Pourquoi part-on des Champs-Elysées au lieu d’arriver sous l’Arc de Triomphe ?… Ça aurait de la gueule ! A bien réfléchir ce ne serait peut-être pas une bonne idée, vu l’état dans lequel je vais finir, on risquerait de croire que je suis le soldat inconnu et de croire que j’essaie de me barrer… Je n’ose pas imaginer la galère pour expliquer que ce n’est pas moi ! Même si je présente mes papiers, comme on ne connaît pas son identité (c’est l’inconnu le plus célèbre de France), personne ne pourrait me donner raison…

Let’s go ! 1 kilomètre à pied, ça use, ça use, 1 kilomètre à pied, ça use les souliers !
Rue de Rivoli… pour le délire je la fais en sprint…
2 kilomètres à pied, ça use, ça use, 2 kilomètres à pied, ça use les souliers !
3 kilomètres à pied, ça use, ça use, 3 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Elle finit quand cette salop*rie de rue de Rivoli ?!?
4 kilomètres à pied, ça use, ça use, 4 kilomètres à pied, ça use les souliers !
3 bornes en sprint… Pour me remettre, je marche jusqu’à la Bastille.
5 kilomètres à pied, ça use, ça use, 5 kilomètres à pied, ça use les souliers !
6 kilomètres à pied, ça use, ça use, 6 kilomètres à pied, ça use les souliers !
7 kilomètres à pied, ça use, ça use, 7 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Avec tous les emballages, bouteilles et autres saloperies que les gens laissent derrière eux la rue est dégueulasse, on dirait une décharge publique… C’est pire que ça, on se croirait dans les rues de Marseille !
8 kilomètres à pied, ça use, ça use, 8 kilomètres à pied, ça use les souliers !
9 kilomètres à pied, ça use, ça use, 9 kilomètres à pied, ça use les souliers !
10 kilomètres à pied, ça use, ça use, 10 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Raaaaah ! Mais c’est la SNCF qui s’occupe du ravito ou quoi ? Beurk !
11 kilomètres à pied, ça use, ça use, 11 kilomètres à pied, ça use les souliers !
12 kilomètres à pied, ça use, ça use, 12 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Agressé pour une barre de céréales… Mais que fait la police ? Maintenant je sais qu’il faut se méfier des écureuils du Bois de Vincennes… Encore plus voleurs que celui de la Caisse d’Epargne !
13 kilomètres à pied, ça use, ça use, 13 kilomètres à pied, ça use les souliers !
14 kilomètres à pied, ça use, ça use, 14 kilomètres à pied, ça use les souliers !
15 kilomètres à pied, ça use, ça use, 15 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Bon, bah… Je confirme : à l’est, rien de nouveau… Cap à l’ouest.
16 kilomètres à pied, ça use, ça use, 16 kilomètres à pied, ça use les souliers !
17 kilomètres à pied, ça use, ça use, 17 kilomètres à pied, ça use les souliers !
18 kilomètres à pied, ça use, ça use, 18 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Je suis plus frais que prévu, je vais claquer mon record, je le sens, je suis sur la base de 2h37… J’accélère !
19 kilomètres à pied, ça use, ça use, 19 kilomètres à pied, ça use les souliers !
20 kilomètres à pied, ça use, ça use, 20 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Fini ! Yes ! 2h36’17 !
Quoi ? Vous êtes sérieux ? C’est pas le jour des 20 kilomètres de Paris ? C’est le Marathon ? Je n’en ai pas encore couru la moitié ? Du coup je suis peut-être parti un peu vite…
21 kilomètres à pied, ça use, ça use, 21 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Il faut que je trouve une pharmacie… Si je veux finir, j’ai besoin de produits… Quelque chose pour les maux de tête que j’ai depuis mon passage aux 20 bornes… Et un désinfectant pour les morsures d’écureuils… Un antirabique aussi, parce que j’ai bien la rage là… Encore un coup des écureuils ?
22 kilomètres à pied, ça use, ça use, 22 kilomètres à pied, ça use les souliers !
J’y crois pas ! Retour à la Bastille ! Tout ça pour ça !
23 kilomètres à pied, ça use, ça use, 23 kilomètres à pied, ça use les souliers !
24 kilomètres à pied, ça use, ça use, 24 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Allez, de l’autre côté du pont il y a Notre-Dame, je vais allez vite-fait prier… pour que les organisateurs n’aient pas tout rangé au moment où j’arriverai.
25 kilomètres à pied, ça use, ça use, 25 kilomètres à pied, ça use les souliers !
26 kilomètres à pied, ça use, ça use, 26 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Et allez, on se fait arroser par les brumisateurs géants… S’ils ont puisé l’eau dans la Seine c’est que sans le savoir on est tous en pleine expérience de mort imminente.
