Les joueurs, qui étaient-ils ? D’un côté, la Pologne presque au complet, elle se prépare pour l’Euro qu’elle organisera avec l’Ukraine dans un an. Les noms… arf. Trop compliqués, il faut de l’entraînement. On connaît bien Ludovic Obraniak, le Français du LOSC devenu Polonais, Dariusz Dudka, qui joue à Auxerre, ou encore les vedettes de Dortmund.

Laurent Blanc avait concocté un onze en fonction de plusieurs éléments :
-l’état de forme/fatigue de ses joueurs (d’où par exemple l’absence de Sakho de la feuille de match),
-les exigences des gros clubs de ne pas faire jouer certaines "stars" (Benzema, Ribéry, Nasri[1],…),
-le temps de jeu lors des 2 premières rencontres,
-la nécessité de préparer le déplacement en Albanie dont Adil Rami ne sera pas car suspendu à cause de son carton en Biélorussie.

L’équipe de départ était donc la suivante : Carrasso - Sagna, Kaboul, Abidal, EvraCabaye, Diarra, Martin - N’Zogbia, Hoarau, Valbuenain Valbuena.

Hoarau dans un 4-3-3 ça ne peut fonctionner que si on lui fait des centres et si les attaquants sur les côtés plongent dans le dos de la défense quand il joue en déviation. Problème, Blanc avait choisi de mettre un droitier – croqueur – à gauche et un gaucher à droite, ils ont parfois permuté mais on a vu très peu de centres. Les "faux-pieds" c’est bien gentil, seulement ça donne en général de faux centres. On a encore très mal utilisé le Réunionnais comme face à la Norvège en seconde période, au Luxembourg, ou encore contre la Biélorussie. Je l’ai expliqué 1000 fois, Hoarau doit être utilisé avec un autre joueur soit en soutien jouant proche de lui, soit avec un autre attaquant petit et rapide qui joue DEVANT lui. En ce qui concerne l’association Hoarau-Gameiro, qui semble pourtant être des plus complémentaires, on attendra encore… Peut-être au PSG… Pourquoi le sélectionneur refuse-t-il de la tester ? Il a remplacé le grand par le petit à la 78e. Le n°9 parisien n’a reçu que 2 ballons exploitables, un sur un long CF excentré à la 4e minute, l’autre sur une ouverture au sol de Malouda à la 74e, malheureusement le gardien polonais, Wojciech Szczesny[2] a sorti les parades nécessaires après le coup de tête au point de penalty et sa frappe en bout de course à l’entrée de la surface. Bien sûr, le ballon a été envoyé 3 ou 4 autres fois dans sa direction, je pense à une passe de Martin au-dessus de la défense mais un poil trop forte (9e), au centre de N’Zogbia relâché par le gardien (35e : Hoarau a jeté la jambe pour tenter d’en profiter, Szczesny s’est mangé son pied dans la face), à un ou deux corners (tête contrée à la 48e). Il est indirectement impliqué sur le but puisque le défenseur buteur contre son camp défendait sur lui, il l’a en quelque sorte embarqué d’un côté, ça a ouvert l’angle au joueur de Wigan. Pour toucher le ballon il a dû souvent redescendre, aidant à le sortir proprement, tentant d’accélérer le jeu. Il a beaucoup pressé en essayant de le faire intelligemment pour ne pas abuser des courses inutiles dans le vide.

Le grand Réunionnais a été plus qu’utile sur les CPA défensifs, il a dégagé/repoussé/contré un nombre fabuleux de centres, corners, CF… La presse du jour me fait bien rire en relevant qu’il a été mauvais parce qu’on l’a plus vu en défense qu’en attaque. Critiquer un joueur parce qu’il se donne pour son équipe, c’est tellement pertinent. Non mais rendez-vous compte que de nos jours le football par en sucette, des latéraux osent apporter le surnombre en attaque et faire des passes décisives ! Pire ! On voit des défenseurs centraux aller marquer sur CPA ! Les attaquants qui défendent, c’est une honte, à cause d’eux on n’encaisse pas de buts et on gagne 1-0… Un attaquant qui défend, c’est totalement inutile, la preuve, on n’en avait pas à Minsk vendredi dernier, ça n’a pas empêché les Bleus de gagner 1-1. Ah pardon, 1-1 ce n’est pas une victoire… Non, mais de toute façon Hoarau sur les CF comme celui du csc d’Abidal, ce n’est jamais lui qui écarte le danger… ah bah… si, en fait c’est lui une fois sur deux. Finalement, un attaquant qui défend, ce n’est pas si mal…

Après avoir abordé la compo et répondu aux anti-Hoarau – les pauvres, cumuler problème oculaire et neuronal, c’est dur – on peut passer au match dont je ne vais pas faire le résumé.

