Côté lillois, Balmont, seul absent notable, était remplacé par Idrissa Gueye, issu de l’Institut Diambars créé notamment par Bernard Lama, venu donner le coup d’envoi fictif après l’hymne national et la présentation des équipes au président… de la FFF, car Sarko et Jouanno avaient eu peu de se faire siffler en descendant sur la pelouse…

Officiellement le PSG recevait même si en réalité à cause de Leproux et de la façon qu’a la FFF de distribuer les places – aucun en vente libre – les supporters lillois étaient plus nombreux (sans compter que le LOSC est le seul des 2 clubs à avoir reçu au SdF, c’est arrivé 3 fois en Ligue des Champions, plus 2 fois contre l’OL en Ligue 1). Etrangement, et contrairement à la plupart des finales au Stade de France, le virage nord avait été attribué aux Parisiens, un désagrément supplémentaire pour ceux qui viennent par le RER B. Comme on nage en plein délire dans ce pays, des Parisiens ont été interpellés le matin de la rencontre pour avoir collé des affiches dans les environs du stade… D’après ce que j’ai entendu des interdictions de stade sont à attendre… Pour avoir collé des affiches le matin d’un match dans le quartier du stade ? Bientôt il faudra un casier judiciaire vierge pour avoir le droit de pénétrer dans une enceinte sportive !

Tout aussi grotesque et scandaleux, le filtrage des supporters du PSG lors de la fouille afin de ne laisser passer personne portant un t-shirt blanc. Pourquoi ? Pour empêcher l’éventuelle fabrication d’une banderole à l’intérieur du stade… Bientôt pour prendre place en tribune les gens devront revêtir la combinaison de couleur orange fluo fournie par les stadiers et accepter un menottage aux mains et aux pieds… Vive la République, vive la France !

Paris jouait en rouge et blanc, Lille en blanc avec short bleu.

En première période, on n’a pas vu grand-chose, la rencontre est restée très fermée. Le LOSC a mieux débuté, obtenant quelques CPA sans réellement être dangereux, notamment car Bodmer et Hoarau dominaient dans les airs. A la 10e le PSG a lancé la première banderille, un CF de Nenê depuis le côté droit boxé par Mickaël Landreau. Dans la foulée un contre Lillois à 3 contre 1 a été interrompu par une très bonne intervention de Tiéné – comme quoi tout arrive !^^ – dont le placement sur le coup a empêché Gervinho de transmettre le ballon assez vite, le centre de l’attaquant ivoirien a alors pu être intercepté par son compatriote. Le PSG a progressivement pris le dessus dans le jeu, le LOSC évoluait essentiellement en contre, même si c’est sur nouveau corner que Rami a obtenu la première occasion de son équipe, une tête largement au-dessus (17e). Au cours de la minute suivante, on a assisté au seul tir cadré des 45 premières minutes, un CF dans l’axe à 28m tiré en force par Nenê, un peu flottant et qui a failli être détourné par le mur. Landreau a repoussé le ballon des genoux, Tiéné en a hérité à l’entrée de la surface mais sa frappe n’a pas atteint la cible.

Le PSG a continué à pousser, et c’est encore en contre de façon absolument pas construite que Lille a obtenu sa meilleure occasion, j’ai presque envie de dire meilleure occasion du match… Au départ, il y a une faute sur Nenê, qui saute pour prendre le ballon de la tête – et le prend – alors que Mavuba met le dos en opposition sans jouer le ballon, c’est super dangereux, le Brésilien fait la bascule, il retombe lourdement sur le dos, mais M. Turpin, pourtant très bien place, ne siffle pas, il laisse un Nordiste balancer devant, Gervinho et Moussa Sow partent dans la profondeur, le premier remise de la tête en retrait pour le second dont la volée des 20 mètres passe juste au-dessus.

Ensuite la maîtrise du ballon a changé de camp car le PSG jouait trop sur Hoarau, pas assez épaulé en pointe. Nenê n’était pas assez disponible côté gauche, il avait trop tendance à revenir vers l’axe. Giuly, quant à lui, a effectué un travail remarquable, il a énormément travaillé défensivement, ce qui fatalement lui a coûté un peu de précision dans ces gestes offensifs, il a ainsi eu du mal à ajuster ses centres.

