apprécient plus une défaite avec les honneurs que certaines victoires. Seulement, en boxe, certaines défaites sont des victoires. Il s’agit d’un sport où on se met parfois réellement en danger. C’est pourquoi en perdant on peut gagner… le respect de tous.

Il y a quelques mois, j’ai vu boxer Johann "Reptile" Duhaupas pour la première fois de ma vie. C’était contre Manuel Charr, ancien challenger d’un Klitchko. Il avait gagné de façon assez surprenante – mais justifiée – dans un style qui ne soulève pas les foules. Ce combat était sur la carte d’un gala organisé à Moscou dont le main event opposait Denis Lebedev à Youri Kalenga. Pour le coup je m’étais régalé grâce à ce duel aussi spectaculaire que fair-play, j’ai même mis la vidéo sur le blog.

Lire la suite...

lundi 22 juin 2015

L’étalé italien.

Soro_vs_l_etale_italien__ChE_UBU_des_poids_moyens.jpg L’histoire ne dit pas s’il a crié Adriaaaaaaaaan» (ou «Adrieeeeeenne» en français), mais je pense que non. Car il ne s’agissait pas de l’Etalon italien. Plutôt de l’étalé italien…. Sur son visage, son adversaire a marqué du poing un S qui veut dire Soro.

Michel Soro affrontait Emanuele Blandamura à Milan pour la ceinture vacante EBU des poids moyens. La seule défaite (23-1-0, il est passé pro en 2007) de cet Italien de 35 ans datait de juillet de l’an dernier, Billy Joe Saunders l’avait mis KO au 8e round à Manchester. Il s’agissait déjà de décrocher cette ceinture. Depuis, l’invaincu britannique a délaissé cette ceinture pour une chance mondiale.

Lire la suite...

dimanche 7 juin 2015

On en salive déjà !

Miguel Cotto s’est emparé du titre WBC des poids moyens le 7 juin 2014, il y a pile 1 an. Ou plutôt 364 jours. Depuis, il n’avait plus combattu.

Malgré ses défaites consécutives aux points contre Trout et Mayweather (en 2012), précédées d’une "démontada" subie face à Pacquiao en 2009 (les photos de sa tronche à la fin du combat sont mythiques), le Portoricain reste un grand nom du noble art avec ses 39 victoires (dont 32 avant la limite) pour 4 défaites et ses ceintures obtenues dans 4 catégories différentes. Forcément, tout le monde attend de le voir affronter les deux hommes qui font le plus de bruit dans cette catégorie : Saul "Canelo" Alvarez et Gennady Golovkin. Ces deux cogneurs qui démontent leurs adversaires ont boxé récemment, les combats sont sur le blog, ici pour le Mexicain, ici pour le Kazakh, régalez-vous si ce n’est pas déjà fait ! Tous les amateurs de boxe veulent voir ces affiches car elles promettent d’être particulièrement spectaculaires, violentes, voire même sauvages.

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

Le noble art de la drague.

C’est bon, je suis réconcilié avec la boxe anglaise.

Ces 4 derniers week-ends, j’ai regardé de la boxe. C’est en pleine nuit, dimanche très tôt le matin si vous préférez, car ça se passe aux Etats-Unis.
Il y a d’abord eu le combat de Wladimir Klitschko contre Mister Nobody au Madison Square Garden de New York. C’était naze.
La semaine suivante, au MGM Grand de Las Vegas, l’escroquerie du siècle entre "l’épicier", à savoir Floyd "petite Money" Mayweather, et Manny Pacquiao. J’ai écrit tout le mal que j’en ai pensé.
La semaine dernière, Saul "Canelo" Alvarez a lancé la phase de reconquête en réussissant une démonstration à Houston.
La nuit dernière, direction Los Angeles ou sa banlieue, au Forum d’Inglewood, l’ancienne salle des Lakers, pour, non pas 1, mais 2 championnats du monde de boxe.

Lire la suite...

dimanche 10 mai 2015

Aïe ! Pepito !

Un délice. Une preuve que la boxe anglaise peut encore être ce qu’on en attend : un sport de combat se terminant par un énorme KO bien VIOLENT avant la fin de 3 reprises particulièrement sauvages.

Eloignez les enfants et régalez-vous devant ce combat entre la nouvelle star mexicaine, Saul Alvarez – surnommé "Canelo" car il est roux – et un Texan, James Kirkland.

Lire la suite...

dimanche 3 mai 2015

L’épicier, escroc aux poches pleines.

Floyd "petite money" Maywather a encore une fois rangé son honneur dans sa caisse d'épicier. C’est désolant. Surtout que cette caisse est remplie de billet.

