Stéphane Robert a gagné pour la première fois de sa carrière :
-à Roland-Garros (après une participation en 2004 et une en 2010),
-en 5 sets,
-contre un top 10.

Sa performance est tout à fait improbable, il a été logiquement dominé lors des 2 premières manches, 6-3 et encore 6-3. La fin du match allait sans doute être une formalité pour le Tchèque face à cet adversaire sorti des qualifications, donc logiquement usé, d’autant qu’il était arrivé à Paris après une demi-finale au Challenger de Bordeaux. Pas de bol, le Français a un bon feeling avec la République Tchèque (il a gagné il y a peu un autre tournoi Challenger à Ostrava), il n’avait rien à perdre, le public le poussait. Il s’est alors mis à jouer un tennis de rêve avec énormément de coups gagnants, quand il avait besoin d’un bon service en général il venait, c’était magnifique, il était sur un nuage. 6-2, 6-2, égalisation à 2 manches partout. Même s’il avait dû ensuite s’incliner, on aurait pu parler de petit exploit. Il ne s’est pas arrêté là, le petit est devenu immense.

Il lui a tout de même fallu batailler. Si les 4 premières manches ont été assez rapides (29 à 35 minutes chacune), la dernière a été beaucoup plus longue (1h15). Robert a dû sauver 2 balles de break dans le 4e jeu, puis une balle de match sur son service à 4-5, il sortait des coups hallucinants, et c’est sur un retour gagnant – en cassant une corde ? – qu’il a arraché une seconde balle de break à 7-7. Une fois son avantage obtenu, il ne l’a pas lâché. Le court n°2, surchauffé, a pu laisser éclater sa joie. Le public a porté le Français pendant cette remontée fantastique achevée en 3h23 sur le score de 3-6, 3-6, 6-2, 6-2, 9-7. Au prochain tour, le Stéphane Robert affrontera l’Italien Fabio Fognini, dont les derniers résultats ne sont pas fameux, à condition d’avoir bien récupéré il y a un coup à jouer. Le style de jeu ne sera pas du tout le même.

Pour Berdych, l’avenir, c’est une chute au classement ATP, il avait beaucoup de points à défendre à RG et Wim’, il risque la dégringolade.

Les autres têtes de série du tournoi masculin ont presque toutes assuré.

Djokovic (tds 2) s’est baladé, 1h ½, seulement 6 jeux concédés, 38e victoires consécutive en simple sur le circuit en 2011 (+2 en Coupe Davis en 2010), Thiemo de Bakker est sa 27e victime. Le record absolu est proche…

Roger Federer (tds 3) a fait le métier contre Feliciano Lopez, un terrien qui ne l’a jamais battu en 8 ou 9 confrontations. On ne s’attendait à rien d’autre qu’une victoire du Suisse, allait-il faire grosse impression ?
6-3, 6-4, 7-6, 1h59, compte tenu de l’adversité c’est plutôt logique, moins impressionnant que Djoko, mais c’est du travail bien fait. Prochain adversaire, Maxime Teixeira, découvert hier.

Gaël Monfils (tds 9) affrontait l’Allemand Björn Phau. A cause de son repas de pâtes au fromage à Madrid alors qu’il est allergique au formage, La Monf a dû déclarer forfait à Rome, il n’a que peu de repères et de références cette saison, comme d’habitude il a débuté RG en navigant à vue. D’entrée, ça s’est mal passé, break concédé à 1-1, plein d’occasions gâchées bêtement, set perdu 6-4 en ayant mal joué face à un mec qui fait des cadeaux… Le niveau de Gaël ne s’est pas tellement amélioré lors de la manche suivante, on ne le sentait pas très bien physiquement, néanmoins il a pu la remporter 6-3 en une demi-heure, profitant de nombreux cadeaux. Le 3e set n’a pas été facile, 7-5, puis il a déroulé, 6-0 en 21’, l’Allemand n’y était plus du tout. Le n°1 français n’a pas été flamboyant, tant s’en faut, mais ce n’est pas bien grave, il a le temps de monter en régime, si tout se passe bien après Guillaume Rufin il affrontera Steve Darcis ou Philipp Petzschner puis David Ferrer.