A la 35e minute Rami bouscule Hoarau dans le dos à l’intérieur de la surface – et pas en trébuchant, de façon volontaire, le ballon, il s’en fout – il n’y a rien. Lors de PSG-Nancy pour les mêmes faits – en trébuchant cette fois – l’arbitre a sanctionné Jallet d’un rouge+péno encore plus tôt pendant la rencontre. A 4 jours d’écart, 2 arbitres de L1 ne réagissent pas du tout de la même façon, et les 2 fois c’est le PSG qui mange. Au bout d’un moment, ça devient lourd. J’ai revu les images, le bras, ça ressemble à de la défense de basket entre pivot, pas à du football, pousser en mettant l’avant-bras dans le dos de son adversaire et balancer son adversaire au sol, on n’a pas le droit de le faire !

M. Turpin, plus jeune arbitre à officier lors d’une finale de CdF (29 ans moins 2 jours), a sifflé un peu tout et n’importe quoi. Il n’était pas à son niveau habituel, il hachait le jeu tout en laissant passer de grosses fautes.

Gueye met un gros coup de coude dans la tête de Bodmer… Chedjou chope Ludo Giuly avec le 2e pied alors que l’ailier parisien avait échappé au premier tacle et allait centrer… Yohan Cabaye empêche clairement Makélélé de jouer vite un CF… Ces fautes n’ont pas provoqué de carton alors que Nenê en a pris un aux conséquences très importantes pour rien. Il a juste repoussé Cabaye auteur sur la même action de 3 fautes pour l’empêcher de lancer une contre-attaque (coup de pied, puis il tient Nenê des 2 bras, puis ajoute un raffut, Nenê a repoussé du coude puis du bras). Si quelqu’un méritait un jaune, c’était plus Cabaye. Nenê sera suspendu lors de la dernière journée à cause de 3 cartons dont 2 injustes (souvenez-vous de celui à Angers pour avoir marqué un but alors qu’il n’était pas hors-jeu).

A la mi-temps, le score de 0-0 était assez logique, on s’attendait à une belle finale, elle peinait à s’emballer, l’intensité ne se maintenait jamais bien longtemps à un bon niveau.

A peine 2 minutes après la reprise il a fallu remplacer Makélélé par Jérémy Clément. Le vieux capitaine parisien s’était blessé en fin de première période, il a tenté en vain de disputer les 10 premières minutes de la seconde, la douleur était trop intense. Il s’agissait donc peut-être du dernier match de sa carrière. Quand je disais l’an dernier qu’il devait arrêter sur la victoire en Coupe de France… et oui, j’avais raison !

Le PSG a tout de suite pris les choses en main, a poussé, on a alors vu du vrai football intense et rythmé, une réelle domination parisienne pendant le plus clair des 45 49 dernières minutes. Les Lillois éprouvaient les pires difficultés à sortir proprement le ballon de leur camp, ils ont très peu construit, ont essentiellement essayé de contrer, rarement de façon efficace. Pendant un bon moment la situation la plus dangereuse en faveur des Nordistes a été un dégagement derrière lequel a couru Sow. Camara s’est lamentablement troué et Coupet a préféré dégager de la tête plutôt de de prendre le ballon des 2 mains, il était encore dans sa surface. Des problèmes pour se situer dans l’espace ? Arf

Le LOSC n’a recommencé à être un tant soit peu dangereux qu’à partir de l’heure de jeu, et ça n’a pas duré. Une frappe cadrée foireuse en glissant (60e), un CF bien placé mais complètement manqué (62e), une petite phase de pression à partir d’un contre puis d’un corner avec 2 ou 3 centres (66e)… rien de bien méchant. A la 69e Gervinho a profité d’une déviation de la tête de Tulio De Melo, entré depuis quelques minutes, pour foncer en direction de la surface. Tiéné a alors tenté un tacle risqué qui aurait pu lui valoir un rouge et de concéder un CF à 17m[1]. Heureusement que M. Turpin n’a pas sifflé contre le latéral gauche car il aurait dû sanctionner l’attaquant brésilien du LOSC pour avoir démonté Sakho coude en avant en faisant sa déviation (avec en prime une petite faute d’un autre Lillois au moment où le défenseur central sautait). Jusqu’aux 5 ou 10 dernières minutes, plus rien du côté lillois.