Vendre au monde le "combat du siècle" et nous livrer une prestation aussi affligeante est tout simplement scandaleux. Seulement, nous aurions tous dû le comprendre, pour Mayweather, la boxe est uniquement un business. Pour Manny Pacquiao, c’est bien différent, seulement pour faire un grand combat, en boxe, il faut être 2.

Lire la suite...

samedi 11 avril 2015

A challenger in Moscow...

De nos jours, on ne voit plus ça si souvent. De la boxe anglaise. De la vraie. Celle qui mérite l’appellation de noble art.

Le Franco-Congolais Youri Kalenga (27 ans ; 21 victoires, dont 14 avant la limite, une défaite – injuste parait-il, je n’ai pas vu ce combat) est allé défier le Russe Denis Lebedev (35 ans ; 26 victoires, 20 par KO, 2 défaites) à Moscou pour le titre WBA des lourds-légers.

Quel bonheur de de voir un combat entre 2 boxeurs fair-play, qui se respectent et respectent leur sport ! C’est bien simple, l’arbitre n’a rien eu à faire hormis compter, signaler le début et la fin des rounds. Pas le moindre accrochage ! Les combats de ces catégories de poids ont tendance à plus ressembler à de la lutte gréco-romaine qu’à autre chose, mais pas là. Les gars n’ont pas retenu leurs coups, ça tapait dur, ça se déplaçait bien, tactiquement c’était intéressant avec d’un côté un gars expérimenté avec une fausse garde et de l’autre un véritable guerrier en train de se faire un nom. Lebedev, c’est du très haut niveau, vous allez pouvoir le constater en regardant la vidéo si vous n’avez pas pu regarder en direct sur l’Equipe21. Car soulignons-le, remercions cette chaîne qui est la seule à encore diffuser de la boxe en clair à la télé.

Lire la suite...

samedi 5 mai 2012

Le chemin d’N’Dam, la suite.

Boxe

Il y a plus d’un an qu’Hassan N’Dam n’avait pas boxé lors d’un vrai combat (c’était contre le Dominicain Lorenzo), il en était réduit à enchaîner les préparations et les rounds d’entraînement en attendant d’avoir enfin sa chance mondiale. Il attend encore.

La différence est que cette fois il est vraiment sur la bonne voie, il va enfin y avoir droit.

Après avoir déjà décroché une première ceinture mondiale par intérim n’ayant finalement abouti à rien, il vient d’en décrocher une autre, celle de la WBO. Ce combat de poids moyens faisait office de demi-finale mondiale car le tenant de la véritable ceinture, le Russe Dmitry Pirog (31 ans, 20-0-0, 15KO), ne va plus pouvoir esquiver bien longtemps les rendez-vous avec son challenger officiel. La semaine dernière il a facilement battu un Japonais qui lui a servi de faire-valoir après avoir refusé d’affronter N’Dam, prétextant une blessure particulièrement douteuse (c’est plus facile de conserver son titre en affrontant des mecs médiocres). En principe Pirog a 4 mois pour disputer un combat de réunification contre le champion d’une autre fédération (option qui ne semble pas possible actuellement), soit une défense de son titre contre le tenant de la ceinture par intérim.

Lire la suite...

dimanche 13 novembre 2011

Manny marqué, Marquez manny-festement volé.

Boxe Je suis fan de Manny Pacquiao, assez pour rester debout jusqu’à 7h du matin pour ne pas manquer un de ses combat… Si je vous dis que Juan Manuel Marquez s’est fait voler la victoire lors du 3e affrontement entre les 2 boxeurs, vous pouvez me croire.

Pendant tout le combat j’étais à l’affut de toutes les raisons de penser que le Philippin allait enfin prendre le dessus sur ce Mexicain très expérimenté (38 ans, 59 combats, 53 victoires, 5 défaites, 1 nul). J’y ai cru plusieurs fois, mais ça ne s’est jamais révélé exact bien longtemps, ce bougre de Marquez a été remarquable tactiquement du début à la fin, courageux comme pas deux, il a su rester lucide et précis. Ces derniers temps, les adversaires du meilleur boxeur actuel, premier homme à avoir été sacré champion du monde professionnel dans 8 catégories différentes, montaient sur le ring dans le seul espoir de finir les 12 rounds. Revanchard, le Mexicain avait pour but de l’emporter, il a construit sa préparation physique, technique et tactique dans cette optique. Ça change tout.

Lire la suite...

dimanche 3 juillet 2011

Heureusement qu'il y avait le flacon...

Heureusement qu’il y avait le flacon pour qu’on ait l’ivresse…

Boxe Wladimir Klitschko face à David Haye… ENFIN !!!