Richard Gasquet (tds 13) n’avait pas un premier tour évident, sa confrontation avec Radek Stepanek pouvait être un piège (sauf erreur le Tchèque menait 2 victoires à 0 mais jamais sur terre battue). Le Biterrois – c’est marrant qu’un Biterrois face tomber un tombeur… Stepanek est super laid, il a une tête de pervers, mais sa réputation de que*tard le précède, après Hingis notamment, Nicole Vaidisova, ancienne joueuse déjà retraitée à 22 ans, ils sont mariés depuis 1 an – s’en est très bien sorti, il a progressé tout au long du match. Une première manche assez difficile avec des balles de break sauvées par le Français dans le 5e (il est revenu de 0-40) et le 10e jeu (en gagnant un très long échange), et d’autres non converties avant de l’arracher 7-5 en pile une heure. Une deuxième manche plus rapide (39’) avec cette fois break pour mener 5-3 et conclure 6-3. Une dernière en déroulant, en affichant toute sa classe… 6-0 en 23 minutes. R.G. est dans la place à RG, dommage que le tirage lui ait réservé Djoko (ou Jean-Martin de la Poutre[1] en 8e de finale). D’abord, Marcel Granollers…

Un autre des gros matchs du jour opposait Ivo "Patator" Karlovic à Jean-Martin de la Poutre (tds 25). Rappelez-vous de ce qu’a fait le Croate il y a quelques semaines… Le surpuissant serveur a usé de son arme favorite pour empocher la première manche au tie-break, ensuite il a beaucoup gâché d’opportunités et l’a payé, l’Argentin s’en est sorti, pas dans la facilité, certes, mais il est au 2e tour. Il a eu besoin de 3h13 (6-7, 6-3, 7-5, 6-4).

D’autres têtes de série sont passées, Fish (10), Youzhny (12), Troicki (15), Bellucci (23), Baghdatis (27), Davydenko (28) et Tipsarevic (29). Après Cilic dimanche et Berdych, une seule est passée à la trappe dans la partie basse du tableau… Mika Llodra (tds 22).

Mika jouait contre le Belge Steve Darcis, il a concédé un break d’entrée, a été assez mauvais, néanmoins il a réussi à revenir à 5-5 avant de l’emporter au jeu décisif. Malheureusement lors des 3 manches suivantes il a pris 6-3. Lors de cette rencontre il s’est laissé déconcentrer et énerver par des éléments extérieurs, notamment des hôtesses dans les tribunes qui n’arrêtaient pas se déplacer pendant les échanger, on l’a vu jeter sa raquette au sol, balancer une balle à la main en direction de l'hôtesse en question (il a pris un avertissement, ça l'a encore plus énervé), aller invectiver l’arbitre de chaise en lui disant «On n’est pas au souk ici, on ne vend pas des tapis sur un marché» car ce dernier ne réagissait absolument pas à ce bazard. Ces propos ne manqueront pas de faire causer, cet arbitre étant marocain. Perso ça me fait rire.

Parmi les autres résultats notables on retiendra…
-La défaite de Benoît Paire (22 ans, invité) contre Victor Hanescu au terme d’un combat en 4 manches, le Français aurait pu gagner la première, il a remporté la suivante, a accroché un tie-break, il s’est bien battu, c’est dommage, il n’aura pas l’honneur de se faire démonter par Djoko au 2e tour. Le score, 7-5 4-6 6-1 7-6(4). -Florent Serra ne Serra pas le prochain adversaire de Tsonga, il a été balayé par Andreev.
-Dans la partie haute du tableau dont les premiers matchs ont été lancés, Milos Raonic (tds 26), grande révélation de ce début d’année, a été sorti par Michael Berrer en 4 manches (6-4, 4-6, 6-3, 6-4). En même temps, le Canadien n’est pas tellement un terrien.

