Comment voulez-vous que quelqu’un ait pu pronostiquer ça ? Si quelqu’un a tout trouvé, ou même avait bon sur plus de 6 résultats, il faut enquêter, lui mettre au cul Interpol plus Mulder et Scully ! Ces résultats sont si inattendus que pour la plupart en tirer une analyse est très difficile, voire impossible, dans certains cas ça n’aurait tout simplement aucun sens. Faute de pouvoir déterminer le pourquoi on s’intéressera surtout au comment.

Je vais faire aussi vite que possible car très franchement, ça me gonfle, je suis de super mauvaise humeur, et pas qu’à cause de la défaite du PSG ou de la victoire de l’OM contrairement à ce que certains veulent croire.

Bordeaux-Brest.
Les Bretons ont marqué le 1er but de la journée, ils l’ont fait très vite, jetant un gros coup de froid sur Chaban-Delmas. Avant ce but de Poyet sur corner Plasil n’avait été privé de l’ouverture du score que par un arrêt d’Elana, sur un nuage depuis plusieurs semaines. Après ce but Brest a réussi à se créer un nombre étonnant d’occasions, souvent en contre en partant de loin. Pendant un temps Carrasso a évité à son équipe de couler, en 2nde période il a été heureux de voir le ballon s’écraser sur la barre sur le penalty de Nolan Roux (faute de Ciani, tirage de maillot ou ceinturage) tiré en puissance. Il n’a rien pu faire quelques minutes plus tard (à la 81e) sur un contre mené par Roux côté droit. Ce dernier a baladé 2 défenseurs (dont Ciani) pour les déborder, entrer dans la surface jusqu’à la ligne de but, centrer en retrait pour un coéquipier qui a parfaitement contrôlé le ballon, s’est retourné pour mettre en retrait vers Lesoimier, pour la plat du pied bien placé.

Pas d'Alou Diarra, pas de résultats ? On dirait bien… Et pourtant Bordeaux s’est créé pas mal d’occasions, gâchées pour la plupart (Wendel a croqué, Maazou aussi, Plasil aurait pu plusieurs fois en planter un), arrêtées parfois. Pour une fois qu’ils ont joué au foot, les Girondins ont été punis, ils auraient mérité d’égaliser, ou au moins de marquer ! La défense de Brest est un coffre-fort, elle n’a plus encaissé de but depuis la 3ème journée, vu qui la compose – sans leur faire offense il s’agit de quidam avec un gardien dont je me souviens parfois catastrophique avec Caen – ça me semble surtout être une affaire de confiance et de discipline. Déjà 4 victoires à l’extérieur ! Le contre, ça paie bien…

Lens-Nice.
L’OGC Nice s’était bien relancé après un nul extrêmement chanceux au Parc et une victoire à domicile grandement aidée par une décision d’arbitrage ultra favorable. Lens était – et est toujours – dans la zone rouge, un nul vraiment nul la semaine dernière contre Rennes en croquant 2 grosses occasions n’allait sans doute pas suffire à mettre en marche le moteur de cette équipe manifestement trop juste pour survivre dans une Ligue 1 si dense.

C’était un vrai match à 6 points (entre 2 concurrents directs), et après 90 minutes assez pourries avec très peu de frappes cadrées, des occasions rarement franches à part une pour Eduardo de la tête (occasion gâchée), le miracle, un but de Jemaâ servi un peu en retrait par Pollet après un débordement le long de la ligne de but. Il n’y avait aucun marquage, pendant toute l’action la défense était passive. Lens méritait de l’emporter, une première à domicile cette saison, ne serait-ce que parce qu’au moins les Sang et Or ont tenté de gagner. Lens n’a que 9 points et est 19ème. Nice est à son niveau.

Nancy-Lorient.
C’est mon seul bon prono de la semaine (en ce qui concerne les résultats, j’envisageais un nul à Sainté et à Avignon mais avec des doubles qui logiquement ne devaient rien rapporter), je jouais sur le fait que Nancy ne pouvait pas éternellement perdre à domicile, d’autant qu’il y avait du progrès.

