En plus de Tiéné, suspendu, plusieurs éléments incontournables de l’effectif avaient carrément été laissés hors du groupe, Armand, Makélélé, Giuly et Chantôme, en raison de leur âge ou de leur état de fatigue (depuis le choc reçu à la tête Armand a commis quelques boulettes). Jean-Eudes Maurice manquait également à l’appel, blessé (doit-on le regretter ? ses dernières prestations me font répondre non), il aurait sans doute dû être titulaire dans les plans de son entraîneur. Le 11 parisien était composé de Coupet (rotation des gardiens en CdF), Cearà, Camara, Sakho, Makonda, Clément accompagné au milieu de… Jallet, Luyindula à droite (car Giuly n’a pas de vrai remplaçant), Nenê à gauche (il avait manqué les 2 dernières rencontres, repos puis conjonctivite), Hoarau et Erding devant. Sur le banc, Edel, Traoré, Bodmer et 4 jeunes déjà vus dans le groupe, Landre, Makhedjouf, Kebano et Bahebeck.

Avec 4 titulaires[1] dont un à un poste où il a très rarement évolué depuis son arrivée au PSG, on ne peut pas réellement parler d’équipe B. Il m’arrive très souvent de ne pas être d’accord avec Kombouaré, mais sur le principe du turnover je le suis. C’est de la gestion sur la corde raide, il y a une grosse prise de risque, il faut jongler avec les différents paramètres, la force de l’adversaire, la fatigue, le calendrier, les absences,… Il n’y a pas de marge, l’idée est d’être juste un peu meilleur que l’adversaire lors des coupes pour passer le tour tout en évitant de complètement se cramer avant le prochain match de championnat. C’est passé dans la douleur contre BATE Borisov, c’est passé aussi en Coupe de France contre Le Mans, mais au terme d’une rencontre particulièrement épuisante. On entend parfois l’expression "qualification aux forceps", et c’est tout à fait ça.

Qualification au forceps car la rencontre a accouché de la 14e demi-finale du PSG, à cette occasion Jean-Christophe Bahebeck et Neeskens Kebano, enfants du club, sont nés aux yeux de tous.

Le PSG a tout de suite mis la pression devant un public peu nombreux, on a vu une première occasion croquée par Erding à la 5e (tête d’Erding sur centre de Luydinula), une autre opportunité par Nenê à la 7e (lancé côté gauche il frappe sans cadrer), puis après un bon début de rencontre des Parisiens ça s’est rééquilibré. Les 2 équipes n’hésitaient pas à tirer au but, elles ne cadraient rien, c’était brouillon, on ne se régalait pas, la rencontre peinait à être réellement lancée. C’est alors qu’a eu lieu le premier rebondissement de ce thriller.

A la 18e minute, penalty pour Le Mans, Camara s’est fait manger à l’entrée de la surface par Fousseyni Cissé et a concédé ce péno accompagné d’un carton jaune qui aurait pourtant dû être rouge puisque l’occasion de but annihilée par cette faute était évidente. Ceci dit, comme au début de l’action il y a une première faute de Camara hors de la surface puis une faute du Manceau sur Camara qui le déséquilibre avec une sorte de raffut, provoquant ainsi la 2e faute de Camara, cette fois à l’intérieur de la surface, M. Bien a bien fait de ne pas aller au bout de ses idées[2]. Ce penalty tiré par Idir Ouali, plutôt pas mal d’ailleurs, a été arrêté par Coupet, parti du bon côté. C’est un très bel arrêt, mais on le sait tous, un péno arrêté dans ces conditions, c’est surtout de la chance. Le problème est qu’ensuite l’arbitre a fait payer aux Parisiens l’absence d’avantage au score en faveur des Manceaux. Il a sans doute dû se dire que si la faute ne méritait pas la double peine, elle en méritait au moins une. Réduite à 10 ou menée 1-0, l’équipe de Camara aurait été sanctionnée, toujours à 11 et avec un score inchangé, elle ne l’était pas, du coup M. Bien a fait de la surcompensation. Plusieurs mains sarthoises dans la surface (dont une évidente dans la foulée de l’arrêt de Coupet), des ceinturages et ascenseurs énormes sur les CPA (44e, sur Erding, 47e, Hoarau carrément mis au sol par un adversaire), mais jamais de penalty pour le PSG.