27 kilomètres à pied, ça use, ça use, 27 kilomètres à pied, ça use les souliers !
28 kilomètres à pied, ça use, ça use, 28 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Tant qu’à nous faire courir sur les quais de Seine, ils auraient pu ouvrir Paris-Plage, au moins on aurait pu se rincer l’œil… Je vais compenser en mettant quelques mains aux fesses, je parie que je réussirai à me foudre dans la foule avant d’avoir pris une baffe…
29 kilomètres à pied, ça use, ça use, 29 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Loupé… La prochaine fois je fais gaffe, j’évite les femmes accompagnées, surtout si elles sont ministre et ont 2 gardes du corps avec elles… N’empêche qu’un écureuil, ça fait beaucoup plus mal qu’un garde du corps…
30 kilomètres à pied, ça use, ça use, 30 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Hein ? Le mur des 30 kilomètres ? Parce qu’en plus on doit faire de l’escalade ? Je me limite au mur des lamentations…
31 kilomètres à pied, ça use, ça use, 31 kilomètres à pied, ça use les souliers !
32 kilomètres à pied, ça use, ça use, 32 kilomètres à pied, ça use les souliers !
On pénètre dans le Bois de Boulogne… Allez, on serre les fesses,…
33 kilomètres à pied, ça use, ça use, 33 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Ah oui… ça use vraiment les souliers… mes Nike sont niquées…
34 kilomètres à pied, ça use, ça use, 34 kilomètres à pied, ça use les souliers !
35 kilomètres à pied, ça use, ça use, 35 kilomètres à pied, ça use les souliers !
On arrive aux 35 bornes, c’est là que tout se joue !... Environ 12000 à doubler et je peux finir dans les 20000 premiers !
36 kilomètres à pied, ça use, ça use, 36 kilomètres à pied, ça use les souliers !
37 kilomètres à pied, ça use, ça use, 37 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Mais que fout ici cette Laguna diésel immatriculée dans les Bouches-du-Rhône ? En plus elle a un logo OM accroché au rétro… Tu m’étonnes qu’elle soit rayée… Y’a même une banane dans le pot ! Non !! Non !!! J’l’ai pas touchée !!!
38 kilomètres à pied, ça use, ça use, 38 kilomètres à pied, ça use les souliers !
39 kilomètres à pied, ça use, ça use, 39 kilomètres à pied, ça use les souliers !
C’est bon… je crois que j’ai semé le ressortissant brésilien de sexe indéterminé qui gardait la caisse de Brandao… Il a dû la confier à ses ami(e?)s avant de rentrer au Brésil…
40 kilomètres à pied, ça use, ça use, 40 kilomètres à pied, ça use les souliers !
41 kilomètres à pied, ça use, ça use, 41 kilomètres à pied, ça use les souliers !
42 kilomètres à pied, ça use, ça use, 42 kilomètres à pied, ça use les souliers !
Bord*l, j’en peux plus, j’abandonne, le passage dans le Bois de Boulogne a pompé tout le jus qu’il me restait… Je bifurque pour descendre dans le métro et rentrer… Si je chope le mec qui a décidé qu’un marathon devait faire 42km195… Rah… trop bête… Si la distance était de 38,5km je serais arrivé au bout 3,5 kilomètres avant d’abandonner… L’an prochain je ne me fais pas avoir, je me prépare :
-cours d’auto-défense pour mieux m’en sortir contre les écureuils,
-repérage du tracé pour savoir où trouver une pharmacie de garde,
-révision de la composition du Gouvernement,
-cours de portugais pour éviter les malentendus lors de la traversée du Bois de Boulogne…
Normalement avec ça je devrais être pas mal.»

Je viens de vous raconter le parcours – légèrement romancé – d’un coureur participant au Marathon de Paris, dont la 35e édition avait lieu dimanche matin… Devant, des Kenyans et des Ethiopiens de partout (les 9 premiers chez les hommes, les 4 premières chez les femmes)… Youpi. Le vainqueur est Benjamin Kiptoo, connu pour son égoïsme, car quand il gagne de l’argent, il keep tout pour lui… Mauvaise vanne ? Attendez la suite, je peux faire pire !

Le premier Français, aussi premier non Kenyan ou Ethiopien, est Abdellatif Meftah 10e en 2h10’53. Suivent James Theuri (13e, 2h12’05) et Simon Munyutu (16e, 2h13’21), qui, sauf erreur de ma part, sont devenus Français par la Légion étrangère alors qu’ils étaient eux aussi Kenyans.

Dans le monde de l’athlétisme certains pètent plus haut que leur cul, il paraît que c’est le cas de Kipruto, vainqueur en 2009. Il n’est pas venu cette année, Paris n’est sans doute pas assez bien pour lui…

Et c’est donc sur cette vanne particulièrement honteuse que s’achève ce récit. Bravo d’avoir eu le courage de lire jusqu’au bout.