Paris installait beaucoup plus son jeu, le côté droit Cearà-Giuly faisait belle impression avec le renfort de Chantôme, comme toujours au four et au moulin, le PSG se créait de véritables occasions,

Hoarau a eu 3 occasions lors de cette rencontre, une petite à la 40e (une tête à 15m sur un très long CF de Nenê, il n’a pu cadrer), une belle à la 56e (frappe enroulée des 20m en glissant, Landreau a pu la claquer en corner), et une énorme à la 75e.

Lancé dans la profondeur côté droit par une passe fantastique de Giuly en une touche, Erding prend de vitesse le défenseur, pénètre dans la surface et centre pour Hoarau passé devant Rami en appelant le ballon au premier poteau. Il reçoit le ballon à 6m du but face au premier poteau, essaie certainement de croiser sa reprise du plat du pied mais la loupe complètement (en disséquant les images j’ai l’impression qu’il frappe avec le côté du gros orteil du pied droit), le ballon passe entre les jambes de Rami et se dirige quasi-parallèlement à la ligne de but de l’autre côté de la surface. Ah… Si seulement Nenê avait pu suivre de plus près l’action, il aurait pu surgir et marquer sans opposition, malheureusement au moment de la passe le Brésilien était au milieu du terrain, il a sprinté sans pouvoir arriver en zone assez rapidement.

S’agit-il du tournant de la rencontre ? Si le but avait été marqué, j’aurais répondu oui, mais en réalité n’importe quelle occasion parisienne aurait pu l’être. Par exemple le corner avec rebond devenu direct qui a failli finir au fond parce qu’un Lillois s’est retiré au dernier moment. Landreau était vigilent, comme pendant toute la rencontre, comme sur le tir croisé de Chantôme à 16m sur un deuxième ballon. Encore une claquette au sol pour mettre en corner... Landreau aurait pu être beaucoup plus sollicité, trop d’actions ont avortées avant terme par manque de précision ou de justesse technique. Ceci dit, au bout d’une si longue saison, en pleine série de 5 matchs en 15 jours, avec 70 minutes disputées à 10 mardi, les gars ne risquaient pas d’être super frais, lucides et précis du début à la fin de la finale.

En étant bon, M. Turpin aurait pu provoquer ou éviter d’empêcher le tournant du match. Il a sifflé contre les Parisiens des fautes inexistantes, je pense en particulier à une pseudo-faute de Nenê juste après le loupé d’Hoarau, un Lillois a glissé seul, le Brésilien a récupéré le ballon dans la surface, il y avait là une grosse occasion… annihilée par un coup de sifflet injustifié. Ça mériterait un carton rouge contre l’arbitre. Il a oublié – ou n’a pas voulu punir – plusieurs mains évidentes et une série de fautes sur Hoarau (et Nenê). A la 85e on a eu le doublé, main qui détourne le centre de Nenê et Hoarau balancé dans la surface… R.A.S. pour l’arbitre. Si en première période M. Turpin a eu tendance à siffler tout et n’importe quoi, en seconde il laisser tout passer, ça devenait horripilant. Il a extrêmement mal fini la rencontre, je vais devoir y revenir.