Après ce rebondissement avorté, ça s’est un peu enflammé. Sans complexe, les visiteurs jouaient crânement leur chance, pressaient dur et tentaient de profité à fond de toute opportunité d’attaquer (ils ont causé beaucoup de problèmes à Cearà et Camara un peu après la demi-heure de jeu, Fred Thomas a réussi une jolie frappe enroulée captée sans grande difficulté par Coupet à la 41e). Le PSG restait tout de même dominateur, multipliait les centres et les CPA, quelques CF pas toujours bien tirés mais surtout énormément de corners, j’aurais aimé avoir les stats de cette rencontre, j’ai rarement vu autant de corners en un match. Sur un de ces coups de pied de coin Camara a repris le ballon de la tête, Georgi Makaridze a pu arrêter assez facilement le ballon sur sa ligne, il faut dire que le défenseur central parisien lui avait envoyé dessus.

Cette fin de première période animée a été gâchée par trop de déchet technique et de mauvais choix, de pertes de balle bêtes à l’image de cet enchaînement de Luyindula côté droit, un petit pont-crochet-passe dans le vide. Nenê, au repos contre BATE Borisov et absent face à Toulouse, n’a pas été très performant, il a gâché pas mal de CPA, ne s’est pas énormément montré, son influence sur le jeu était réduite, heureusement, il s’est ensuite bien réveillé.

Le Brésilien est revenu très actif après la pause, il a commencé à réellement mettre le feu par ses centres, ses passes et ses tentatives de tir, débutant par son spécial à la 47e arrêté par la tête d’un défenseur. Le PSG tentait de faire exploser les Manceaux, seulement leurs tentatives se heurtaient souvent aux 6 qui bloquaient l’axe.

Lancé dans la surface par une belle inspiration de Nenê, Hoarau a pris un jaune pour avoir touché le gardien en essayant de frapper alors que celui-ci l’avait devancé. Hormis ça et une tête pas dangereuse de Sakho sur corner, Paris n’a plus rien fait jusqu’à la 64e minute. L’absence de Chantôme se faisait cruellement ressentir, la relance était apocalyptique, les mauvais choix très nombreux, l’application dans les passes inexistante. Une bonne frappe de Ouali avec rebonds à la 62e a sollicité Coupet, c’est peut-être ce qui a re-réveillé Nenê.

Le n°10 a ensuite été dans tous les coups, il a martyrisé la défense, en particulier Corchia, c’est ainsi qu’à la 64e, lancé côté gauche, Nenê a crocheté le capitaine de l’EdF espoirs dans la surface et s’est fait clairement bloquer de façon évidemment illicite, pourtant l’arbitre n’a rien sifflé, le penalty était évident. Evident pour tout le monde, sauf pour le commentateur d’Eurosport, qui niait l’évidence, même en regardant les ralentis particulièrement explicites. Nenê a pris énormément de coups mais M. Bien n’y prêtait pas tellement attention, il ne sifflait que de temps en temps, laissant jouer malgré des prises en sandwich et tirages de maillot. Les fautes ne ralentissaient pas le Brésilien qui continuait à s’en donner à cœur joie, malheureusement ses coéquipiers avaient du mal à se mettre au diapason. Il a tellement donné qu’à un petit quart d’heure de la fin du temps normal il a semblé avoir être victime d’une crampe en frappant au but.

77 et 78e minutes, nouveaux tournant dans ces rencontres, d’abord le coaching de Kombouaré, enfin décidé à sortir le fantôme d’Erding et un Luyindula vraiment pas transcendant pour donner leur chance à Kebano et Bahebeck, puis la sortie du boulet du jour, Zoumana Camara, exclu pour avoir pris un second jaune en raison d’une faute aussi grossière qu’inutile à quasiment 50 mètres de son but. Il aurait mérité le rouge direct, je pense qu’il va prendre cher, surtout que logiquement l’est la FFF qui va le sanctionner et non la LFP. Le défenseur central des matchs en semaine a réalisé quelques prestations de bon niveau, parfois même d’excellent niveau, mais aussi de très mauvaises. Contre BATE Borisov il était catastrophique, contre Le Mans, pire. A choisir entre attraper le choléra et avoir Camara dans leur équipe, je pense que 97% des footballeurs choisiraient la peste !

Sur le banc, les seuls défenseurs susceptibles d’entrer en jeu pour former une nouvelle défense centrale étaient Traoré et Landre, c’est pourquoi Kombouaré a choisi de ne rien modifier, préférant faire descendre Jallet en défense centrale. On aura tout vu ! Latéral droit, ailier droit, parfois latéral droit, je me demande si une fois il n’aurait pas été carrément milieu droit ou 2e attaquant, cette fois milieu défensif axial et défenseur central pendant la même rencontre, Jallet, c’est le couteau suisse du PSG, Chantôme doit être content d’avoir été remplacé dans ce rôle du bouche-trous absolu[3].