Samedi soir je zappais pas mal entre les matchs, mais celui-ci était captivant, surtout en 2nde période. Des 45 premières minutes on retiendra surtout le but de Julien Féret dès la 9ème minute, jamais Nancy n’avait mené à domicile cette saison. On appréciera le dégagement foireux d’Ecuele-Manga, auteur de la passe décisive à l’adversaire (Féret étant dans l’arc de cercle devant la surface).

Si Gameiro a eu quelques occasions d’égaliser, Nancy a eu énormément d’occasions de se mettre à l’abri, surtout après ce qui s’est passé à l’heure de jeu… Tout commence à la 55e avec un choc aérien impressionnant entre Youssouf Hadji et Lionel Cappone (remplaçant d’Audard, absent) chacun de face, tête contre tête, poitrine contre poitrine, et genou du mafieux (ah ? c’est juste un homonyme ?) dans la cuisse du Marocain… Ils ont eu du mal à se relever… puis 6 minutes plus tard, en sortant hors de la surface, nouveau choc entre les deux mêmes. Ils ont tous les deux le pied en avant très haut, Hadji encore plus que le gardien, après qu’il ait touché le ballon c’est lui qui percute le tibia droit du portier lorientais avec la semelle de son pied droit. Certes, le gardien est sorti en retard, mais les pour moi les deux voulaient jouer le ballon, ils n’étaient pas dans le même axe, Cappone n’a pas voulu faire une Schumacher, mais à vitesse réelle c’était impressionnant, Hadji en a rajouté, en se roulant sur le revêtement synthétique de Picot… C’est super sévère, en plus il n’y avait pas réellement d’occasion de but. Il a fallu faire entrer le 3ème gardien, un jeune n’ayant presque aucune expérience en CFA ou plus haut. Il n’a pas été irréprochable, à 10 minutes de la fin une énorme boulette aurait dû coûter aux Merlus tout espoir d’égalisation (incapable d’assurer une prise de balle très simple il repousse le ballon devant lui, Sami était là, mais surpris il a tiré au-dessus de près), puis le jeune Benjamin Lecomte s’est ressaisi, il a empêché Nancy de tuer le suspense, ce qui nous amène à la 89e minute.

Sosa centre au sol pour James Fanchone on ne peut plus seul devant le 2nd poteau à 5 mètres du but, Bracigliano est loin, les défenseurs ont tous été battus par le centre, il suffit de pousser le ballon au fond, il réussit à viser le montant… totalement improbable ! Nancy ne s’est pas fait peur, Nancy s’est carrément fait dessus. Dans le temps additionnel Lorient a égalisé, mais un HJ a justement été signalé. Les Lorrains auraient dû s’éviter ces frayeurs en réussissant à mener 2-0, les sorties précoces de Vahirua et Féret (mais pourquoi ) n’ont pas aidé à doubler la mise. Est-ce que cette victoire suffira à endiguer le retour du syndrome du Parc des Princes à Marcel-Picot ? Pas sûr, la fébrilité des Nancéens en fin de rencontre me fait en douter.

Rennes-Montpellier.
Quand Rennes, leader invaincu du championnat, reçoit Montpellier, équipe très moyenne, on ne s’attend pas à une victoire à l’extérieur… On l’a eu. But de Marveaux sur corner en fin de 1ère période, la 1ère occasion de Montpellier… Joris, le Montpelliérains, et non Sylvain, le Rennais… Toute la famille était là. J’avais annoncé un but de Marveaux ! Je suis visionnaire[1] !

