Alizé Cornet a été laminée par Nuria Llagostera Vives (qualifiée), c’est la seule réelle déception du jour car en forme et bien mentalement elle aurait dû passer (78e contre 112e). La petite Espagnole (1m55), qui avait seulement joué un double sans enjeu contre la France en barrage de la Fed Cup, a affronté une fille stressée, pas dedans, qui à la Niçoise parlait à voix haute sur le court, on l’a par exemple entendu exprimer sa frustration de ne pas être soutenue par le public, mais à 13h et en jouant si mal, difficile de trouver une foule emballée, Alizé jouait d’une façon qui aurait douché les plus enthousiastes des supporters potentiels. Une raclée, 6-0, 6-2, 1h26.

Dans le tableau masculin aussi un duel franco-espagnol a tourné en faveur de l’étranger. Julien Benneteau menait 3-2 dans ses confrontations avec David Ferrer (tds 7), il l’avait même battu à RG, seulement cette saison Ferrer est un des meilleurs joueurs sur terre, il a atteint la finale à Monte-Carlo et Barcelone, le coup était difficilement jouable. Bennet’ a fait ce qu’il a pu, en l’occurrence pas grand-chose, il est resté impuissant, s’est fait balader à droite, à gauche, devant (les amorties… arf…). Un break en début de manche a suffi à faire la différence : 6-3, 6-4, 6-2, 1h59.

Un match encore beaucoup plus déséquilibré avait eu lieu en ouverture sur le Lenglen, Roger Federer contre Maxime Teixeira. Le Français a gagné le 3e jeu pour revenir à 2-1, mais il ne s’agissait que d’un petit répit, il a ensuite pris une bran-bran, 6-3, 6-0, 4-0, puis a évité de rentrer en vélo, bien aidé par le soutien du public – et à mon avis parce que le Suisse n’a pas voulu être trop méchant – il a gratté 2 jeux. 1h24, Federer ne se sera pas fatigué, tant mieux pour lui car il doit maintenant jouer Janko Tipsarevic (tds 29). Le Serbe vient d’enchaîner 2 bran-bran.

Sur le "court des miracles", Stéphane Robert n’a pas rééditer son exploit de lundi face à Berdych. Il affrontait Fabio Fognini, un bon terrien italien tombeur de Gaël Monfils l’an dernier (un match en 2 jours assez étrange), mais un joueur prenable par le Stéphane Robert en fusion des 3 derniers sets d’il y a 2 jours. Malheureusement il n’a pas du tout récupéré mentalement plus que physiquement. Son parcours débuté en qualification a pris fin, lancé comme un frelon il s’est mangé un pare-brise. 1h09… Violent. 6-2, 6-1, 6-0, imaginez un 4e set, il aurait perdu 6 à -1. Il faudra oublier ce mauvais souvenir et ne retenir que le bon.

Pour Guillaume Rufin non plus le miracle ne s’est pas produit, ça lui aurait fait un beau cadeau d’anniversaire (21 ans jeudi). On le connaissait déjà, avant de sortir Manarino lundi il avait déjà étonné il y a 2 ans contre Eduardo Schwank, mais depuis il a été blessé, une opération de la hanche lui a coûté pas mal de place, il est 253e. Son adversaire n’était pas n’importe qui, Gaël Monfils (tds 9), spécialiste des matchs contre ses compatriotes (il en est maintenant à 10 victoires sur 12).

Gaël se baladait dans la première manche, 6-3 en moins d’une demi-heure, puis en début de 2e set le Parisien a eu une absence, il a concédé son jeu de service, a été mené 3-0, il n’était pas trop là, nettement dominé sans réagit, au bout d’un moment il s’est mis à jouer en marchant. Quelle mange bizarre… D’une certaine façon il a laissé tomber, pourtant il aura eu 7 balles de break, j’ai même l’impression que sa nonchalance a déréglé le jeu de Rufin. Après 45 minutes de ce spectacle étrange, Rufin a égalisé (6-1).

Comme on pouvait s’y attendre, La Monf’ a totalement changé d’attitude, s’est encouragé entre les points, a montré infiniment plus d’envie, il s’est mis à jouer. Rufin a évité de peu la roue de bicyclette, il a à nouveau subi, multipliant les erreurs et les doubles. Le match a pris fin en 2h38, 6-3, 1-6, 6-1, 6-3.
Au prochain tour, il affrontera Steve Darvis, le Belge qui a sorti Llodra au 1er tour.

Jo-Wilfried Tsonga (tds 17) disputera lui aussi le 3e tour, il a affrontait Igor Andreev, un Russe potentiellement dangereux (il était même très difficile à jouer il y a quelques années). Le premier set, pas de problème, même s’il aurait pu finir encore plus vite. Dans la 2e manche, ça va, il fait le break à 2-1… mais un relâchement lui fait perdre son avantage, si bien que l’affaire va jusqu’au jeu décisif. Il s’en sort 7-4 en finissant par 2 gros services. Dans la dernière manche break dans le 8e jeu, emballez, c’est pesé. 2h36 (6-3, 7-6, 6-3), ça vaut la perf de Le Monf’ il a connu un passage à vide et s’est bien repris.
Prochain adversaire, Wawrinka (tds 14), pour qui qualifié a rimé avec formalité.