Si Kebano (couloir droit) a mis un peu de temps à se montrer, Bahebeck (couloir gauche) a très vite réussi à se libérer et à trouver des repères avec Hoarau, profitant des déviations et passes de ce dernier pour sonner la charge dans la défense mancelle. Lancé dans l’axe par le Réunionnais, l’attaquant de 17 ans a cadré sa première frappe 6 ou 7 minutes après avoir fait sa première entrée chez les pros, un tir sans contrôle sur le gardien (il aurait peut-être dû emmener le ballon au lieu de trapper directement).

Le KO était espéré car les 2 équipes, appelées à rejouer dès samedi, espéraient éviter une prolongation. Arnaud Cormier a sorti son joker, Thorstein Helstad, le meilleur buteur de L2, est alors entré en jeu, il s’est vite signalé par une frappe des 18 mètres contrée par Sakho. Les Parisiens ont été proches de mettre le coup fatal. Superbement servi par Nenê sur un 2 contre 1, Hoarau, à cause d’un contrôle trop long, n’a pu tromper Makaridze, sa frappe étant déviée en corner. Les Parisiens ont fait le siège de la surface mancelle – notamment avec toute une série de corners, de centres, de têtes et de frappes contrées – sans pouvoir éviter l’épreuve tant redoutée, la prolongation.

La prolongation, l’horreur absolue, ce qu’il fallait absolument éviter, surtout qu’à 10 contre 11, le PSG s’épuisait. Pour un joueur comme Nenê, victime de nombreuses fautes et déjà atteint de crampes, manifestement très fatigué depuis déjà plusieurs minutes, ça allait être particulièrement éprouvant physiquement. En même temps, je m’y attendais, avec Auxerre-PSG programmé dès samedi, ça ne pouvait pas se terminer en 90 minutes avec un 2-0 rapide permettant de ne pas trop entamer les forces parisiennes, ça aurait été trop beau. Avec facilement 4 ou 5 pénos non sifflés qui plus est… Merci Bien… Pfff… Blasé…

Bon, heureusement, le dénommé Mamadou Wague a pété un boulon au bout de 10 secondes après le début de la prolongation en cherchant à agresser Nenê au milieu du terrain, ce qui lui a valu un second carton jaune après celui reçu juste avant la fin de la première période. A 10 contre 10 ça allait demander juste un peu moins d’efforts.

A la 93e Cerdan, avec un mauvais numéro de maillot, a remplacé Thomas, il a porté ce maillot ne correspondant pas à la feuille de match jusqu’à la mi-temps de la prolongation. Heureusement, ça n’a pas eu de conséquence.

Pendant en gros les 10 premières minutes il ne s’est pas passé grand-chose, le jeu était haché par les coups de sifflets pour le moindre contact sur un Manceau et pas le déchet dû à la fatigue. Nenê était bouilli. D’un côté comme de l’autre les rares tentatives ne ressemblaient à rien jusqu’à une frappe de Bahebeck donnant lieu à un ixième corner au milieu… d’une série de corners. Sur l’un d’eux à la 100e Nenê a tenté son spécial, le tir enroulé suite à la combinaison qu’il fait au moins un fois par match quand il doit effectuer un corner de la droite vers la gauche, il n’avait plus assez de forces pour le réussir, le gardien géorgien a facilement pu capter le ballon.

Pourtant carbo, Nenê a obtenu une énorme occasion 2’ plus tard en récupérant le ballon à 20 mètres du but. Sa feinte de frappe a mis dans le vent un défenseur, mais sa véritable frappe a été contrée in extremis par Louvion, le ballon est revenu à Hoarau qui n’a pu inquiéter le gardien. Tout le monde s’y est ensuite mis, Cearà a cadré une frappe, Hoarau, lancé côté gauche, a envoyé une mine dans le petit filet extérieur, Bahebeck a crocheté et frappé dans la surface, encore un corner, etc. Soudain, dans le temps additionnel, Ouali a fait un énorme numéro côté droit en contre-attaque, il a éliminé à peu près tout le monde en un rien de temps et servi Helstad au second poteau, le Norvégien s’est jeté pour tacler… Inexplicablement le ballon n’a pas terminé au fond. Un miracle.