Rennes, c’est vraiment la loose, il a fallu attendre le rouge de Garry Bocaly du Fight Club à la 63e – il est vrai qu’il semble prendre le ballon avant de toucher l’adversaire, c’est très engagé, inutile, et surtout ça reste un tacle par derrière au corner, avait-t-il vraiment besoin d’y aller de cette façon ? – pour vraiment voir Rennes pousser. Le leader a encore été nul dans le jeu, proche du néant, Jourdren a eu assez peu d’arrêts à effectuer, et Kembo-Ekoko a croqué. D’accord, Kader Mangane est un bourrin, il est réputé pour jouer tout en puissance, pour mettre des coups (cette fois il a mis une semelle sans prendre de carton), mais M. Moreira n’aurait pas dû tenir compte de cette réputation lorsqu’à la 83ème minute suite à un simple choc aérien entre Sénégalais Souleymane Camara est retombé KO. Carton rouge sans faute, juste parce que le mec semble blessé et que ses coéquipiers ont eu l’air d’être affolés… Où va-t-on ? Quand la semaine dernière Loïc Rémy marque après avoir mis un coup de pied dans la tronche de Bracigliano, l’arbitre refuse de prendre en compte la blessure qui prouve la faute réclamée par toute l’équipe de Nancy. Cette fois, alors qu’il sait pertinemment qu’il n’y a aucune faute, il sort le rouge uniquement en fonction du résultat supposé du contact sans tenir compte de la nature du contact. Tout est fait à l’envers.

Tout aussi dingue, en étant à maximum 3 mètres de l’action M. Moreira n’a pas été capable de déterminer que la faute sur Brahimi, pris en sandwich par 2 défenseurs, avait eu lieu à l’intérieur de la surface. Rennes se souviendra des journées de l’arbitrage, surtout lorsque les Bretons joueront à Marseille samedi à 21 heures sans leur défenseur central et capitaine.

Monaco-Valenciennes.
Il manquait du monde côté visiteurs, Mater, Samassa ou encore Gomis, je n’imaginais donc pas VA gagner, surtout que la défense et le gardien de Monaco tiennent la route d’habitude (contrairement au reste de l’équipe). Et pourtant… De façon très incohérente en plus d’un "clean shit" de l’ASM j’annonçais un but de Grégory Pujol, il en a mis 2 grâce à 2 contre-attaques, une magnifiquement construite à plusieurs joueurs une ou deux touches de balle (au point que je devrais presque parler de jeu placé), une rudimentaire mais efficace :
-à la 32e Pujol a réussi à réceptionner un centre de Cohade en effectuant un contrôle orienté dos au but tout en se retournant, un geste d’une très grande qualité, il n’avait plus alors qu’à pousser le ballon dans le but,
-à la 52e c’est d’une tête plongeante parfaite que l’attaquant formé à Nantes a trompé Ruffier, il était situé entre les défenseurs centraux (15 mètres d’écart entre les deux^^, et le centreur avait eu toute latitude pour partir côté droit puis servir son caviar).

Monaco n’a pas ébloui, c’est un euphémisme, et Monaco n’a pas eu beaucoup de réussite : un retourné somptueux d’Aumabeyang a trouvé la barre, Park a envoyé le ballon de la tête sur la base du poteau, Bisevac a effectué un sauvetage sur sa ligne, deux ou trois décisions arbitrales auraient peut-être pu tourner en leur faveur. Pourquoi je parle de l’arbitre alors qu’il n’y a pas grand-chose à dire sur ce résultat (VA a eu des occasions de 2-0 assez énormes dont au moins une obligeant Ruffier à jouer son rôle de sauveur) ? Parce que le Luxembourgeois M. Hamer officiait pour la dernière fois, il a atteint la limite d’âge, il va pouvoir reprendre l’activité qui était la sienne avant l’arbitrage, il était dans la musique, MC Hamer…

Alejandro Alonso s’est mis à dos le public (à qui il a répondu… vu le nombre de personnes présentes au stade il a pu insulter individuellement chaque supporter, je ne sais pas s’il est allé jusque-là^^), Lacombe fait du Lacombe, Nenê n’a pas été remplacé, Monaco est reléguable, ça risque de durer.

