• La folie des grandeurs.

L’UEFA avait-elle besoin du Grand Palais pour réélire son président alors… qu’il n’y avait pas d’autre candidat ? Michel Platini a encore fait sa propagande, il a été réélu à main levée ou plutôt à l’acclamation. De toute façon on n’a pas le droit de contredire Platini, on commettrait un crime de lèse-majesté. La FFF a payé pour le gala final, l’UEFA pour le reste, ça a encore coûté super cher juste pour faire la pur de cet ancien grand joueur devenu un politicien manipulateur de la pire espèce. Ses réformes sont scandaleuses, sa posture de défenseur des "petits" et d’un football populaire est une énorme escroquerie. Ce type nous prend vraiment pour des imbéciles, dire que l’arbitrage à 5 est une réussite est du niveau de «le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière» ou encore «je n’ai pas eu de relation sexuelle avec Monica Lewinsky», il sait très bien qu’il ment mais n’hésite pas à le faire de façon éhontée.

  • Au moins il y a de l’espoir.

Jeudi l’équipe de France Espoirs a battu son homologue espagnole avec un doublé d'Emmanuel Rivière (!!!) et un but de Gueye. A 11 contre 10 pendant toute la seconde période et en ayant mené 3-0, les Bleuets ont réussi à ne l’emporter que 3-2 suite à des erreurs défensives assez exceptionnelles, en particulier la boulette énormissime du 3e gardien de l’OL, Mathieu Gorgelin, déjà fautif sur le 1er but espagnol. Cette victoire sur la pelouse pourrie de Reims ne signifie pas grand-chose, elle ne fait pas de mal, elle est encourageante, mais elle n’apporte rien, je rappelle que le prochain Euro et les JO nous sont passés sous le nez. Qui plus est, dans cette génération, ou du moins dans le groupe de joueurs convoqués par Eric Mombaerts, peu semblent avoir un réel avenir international en EdF A (peut-être Corchia, Griezmann et Varane mais ce dernier n’est entré en jeu qu’à 20 minutes de la fin à 3-2).

Les A ont quant à eux gagné au Luxembourg au terme d’une purge. C’était mauvais, Evra et Ribéry n’ont pas du tout convaincu après leur cinéma du début de la semaine. 2-0, c’est pas du Lux !

  • Le bœuf et les ânes.

Cette semaine, Alberto Contador a gagné le Tour de Catalogne… mais il a aussi appris que l’UCI avait ENFIN décidé de faire appel auprès du T.A.S. concernant son acquittement par sa fédération nationale dans son affaire de dopage sur le Tour de France.

Mieux vaudrait pour tout le monde qu’il soit suspendu, et à vie qui plus est. 2 ans pour dopage, 135 ans pour mensonge et mise en cause de l’honneur du bœuf qu’il accuse de l’avoir dopé à son insu. 137 ans, ça revient à le suspendre à vie, avec tout ce qu’il a dû prendre il ne battra pas un record de longévité, s’il dépasse les 150 ans je veux bien qu’on me fasse la même chose qu’à ce pauvre bœuf…

De toute façon Alberto, tes arguments ne peuvent convaincre que tes fans, car comme je le rappelle souvent, seuls les cons t’adorent.

  • Plan à 8.

Oxford a défoncé Cambridge lors de la course d’aviron traditionnelle entre les 2 universités anglaises, le célèbre Boat Race Oxford-Cambridge C’est ça les parties à 8 (plus celui qui tient la barre !), il faut serrer les fesses, multiplier les mouvements de va et vient (attention à ne pas faire n’importe quoi, si l’un avance quand l’autre recule…) tout en évitant de lâcher tout son jus avant d’en avoir terminé. C’est primordial si on veut d’éviter de se faire sauter sur la ligne. Et puis en aviron on avance dos à là on où se dirige, du coup quand tu es derrière tu as les autres derrière toi, ces derniers peuvent quant il faut s’exciter pour faire le trou. C’est un super sport l’aviron !

  • Une histoires de stades.

Le Racing Métro 92 a joué pour la première fois au Stade de France, c’était samedi – à 3 jours d’un match de l’EdF de foot, c’est à croire que le consortium qui gère l’enceinte et les organisateurs des compétitions de rugby font exprès pour que les Bleus aient une pelouse pourrie – face au Stade Toulousain. Les visiteurs ont pris cher avec un drop au bout de 35s (2 en tout), 3 essais dont un tout en force de Chabal (qui était remplaçant), 2 transformations, 6 pénalités (donc 28 points de Jonathan Wisniewski). Toulouse n’a répondu que par 7 pénalités de Michalak.

Le score final est rude, 43-21, le Racing est 2e à un seul point, mais ce n’est pas un drame pour les perdants du jour, toujours en tête à 2 journées de la fin avec une belle avance sur le 3e.

Pendant que le Racing s’envole le Stade Français coule, une nouvelle défaite à entériner ce dont on se doutait depuis longtemps, il n’y aura pas de playoffs pour les autres Parisiens du Top 14. A force de penser maillots dégueulasses et calendriers pornographiques Max Guazzini et son équipe n’auraient-ils pas oublié le plus important, le rugby ?