Sur la contre-attaque de l’action du penalty oublié – merci à France Télévisions d’avoir omis de nous proposer le ralenti de cette intervention illicite dans la surface[2] alors que 2 minutes plus tard la faute de Tiéné cause de son carton jaune, de sa suspension contre Saint-Etienne et surtout du CF funeste a eu droit à 3 séquences séparées de ralentis avec un ou deux angles différents à chaque fois permettant de se rendre compte que Mathieu Debuchy a eu de la chance d’obtenir ce fameux CF (il a marché sur le ballon avec son pied d’appui, ce qui fait partir la gonfle et empêché Tiéné, dont le geste pour dégager était déjà lancé, de frapper dans la cible initiale, ça s’est ainsi transformé en coup de pied dans le protège-tibia de la jambe gauche du Lillois) et d’apprécier la beauté de son vol plané (après le coup, il a pris appel sur sa jambe droite pour s’envoler, effectuer une sorte d’entrechat à l’horizontale et atterrir 3 mètres plus loin les reins sur le ballon, d’où une nouvelle envolée cette fois à la façon d’un poisson hors de l’eau ou d’un épileptique… très impressionnant, peut-être un poil surjoué, il pouvait faire plus sobre) – le LOSC s’est procuré un corner,Debuchy – déjà lui – a mis la tête au premier poteau mais a dévié le ballon à l’envers, ça aurait pu être une énorme occasion, tout le monde a cru au but.

N’importe lequel des 4 changements significatifs[3] aurait pu être ce fameux tournant de la rencontre. Clément et Erding ont réussi chacun une très bonne entrée en jeu (respectivement à la 48e et à la 70e). Maké n’était pas bidon, mais le volume de jeu, la vitesse et l’impact physique de Clément ont fait une grande différence. Erding a apporté la profondeur dont le PSG manquait, Bodmer avait du mal à se situer, il n’a pas montré ce qu’on attendait de lui, l’équipe n’a pas pu profiter de ses passes géniales et de sa taille souvent utile sur CPA offensifs, plus éventuellement des frappes de loin.

A l’évidence, Rudi Garcia ne voulait pas de prolongation, à une demi-heure de la fin il a ainsi remplacé un milieu plutôt défensif, Gueye, par une pointe supplémentaire, Tulio de Melo. 4-2-3-1 avec Sow à droite ou 4-2-4, peu importe, ses intentions étaient claires. Sortir le Sénégalais était logique, probablement même nécessaire car après son coup de coude de la première période il avait été averti en début de seconde pour un dangereux tacle par derrière sur Nenê dans le rond central (on se souvient tous de la consigne donnée aux arbitres lors de la Coupe du monde 1998 : «tacle par derrière=carton rouge»… ça commence à dater, on ne le voit plus trop, c’est passé de mode, on préfère sortir des joueurs pour beaucoup moins que ça, des contestations, des célébrations de buts, des fautes présumées qui selon l’arbitre annihileraient une occasion de but). Ça a fonctionné quelques minutes, ensuite il a rééquilibré son équipe qui prenait l’eau, à la 79e Ludovic Obraniak a donc remplacé Sow, assez transparent.

La fin de la rencontre a été assez débridée. Frappes de loin, contrées ou non cadrées, centres, corners,… Un sale parfum de prolongation commençait néanmoins à poindre, une catastrophe potentielle en perspective pour les 2 clubs à qui la LFP a refusé la demande de report de leur rencontre de la 36e journée (ils voulaient jouer entre la 37 et la 38e).

De prolongation il n’y a finalement pas eu à cause d’un BALC… Le CF très excentré suite à la faute de Tiéné a fini au fond. Bravo à ceux qui ont détruit Edel en louant Coupet pour le faire revenir titulaire, depuis son retour il a juste coûté au PSG une défaite à Marseille et une en finale de la Coupe de France, sans compter les occasions énormes manquées par les Lorientais et les Caennais sur corner.