Malgré la température pas bien élevée, que le vent était bien présent, tout comme la pluie, l’ambiance était vraiment chaude. Les milliers d’écharpes tendues à plusieurs reprises, notamment pendant l’hymne polonais entonné par le public et les joueurs, les chants, les ola[3], mais surtout les applaudissements en rythme pendant la Marseillaise, j’ai adoré, on a rarement vu les hymnes si respectés dans un stade de foot. C’est très bon signe, contrairement à l’Ukraine, on sent l’attente que suscite l’Euro 2012. Il y a juste un problème de mascottes… Elles sont bien nazes. La Pologne joue assez bien au football, c’est une équipe assez opportuniste qui n’hésite pas se projeter rapidement en contre-attaque et à frapper de loin si l’opportunité se présente. Plusieurs de ces tentatives lointaines ont été dangereuses, elles ont manqué le cadre de peu ou obligé Carrasso à intervenir. Le gardien des Girondins a un gros problème de prises de balle. Je ne parle même pas du corner en première période sur lequel il était à la pêche (heureusement qu’un adversaire est venu le percuter), ni de la mine repoussée à la 75e au cours d’une action aussi confuse que comique[4], mais plus de celle de la 84e renvoyée dans l’axe alors qu’il pouvait facilement bloquer le ballon. Le dernier rempart des Bleus a été à l’image de ses coéquipiers, pas très propre, pas super serein, mais globalement efficace. Difficile de comptabiliser les interventions défensives in extremis des Français, entre les retours à l’arrache (Sagna en a fait beaucoup, il a été assez bon derrière, toutefois il a été pris dans son dos une fois, ça a failli coûter cher), les dégagements de justesse et les contres, Kaboul a même failli marquer contre son camp vers la 20e minute un peu avant de se blesser et d’être remplacé par Rami. Heureusement qu’Hoarau est très souvent venu aider…

Les latéraux ont surtout défendu, Evra s’est montré beaucoup plus actif offensivement que Sagna, auteur pour l’essentiel d’un bon centre… une fois Hoarau sorti, et pourtant c’est du joueur d’Arsenal est venu le but. Le latéral de MU a été l’auteur d’une prestation assez paradoxale. Il s’est montré très actif sur son côté sans pour autant être réellement dangereux, a été victime de plusieurs grosses fautes pas toutes sifflées, a pris un jaune pour s’être rebellé après avoir été découpé et a failli en récolter un second. J’ai l’impression que l’après Knysna l’a calmé, que ça l’a remis en place, qu’il a enfin pris conscience de ce que représente vraiment l’EdF et de l’attitude à avoir. Pour retrouver une place de titulaire régulier il doit faire profil bas et se donner à fond sur le terrain, depuis 2 matchs il semble être dans cet état d’esprit. Pourvu qu’ça dure !

On a vu un bon Alou Diarra en première période, il a mis beaucoup d’impact physique, parfois trop. Il a récupéré beaucoup de ballons, bien sûr il ne faut pas lui demander d’en faire quelque chose. Son remplaçant, Yann M’Vila, m’a semblé totalement transparent jusqu’à la 92e minute…Le Rennais a dû recevoir la cape d’invisibilité d’Harry Potter à Noël, ça fait 6 moins qu’il a disparu, c’est impressionnant !

Cabaye s’étant montré une nouvelle fois très timoré – à son crédit on trouve le CF pour Hoarau à la 4e, sa qualité de frappe sur les CPA a été aussi irrégulière que celle de son futur-ex-coéquipier lillois – il a fallu compter sur la nouvelle vedette des Bleus pour diriger la manœuvre. Martin a fait ce qu’on attend d’un 8-10, il a orienté le jeu, a été à l’origine de beaucoup d’actions, a effectué nombre d’avant-dernières passes. Il s’est montré très disponible en se baladant un peu partout sur le terrain, prenant aussi soin de bien se replier. On l’a beaucoup vu en début de match, puis de moins en moins jusqu’à un CF très bien tiré pour la tête cadrée de Rami à la 82e puis une action pleine de culot 5 minutes plus tard quand, parti du rond central, il a éliminé un joueur et frappé des 20 mètres juste au-dessus.