Le 3e Mousquetaire, Richard Gasquet (tds 13), a sans doute été le plus convaincant, et pourtant il a passé plus de temps sur le court que Tsonga et Monfils, 2h59. La différence par rapport à ses deux compères est que comme lors de son premier tour il est monté en régime tout au long de la rencontre, montrant un niveau de jeu très élevé, on a l'impression qu'il a des certitudes dans son jeu sur terre, qu'il a confiance en lui (!). Il rencontrait le 49e à l’ATP, l’Espagnol Marcel Granollers, a mal débuté, a concédé 2 fois son break, est un peu revenu mais a cédé la première manche 6-3. Ensuite, il a fait une démo dans une atmosphère très sympathique, celle de la journée des enfants. 4-6, 6-3, 6-2, 6-4, du beau tennis, un Gasquet qui tient le coup malgré la chaleur, se montre bien relâché, en parfaite condition.
Saviez-vous qu’il n’a encore jamais passé 2 tours dans le grand tableau de RG ? Il aura l’occasion d’y parvenir pour la première fois en jouant contre le Brésilien Thomaz Bellucci (tds 23).

J’ai terminé avec les Français/Françaises, passons au reste, on va se concentrer sur les principales têtes d’affiche car toutes les têtes de série en lice mercredi sont passées à l’exception d’une Bulgare, Pironkova (tds 32), sortie par Gisela Dulko en 2 sets.

Certaines n’ont pas eu besoin de forcer leur talent, on citera Schiavone (5), Stosur (8), Jankovic (10), Kuznetsova (13) ou encore Hantuchova (28). D’autres ont eu beaucoup plus de mal, et pas n’importe qui…

Caroline Wozniacki a rencontré beaucoup plus de résistance que prévu face à Aleksandra Wozniak, retombée dans l’anonymat 2 ans après avoir réussi à se faire connaître par autre chose que son homonymie approximative avec la jeune Danoise devenue depuis N°1 du tennis féminin. Cette dernière s’est adjugé le premier set 6-3 en moins de 40 minutes (normal), puis a été malmenée. Il a fallu une erreur d’arbitrage pour offrir à un jeu décisif à la Scandinave, elle a ensuite fait tout un pataquès, contestant une annonce sur la ligne de fond de l’autre moitié de terrain, donc super loin d’elle. L’arbitre de chaise était descendu pour aller vérifié que la balle était bien dehors, ça n’empêchait pas d’aller râler.
Pourquoi ? Il semble que son père lui avait fait signe qu’elle était bonne. LOL.

Dans le tie-break la Canadienne a mené 6-3, mais à force de cadeaux, la Danoise l’a arraché 8-6. 1h16 rien que pour cette seconde manche… Le niveau était vraiment médiocre, il faudra jouer mieux que ça pour gagner le tournoi. Je ne vois pas Caroline Wozniacki enfin remporter le tournoi du Grand Chelem dont a besoin la n°1 au classement mondial pour être crédible.

Ce fût également très difficile pour Vera Zvonareva (tds 3), qui après avoir perdu la première manche 6-4 a arraché les 2 dernières 7-5. Son adversaire, l’Allemande Sabine Lisicki, n’est pourtant pas une foudre de guerre[1]. Julia Goerges (17) est difficilement venue à bout de Lucie Safarova (même scénario que Zvonareva avec un dernier set beaucoup plus facile). Julia Goerges, vous la connaissez, non ? Si ce n’est pas le cas, rattrapez-vous ! Dernière tête de série du tableau féminin dont il sera question ici, Marion Bartoli (tds 11), l’apatride qui essaie de se rapprocher un peu de la France, cette fois elle a porté le ruban noir arborée par les Françaises. Face à Olga Govortsova, une grande Biélorusse, elle a dû batailler près de 3 heures pour s’en sortir 6-3, 6-7(1), 6-2.

Nadal a fait le tirage, c’est Djokovic (2) qui a ramassé… Jean-Martin de la Poutre[2] (25) dès le 3e tour… violent !
Ça nous promet pour vendredi un sacré combat !
Les 2 hommes sont passés sans aucun problème, le Serbe a fracassé Hanescu (6-4, 6-1, 2-3, abandon), l’Argentin a mis Kavcic à la cave en 3 petits sets.
Si tout va bien ce choc désignera l’adversaire de Richard Gasquet en 8e de finale… Dans ce quart de tableau on trouve aussi des Espagnols dont Guillermo Garcia-Lopez (tds 30), venu à bout d’un LL turque sur le score improbable de 6-4, 1-6, 6-2, 4-6, 13-11. On y trouve aussi Fognini, Montanes et Youzhny (tds 12).

Jeudi, on va savoir qui sera le 4e Mousquetaire, Jérémy Chardy ou Gilles Simon (tds 18), un des deux passera forcément, ils se jouent au 2e tour. Espérons que quelqu’un endossera le rôle d’Albert, le 5e Mousquetaire… Et pourquoi pas une bonne surprise féminine ? J’espère que Caroline Garcia va confirmer face à Sharapova la bonne impression laissée au premier tour.

Notes

[1] 122e à la WTA mais qui a flirté avec le top 20 il y a 2 ans.

[2] Juan Martin del Potro.