Le premier QT a été marqué par la défense étouffante de Lettones parfaitement préparées pour faire déjouer les championnes d’Europe en coupant la relation entre les extérieures et les intérieures. Les Baltes ont fermé la raquette (que 6 tirs à 2 points tentés par l’EdF), ont plusieurs fois provoqué des violations du temps de possession (ou obligé les Françaises à tenter un tir casse-croûte au buzzer), ont parfois opté pour de la défense tout-terrain sur remise en jeu… Heureusement, les Bleues ont marqué à 3 points, Emilie Gomis en a mis 2, Edwige Lawson-Wade 1. La future Montpelliéraine est entrée en jeu très tôt à cause de la 2e faute de Céline Dumerc au bout de 3’41. Isabelle Yacoubou aussi a vite dû retourner sur le banc après son entrée. Les arbitres étaient particulièrement tatillons sur les écrans, de temps en temps ils inventaient des fautes, ça a été le cas pendant toute la partie, mais ce n’est pas pour cette raison que les Bleues ont eu du mal. 14 rebonds à 8 en faveur de la Lettonie dont 6 offensifs… Les Françaises aussi ont bien défendu et bâché 4 fois leurs adversaires, ça a compensé. 16-13 au bout de 10 minutes, c’était assez bien payé.

On peut regretter la maladresse d’une EdF pourtant volontaire et bagarreuse. Que de paniers ratés sous le cercle ! 4/18 à 2 points à la mi-temps, pour une équipe dont le point fort est le secteur intérieur, c’est très faible. Etrangement ce sont les tirs extérieurs qui permettaient aux Bleus de rester devant (4/9) au moment du retour aux vestiaires. Reconnaissons aux Françaises une certaine malchance, ou plutôt un gros manque de réussite, pas mal de fois leurs tentatives ont fait gamelle. Edwige Lawson était à nouveau la meilleure joueuse de l’équipe.

28-22 à la mi-temps, tout restait à faire.

En première période l’avance maximale a été de 8 points après un bon passage de Clémence Beikes. En seconde, elle a atteint les 10 unités à environ 13 minutes de la fin du temps réglementaire. La défense française était toujours aussi impressionnante, que ce soit la défense individuelle ou collective (celle-ci allant jusqu’à provoquer une ou deux violations de la règle des 5 secondes[1] et de celle des 24 secondes). La Lettonie a régulièrement été contrainte d’envoyer des bombes de loin – parfois de très loin – en fin de possession, mais qu’ils soient contestés ou non, ces shoots faisaient mouche. Elina Babkina, jolie blonde d'1m73 passée par la LFB, a commencé à prendre feu de près comme à distance, ses pénétrations en allant au contact lui permettaient de scorer presque à volonté, Gunta Basko a pas mal loupé mais aussi planté son 3 points. Côté français on peinait fortement à cause de la défense très dure des Lettones, on a perdu 2 ou 3 ballons bêtement. L’écart a fluctué entre 3 et 10 unités au gré de l’adresse – et de la maladresse – des deux équipes, y compris aux LF (Sandrine Gruda en a loupé plusieurs).

Endéné Miyem a débuté dans le 5 majeur après le repos, elle a joué presque tout le 3e QT, marquant 8 points entre autres actions positives. Elle n’a plus joué qu’environ 2 minutes par la suite, je me demande pourquoi, d’autant que Sandrine manquait d’adresse et qu’Isabelle "Shaq"oubou a fait banquette presque toute la soirée. Il y avait encore 41-36 pour les Bleues à la fin de ces 10 minutes, une avance dérisoire en basket mais relativement conséquente dans une rencontre si défensive. Les Baltes ont beaucoup mieux terminé le QT, on ne rentrait plus rien, elles étaient en réussite… et ont enchaîné.

Zane Tamane (pivot de 2 mètres) a tout de suite ramené la Lettonie à 3 points, Edwige Lawson a loupé 2 shoots ouverts consécutif from downtown, on a perdu un ballon… Rapidement, les Bleues ont été punies. Cette diablesse de Babkina a égalisé à 41-41 avec un 3 points improbable quasiment au buzzer. Un peu plus de 8 minutes à jouer et tout à refaire. Personne ne pourra reprocher aux joueuses de l’EdF un manque de combativité, on a même vu Céline Dumerc sauter 3 mètres hors du terrain pour récupérer un rebond offensif. Seulement, quand ça ne veut pas… Emmeline Ndongue a encore loupé sous le cercle, de l’autre côté Balkina, toujours aussi agressive, a obtenu 2 LF, permettant à la Lettonie de passer en tête pour la première fois depuis 12-11. 5 points de Gruda (dont un and one) et un nouveau gros panier primé de Basko plus tard, la 46-46 avec 5 grosses minutes à jouer.

D’ici au buzzer signalant la fin des 40 minutes, 4 paniers ont été marqués au milieu d’un florilège de tirs manqués et de pertes de balles provoquées ou non. Lawson a fait gamelle à 3 points, c’est ce qui était arrivé à Babkina un peu avant (en tirant 3 mètres derrière l’arc^^), Basko et Florence Lepron ont aussi loupé leurs tentatives, c’était vraiment très laid, et ça sentait mauvais, surtout lorsque la meneuse lettone de 22 ans est parti en coast-to-coast pour nous planter un layup et donner 4 points d’avance à son équipe à 2’38 du buzzer final. Une grosse minute plus tard Dumerc a imité son homologue après avoir intercepté au milieu du terrain, Ndongue n’a pas tardé à égaliser après un rebond offensif, c’était du 50-50 à 1’38 de la fin.

