Je n’ai jamais compris le pourquoi de ces réticences : RG est le tournoi le plus difficile du circuit, on y joue sur terre battue, les matchs sont au meilleur des 5 sets, il faut éliminer 6 adversaires pour atteindre la finale, et jusqu’à preuve du contraire un joueur qui n’aura joué son premier tour que le mardi ou mercredi avant d’enchaîner le 2e tour le jeudi aurait eu moins de temps de récupération que s’il avait débuté le dimanche puis joué le mercredi.

Jo-Wilfried Tsonga (tds 17), l’an passé, avait râlé. Cette saison, le Manceau sans entraîneur a pris la chose autrement, il était content de la programmation et a été convainquant face à un modeste Tchèque, Jan Hajek. Score final, 6-3, 6-2, 6-2. On l’a vu assez serein, il ne s’est pas énervé, les conditions auraient pu le faire craindre. En effet, il faisait beau, mais moins que ces dernières semaines car des nuages cachaient par moments le soleil. Surtout, il y avait pas mal de vent.

Du vent ? Idéal pour Alizé Cornet, opposée à Renata Voracova, une Tchèque à sa portée mais contre qui la Niçoise avait perdu 2 fois. Très stressée de pratiquement ouvrir le tournoi, La Française a très mal débuté avant de tout de suite se reprendre. Elle a bien mené sa barque pour l’emporter sans souci (6-4, 6-2). L’an dernier porte d’Auteuil elle avait été sortie d’entrée.

Signalons que comme la plupart des Françaises Alizé a porté un ruban noir, un signe destinée à son amie Virgine Razzano dont le compagnon et entraîneur décédé il y a quelques jours après avoir lutté depuis plusieurs années contre la maladie.

Dans un registre plus festif Djokovic célébrait son anniversaire… Malheureusement dimanche les Français n’ont pas tous été à la fête[1] mais comme plusieurs engagés étaient des invités et des qualifiés, c’est assez logique. On a aussi un LL[2], Marc Gicquel, repêchée grâce au forfait d’Hewitt. Il s’est fait taper par Albert Montanes, l’enchaînement de sa victoire au gros Challenger de Bordeaux et des qualifications de RG lui a pompé pas mal d’énergie, il était dans le dur (et puis il a 34 ans, la récupération n’est pas la même qu’à 20 ans). C’est toujours de l’argent et quelques points de pris.

Qualifié pour la première fois, David Guez a réussi à gagner le premier set au tie-break face à une tête de série inconnue (tds 31), l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky. Toutefois, après avoir concédé son jeu de service en début de 2e set, ce dernier a profité de la fatigue de son adversaire pour s’imposer.

Augustin Genesse, un qualifié inconnu (178e à l’ATP, première présence à 28 ans dans le grand tableau à RG, c’est un galérien du circuit), affrontait Stanislas Wawrinka (tds 14), il a réussi à remporter le 1er set, une jolie performance en soi même si le Suisse s’est repris pour passer en 4 sets. Encore une fois la fatigue accumulée lors des qualifications a beaucoup joué.

On a aussi perdu des Françaises… Olivia Sanchez (invitée) a pris 6-0, 6-1 contre une Slovène, Polona Hercog… Dommage, d’autant qu’elle est mignonne… Et oui, le physique des joueuses compte, c’est comme ça, si le niveau tennistique chez les femmes était intéressant, ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs saisons, alors on ne s’intéresserait pas du tout on accorderait un peu moins d’importance à ça. Mais avouez qu’un Mathilde Johansson-Julia Goerges (tds 17) n’est pas ce qu’on a pu voir de pire ! Cette Allemande est belle, grande, bien proportionnée, elle est bonne (là je parle tennis, elle a battu 2 fois la n°1 cette saison, les 2 fois ce mois-ci sur terre battue). Goerges a facilement enlevé la première manche, dans la seconde elle a dû revenir de 0-2, la fin de set et donc de match a été assez chaotique, typique du tennis féminin, on a vu des doubles fautes sur balle de break… Victoire de l’Allemande 6-4, 6-3 en 1h28.
(Suite beaucoup plus bas, d’abord illustrons ces propos concernant la magnifique Julia Goerges).

Parmi les Français rescapés on trouve Julien Benneteau. Après la perte du 1er set contre le Portugais Rui Machado, il s’est bien repris en s’efforçant d’être agressif. Il a déroulé, 4-6, 6-1, 6-2, 6-0… ce qui le place sur la route de David Ferrer (tds 7). Difficile d’atteindre le 3e tour, l’Espagnol est dans le top 4 sur terre cette année.

On avait 2 rencontres franco-françaises, donc fatalement 2 qualifiés et 2 éliminés :
-deux quidams[3] français invités par la FFT ont disputé le plus gros match du jour, un 5 sets gagné par Maxime Teixeira (22ans) contre Vincent Millot (25 ans) sur le score de 6-2, 5-7, 6-7(4), 6-4, 6-1 ;
-dans le duel des jeunes Guillaume Rufin (invité car son classement a été plombé par une opération à la hanche en décembre) a mis 6-2, 6-3, 6-2 à Adrien Mannarino (pourtant tout proche du top 15) en 1h ½, le second nommé est totalement passé à côté. Rufin affrontera probablement Gaël Monfils au 2e tour.

Au passage, ne trouvez-vous pas que Mannarino c’est KKC (Kes-Kila-Changé) Nadal ?

On a déjà perdu 2 têtes de série, la 19 chez les hommes (Cilic) et chez les femmes (Peer).

Lundi, on lâche du gros !

Notes

[1] Pas celle de l’anniversaire de Djoko, il ne peut se permettre de "teufer" la veille de son entrée en lice.^^

[2] Lucky Loser

[3] Dans le sens où personne ne les connaît, peut-être en entendra-t-on souvent parler à l'avenir, qui sait ?