En fin de match 3 abonnés au banc ont soigné la différence de buts, Pied de la tête, Pjanic du pied suite à une action individuelle de Jimmy Briand, et enfin Briand lui-même d’un retourné magistral qui aurait fait le tour du monde si l’ancien Rennais n’était pas un obscure international français devenu cireur de banc dans son championnat national sous-exposé. 4-0, bon pour la confiance, grosse pression mise sur les concurrents au podium, différence de buts nettement améliorée, ça aurait pu être un vendredi au Paradis pour les Lyonnais si une nouvelle affaire Lisandro Lopez n’était pas sortie. L’Argentin caractériel – aussi connu sous le nom de Lisandro L’Obèse – se serait blessé en frappant de rage dans un ballon qui traînait après avoir appris qu’il ne serait pas titulaire face à Nancy… Une jolie blessure à la con qui va le priver du match contre le Real.

Samedi la plus grosse affiche était OM-ASSE. J’ai en partie regardé cette rencontre, elle a été très décevante. Ketchuman a failli marquer un très joli csc au bout de 3 minutes, Mandanda a été obligé de sortir une parade réflexe pour éviter la catastrophe. J’ai entendu qu’un péno aurait pu être sifflé en faveur de l’ASSE pour une semelle dans la surface sur Laurent Batlles, je zappais, j’ai loupé ça. Il y a eu un peu de tension entre les joueurs, le paroxysme de cette tension a été atteint à la 56e lorsque Loutcho a réagi à une grosse faute de Batlles en s’essuyant les crampons plusieurs fous sur lui, les 2 hommes étant au sol. Normalement M. Buquet aurait dû sortir un second jaune au Stéphanois et un rouge direct à la Sardine, il n’a pas osé, Batlles s’en est sorti en concédant un simple CF tandis que l’Argentin prenait un jaune. Cet arbitre a été laxiste, 5 minutes plus tard il s’est laissé crier au visage par Gignac – un récidiviste – sans l’exclure.

Y a-t-il un lien direct de cause à effet si Loutcho a ouvert le score 20 secondes après l’entrée en jeu d’André Ayew à la place de Brandao ? Un bon service en retrait de Gignac, une défense qui ne fait pas son taf et le match était plié. Un peu plus tard Rémy a marqué de près en profitant encore de largesses défensives, à la dernière seconde Landrin a marqué grâce à un tir manqué du jeune Yoric Ravet (acheté cet hiver à Grenoble où il devait finir la saison mais la DNCG a refusé qu’après le transfert il y ait prêt dans son club formateur, le deal avait pourtant pour but d’aider financièrement le GF38…) pour sa première apparition en L1. Même si le match n’a pas été bon du tout la victoire de l’OM face à des Verts sans ambition est logique, il y a notamment eu un double sauvetage sur leur ligne de Batlles puis je ne sais plus qui.

L’OM a pris 3 points mais a terminé avec 3 blessés, Brandao, Gignac puis Rémy. C’est pour le 2e que c’est le plus embêtant, il en a pour 10 à 15 jours, il manquera donc la réception de Manchester United et le match à Nancy, pour OM-LOSC, suspense…

Dimanche soir Canal+ diffusait Toulouse-Rennes, match nettement dominé par Toulouse, privé de Cetto et de Valverde. Toulouse a touché 2 fois les montants (par Franck Tabanou en première et Moussa Sissoko en seconde période), a réussi à égaliser[1] après avoir reçu un gros coup sur la tête dans le temps additionnel de la première période, puis s’est incliné à cause d’un fait de jeu malheureux en fin de rencontre. Le coup sur la tête est l’erreur du jeune Marc Vidal, leur 3e gardien, qui s’est troué sur un CF lointain tiré en force par Yann M’Vila. Le pauvre, en plus d’avoir eu les mains molles sur cette demi-occasion (comment a-t-on pu laisser un mec tirer sans opposition à cet endroit et à ce moment ?), Vidal a eu la poisse de se blesser sur l’action fatale de la 84e minute en se faisant percuter violemment par Jérôme Leroy. Parti seul dans l’axe l’ancien Parisien a obtenu un penalty pour une faute pas franchement évidente de Gunino. Je trouve la décision de M. Vileo sévère, peut-être suis-je influencé par le déroulement du match car Toulouse ne méritait pas de perdre. 4 minutes après la faute Victor Hugo Montaño a transformé la sanction en victoire.