J’ai déjà traité le cas Hoarau et incidemment évoqué les deux joueurs sur les côté, il est temps de le faire plus spécifiquement. Un des deux a fait très bonne impression, on peut le dire, N’Zogbia a marqué des points, sans doute a-t-il gagné une convocation pour le prochain rassemblement, l’autre n’a déçu que ceux qui croient en lui.

Valbuena a voulu en faire des caisses mais n’a quasiment rien fait de bien. Il a cadré 2 frappes que seul un gardien sans bras et sans jambes n’aurait pas bloquées, ses centres n’ont que très rarement passé le premier défenseur – quand il a centré… une fois il n’a pas essayé en première intention si bien qu’il a fini par centrer directement derrière le but – et plus globalement dans le jeu il a été d’une maladresse affligeante. Bien sûr, il s’est battu pour récupérer le ballon, mais si c’est pour immédiatement le reperdre, tenter des dribbles qui ne passent pas, faire systématiquement un tour sur soi-même qui ralentit le jeu, autant laisser jouer son équipe à 10. Le paroxysme du ridicule a été atteint à la 53e : un triple jongle et un retourné grotesque dos au but… Il s’est cru où ? En vacances ? Ce geste, il pourra le tenter au beach-soccer avec l’équipe Picsou quand il passera ses journées au club Mickey avant la reprise de l’entraînement… Horripilant.

N’Zogbia n’a pas réussi tout ce qu’il a tenté, s’est laissé prendre plusieurs fois au célèbre "piège du hors-jeu", a fait quelques mauvais choix, n’a pas approché la perfection technique, néanmoins ses 72 minutes passées sur le terrain ont marqué les esprits. Tout d’abord, il a satisfait aux devoir de sa charge, à savoir se replacer. Surtout, il a beaucoup osé, c’est ce qu’on attendait des nouveaux lancés dans le grand bain. Il s’est plutôt bien débrouillé sur quelques CPA pour gaucher, quelques corners en début de seconde période, un CF correct à l’heure de jeu, il a trop peu tenté de centrer, préférant repiquer sur son pied gauche et frapper, c’est ce qui lui était demandé par Laurent Blanc puisqu’il l’avait placé dans cette position inhabituelle de gaucher à droite. Il s’est ainsi signalé à la 12e en provoquant le but contre son camp de Tomasz Jodlowiec, un tir détourné par la tête du défenseur (sans cette intervention ratée le gardien aurait capté le ballon), à la 64e le presque buteur a remis ça, cette fois le gardien a réussi – difficilement – à repousser le ballon.

Je pense que Charles N’Zogbia se rappellera aussi longtemps de sa "rencontre" avec le gardien polonais sorti de sa surface pour dégager le ballon de la tête… à moins qu’il ait tout oublié à cause du choc. Il a mangé de plein fouet le dénommé Szczesny, on aurait dit une sorte de splash depuis la 3e corde ou un truc de ce genre.

Le coaching n’a pas été d’une grande efficacité, à la mi-temps Abou Diaby et Yann M’Vila ont remplacé Cabaye et Diarra (Abidal a alors reçu le brassard), puis à la 73e Laurent Blanc a substitué Malouda et Rémy à N’Zogbia et Valbuena, puis un peu après Gameiro a fait son entrée et Hoarau sa sortie. Le joueur d’Arsenal a joué très haut, il a trop tenté de dribble et perdu plusieurs fois le ballon au milieu, permettant aux Polonais de lancer des contres, exactement ce qu’ils cherchaient. Le Rennais, invisible. Le Guyanais n’a pas attendu pour faire remarquer sa présence, réalisant une excellente passe dans la profondeur pour Hoarau. On l’a aussi vu sur d’autres actions qui n’ont rien donné, soit à cause du gardien, bien sorti dans ses pieds, soit à cause d’un manque de promptitude dans sa passe pour Gameiro. Gameiro aurait dû avoir 2 à 4 occasions de buts si ses deux coéquipiers de l’attaque post-coaching n’avaient enclenché le mode croqueur. Enfin… Rémy est beaucoup plus à blâmer, Malouda a un peu tardé à la 80e alors que le Marseillais a carrément "oublié" de lui donner le ballon après avoir tenté une percée dans l’axe, il suffisait de le décaler à 2 mètres à sa droite dans la surface pour avoir une énorme occasion, il a préféré s’enferrer dans la défense centrale (83e). Rémy a remis ça en 2 exemplaires à la 90e après un joli numéro sur le côté et un mauvais centre en retrait puis dans la foulée un mauvais centre facilement intercepté, les 2 fois Gameiro était bien placé et n’attendait que le ballon pour le pousser au fond.

