vendredi 9 décembre 2016

Premières et déjà-vu.

L’équipe de Slovénie n’est pas au top en ce moment, pourtant le public était déjà nombreux à Pokljuka pour l’ouverture de la 2e étape de la Coupe du monde de biathlon. Ce site a souvent réussi aux Français et aux Françaises, mais jusqu’ici, anomalie absolue, Martin Fourcade n’y avait jamais remporté la moindre course. Il s’était déjà imposé lors de chaque autre étape habituelle.

Après 7 ans et un paquet de tentatives en passant souvent très près du but, cette curiosité est entrée dans le domaine des souvenirs. En l’emportant de magnifique manière lors du sprint, devançant tous les cadors, le maître incontesté du biathlon a mis fin à cette étrangeté. Avec 4 victoires et une 3e place en 5 courses cette saison, cette victoire a malgré tout un air de déjà-vu. Tout comme la 2e place de Justine Braisaz obtenue un peu plus tard. La jeune femme est montée pour la première fois sur un podium individuel, mais là encore, comment ne pas avoir une impression de déjà-vu ? L’an dernier, Marie Dorin-Habert avait dominé ce sprint et cette saison il s’agit déjà de la 3e Française différente présente sur la boîte après 4 épreuves individuelles.

Lire la suite...

vendredi 9 septembre 2016

La frite sur le gâteau. (DL Bruxelles)

Comme chaque année, la Diamond League s’est achevée à Bruxelles par le Mémorial Van Damme, dont il s’agissait de la 40e édition. Le public belge a été particulièrement bien servi avec 41 médaillés olympiques en lice dans les différentes épreuves, certaines ne comptant pas pour la diamond race mais programmées uniquement pour offrir aux héros locaux de se faire plaisir devant leurs fans.

Dès la veille, 2 concours de lancer du poids ont a été organisés en centre-ville en avant-goût du meeting. Cet événement populaire servait de finale pour la finale féminine de la diamond race. Si Valerie Adams n’en a pris que la 2e place derrière Michelle Carter, la championne olympique, la Néo-Zélandaise a remporté le trophée.

Lire la suite...

jeudi 1 septembre 2016

Faites sauter la banque ! (DL Zürich)

La saison d’athlétisme touche bientôt à sa fin. La première moitié des finales de la Diamond League avait lieu jeudi soir à Zürich. Pour certains il suffisait de participer pour s’assurer de remporter la diamond race (et empocher la prime de 40 000$), mais le suspense demeurait de façon plus ou moins vive dans certaines épreuves. On a ainsi assisté à de gros retournements de situation ou des dénouements assez improbables.

Mine de rien, ces finales sont un bon moyen de faire le point sur ce qu’a été la saison dans les différentes spécialités. On voit que le niveau est monté très haut dans certaines, soit qu’un(e) athlète ait totalement dominé ou que la confrontation entre quelques concurrents ait permis de tirer tout le monde vers le haut alors que dans d’autres disciplines on a touché le fond, souvent faute de patron ou parce que les meilleurs ont refusé la confrontation. L’IAAF serait bien inspirée d’en tirer des enseignements pour améliorer la formule. En sprint – pourtant vitrine de l’athlétisme – on frise le grotesque.

Lire la suite...

samedi 27 août 2016

De l’art de faire la fête à la maison avec quelques potes. (DL Paris Saint-Denis)

31 médaillés dont 8 champions olympiques individuels (9 en comptant les relais). Pas mal pour un meeting d'athlétisme organisé moins d’une semaine après la cérémonie de clôture des JO !

Malgré le beau plateau – avec beaucoup de Français dont en principe 5 de nos 6 athlètes montés sur la boîte à Rio (il n’y avait pas de 110m haies au programme et Kevin Mayer a participé au concours de lancer du javelot) plus Pierre-Ambroise Bosse et Jimmy Vicaut – je ne m’attendais pas à une réunion de si haut niveau.

Lire la suite...

jeudi 25 août 2016

Déjà ! (DL Lausanne)

La saison de Diamond League a repris dès jeudi à Lausanne. 5 jours après la fin des épreuves d’athlétisme des JO, c’est un peu court, non ?

