L’AJA était décimée, Ndinga, Pedretti, Jelen ou encore Hengbart (et j’en passe) manquaient à l’appel, difficile d’imaginer un bon résultat bourguignon, surtout après la défaite très sévère à Madrid mercredi (temps de repos très limité, donc). 0-1 à la 8e minute, ça aurait dû tuer les Auxerrois. Ces dernier n’y étaient pas du tout, l’OM a eu d’autres occasions, les très rares incursions des locaux dans le camp des visiteurs étaient bien timide. Progressivement les mouches ont changé d’âne pour se mettre sur l’équipe de l’âne nigaud… Julien Quercia a cadré une frappe, puis Cissé et Brandade ont dû chacun leur tour sortir sur blessure, l’OM a donc dû effectuer 2 de ses 3 changements au bout de 25 minutes.

Le rééquilibrage des débats s’est traduit par quelques occasions plus ou moins franches de part et d’autres (tête de Birsa, joli retourné de Valbuena), puis est arrivé l’action qui fait débat, celle de la 38e minute. Birsa s’échappe côté gauche et centre en direction de Quercia, parti entre les défenseurs centraux, Mbia le crochète, il ne joue pas le ballon, l’attaquant s’effondre fort logiquement, l’arbitre siffle alors penalty, il sort le rouge une première fois, le garde à la main, mais comme Mbia ne semble pas avoir compris qu’il devait sortir (puisqu’il est allé contester auprès de l’arbitre assistant placé dans la surface pour le penalty), M. Fautrel est allé lui montrer une seconde fois. Si l’exclusion était évidente – sauf en Lois du jeu édition OM, celles qui permettent à Mandanda de terminer un OM-Rennes malgré une faute sur Montaño parti seul au but – car s’il n’est pas fauché et poussé dans le dos Quercia tire au but en face à face avec le gardien, le penalty en revanche est douteux en raison du lieu de la faute. Le début du contact a lieu hors de la surface, genre 25cm dehors, mais les lois de la physique footballistique sont claires «tout corps fauché près de la surface de réparation subit une chute dirigée de haut en bas avec déplacement horizontal le faisant atterrir dans cette surface», surtout qu’en l’occurrence il s’agit d’un petit qui fonçait en direction du but avant d’être envoyé valser par un bourrin. «Dernier défenseur» est une invention, les lois du jeu ne parlent pas de dernier défenseur mais d’occasion de but. C’est là qu’un challenge vidéo posé par l’OM aurait été utile, l’arbitre aurait vu que la sanction appropriée était CF+rouge et non péno+rouge, ce qui aurait évité d’échauffer les esprits plus que nécessaire. A vitesse réelle il est extrêmement difficile de dire avec précision si la faute a eu lieu juste devant la ligne ou sur la ligne (qui fait partie de la surface). Là on a mis juste 3 minutes à palabrer avant de tirer le péno, on aurait gagné 2 minutes avec la vidéo…

Birsa a transformé le penalty en tirant à contrepied, puis la rencontre est partie en sucette. De cette fin de première période on ne retiendra pas l’arrêt de Sorin sur une frappe légèrement déviée par Valbuena mais l’attitude de Gignac. Si M. Fautrel n’avait pas été complètement déstabilisé par le fait d’avoir dû sanctionner l’OM et d’avoir un petit doute sur la justesse de son jugement (mais son assistant semblait sûr que c’était bien un penalty), il aurait très certainement sorti Gignac au lieu de lui mettre simplement un jaune. L’ancien international pas près de le redevenir a montré des signes de grande nervosité dès son entrée en jeu à la place de Branado. On aurait dû lui faire un test antidopage et vérifier s’il n’aurait pas pris de la cocaïne, parce qu’être dans cet état n’est pas naturel…