La France a donc gagne en Pologne 1-0 contre une équipe de contre privée de Jelen (ça peut changer quelque chose s’il est là et en forme[5]), équipe qui semble assez solide, bien organisée. Poussés par leur public je pense les coéquipiers de Blaszczykowski, Wawrzyniak et autres Mierzejewski peuvent passer le premier tour à condition de ne pas se manger un groupe de la mort (étant tête de série tout comme l’Ukraine, ça leur pend au nez).
On a pas mal vu Obraniak dans le jeu, en revanche sur CPA il n’a pas été impérial, tant s’en faut, il a pas mal gâché, preuve supplémentaire qu’en finale de la Coupe de France il a surtout bénéficié d’un gros coup de chance. Il s’en est bien sorti avec seulement un carton jaune car il a découpé Evra en première période et taclé N’Zogbia par derrière en seconde.

L’ensemble est assez bon, ou plutôt rassurant, encourageant. Première bonne nouvelle, il n’y a pas de fatalité à s’ennuyer ferme en regardant un match des Bleus. On a pu constater du progrès en 3 matchs, notamment dans l’état d’esprit, dans la façon d’aborder les rencontres. Laurent Blanc aura peut-être moins de réticences à bousculer sa hiérarchie, à lancer des nouveaux, peut-être aura-t-il compris que l’expérience n’est pas la panacée.

Ça s’est bien vu, les Bleus ont trop souvent perdu bêtement le ballon au milieu. Certains ont parfois la tentation de chercher à briller individuellement, ils veulent jouer les héros en faisant la différence seuls et rencontrent l’échec. Martin et N’Zogbia ne sont pas tombés dans ce piège, le premier est un passeur naturel, pour lui c’est facile, le second aurait pu céder, mais non, mais il a souvent pour ne pas dire toujours cherché à combiner avec ses partenaires, en particulier son latéral (Sagna ou Evra). Un bon vieux dédoublement, il n’y a rien de tel pour créer des espaces et des décalages. L’EdF a souvent créé le danger lorsque les joueurs ont tenté des séquences en mouvement à une ou deux touches de balle en évitant de tenter l’impossible dans de trop petits périmètres. Globalement à l’approche de la surface il a été difficile de se trouver, ceci lors des 3 rencontres (d’ailleurs sur 6 buts marqués en 3 matchs aucun n’a été inscrit dans le jeu en frappant à moins de 15/16 mètres de la cage). S’agit-il d’un manque de justesse technique ? D’altruisme ? D’automatismes ? De simplicité ? A vouloir trop en faire certains accumulent le déchet et les erreurs, il serait bon de privilégier le jeu collectif et de plus varier en utilisant bien les côté mais aussi les airs, secteur quasiment abandonné dans les offensives françaises. La maîtrise affichée par séquences devra s’étendre sur la longueur si les Bleus veulent redevenir une très bonne équipe.

Je continue à le penser, les Bleus peuvent tout à fait atteindre le dernier carré de l’Euro 2012, le football français possède largement assez de talents pour y parvenir, reste à faire les bons choix. Il serait temps de s’y mettre.

Notes

[1] Blessé ?

[2] Il évolue à Arsenal… Une star le mec.^^

[3] Ça porte malheur… d’ailleurs la Pologne a perdu.

[4] Après un contre avec un sauvetage de Sagna sur sa ligne, le ballon repart, Rami est blessé à l’entrée de sa surface, l’arbitre n’interrompt pas le jeu, il laisse même un Polonais récupérer le ballon en commettant une faute – cet arbitre néerlandais a très souvent oublié de siffler des fautes évidentes – frapper au but, Carrasso boxe devant lui, Rami voir le ballon se diriger vers lui, se relève, dégage sur une demi-jambe, on finit par sortir le ballon et il va se faire soigner.

[5] Jelen apte et en forme, c’est tout de même assez rare.