Fatalement, malgré le prestige d’Athletissima, le plateau n’était pas fou, le programme pas beaucoup plus. En réalité on trouvait un certain nombre de médaillés olympiques, et même 4 championnes et un champion – pour la plupart, les athlètes titrés ont préféré rentrer au pays pour fêter ça – dont une grande star de Rio, Elaine Thompson. En réalité, on a essentiellement vu 2 sortes de concurrents : les recalés des JO, parfois en forme, et ceux de retour du Brésil, souvent très fatigués par le voyage. D’où un meeting d’un niveau tout sauf homogène avec assez peu de baston ou peu de suspense. Certaines épreuves n’avaient strictement aucun intérêt.

En ce qui concerne les Français, hormis au saut à perche et sur 110m haies, plus un représentant sur 400m, c’était morne plaine.

Lire la suite...

lundi 8 août 2016

Goûts de luxe. (Rio 2016 J2)

Rio_2016 La machine est lancée ! L’équipe de France olympique a débloqué son compteur de médailles. Certes, on espérait l’or car nous avons trop été habitués à gagner, mais que cette 2e place fait du bien ! La journée a en effet encore été marquée par son lot de déceptions, de catastrophes, de mauvaises nouvelles, de tuiles, de regrets. A vrai dire, à force, on avait tendance à oublier tous les événements positifs qui ont parsemé la journée, on retient beaucoup plus facilement une défaite frustrante. On aurait presque l’impression que cette médaille d’argent a pour la France des allures de sortie de crise. Mais pas du tout ! Après 2 jours de compétitions, comment voulez-vous tirer des conclusions sur un événement qui en dure 16 ?

Lire la suite...

dimanche 7 août 2016

Et puis le vent a tourné… (Rio 2016 J1)

Rio_2016 Rio 2016 avait si bien commencé… et tout est si vite parti en sucette… A vrai dire, tout se passait trop bien, c’en était même louche. Et puis soudain, alors que les victoires et les qualifications se succédaient, une première déception pas catastrophique s’est produite, compensée par quelques exploits. Le vent a tourné sans prévenir.

Ce mal ne semblait toucher que les hommes, il a fini par aussi infecter les femmes qui tenaient la baraque jusqu’alors. Violemment de surcroît ! Au final, le bilan est terrible : les médailles attendues ou espérées se sont envolées, on a même réussi à en perdre qui n’étaient pas encore en jeu ! 2 fois 4e, une élimination à 5 secondes de la fin d’un combat presque gagné, une énorme opportunité gâchée de se qualifier pour les demi-finales d’un tournoi par équipe, l’élimination incompréhensible d’une paire de double qui devait jouer l’or, une blessure grave qui nous prive d’une grosse chance de médaille, des défaites qui font très mal dans 2 sports collectifs où on a – ou avait – de grosses attentes… Il y a eu de très bonnes choses lors de cette journée, mais aussi des trucs terribles.

Si le baromètre des médailles est toujours à zéro à l’issue de la première journée, le moral des troupes est lui carrément en-dessous de zéro.

Lire la suite...

jeudi 4 août 2016

Un bien bel horizon. (Rio 2016 J-2)

Rio_2016 Football Rio 2016 débute dans 2 jours, mais comme d’habitude, le coup d’envoi des premières épreuves est donné avant la cérémonie d’ouverture. Pour dans raisons pratique le tournoi de football féminin a lancé les hostilités. Suivront le football masculin et, quelques heures avant la cérémonie, le tour de classement du tir à l’arc masculin (qui sert à dresser le tableau). Pour l’équipe de France olympique, ça ne pouvait mieux débuter.

Les Bleues débutaient à Belo Horizonte face à la Colombie. Un bien bel horizon s’annonce : grâce à leur victoire 4-0, elles sont déjà de facto qualifiées pour les quarts et aborderont leur prochaine rencontre – très importante – prévue dès samedi. Elles jouaient en dernier, leur rencontre débutait à 22h, heure locale. En attendant, on pouvait regarder plusieurs heures de football. Malheureusement, pas du bon football.