ASSE-Caen.
C’est le match de 19h que j’ai le plus regardé. On a vu une première période inattendue car nettement dominée par Caen, et une seconde période totalement différente qui aurait pu permettre aux Verts de renverser la vapeur en bénéficiant de beaucoup de réussite, car le but marqué par Emmanuel Rivière à la 82e suite à un énorme travail en plusieurs temps puis une frappe repoussée de Dimitri Payet est entaché de hors-jeu. De même le penalty octroyé aux Verts dans le temps additionnel mais totalement manqué par le Réunionnais (il a tiré au-dessus, il ne voulait pas le mettre au même endroit que d’habitude car le gardien savait où il aime viser) me semble être une erreur de l’arbitre, Sorbon prend le ballon puis lui et Matuidi se rentrent dedans. Ça aurait été con de voir un match tourner sur des erreurs d’arbitrage lorsque les joueurs ont tant de fois manqué le coche dans le jeu.

Pendant les 45 premières minutes on n’a rien vu venant des Verts à part une énorme occasion croquée par Rivière lancé dans la profondeur (le défenseur se jette, il part, une fois dans la surface un peu excentré à gauche il tente un tir enroulé du droit qui passe à côté, il avait tout son temps pour viser juste) et un bon enchaînement de Payet pour finir avec une frappe du gauche 1 mètre à côté. Les Verts subissaient, les occasions normandes étaient franches, on ne les reconnaissait pas, peut-être à cause de certaines absences (ni Bocanegra ni Perrin). Le but de Youssef El-Arabi à la 38e était tout à fait mérité, attendu, Sorbon centre côté droit pour son coéquipier laissé entièrement seul à 5m50, reprise du plat du pied sans contrôle, parfois le football est très simple, surtout quand il n’y a pas de marquage.

Lors des 45 dernières minutes les Stéphanois ont été encore mangé la feuille, en particulier le jeune Saadi, et bien sûr Payet (Poyet marque le jour où Payet loupe un péno… quel parieur pouvait imaginer ça ?). Dans un monde idéal je devrais écrire ceci : «l’ASSE s’est procurée beaucoup d’occasion, elle n’a pêché que par manque de réalisme, c’est toujours mieux que de mal jouer et de ne pas s’en créer.» Mais en réalité en Ligue 1 cette saison les équipes, se contentant de bétonner et de contrer – autrement dit qui ne joue pas vraiment au foot – sont plus récompensées que les autres. Pour être bien classé mieux vaut n’avoir que le réalisme plutôt que le jeu.

Sochaux-Toulouse
La première période n’a été qu’une longue purge dans le froid, sous la pluie, dans un stade qui sonnait creux, une horreur absolue, rien. Seul highlight, un CF consécutif selon moi à une simulation à l’angle de la surface, Marvin Martin tire sur la barre au niveau de la lucarne. Il est difficile de comprendre comment la confiance dont jouissaient les Sochaliens chez eux a pu s’envoler d’un coup, les faisant passer du statut de donneurs de fessées à celui de victimes, surtout contre Toulouse, qui n’a pas d’attaque et ne mettait plus un pied devant l’autre. Dès la fin de la 1ère période les visiteurs ont commencé à prendre le dessus. Après le repos si le niveau n’était pas exceptionnel au moins on ne s’ennuyait plus tellement.

Appel en profondeur côté gauche 2 crochets pour éliminer 2 défenseurs, s’ouvrir l’angle, Ideye tire, le gardien repousse. Je viens de vous conter la principale occasion sochalienne (50e). Malgré plus de mouvement on se dirigeait vers un décevant 0-0. Tout s’est emballé à partir de la 72e minute.