Gignac commence par commettre une grosse faute sur Contout, Alain Traoré a réagi à cette grosse faute, les deux hommes se sont chauffés et ont eu droit à un jaune chacun. Gignac a alors pété un plomb, agressé verbalement l’arbitre en lui exerçant sur lui une pression physique inadmissible. Certes, il n’a qu’esquissé une ébauche de coup de tête sans le toucher, mais entre la bousculade d’Alou Diarra sur l’arbitre d’AJA-Bordeaux (avec excuses immédiates) et l’attitude de Gignac à l’encontre de celui d’AJA-OM, celui qui a pris 6 matchs de suspension n’est pas celui qui les méritait les plus. Je pense d’ailleurs que si l’OM n’avait déjà été réduit à 10 M. Fautrel l’aurait envoyé prendre une douche froide. Réduire l’OM à 9 ? Impensable ! Pourtant Gignac était vraiment comme un fou, Mandanda et Ketchupman ont dû le retenir et tenter de le calmer après le coup de sifflet de la mi-temps, ils ont carrément dû l’engueuler pour qu’il prenne un peu conscience de la situation. Dans les couloirs il a eu des mots qui me font penser à ceux de Rothen il y a quelques années alors qu’il était blessé. Il était descendu encourager ses coéquipiers à la mi-temps (je crois que c’était contre l’OL la fois où Yépès avait pris rouge très vite) et avait gueulé de loin en direction des arbitres «vous êtes des zéros». Zéro, ça lui avait valu 3 matchs… «Bon à rien», ça va coûter combien à Gignac ?

La mi-temps n’a pas calmé les esprits, l’AJA poussait, on a vu une succession d’actes prohibés, un coup de coude de Dudka sur Gignac (mais Gignac en avait assez fait pour que l’arbitre ferme les yeux), une main de Diawara dans sa surface pour contrer un tir auxerrois (il a la main plus ou moins montée devant le visage, il y a un geste, alors protection ou non ? après avoir revu l’action je dis non… d’ailleurs dans 90% des cas les arbitres les sifflent celles-ci ; il en avait déjà fait une juste devant Quercia en début de match à quelques centimètres de la surface, et quoi qu’on en dise elle était volontaire, les images en attestent, il regarde le ballon tout au long de l’action et sait où il va tomber). Valbuena a multiplié les simulations et exagérations grotesques, finissant par prendre quelques coups (pour de bon cette fois). L’AJA procédait par vagues sans être extrêmement dangereux, les frappes n’étaient pas assez puissantes ou pas cadrées. A 10 l’OM a pourtant eu les 2 plus grosses occasions sur des CF repris de la tête par Rémy, Sorin a claqué 2 parades-réflexes, sur un autre CF il s’est trouvé, ça a mis le feu dans la surface. L’OM s’est vu octroyer énormément de CF bien placés, y compris parfois pour du tacle sur le ballon, Rémy a eu le droit de continuer à jouer après avoir contrôlé le ballon de la main dans la surface (heureusement le tir a été contré), après avoir fait faute sur Samaritano dans l’arc de cercle devant la surface Ketchupman a contesté avec véhémence sans prendre de carton (et le CF a étrangement été repoussé de 5 mètres^^), puis 4 minutes après le retour de Le Tallec sur un terrain de Ligue 1 après de nombreuses semaines d’absence l’ancien Manceau s’est fait démonter le tibia dans la surface… carton jaune pour lui ! C’est totalement dingue et scandaleux car les médias oublient totalement cette sortie de Mandanda en retard, pied haut, la semelle en avant, il loupe le ballon – a-t-il seulement voulu le jouer ? – et frappe violemment le tibia, normalement c’est rouge, 2+1 ou 3 matchs de suspension et surtout penalty de la victoire contre un OM sans gardien (les 3 remplacements avaient été faits). L’assistant a signalé un HJ totalement bidon qui arrange bien l’OM…

Les Marseillais se plaignent de l’absence de penalty pour une faute de Chafni sur Loutcho dans la surface auxerroise à la 79e. En basket, c’est une faute, en football, non, il faut y aller plus franchement, ce léger contact du bras sur le flanc n’est en général sifflé que si celui qui est touché s’effondre. Tomber dans la surface en étant si légèrement touché ne donne quasiment jamais lieu à penalty, ça ressemble trop à un plongeon.