Les 2 équipes ont gâché, elles ont fait un peu n’importe quoi, ne réussissant chacune à prendre qu’un tir. J’ai la vague impression que les Bleues ont été arnaquées dans cette histoire, le marcher d’Ndongue m’a semblé inexistant et la faute sur Dumerc partie au layup n’a pas été sifflée… mais on ne peut pas accabler les arbitres sur cette action car elle a récupéré le ballon en le volant dans les mains de son adversaire, la France avait le ballon sur la dernière possession et l’occasion d’arracher la victoire. Le système mis en place pour ce tir de la gagne a totalement foiré, je ne sais pas ce qu’elles ont voulu faire, il n’y a même pas eu de tir (peut-être à cause d’une faute non sanctionnée sur Gruda…).

Prolongation… Assez logique en fait, les stats étaient toutes super équilibrées : 17/55 contre 19/53 aux tirs (dont 4/15 et 5/14 à 3pts), autant de rebonds et d’interceptions, autant de fautes à une près. Les Bleues dominaient dans 3 secteurs : les LF (12/18 contre 7/11, dommage qu’on ait gâché), les passes décisives (14 à 9, mais c’est logique puisque Babkina est dans un rôle de meneur-scoreur), et les contre, 6 à 0.

En prolongation Pierre Vincent a laissé Dumerc et Lawson ensemble sur le terrain, ce qui avait permis le retour de 50-46 à 50-50. Au début, ça a très bien fonctionné. Jusqu’au temps mort pris par le coach de la Lettonie à 3’12 de la fin, c’était quasiment parfait : après une faute offensive sifflée pour un écran d’Ndongue (agaçants ces arbitres), les Françaises ont intercepté 2 fois, ont pris 3 rebonds offensifs et obtenu 4 LF. Gruda et Ndongue ont fait un sans-faute, permettant à la France de se retrouver avec 4 points d’avance. Ça aurait dû le faire… avec de meilleurs choix de shoots. Rendez-vous compte que les 5 premiers tirs tentés par nos joueuses (en dehors de ceux ayant conduit à des LF) ont été pris derrière l’arc, aucun n’a fait ficelle. Céline Dumerc, notre capitaine, a loupé 4 de ces 5 tirs, Edwige Lawson a manqué l’autre (mais en toute fin de possession). Céline n’est pas une spécialiste, on le sait, dommage que pour ces systèmes on n’ait pas tenté le coup avec Marion Laborde par exemple.

Pendant que les Bleues loupaient, Babkina continuait son festival : panier en pénétration puis tir à mi-distance pour égaliser, nouvelle pénétration, cette fois Ndongue la bâche, seulement Tamane récupère le rebond et obtient 2 LF, elle était à 1/4, elle fait 2/2. On se retrouve derrière, on appelle un temps mort et on change enfin d’idée, au lieu d’allumer à 3 points on essaie d’attaquer dans la raquette. A défaut de réussir nos layups on récupère 3 nouveaux rebonds offensifs (en tout on en a pris 20 !) et 2 LF pour Sandrine Gruda, il ne reste que 17"7 au chrono, on peut égaliser… Mais la meilleure joueuse de l’EdF a loupé le second.

Dès lors on a dû envoyer une Lettone sur la ligne… Babkina a fait en sorte que ce soit elle, 58-55. Laborde est entrée à la place de Dumerc, éliminée mais elle n’a jamais pu tenter de tir, les Baltes avaient de toute façon décidé de faire faute pour ne pas risquer le tir à 3 points ou même les 3 LF. Edwige Lawson a réussi son premier LF, a volontairement loupé se second… Malheureusement il n’y a pas eu de 21e rebond offensif, l’ainée des Bleues a donc encore fait faute. Par chance un seul LF a été marqué, 3 points d’écart à 3 secondes de la fin ce n’est pas totalement foutu. Edwige a balancé le ballon au buzzer comme elle a pu… et a trouvé le cercle.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

59-56 pour la Lettonie… Babkina m’a tuer… 26 points (10/23, 2/5 à 3pts, 4/4 aux LF)… Et clutch en prime. Bien aidée par Tamane (9 points et 15 rebonds), elle a réussi à infliger aux championnes d’Europe en titre leur première défaite après 10 succès consécutifs à l’EuroBasket féminin.

4/21 à 3 points, ce n’est pas sérieux, ça fait 0/12 après la mi-temps dont 0/6 en prolongation (dont un seul nécessaire). Ce n’est pas le jeu normal des Bleues d’arroser de loin, normalement elles font leur loi à l’intérieur, or même dans leur domaine elles ont gâché (sans parler des 8 LF manqués). Ndongue aurait pu réussir le match parfait avec plus d’efficacité (2/7, ça gâche en partie ses 9 rebonds, 3 passes, 3 contres et 2 Interceptions). A vrai dire je n’ai pas tellement compris les choix de Pierre Vincent : tout le monde a joué, mais Miyem est restée sur le banc au moment où on avait besoin de scorer, Beikes aussi (au moins, elle a disputé une bonne partie du 4e QT), Yacoubou n’a pas du tout été utilisée après le 1er QT (pardon, 26 secondes à la fin du 2e… je n’ai même pas eu le temps de me rendre compte de sa présence).

En 2009 les Bleues avaient gagné tous leurs matchs, ce ne sera pas le cas cette fois.

Il y a de gros regrets à avoir, espérons que cette défaite soit un mal pour un bien et non un mal pour un mal…

SUITE.

Notes

[1] Celui qui doit faire une remise en jeu à 5 secondes pour lâcher le ballon une fois que l’arbitre lui donne ou qu’il récupère lui-même si c’est après un panier.