Lire la suite...

mardi 2 août 2016

On ne rajeunit pas à Rio : preview sports de base. (Rio 2016)

Rio_2016 Difficile de regrouper tous les sports dans des catégories, il m’en restait 3, ils ont pour point commun d’être présents depuis 1896. Les autres sports qui mériteraient leur place ici en tant que " sports de base des JO" sont répartis ailleurs.

Quels sont ces 3 sports ? -L’athlétisme,
-La gymnastique,
-L’haltérophilie.

Ces sports ont aussi pour particularité d’être très touchés par la tricherie. Les problèmes de dopage sont récurrents en athlétisme et en haltérophilie. En gymnastique on parlait plutôt de triche sur l’âge et de juges corrompus. On a découvert ces derniers mois que la corruption touche aussi les hautes sphères de l’athlétisme (espérons que ce ne soit plus le cas), un sport bourré de problèmes existentiels.

Lire la suite...

On vise juste à Rio : preview sports de raquette et de précision. (Rio 2016)

Rio_2016 Dans cette catégorie, il faut choisir son camp : il y a les cowboys et les indiens, à savoir ceux qui utilisent des balles, et ceux qui ont des flèches et des plumes…

Dans cette partie, il va être question de 6 sports : -badminton,
-golf,
-tennis,
-tennis de table,
-tir,
-tir à l’arc.

Ces sports ont tous en commun de demander beaucoup de précision, donc une grande maîtrise de ses gestes. Il s’agit souvent de frapper dans une balle qui peut être très légère ou nettement plus lourde, plus ou moins dure ou souple, faite de caoutchouc recouvert de feutre, en celluloïd ou autre matière plastique, ou en… Je n’ai pas la moindre idée de la matière dont sont faites les balles de golf, et à vrai dire, je m’en cogne. Des balles, il y en a aussi dans certains pistolets et fusils (dans d’autres, ce sont des cartouches avec des plombs). Dans ce cas, les balles, on les tire, comme on tire à l’arc. Et si on tire sur un oiseau (ce qui peut aussi arriver au tennis, on a déjà vu des pigeons se faire dégommer en plein vol), on peut lui prendre ses plumes pour faire un volant et jouer au badminton. Cette intro est nulle, les résultats de l’équipe de France olympique dans ces 6 sports pourraient être bien meilleurs.

Lire la suite...

Ensemble à Rio : preview sports co. (Rio 2016)

Rio_2016 Certaines en ont bavé pour se frayer un chemin jusqu’à Rio, d’autres ont vite obtenu leur ticket olympique. Au final, qu’ils aient dû en passer par un parcours du combattant, qu’ils aient tremblé ou que leur quête ait abouti dès la première occasion, l’important est d’être présents à Rio.

L’équipe de France olympique aurait pu compter sera représentée dans 6 des 7 sports collectifs. Elle a obtenu 9 quotas. C’est considérable. Il s’agit systématiquement d’un plateau de 12 pays dont celui qui organise, les places ouvertes aux Européens étaient très peu nombreuses, et donc très chères. Avoir pu en obtenir autant est un exploit. Reste à confirmer sur place.

Pour rappel, voici les 7 sports collectifs au programme de ces JO :
-basketball,
-football,
-handball,
-hockey sur gazon,
-rugby à 7,
-volley-ball,
-water-polo.

Lire la suite...

On bataille à Rio : preview sports de combat. (Rio 2016)

Rio_2016 Pour ramener une médaille en souvenir de Rio 2016, il leur faudra batailler. Ils ont l’habitude. Combattre, c’est leur vie. Certains ont une arme, d’autres y vont avec des gants, avec les pieds ou à mains nues, en attrapant, en frappant ou en touchant l’adversaire. La finalité est toujours la même : gagner son duel.

L’équipe de France olympique compte beaucoup sur eux pour faire fructifier son butin. Quels sports pratiquent-ils ?
Les 5 sports de combat au programme :
-boxe,
-escrime (on oublie souvent qu’il s’agit d’un sport de combat, pourtant il ça ne fait aucun doute, c’en est un),
-judo,
-lutte,
-taekwondo.