On avait sous-estimé l’importance des absences de Daniel Congré et Mauro Cetto la semaine dernière contre le PSG, car en réalité les défenseurs centraux sont aussi les attaquants… Vous auriez annoncé à Casanova que son équipe allait mener 3-0 avec 3 buts de la tête sur CPA, les 3 premiers buts de la tête marqués par son équipe, qui plus est des buts des défenseurs centraux (2 de Congré et 1 de Cetto sur un coup franc excentré, la combinaison avait dû être travaillée, les Toulousains embarquent la défense vers le but, Cetto part dans le sens inverse, il est tout seul, n’a plus qu’à mettre un coup de boule un peu en plongeant), il vous aurait reproché de chercher à vous foutre de sa gueule. Tulasne, lui aussi de la tête, a réduit l’écart dans le temps additionnel sur un long centre de Marvin Martin. Paulo Machado aura été l’homme du match : 3 passes décisives, un magnifique CF dans l’axe à 25 mètres sur la barre exactement au même endroit que Martin avant lui, deux belles frappes dont celle après s’être infiltré côté gauche, c’est cette frappe qui amène le corner de la 89e (celui repris par Congré du sommet du crâne au 1er poteau). Pour l’anecdote sachez que Didot était hors-jeu – difficile de le voir en direct – à la 72ème minute lorsque sa volée côté droit a été détourné en corner, le corner du 1er but (permis par des légèretés dans le marquage plus hésitation de Dreyer dans sa sortie).

ArlesAvignon-OL.
Qu’est-ce qui fait le plus mal ? L’agression de Cris sur Camel Meriem en 1ère période (il lui fonce dessus avec le genou et le coude en avant, lui défonce la tête, l’ancien "nouveau Zidane" pisse le sang par le crâne, l’arbitre laisse couler – ah ah !), ou le fait pour l’OL de ne pas être foutu de battre le dernier ?

J’avoue ne pas avoir suivi cette rencontre jouée dans des conditions particulièrement humides. Il pleuvait des cordes, d’après les échos que j’ai eus l’OL a été abominable de nullité en 1ère période, Arles-Avignon méritait son but, marqué par Franck Dja Djédjé, auteur de 3 des… 4 buts de son club en 10 journées. Le joueur formé au PSG – Chantôme, Mulumbu, Dja-Djedje… ils sont sortis du centre de formation à la même époque, ils ont marqué cette semaine – a profité d’une boulette de Cris, un coup de tête qui renvoie le ballon dans l’axe, Diakhaté est à la rue, l’attaquant ne demande pas son reste, il s’enfonce dans le camp lyonnais, efface Lloris qui sort vers lui, parti vers la droite il réussit à cadrer, personne ne peut empêcher le ballon de franchir la ligne. L’ACAA n’avait jamais mené à domicile… car jamais marqué à domicile.^^

A la mi-temps Claude Puel a remplacé 2 joueurs, Gourcuff et Källström, Gomis et Pjanic ont eu leur chance, le 1er n’a pas su la saisir, sur le peu que j’en ai vu il a croqué en tirant sur Merville, le 2nd a tiré le corner grâce auquel Jimmy Briand a égalisé de la tête avec la collaboration du gardien, catastrophique sur ce coup. Arles-Avignon aurait aussi eu de nouvelles occasions malgré la possession du ballon très largement en faveur des Lyonnais.

Cissokho s’est blessé un peu plus tard, remplacé numériquement par Alexandre Lacazette dont le maillot portait toujours l’étiquette avec le prix^^, logiquement Cissokho ne devrait pas jouer mercredi en Coupe de la Ligue contre le PSG... sioulpé, mettez-nous Kolo face à Sessegnon ! (Je viens d’apprendre que ce ne sera pas lui, il est suspendu, par contre il y aura Vercoutre. ) Puel ne peut pas se permettre de balancer ce match mais ses titulaires sont toujours les mêmes, ils vont être cramés à force d’enchaîner, ça peut être une bonne nouvelle pour le PSG… En fait j’espère que les joueurs vont profiter de cette rencontre pour vraiment lâcher leur entraîneur. Avouez que ce serait l’occasion rêvée pour eux de se faire humilier chez eux sans flinguer leurs chances en championnat… Les supporters sont de plus en plus agacés, Aulas commence à partir en vrille, Puel a le pied sur une mine… ça va péter !

SUITE.

Notes

[1] Sur ce coup je suis surtout malhonnête, j’aurais misé sur le mauvais frère.