Sur le CF décisif d’Obraniak le futur retraité n’a pas commis une seule erreur, mais plusieurs. Dans cette position – une sorte de corner très ouvert côté droit – un gaucher va dans la plupart des cas tenter de tirer de façon cadrée au second poteau en espérant qu’un coéquipier coupe la trajectoire ou trompe le gardien par son déplacement/sa positon. Coupet s’est encore une fois complètement manqué sur un CPA (ça lui est arrivé des tas de fois, c’est même sa spécialité^^). Ses erreurs ?
-Ne mettre personne au poteau (si tu postes Hoarau et ses 192cm à un poteau au lieu de le laisser devant au marquage de personne, c'est comme si tu réduisais la largeur de la cage de 2 mètres... le mieux est de le mettre au second poteau pour te couvrir au cas où ce serait cadré alors que si c'est cadré au premier poteau tu peux facilement intervenir, c'est face à toi, tu es sû de voir le ballon arriver).
-Très mal évaluer la trajectoire du ballon.
-Rester immobile au milieu de son but comme s’il avait les pieds dans le ciment.
-Baisser les bras (au sens propre).
Ce but était totalement évitable, chanceux pour le Franco-polonais, certes, puisque ça fait poteau rentrant et qu’Obraniak a eu besoin de beaucoup de réussite pour que le ballon finisse au fond, mais surtout évitable. Il n’y avait même pas de Lillois pour le gêner ! A la 89e minute d’une finale un mec aussi expérimenté ne peut pas se comporter ainsi, il doit être plus vigilent que jamais, s’interdire de prendre le moindre risque. Si Edel avait fait la même erreur, il aurait été décapité dans l’heure sur le parvis du Stade de France et ça tête aurait fait le tour des rédactions sportives plantée au bout d’un piquet !

La réaction de Coupet après le but et après le match en rajoute une couche, comme si on ne devait pas être assez dégoûté comme ça, on l’a vu tout souriant. Aurait-il confondu Trophée des Champions et finale de Coupe de France ? Il aurait dû se montrer déçu et désolé, ce n’est pas du tout l’impression donnée… Les déclarations du bientôt retraité sont hallucinantes : «A la base, je ne la vois même pas dedans. Et puis finalement, elle va au fond. C'est une trajectoire de fou. C'est que cela devait arriver.» «Ce n'est pas la fin du monde.» Entre le fait de ne même pas lever les bras, les sourires à la fin du match et les déclarations, l’image renvoyée est celle d’un "j’m’en foutisme" assez désolant. Ces propos de loser super détaché d’un événement tout juste achevé ne passeraient pas s’ils avaient été prononcés par un jeune joueur. A 39 ans il aurait beaucoup à apprendre de Mamadou Sakho, 21 ans. Le futur capitaine du PSG avait réellement les boules d’avoir perdu, et pourtant il a encore largement le temps d’étoffer son palmarès.

Le penalty concède presque sur l’engagement (récupération du ballon grâce à une double faute évidente sur Chantôme et Giuly juste devant Turpin, mais il était en pleine période de laxisme), n’est pas grand-chose, une anecdote. Notons que Coupet aurait pu être exclu pour ce vol plané de Gervinho déjà en train de planer quand son pied a touché le bras du gardien. De toute façon en sortant comme ça, il savait à quoi s’attendre. A partir du début du temps additionnel on a eu :
-l’attente pour le tir du péno, 25 secondes perdues ;
-l’arrêt du péno – pas très bien tiré par Debuchy en force dans l’axe à mi-hauteur – par le tibia de Coupet ;
-le jaune hyper sévère de Chantôme[4] et la pseudo-blessure de Cabaye+le remplacement d’Hazard par Dumont, 1’10 perdue ;
-une prise en sandwich sur Nenê à l’angle de la surface non sanctionnée ;
-le remplacement grotesque de Giuly par Saaaaammmmmmyy Traoré, 20 secondes de plus d’arrêt de jeu ;
-le coup de sifflet final à 94’05.

6 changements, plusieurs interventions des soigneurs (assez longues pour certaines, en particulier sur le CF du but, ça a duré 2 bonnes minutes), le péno pendant le temps additionnel, mais seulement 4 minutes, rien de rajouté.