Le stade de football de Hanovre (donc chez les Ukrainiens en réalité puisqu’ils ont fait l’essentiel de leur carrière en Allemagne), un écrin à la hauteur du combat de l’année (du moins le plus attendu de l’année, en ce qui concerne la qualité du combat, on verra). 50 000 spectateurs pour de duel attendu depuis bien longtemps. Une seule affiche peut provoquer plus d’excitation chez les amateurs de boxe : Pacquiao-Mayweather. On n’y aura probablement jamais droit car l’Américain a peur de perdre son invincibilité.

Haye face à Klitschko (peu importe lequel, Vitali aurait fait l’affaire mais il est moins fort que son frère, d’où le choix d’envoyer Wladimir au feu), on a bien cru ne jamais le voir, depuis des très nombreux mois ils se cherchaient par presse interposée, ils vont enfin se trouver !

Lire la suite...

vendredi 15 avril 2011

2 tauliers, 1 magicien, 1 guerrier, 1 héros.

Boxe

Quelle soirée ! Quel exploit ! Il fallait avoir une foi indéfectible en les boxeurs du Paris United pour imaginer un tel renversement de tendance. Un crochet au foie aurait en un éclair mettre fin à ces espoirs, mais rien n’y a fait, les Baku Fires ont été parfaitement maîtrisés, contenus par le contrefeu allumé dans un Palais des Sports Marcel Cerdan enfiévré.

Paris en en finale des World Series of Boxing !

A Bakou lors de l’aller, les Parisiens n’avaient pu gagner qu’un des 5 combats, en perdant un sur TKO-Injury dès le 3e round, une catastrophe pour la différence de points, et passant tout près d’une seconde victoire (le boxeur local avait été crédité d’un Knock-Down pour une glissade). Comme je l’expliquais, l’affaire était mal engagée.

Lire la suite...

dimanche 10 avril 2011

Coups bas à Bakou.

Boxe

C’est mal barré… On s’attendait que Paris United perde sa demi-finale aller des World Series of Boxing, et à vrai, le but, en se déplaçant en Azerbaïdjan, était de gratter une victoire, si possible 2, face au vainqueur de la zone Asie. L’important était aussi de gagner le maximum de points car au final, s’il y a 5-5 après 10 combats, chaque point peut compter (puisqu’on additionnerait tous les scores pour départager les équipes).

Paris a perdu 4-1 chez les Baku Fires, le résultat recherché semble donc atteint, pourtant il y avait beaucoup mieux à faire. Tony Yoka est passé à un coup de l’exploit et du 3-2. Les juges venus du Canada, des Etats-Unis, de Cuba et d’Inde n’ont pas aidé, après pas mal de rounds le pointage n’avait aucun sens… On va détailler – pas trop – tout ça.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2011

Le chemin d’N’Dam.

Boxe Est-ce que j’ai bien entendu ? Est-ce qu'une partie des spectateurs présents samedi soir à la réunion de boxe professionnelle organisée au Cannet-Côte d’Azur a sifflé Hassan N’Dam ? Si tel est le cas, quel scandale ! J’espère qu’ils ont voulu siffler le Dominicain vaincu et son entraîneur qui ont fait de l’intox alors que le Franco-Camerounais avait gagné sans contestation possible ce championnat du monde WBA – par intérim – des poids moyens.

Ce qu’Hassan N’Dam a fait contre Giovanni Lorenzo pour conserver sa ceinture obtenue difficilement face au Géorgien Avtandil Khurtsidze il y a quelques semaine, c’est plus que de la boxe, c’est vraiment de l’art. Techniquement, c’est assez exceptionnel, son surnom ("El Fenomeno") est totalement mérité.

Lire la suite...

samedi 12 mars 2011

Paris rime avec demie.

Cette fois c’est officiel, Paris United est qualifié pour les playoffs des World Series of Boxing. Pour remporter la conférence européenne il fallait vaincre à domicile les Ours du Kremlin (Kremlin Bears), l’équipe de Moscou. Ça a été fait.

En ouverture de la soirée a eu lieu la remise des Gants d’Or et l’annonce de la remise à Jean-Claude Bouttier d’une médaille d’horreur du CNOSF pour service rendu à son sport. Les lauréats sont :
-Sofiane Takoucht, champion d'Europe des poids plume, Gant d’Or,
-Steve Hérélius, qui a perdu son titre mondial par intérim il y a peu, Gant d’Argent,
-Julien Marie-Sainte, champion de France des poids moyens, Gant de Bronze,
-Romain Jacob, Gant d'Espoir.
-Jean-Marc Mormeck, Gant d’Éclat (sorte de Gant d’honneur pour l’ensemble de son œuvre).
Les autres nommés étaient Malik Bouziane, Hassan N'Dam, Cédric Vitu, Rachid El Hadak et Jérôme Thomas.

Paradoxalement, malgré une large victoire la soirée s’est en réalité assez mal passée…

Lire la suite...

- page 2 de 3 -