Il était temps pour les 2 jeunes de vraiment prendre leur chance pour enfin faire exploser la défense des visiteurs. Kebano n’était pas encore très en vue, il semblait infiniment plus emprunté que lors de ses 2 premières apparitions. A la 106e minute, il a allumé la mèche avec une action énorme, du drible, de la vivacité, 2 ou 3 joueurs driblés pour s’enfoncer dans la surface et se mettre en position de frappe. Malheureusement il a glissé et le ballon s’est envolé. Moins d’une minute plus tard Bahebeck part côté gauche, sert Nenê dans l’axe dont la frappe est difficilement repoussée par le gardien, puis Nenê remet ça avec une lourde frappe dans l’axe, toujours dans la foulée. Côté gauche, près de la ligne de but, Bahebeck assassine un défenseur à coups de passements de jambes dévastateurs et malgré l’absence d’angle de tir envoie une mine au ras du poteau que Makaridze réussi à repousser. Quel culot ! Encore un corner, il est joué en combinaison, le jeune Parisien avance vers l’axe et, comme les défenseurs sortent très mal, tente sa chance en visant le premier poteau, le gardien est surpris, il ne peut rien faire, il avait anticipé un centre. C’est super intelligent, très bien vu, osé et bien réalisé car il fallait viser juste. Marquer à 17 ans un but si important pour sa première apparition en équipe première, je ne suis même pas sûr qu’il en ait rêvé, c’est rarissime.

Paris libéré à la 108e minute, libéré par un gamin… N’est-ce pas magnifique ? Kebano s’est senti des ailes lui aussi, décalé dans la surface sur la gauche il a à son tour obligé Makaridze à réaliser une parade à l’arrache, Nenê a failli en profiter et doubler le score, il est ensuite sorti pour les dernières minutes, laissant sa place à Florian Makhedjouf (Sakho, Makonda, Makhedjouf, Kebano et Bahebeck, 50% de jeunes formés au club, manquait juste Chantôme).

Le PSG a tantôt cherché à calmer le jeu pour gagner du temps, tantôt à enfoncer le clou. Ainsi le gardien a encore dû réaliser un exploit face à Hoarau (115e), il n’a rien pu faire lorsqu’à 3 minutes de la fin Cearà a débordé et centré pour Kebano. Un but d’attaquant, son premier validé, à 18 ans, pour sa 3e apparition, malgré son mètre 12 il avait marqué de la tête un but refusé très sévèrement.

Kebano et Bahebeck ont encore mis le feu, le second a failli être passeur décisif pour Hoarau (coupé au menton juste avant). Le Réunionnais a presque tout pris de la tête lors de cette rencontre, il n’a pas marqué, le Géorgien ayant évité le 3e but d’une dernière claquette. Gui-Gui en est toujours à 6 buts, maintenant en 4 matchs.

Un match fou fou fou avec un arbitre nul nul nul, avec des jeunes qui arrachent la qualification, c’est juste le pied ! En quart de finale être sauvé par votre gardien de 38 ans et vos bébés attaquants qui pourraient être ses enfants puisqu'ils ont 20 et 21 ans de moins, c’est sans doute ce qu’on devrait appeler la magie de la coupe. On peut être un héros à tout âge !

Les jeunes ont tous été très bons, y compris l’habituel maillon faible. On ne peut reprocher à Makonda qu’un gros manque de précision sur pas mal de centres, pour le reste il a été bon, il s’agit sans doute de son meilleur match chez les professionnels à ce poste de latéral gauche. D’habitude défensivement il est très fragile, cette fois même pris de vitesse il a en général su revenir et intervenir comme il le fallait.

Je ne vais pas insister sur les prestations individuelles, la seule surprise a été Makonda, Coupet n’a pas eu grand-chose à faire, on ne peut le juger que une rencontre comme ça, Cearà a été un peu en difficulté défensivement en première période, les autres ont été fidèles à eux-mêmes en bien comme en mal. Le plus important maintenant est la suite, samedi à Auxerre Sakho, Jallet, Nenê et Hoarau devaient être les seuls titulaires reconduits, j’espère que les 2 derniers auront récupéré, concernant le Brésilien j’en doute, il était vraiment frit à sa sortie. La programmation de ce match le samedi alors que Lyon-ArlesAvignon et Brest-Bordeaux pouvaient très bien avoir lieu le samedi et Auxerre-PSG le dimanche tout comme Lorient-Nancy. La LFP aurait pu loger à la même enseigne les clubs qui jouent la Coupe de France.

En demi-finale le PSG affrontera Angers, Lille ou Nice.

Mardi Nice a gagné à Reims après prolongation, Ljuboja avait ouvert le score d’un but magnifique, si depuis son transfert sur la Côte d’Azur il peine à marquer, quand il le fait il y met la manière (voir Nice-Rennes), Mouloungui a marqué les 2 autres buts pour une victoire 3-2 après un 2-2 au terme du temps réglementaire. Ces clubs jouent le maintien est-ce que Nice paiera sa qualification ?