Pour finir à la 89e une frappe de Le Tallec est passée 30cm au-dessus de la lucarne et dans le temps additionnel Samaritano a trop croisé sa frappe. C’est ainsi que l’OM s’en est très bien sorti.

Anigo et Dassier, certains joueurs (Mbia a carrément dit qu’il n’avait pas fait faute^^) mais aussi Deschamps en choisissant mieux ses mots, ont attaqué M. Fautrel en parlant de vol, d'arbitrage à sens unique, d'arbitre qui avait choisi son camp, de match à 10 contre 12... Hallunicnant !

OK, il est complètement sorti de son match et a fini en freestyle, mais les propos tenus sont tout simplement scandaleux ! Se plaindre est indécent quand comme l’OM on a bénéficié d’une clémence peu commune depuis le début de la saison tant de la part des arbitres (notamment contre Nancy, Sochaux, Paris ou encore Rennes, sans même parler de Zilina, Moscou et Chelsea) que des instances (comment Diawara peut-il conserver une licence ?), et qu’on a pris un point qu’on ne méritait pas.

Bien sûr, les Marseillais peuvent être énervés, ils ont perdu 2 joueurs sur blessure, Diawara et Mbia seront suspendus la semaine prochaine contre l’OL. On dirait que ça flippe… 2 points en 3 matchs, l’OL qui arrive, et ça part en live… A leur décharge admettons que les Marseillais n’ont pas l’habitude d’être arbitrés comme les autres (c'est-à-dire mal) ! Il n’ont pas non plus l’habitude d’être sanctionnés comme les autres.

Ainsi jeudi Souleymane Diawara a pris seulement 2 matchs pour son geste honteux sur Nenê au Parc des Princes lors de la Grande Sardinade, il aurait dû prendre au grand minimum une rencontre de plus, 4 était le chiffre juste.

Clamer d’un côté qu’il faut protéger les joueurs offensifs, ceux qui apportent une plus-value à la Ligue 1 (dont Nenê), et de l’autre autoriser la violence gratuite à leur encontre – parce qu’une suspension si ridiculement faible revient à dire qu’écraser volontairement ses crampons aussi fort que possible dans le ventre d’un joueur au sol n’est pas bien grave – est parfaitement contradictoire.

Lorsqu’une ou deux semaine plus tôt Drissa Diakaté, le Niçois, a été exclu de façon abusive par Chapron pour un pied levé passé très loin de son adversaire (Coutadeur) seulement tombé à cause d’un contact annexe genou contre genou (Coutadeur en a fait des caisses), son équipe, en plus d’en être privée à partir de la 27e minutes n’a pu compter sur lui lors des 2 journées suivantes. Diawara, au bout de 6 semaines prendra la même chose moins le handicap pour son équipe en cours de match… Une agression est moins sanctionnée qu’un pied haut qui n’a rien touché. C’est juste un scandale absolu.

On pourrait aussi parler des 2 matchs pris a posteriori par Bong pour un pied haut sur le minuscule Valbuena… C’était en début de saison. Il n'y avait pas de volonté de faire mal, c'était de la maladresse dans le jeu, même tarif que quand on veut faire mal.

Et que dire des 3 rencontres (+une grande partie du match en cours lorsqu'il a pris rouge) manquées par Sambou Yatabaré pour un tacle malheureux, son pied ayant roulé sur le ballon avant de toucher un adversaire ? Du coup son équipe avait perdu le match et lui loupé des rencontres très importantes, cassant complètement sa dynamique de progression, d'adaptation à la Ligue 1.

A quand une L1 dans laquelle tout le monde serait traité à la même enseigne ? Si les différentes commissions de la LFP et de la FFF convoquent qui doit l’être l’OM et Arles-Avignon ont intérêt à faire pot commun pour affréter un charter direction Paris, il y a du monde à sanctionner…