  • L’histoire du con samaritain.

Les Championnats du monde de patinage artistique, qui devaient avoir lieu à Tokyo cette semaine, ont été reprogrammés à Moscou du 24 avril au 1er mai. Il y a eu foule de candidats pour récupérer l’événement : Moscou, Vancouver, Lake-Placide, Colorado Springs, Turku (Finlande), Zagreb et Graz. Une belle bande de charognards !

Il faut savoir que normalement la France doit organiser la compétition en 2012, mais que la FFSG, par l’intermédiaire du sémillant Didier Gailhaguet, a décidé d’offrir cette compétition au Japon… Que cherche-t-il ? Un Prix Nobel de la paix ? L’équivalent japonais de la légion d’honneur ? Il a de la famille là-bas ? Des parts sociales dans un bar à sushis ? Ou alors n’y a-t-il vraiment pas de blé à la FFSG au point qu’elle serait incapable de s’occuper d’un Mondial en 2012 ? En tout cas c’est sympa pour les patineurs français (surtout Joubert et le duo Nathalie Péchalat-Fabien Bourzat, pour qui 2012 serait l’année idéale pour des championnats en France, Amodio est très jeune et chez les filles on n’a encore personne, ça devrait être encore le cas dans 3 ou 4 ans), sympa aussi pour les Niçois qui devaient être les hôtes de ces championnats…

Comme c’est déjà attribué pour 2013 (au Canada), la France risque de se voir confier l’organisation pour 2014, année olympique (ça a donc lieu quelques semaines après les JO, beaucoup font l’impasse, ça a quasiment la valeur sportive du Trophée des champions en football). Il faut savoir que Moscou a reçu ses derniers Mondiaux en 2005, que le Japon a déjà eu les JO en 1998 puis les Championnats du monde en 2002 et 2007 alors que la France n’a pas reçu un de ces 2 grands événements depuis 2000. Entre temps les Ricains ont eu 2002 (JO), 2003 et 2009, le Canada 2002, 2006, 2010 (JO) et donc 2013, l’Italie 2006 (JO) et 2010… Se dépouiller pour donner à plus favorisé que soi n’est pas de la solidarité, c’est de la bêtise. Il y a d’autres façons d’être solidaire et d’aider.

Ne serait-il pas plus logique de dire aux Japonais qu’on les soutiendra pour 2014 ou 2015, c’est-à-dire lorsqu’ils se sentiront prêts ? Je ne suis pas sûr que dans un an la situation soit nettement meilleur qu’actuellement. Pour être clair je ne pense qu’ils ont autre chose à foutre que d’organiser une compétition de patinage et qu’il en sera de même l’année prochaine.

  • Objectif Ligue des champions… féminine.

La semaine dernière il était déjà question de football féminin, cette semaine aussi, car les matchs attendus ont eu lieu, tant en Ligue des champions qu’en D1, et ils ont donné lieu aux résultats attendus. L’OL est dans le dernier carré, le PSG s’est relancé dans la lutte pour être le second représentant français dans la compétition la saison prochaine.

  • Et le futpropr ?

En même temps que la D1 de football féminin avait lieu le tournoi de futsal de Bercy avec Brest, Paris, Lille et France 98. Plutôt sympa comme spectacle.

  • Tout n’est pas rose (il n’est pas question de Stade Français).

La vie en rose, ce n’est pas toujours rose, les basketteuses d’Arras l’ont appris cette semaine. Après un match nul 61-61 chez les Israéliennes de Ramla en finale aller de l’Eurocoupe de basket féminin, les Nordistes, dans leur salle aussi pleine – il y a même eu localement une polémique concernant la distribution des places – et aussi rose que possible.

Le rencontre a débuté presque parfaitement, ne manquait que l’adresse. 13-5 pour Arras dans le premier QT, ça partait vraiment bien. Le 8-28 lors des 10 minutes suivantes (dont un 13-0) a complètement plombé Arras. Au retour des vestiaires les Nordistes sont revenues très fort, recollant à -4 à la fin du 3e QT, elles ont gâché plusieurs occasions de -2 alors que la dynamique leur était favorable. Pendant environ 5 minutes elles sont passées de -4 à -6 à -4 et ainsi de suite jusqu’à encaisser un 3 points assassin qui leur a fait très mal (7pts d’écart). Comme en plus les arbitres ne semblaient pas aimer le rose (on les a vu siffler pas mal de fois de façon franchement abusée contre les locales), la situation était très compromises… D’ailleurs Arras n’a pas pu revenir, l’écart s’est même accru (dans les -5 à -9). Score final 53-61, des regrets, des pleurs. Marielle Amant (révélation française du dernier EuroBasket), Johanne Gomis, l’Américaine Leilani Mitchell et leurs coéquipières (notamment des Ukrainiennes) ont vécu une belle aventure assez improbable a priori (elles n’occupent que le 7e rang en Ligue féminine), elle s’est terminée en eau de boudin, on aurait préféré une fin digne d’un roman à l’eau de rose.

La suite – encore meilleure ! – est ici.