Le Squaw Angers[4] a scalpé Chambéry à Grenoble, un match joué au Stade de la loose… Bah oui, regardez les résultats de Grenoble depuis 2 saison, c’est clairement le stade de la loose ! Remarquez, c’était idéal pour le match de la loose… Un duel CFA2 contre L2 dû à l’incapacité de Monaco, Brest, Sochaux, Valenciennes et Bordeaux à battre des clubs de niveau inférieur, c’est vraiment la fête de la loose. Un but juste avant la mi-temps a coupé les jambes des Savoyards, dont les espoirs ont fondu plus vite que neige au soleil. 3-0 à la fin, retour au quotidien, la CFA2.

Et puis il y a eu ce Lille-LorientM. Ennjimi est encore totalement passé à côté de son match, le rouge sorti à Bruno Ecuele Manga vers l’heure de jeu pour un simple contact aérien absolument pas fautif (il suffisait de fait l’estourbi pour le tromper) a complètement changé la physionomie de la rencontre, le LOSC a alors pu dominer outrageusement pendant toute la fin de la partie sans pour autant réussir à marquer, y compris en prolongation.

Les Lillois ont marqué à la 2e et à la 85e des buts logiquement refusés pour HJ, il y a aussi eu une action très confuse à la 82e, après le visionnage de 10 ralentis je pense que le ballon avait entièrement franchi la ligne au moment où après avoir repoussé le ballon sous sa barre Fabien Audard l’a reçu sur la tête et a enfin pu le bloquer. Pour avoir une certitude absolue il faudrait avoir une caméra placée sur la ligne, ce qui aurait été le cas si l’assistance vidéo était offerte aux arbitres. Audard a réussi quelques miracles pour offrir à son équipe une séance de tirs au but.

Audard aurait pu être le héros, il a touché le ballon sur le tir de Debuchy, puis est parti du bon côté sur celui de Frau… poteau rentrant, et a été arnaqué sur le dernier.

Entre-temps Arnold Mvuemba a complètement dévissé la 3e tentative lorientaise (et Landreau a détourné celui d’Amalfitano sans le sortir).





Audard peut avoir les boules, jamais M. Ennjimi n’aurait dû accorder le tir d’Eden Hazard, avant de tirer il s’est carrément arrêté, a bloqué son pied devant le ballon en stoppant sa course puis a frappé quand Audard était déjà parti. Chez moi ça s’appelle une feinte de frappe, sa course était terminée. Or la règle est maintenant la suivante : "Marquer un temps d'arrêt dans sa course avant de tirer un coup de pied de réparation pour tromper l'adversaire est permis. Toutefois, le joueur doit être averti pour violation de la Loi 14 et comportement antisportif s'il fait semblant de frapper le ballon après avoir terminé sa course. " Hazard devait prendre jaune et le T.A.B. devait être exécuté une nouvelle fois.

Le LOSC pêche énormément par manque d’efficacité, est de moins en moins bien, les Marseillais ont du bol, cette prolongation peut être un gros désavantage pour Lille (mais il y a un jour de récup de plus que pour le PSG et Lorient). On va à l’évidence assister à un tournant du championnat, mais dans quel sens ? Bonne nouvelle pour les joueurs, leur prochain match à domicile aura lieu sur une pelouse ENFIN changée.

Maintenant, si je vous dis Frau, Landreau et Rozehnal, Charbonnier et Arnaud, Letizi, Digard, Mabiala, Hellebuyck Ljuboja et Gace, ça vous dit quelque chose ? Tous passés par le PSG. Sans doute ont-ils été imprégnés de la magie du PSG, c’est ce qui les inspire en coupe. Le bonne nouvelle, c’est que le club où il y a le plus de joueurs passés par le PSG… ça reste le PSG ! La coupe est à nous, on va la garder !

(Bordeaux-PSG, Nancy-Nice, Lille-Sochaux… 1 ou 2 de ces matchs sera(seront) reporté(s) à cause de la finale de la CdF)

Notes

[1] Erding a clairement perdu sa place dans l’équipe type.

[2] S’il ne siffle pas la première faute, préférant laisser l’avantage, alors il doit soit siffler la faute de Cissé, soit revenir à la première faute considérant que le raffut est la conséquence du tirage de maillot, et dans ce cas donner CF et rouge.

[3] Jallet n’est pas que bouche-trous, Chantôme, lui, a longtemps été vu par Kombouaré et Le Guen avant tout comme un SPF, un sans poste fixe.

[4] Angers SCO.