Passons au tournoi féminin

Ça a très mal débuté pour le camp français car Aravane Rezaï est passée à côté de sa rencontre le matin sur le Lenglen. Dans le second set elle a montré beaucoup de bonne volonté, mais son tennis n’est pas assez en place, elle n’est pas actuellement en condition pour être performante, on le sait, elle est en train de reconstruire un environnement. Sa défaite (6-3, 6-3 en 1h26) face à Irina-Camelia Begu, une jeune Roumaine prometteuse était presque inéluctable, Aravane n’en était pas moins déçue, elle était au bord des larmes à la sortie du court, très déçue de ne pas avoir été en mesure de s’en sortir.

Une autre Française a connu un sort différent, elle est inconnue mais a un nom qui vous dira probablement quelque chose si vous suivez un peu le tennis, il s’agit d’Iryna Brémond. En réalité elle est née Iryna Kuryanovich, de nationalité biélorusse, elle s’est mariée avec Gérard Brémond, son entraîneur, et a choisi de jouer sous la bannière française, elle disputait ainsi son premier RG (son premier match en Grand Chelem) à 26 ans grâce à une invitation. Brémond, ça ne vous dit rien ? Sévrine Beltrame portait ce nom, celui de son mari entre 2005 et 2009, mais elle était mariée avec Eric Brémond, lui aussi entraîneur… Eric et Gérard Brémond ont-ils un lien autre qu’une homonymie, je n’en sais absolument rien.

Elle a été très performante ces derniers mois sur le circuit ITF, elle devrait vite entrer dans le top 100 (elle est 139e), surtout si elle continue son parcours, mais face à Vinci (tds 30), ce sera difficile, surtout que la néo-Française a dû laisser beaucoup de forces pour sortir Evgeniya Rodina, une Russe. Elle a gagné une la première manche mais perdu la suivante, on a vu un match de tennis féminin typique avec beaucoup de breaks, des filles qui frappent fort et longtemps… Dans la 3e manche Iryna a eu des crampes à 3-3, j’avais mal pour elle, elle ne tenait plus debout, faisait son maximum pour s’étirer, se relaxer, mais le stress – et la déshydratation ? – avaient fait leur œuvre, on la voyait serrer les dents, sautiller, on la sentait au bord de l’abandon. Son adversaire a sans doute mal géré la situation, au lieu de profiter de l’état physique de la Française, elle est partie en sucette, a concédé le break avec une double faute (4-3)… 100% tennis féminin en somme. Je n’ai pas pu regarder la fin, ça s’est terminé un moment après à 8-6.

Dernière Française, Stéphanie Foretz-Gacon, battue par la Britannique Heather Watson sur le score de 7-6(6), 6-1. Je crois avoir lu qu’aucune joueuse venue d’outre-Manche n’avait gagné un match à RG depuis 1996. Est-ce possible ?

On a aussi vu…
Francesca Schiavone (tds 5, championne en titre) se balade face à Mélanie Oudin.
Caroline Wozniacki (tds 1) exploser Kimiko Date-Krumm (40 ans) avant de jouer Wozniak.
Vera Zvonareva (tds 3) a battu Lourdes Dominguez Lino.
La seule apatride du tableau, Marion Bartoli, a galéré face à Anna Tatishvili (une Géorgienne), elle a perdu la première manche 6-1, puis gagné 6-2, 6-1.
Daniela Hantuchova (tds 28) s’est qualifiée, de même que Maria Kirilenko (tds 25), qui a sorti l’Américaine Coco Vandeweghe. Heureusement que Maria est toujours là ! On aura peut-être une chance de la voir jouer…

Les têtes de série éliminée sont Flavia Pennetta (18), Nadia Petrova (26) et Klara Zakopalova (31).

Demain, dans le désordre : Simon, Sharapova, Caroline Garcia, Nadal, Söderling, Ivanovic, Razzano, Murray,…