Le PSG a plus mérité cette coupe que le LOSC, que ce soit sur ce match ou plus globalement cette saison en Coupe de France (8 buts en 6 matchs pour Lille dont 4 joués à domicile, 17 pour le PSG en ne jouant que 2 fois à domicile et en allant de faire découper dans le sud par des mecs qui défendaient avec une hache à la main et des Rangers à crampons aux pieds), une finale dominée par le PSG, un but extrêmement chanceux, un arbitrage particulièrement médiocre… Au bout du compte Lille a gagné parce que Rudi Garcia a titularisé son meilleur gardien, contrairement à Kombouaré. Sakho a encore été énorme malgré quelques gestes un peu osés en première période, Chantôme a comme toujours abattu un travail phénoménal, Giuly a profité d’avoir peu joué lors des 2 dernières rencontres, il était frais et a pu se dépenser en courant partout, il a défendu comme un acharné et détalé comme un lapin sur son côté droit, Cearà a réussi une excellente prestation (ça renforce mon opinion, en latéral il est meilleur que Jallet).

Nenê a été plusieurs fois dangereux mais a eu du mal à rester concentré, s’énervant de ne pas obtenir des CF pour des fautes pourtant réelles ou à s’en faire siffler des imaginaires, voulant parfois trop en faire et donc se dispersant. Si Hoarau a aussi été dangereux, lui aussi a eu du mal, il a subi beaucoup de fautes non-sanctionnées (il aurait dû obtenir au moins un péno), a encore beaucoup défendu, on aurait aimé qu’il apporte plus devant, il était trop seul pour faire beaucoup mieux, et quand il a enfin eu du renfort, il commençait à fatiguer. C’est alors qu’il a loupé la plus grosse occasion du match.

Sur Coupet, tout a été dit. Camara a alterné le bon et le très mauvais, Tiéné a alterné le très bon et le catastrophique, il n’a rien apporté offensivement, peu aidé par Nenê, rarement présent sur son côté gauche, et a eu du mal à contenir Debuchy. Dans l’ensemble le PSG a pourtant bien défendu, Hazard et Sow n’ont pas existé, Gervinho a été plutôt bien maîtrisé.

Ça fait mal au cœur d’encore perdre une finale qu’on aurait dû gagner, c’est la 3e fois depuis 2003 avec Layec qui sort injustement Hugo Leal face à Auxerre, un vol en règle par Kalt contre Lyon en 2008, et cette fois.

Je vous l’accorde, l’erreur la plus flagrante est cette fois celle de Coupet, celles de l’arbitre passent plus facilement inaperçues, pourtant elles existent bien.

Les années impaires réussissent rarement au PSG : 4 titres les années impaires (83, 93, 2 en 95), 10 les années paires (82, 86, 94, 96, 2 en 98, 2004, 2006, 2008, 2010)… 2012 sera l’année du PSG ! Peut-être… La petite consolation est qu’au moins le PSG a évité de devoir se cogner le Trophée des Champions, ce match amical en bois à l’étranger qui casse la préparation. L’affiche prévue au Maroc devrait être LOSC-OM.

Il ne reste que 3 matchs pour sauver la saison en se qualifiant pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions[5], c’est tout à fait jouable, ça augmenterait l’attractivité du club pour faire venir des joueurs de qualité (pas du Bisevac en somme) à défaut de tout de suite garantir de l’argent. Le calendrier est très favorable au PSG sur les 2 dernières journées[6] si le LOSC ne fait pas de connerie et bat Sochaux mercredi.

Le plus dur sera Bordeaux-PSG… le moment du BALC a évité une catastrophe de plus, ne pas avoir disputé de prolongation a évité de réduire les chances parisiennes de prendre 3 points en Gironde, c’est toujours ça…

Notes

[1] Si faute il y a eu, c’est hors de la surface.

[2] On se souvient du HJ+faute sur le gardien+main sur le but de Taïwo en finale de la Coupe de la Ligue le mois dernier, personne sur France Télévisions n’a fait remarquer que le but n’était pas valable.

[3] Il y en a eu 2 sans intérêt en fin de match.

[4] Il sera lui aussi suspendu lors de la dernière journée.

[5] Probablement en étant tête de série, le PSG sera 38e à l’indice UEFA.

[6] Jouer à Sainté sans Chantôme et Nenê (et Tiéné^^) ne sera pas forcément un problème si l’ASSE peut empêcher l’OL de jouer la Ligue des Champions, le public devrait virer au rouge et bleu pour l’occasion. Sony va se gaver en pub gratuite pour Playstation…