Si la situation de la lutte est assez dramatique, le potentiel est énorme ailleurs.

Lire la suite...

On monte à Rio : preview riders. (Rio 2016)

Rio_2016 Dans cette catégorie, j’ai regroupé les sports où on "ride" en anglais. Autrement dit, on monte un cheval ou sur un vélo pour tous les sports dont il sera question ici.

Dans l’ordre alphabétique, ces sports sont les suivants :
-cyclisme,
-équitation,
-pentathlon moderne,
-triathlon.

Dans l’ensemble de ces sports, l’équipe de France olympique présentera un nombre important de champions du monde ou médaillés mondiaux qui ambitionnent de briller à Rio 2016 comme certains l’ont déjà fait à Londres, Pékin ou même Athènes. On y retrouvera notamment des têtes d’affiche du sport français.

Lire la suite...

A l’eau à Rio : preview sports d’eau. (Rio 2016)

Rio_2016 L’heure est venue de faire mes pronos pour les JO de Rio 2016. Ça m’a pris 3 jours (pas à temps plein^^) car je fais toujours les choses sérieusement. L’équipe de France olympique est particulièrement énorme cette année, ça demandait donc beaucoup de travail.

J’ai décidé de me jeter à l’eau en commençant par… les sports d’eau (hors water-polo, traité avec les sports collectifs). Hormis dans les piscines, celle de Rio est très polluée, énormément de déchets y flottent, un nombre préoccupant de bactéries y pullulent, et pour ne rien arranger, Eole – ou Eolao au Brésil ? – peut faire des siennes.

Dans cette partie, voici les sports traités :
-aviron,
-canoë-kayak,
-natation,
-plongeon,
-voile.

Lire la suite...

A l’heure de Rio. (Rio 2016, preview)

Rio_2016 L’équipe de France olympique est présente en force à Rio. Ses membres seront 395 à concourir et auraient même dû être 397 sans la défection d’un boxeur et la blessure d’une pongiste survenue en faisant du vélo. Ce nombre record s’explique une énorme représentation dans les sports collectifs : 9 équipes sont qualifiées. Et dire qu’à Rio on se félicitait d’en avoir 5 !

Sport par sport, j’ai étudié – autant que possible – la liste des Français et les tableaux quand ils étaient déjà sortis afin d’examiner nos chances de médaille, d’expliquer comment s’organisent les compétitions, etc. Pour chaque sport, j’ai fait mon pronostic en mode extincteur – ne jamais s’enflammer quand on fait ce genre de pronos est la règle – pour arriver à un total de médailles à espérer à la fin des JO. Pour bien présenter tout ça, j’ai regroupé les sports en 6 catégories.

Lire la suite...

samedi 23 juillet 2016

Faites vos Jeux. (DL Londres)

Quel plateau au Meeting Diamond League de Londres ! Le programme alléchant a tenu ses promesses. Et attention, cette remarque est sans lien avec les 4 victoires françaises… même si elles ne peuvent pas faire de mal !

La dernière grande réunion d’athlétisme avant les JO de Rio a permis à certains chercheurs d’or – ou d’argent, ou de bronze – de faire le plein de confiance avant l’échéance la plus attendue de ces 4 dernières années. Les 2 jours de compétitions ont été marqués par une kyrielle de performances exceptionnelles, dont beaucoup de MPM. La plus fracassante est aussi la plus marquante : son auteur – qui mériterait jusqu’ici le titre d’athlète de l’année – n’ira pas au Brésil, victime du système de sélections US. Elle a profité de ce meeting dans un stade olympique pour se faire ses propres Jeux.

Son absence est à mon sens bien plus dramatique que celle des Russes dont la probité est plus que douteuse. S’il en existe des propres, comment voulez-vous les distinguer des chargés qui ont profité du système étatique de dissimulation de cette criminalité sportive en bande organisée ? Ce n’est pas notre sujet, intéressons-nous plutôt aux compétitions de vendredi et de samedi.

