Yanga-Mbiwa est LE bourrin type, il a commis un paquet de boulettes, Mangala on le connaît moins, il joue en Belgique, mais ce n’est guère mieux, il aurait dû prendre un rouge sur l’action qui amène le péno ukrainien du 2-0 (il fait faute hors de la surface sans faire tomber l’attaquant lancé seul vers le but qui continue son action et plonge dans la surface, pour moi il n’y a pas penalty). Quant à Gonalons à côté de Capoue au milieu… Arf… Théophile-Catherine, environ 5 matchs en L1 à son actif, s’est fait faire l’amour tout le match par le petit n°20 local à l’aisance assez impressionnante (Yevhen Konoplyanka, qui joue à Dnipropetrovsk).

On a vu une première période médiocre lors de laquelle les Bleuets ont joué à se faire peur avec leur défense bidon, leurs milieux absolument pas créatifs (la paire DTN/Kombouaré/Puel style… genre Lassanaze/Toulalan, Maké/Clément, Makoun/Gonalons ou Makoun/Toulalan), et Johann Carrasso dont la spécialité est d’attendre que l’attaquant viennent à moins de 5 mètres de lui pour dégager n’importe comment, quitte à se faire contrer… GROTESQUE ! Certes, les glissades dues à ce terrain de football indigne d’un match international de quelque catégorie soit-elle peuvent s’expliquer, mais merde, on doit GAGNER en Ukraine et on joue super bas, super mal, avec des gars pour la plupart super faibles techniquement et qui en plus laissent des adversaires les balader sans réagir ! Le 1er but ukrainien à la 54e est marqué par l’arrière droit qui s’infiltre tranquillement dans l’axe sans être emmerdé, il finit par tirer après avoir éliminé la moitié des Bleuets, Carrasso n’est pas foutu d’arrêter ce tir qui pourtant est à sa portée… Désolant !

Revenir à 2-2 était un miracle, Bakar a redonné un peu d’espoir 2 minutes après le péno d’un plat du pied que le gardien aurait pu sortir. Ce but est venu récompenser une des seules actions collectives françaises.

A un quart d’heure de la fin du temps réglementaire Rivière a égalisé sur un corner qui a priori semblait mal tiré, une tête piquée chanceuse au 2nd poteau a remis un peu de suspense dans cette fin de rencontre, mais jamais le 3e but n’est venu. Les Ukrainiens ont tout fait pour gagner du temps, on a fait n’importe quoi en balançant devant, l’arbitrage était d’aussi bonne qualité que la pelouse… Une catastrophe de plus.

Cette équipe (les joueurs présents) et son entraîneur n’avaient simplement pas le niveau… Peut-on réellement parler d’équipe ? Mombaerts a pris l’habitude de tout changer de match en match, parfois par obligation, souvent par manque de ligne directrice. Il suffisait qu’un joueur marque un but ou aligne 2 matchs en L1 pour être pris et bombardé d’importe comment dans l’équipe. Il n’y a aucune continuité dans son travail !

La qualification ne s’est pas envolée en Ukraine, c’est en France qu’elle nous a fui, d’abord contre l’Ukraine, on menait 2-0 avant deux énormes erreurs de Placide, un gardien n’ayant manifestement pas eu la chance d’être doté de mains par mère Nature… L’arbitrage déplorable et le coaching calamiteux de Mombaerts n’avaient pas aidé, on avait concédé le nul, déjà sur le score de 2-2, ça nous coûte très cher aujourd’hui, on aurait dû gagner sans aucun problème.

Le match à domicile contre la Belgique il y a moins d’un mois on le joue sans Sissoko, M’Vila et Sakho, les 3 tauliers ayant été retenus en équipe de France A pour un match amical… Cette rencontre décisive face à nos voisins, on la perd lamentablement en encaissant un but sur une erreur de ce cher Ngoyi placé en défense centrale…

Merci Lolo Blanc ! Merci Ray pour avoir fait la même chose pendant des années ! Manifestement l’équipe de France espoirs, les JO, on s’en cogne à la FFF SUITE.