Parfois le foot est incompréhensible. L’équipe qui ne mérite pas de l’emporter gagne, il y a 3 buts dans le match, une boulette de gardien, un csc, un péno limite, et pourtant il y a eu de la très grosse occasion. A la 39e Montaño récupère une passe en retrait suicidaire de Congré, il se présente face à Vidal mais gâche, le gardien sauve son équipe… un peu plus de 5 minutes avant sa toile. A la 56e Alexander Tettey récupère le ballon suite à une frappe repoussée par Vidal, ce dernier est encore à terre, toute la défense toulousaine est aux abonnés absents, mais il déchire sa frappe. Peu avant l’égalisation Sissoko aussi avait mangé la feuille en frappant à côté du ballon alors qu’un très bon centre en retrait lui offrait environ 70% de chance de marquer à condition de… taper dans la gonfle. Parfois, les footballeurs aussi sont incompréhensibles, en témoigne cette déclaration du premier buteur du soir, Yann M’Vila : «Oui c’est vrai que c’est un hold-up. C’est un hold-up mais on n’a pas volé la victoire. » On cherche encore la signification de cette phrase… Si quelqu’un a compris, les commentaires sont ouverts.

Je ne retiendrai que 2 choses : que Rennes bénéficie d’une chance à la limite du surnaturel et que contre le PSG les Toulousains devront aligner leur 4e ou 5e gardien et seront privés de Cetto. Ça, je ne vais pas m’en plaindre.

Lyon a gagné 4-0, Marseille a gagné 2-1, Paris a gagné 3-0, Rennes a gagné 2-1… Lille a perdu. La course au titre est relancée, 5 équipes en 4 points avec des différences de buts comprises entre +10 et +19 (ça peut se rattraper), ça veut aussi dire 5 équipes pour 3 tickets en Ligue des Champions.

Pour ses 47 ans les Lillois auraient pu offrir mieux à leur entraîneur qu’une défaite. Le LOSC a été mauvais, c’est aussi simple que ça. 5 tirs, 1 seul cadré, c’est digne d’Arles-Avignon, pas du leader du championnat. Déjà à Auxerre il y a 2 semaines Lille n’avait cadré qu’une fois… mais avait marqué (le retourné de Sow) et pris un point en ayant failli l’emporter. En 2011 le LOSC a eu un calendrier facile avec beaucoup de matchs à domicile, les résultats ne sont pas très bons, la manière y est rarement, à part le 3-0 contre Nancy il n’y a pas eu de carton, que des résultats étriqués[2]. Rudi Garcia a beaucoup fait tourner contre Eindhoven jeudi, sur le court terme ça n’a été d’aucune utilité, l’excuse de l’Europa League ne tient pas.

La tendance se dessine depuis plusieurs semaines, globalement on remarque un abus de jeu long/direct, les attaques sont de moins en moins construites, lors des derniers matchs que j’ai vu j’ai trouvé qu’Hazard en faisait des tonnes, les Lillois me semblent avoir abandonné leur jeu simple et efficace tantôt pour un jeu simpliste, tantôt pour un jeu trop tarabiscoté. Ils sont de moins en moins imprévisibles, et de moins en moins insaisissables, plus faciles à bloquer. Face à Montpellier, une équipe spécialisée dans le bétonnage ("solide", "bien en place", "bien organisée") qui met en avant le physique, la solution est d’enchaîner les passes au sol en une ou deux touches pour déstabiliser le bloc, les LOSC en est-il toujours capable ? Si en plus il y a des absences défensives, plus rien ne va. Younès Belhanda a pu fait 40 mètres plein axe avec le ballon, crocheter Rami à l’entrée de la surface et frapper au but sans être attaqué ! La réussite aussi a manqué puisque le tir a été dévié par le talon de Béria avant d’avant d’entrer au ras au pied du poteau.

Et le pire est peut-être à venir… Lille n’a toujours pas gagné contre un de ses concurrents directs, or les Nordistes vont en affronter 2 en 2 semaines (réception de l’OL puis déplacement à Marseille) avec entre-temps match retour d’EL et quart de finale de CdF. De surcroît le calendrier est défavorable au leader (qui pourrait ne plus l’être au coup d’envoi de son prochain match). En effet, Lyon disputera dimanche son 3e match en 10 jours alors que pour le LOSC il s’agira du 4e match en 11 jours (4 jours de récupération pour l’OL depuis son dernier match, 2 pour le LOSC). Le dimanche suivant, OM-Lille 4 jours après avoir reçu Lorient en Coupe de France, une compétition à laquelle les Lillois tiennent. En 2 semaines tout un édifice construit depuis plusieurs saisons peut exploser en vol…

Passons à l’autre championnat, celui du bas.

Notes

[1] OK, grâce à un csc de Théophile-Catherine à l’heure de jeu causé par un dégagement à bout portant de Douchez sur son défenseur, il ne s’agissait à la base que d’un centre après quelques passements de jambe de Tabanou côté gauche.

[2] La victoire 2-0 à Nice a été faussée par l’annulation de l’ouverture du score par les locaux, celle contre Toulouse sur le même score la semaine dernière n’a pris un peu d’ampleur que dans le temps additionnel.