Lire la suite...

vendredi 15 juillet 2016

Malheureux. (DL Monaco)

Si les conditions météorologiques étaient assez bonnes pour la pratique de l’athlétisme (tout de même un peu de vent), le climat dans lequel s’est déroulé le Meeting Herculis de Monaco était forcément très difficile. Compliqué d’avoir la tête au sport moins de 24h après un attentat particulièrement atroce dont a été victime Nice, la grande ville voisine de la Principauté…

Le meeting s’est néanmoins déroulé normalement. Pour être raccord avec la tristesse de rigueur, Canal+ a envoyé Stéphane Guy commenter ces courses et concours. Rappelons que la période pour réaliser les minima olympiques est terminée, on est désormais totalement dans la phase de préparation pour Rio. D’où la présence de certains athlètes français et l’absence de certains autres, notamment des têtes d’affiche.

Lire la suite...

jeudi 7 juillet 2016

Athlétisme et bricolage. (ChE athlé J2 S1)

Amsterdam_2016.jpg Ces Championnats d’Europe d’athlétisme me font vraiment une drôle d’impression. J’ai vraiment du mal à accrocher.

Entre l’absence des meilleurs lors de certaines épreuves ou seulement en séries de certaines épreuves, le programme incohérent car trop resserré, les conditions aérologiques très compliquées, la profusion de naturalisés de complaisance, les qualifications délocalisées et les problèmes techniques, trop de facteurs polluent ces championnats. Du moins pour le moment. Espérons que l’engouement arrive avec les premières finales.

Lire la suite...

mercredi 6 juillet 2016

Navrant. (ChE athlé J1 S2)

Amsterdam_2016.jpg Les Championnats d’Europe d’athlétisme, c’est bien. Organisés à ce moment de la saison avec ce programme, c’est moins bien. Condensés sur 5 jours, qui plus est à des horaires fluctuants, c’est encore moins bien tant la première journée manque d’intérêt. Une seule finale, celle de la course la moins palpitante de l’athlétisme sur piste, des tas de séries soit sans les meilleurs, soit avec les meilleurs dilués au milieu des très moyens, bonjour l’angoisse !

Lors de la première session, j’ai eu l’impression de vivre un faux-départ qui n’en finissait pas. Cet après-midi, même chose, peut-être même en pire par moments, en particulier au saut à la perche, où on a commencé par flirter avec le ridicule avant de coucher avec sur le tapis de réception et de lui faire des gamins. Le concours de qualification a fait honte à la discipline.

Lire la suite...

Faux-départ. (ChE athlé J1 S1)

Amsterdam_2016.jpg Ces Championnats d’Europe d’athlétisme sont bâtards. Ils sont à mi-chemin entre une compétition d’entraînement et un véritable championnat. Pour ce qui est des titres, pas de souci, les médaillés auront une ligne supplémentaire à leur palmarès, on oubliera facilement si l’adversité était forte ou non. Néanmoins en tant qu’amateur d’athlétisme, comment ne pas regretter les absences nombreuses – et légitimes dans de nombreux cas – pour un tel rendez-vous ?

Le problème est le placement de ces Europ’ dans le calendrier. Organisés du 6 au 10 juillet, condensés en 5 jours, ils sont trop proches des JO pour y programmer les épreuves les plus exigeantes physiquement (en particulier les épreuves de marche et le marathon) ou pour que les athlètes très ambitieux à Rio prennent le risque d’y participer. A la moindre alerte physique, ils ne prendront aucun risque (c’est le cas de plusieurs Français, dont Christophe Lemaitre). En outre, enchaîner trop de courses en si peu de temps puiserait beaucoup d’énergie, c’est pourquoi des stars comme Jimmy Vicaut et Dafne Schippers ont choisi une seule discipline (en l’occurrence le 100m) sur 3 possibles. Ceci peut profiter notamment à des concurrents ayant "seulement" le niveau européen dans des disciplines où le niveau mondial est beaucoup plus élevé. Ils peuvent avoir choisi de préparer spécifiquement ces championnats continentaux en profitant des absences.

Lire la suite...

- page 1 de 10