La première finale est celle du 400m NL avec Yang Sun en méga-star chez lui. Les Français sont à la 2 (Sébastien Rouault) et à la 7 (Yannick Agnel). A la ligne d’eau n°1 on trouve Park Tae-Hwan, un Coréen qui a failli sauter lors des séries alors qu’il figure parmi les favoris (il a déjà un beau palmarès), il est part très vite (nettement sous les bases du record du monde), Rouault est rapidement distancé. Le Niçois, loin de son meilleur niveau le matin, accélère en profitant de la vague d’Oussama Mellouli, il passe en tête à mi-course, mais Park remet une accélération, il prend une longueur d’avance sur tout le monde et va gagner sans souci… Impressionnant ! Le favori chinois a pris cher, il ne termine qu’argenté. Paul Biedermann complète le podium. Rouault, spécialiste des distances supérieures, a terminé 8e et dernier assez nettement derrière tout le monde, Agnel a eu du mal à résister à la bagarre, 6e à 3’’20 du vainqueur, pile 2’’ de l’argent et 1’’10 du podium. On espérait beaucoup mieux.

On avait déjà eu les demi-finales du 100pap féminin en ouverture de session, on a maintenant celles du 200m 4 nages. Stephanie Rice a remporté la première course… Stéphanie Rice, la célèbre… Est-elle toujours aussi bouillante ? En tout cas elle est la plus rapide, et de beaucoup.

Demi-finales du 50m papillon. Fred Bousquet est dans la première (14e temps du matin), Florent Manaudou, son beau-frère, dans la seconde (3e temps). Il n’y a pas la même présentation des athlètes car le départ est donné de l’autre côté du bassin.

Bousquet est à la 1, il ne fait pas cette épreuve avec de réels espoirs, c’est plus une préparation pour le 50m NL. Le tatoué termine 4e en 23’’42. Ça peut suffire pour se qualifier, mais ce n’est pas sûr, il faut attendre la seconde demi-finale…

César Cielo est à la 4, Manaudou à la 5. Le jeune Français part extrêmement vite et termine 2e derrière le Brésilien ! Magnifique ! 3e temps des demi-finales en 23’’32… il a une véritable chance de médaille (s’il est à son meilleur niveau ça se jouera à peu, il faut encore améliorer son PB) ! Bon, il est vrai que sur 50m l’aléa et les détails jouent énormément. Bousquet se qualifie avec le 8e temps. Ce sera demain au cours de la session de l’après-midi.

Il est l’heure de la cérémonie de remise des médailles du 400m NL (Park est tout petit par rapport au Chinois et à l’Allemand)… avant la finale du 400m NL féminin.

On espère un duel entre Federica Pellegrini et Camille Muffat, mais il faut se méfier de tout le monde, notamment de la championne olympique, Rebecca Adlington, cachée à l’extérieur. Ça ne part pas super vite, Muffat accélère dans le 2e 100m pour remonter progressivement, Lotte Friis est parti beaucoup plus vite. La Française reste en embuscade mais un peu en retrait, elle doit accélérer dans la 6e longueur pour revenir dans le coup pendant que Pellegrini se détache complètement et prend une longueur d’avance. Aux 300m Camille est remontée à la 2e place, elle ne pourra pas reprendre l’Italienne, qui l’emporte. Entre les 2 suivantes ça se joue à la touche.

Pellegrini a fait un très gros temps (4’01’’97), Philippe Lucas doit jubiler… Camille a eu du mal à résister sur la fin, elle ne fait pas un très mauvais temps (4’04’’06) – même si elle aurait pu mieux faire – mais est battue de 5 centièmes pour la médaille d’argent. Le bronze, c’est mieux que les déceptions souvent connues par le passé. Il s’agit de sa première médaille internationale en grand bassin (en course individuelle), elle avait jusqu’ici toujours échoué à confirmer son potentiel et ses temps d’engagement lors des grands rendez-vous.

On enchaîne avec les demi-finales du 100m brasse, Hugues Duboscq est dans la seconde. Il est à la ligne d’eau n°2. Il s’est rasé depuis ce matin, tout centième est bon à prendre.

Le Havrais fait un départ médiocre puis revient fort avant le virage, il craque dans les 50 derniers mètres. C’est cuit. 59’’37 pour Alexander Dale Oen ! Les 3 premiers de la course ont fait moins d’une minute, Hugues était très loin : 1’00’’56.

Le relais 4x100m NL féminin. La Chine est là, mais les favorites sont les Néerlandaises qui ont fait entrer Inge Dekker. On attend aussi les Etats-Unis, qui partent très vite, tout comme les Allemandes (Britta Stephen). La Chine passe 2e. les Pays-Bas reviennent très fort dans le 2e 100m avec Ranomi Kromowidjojo mais la très jeune Américaine (Melissa Franklin) en remet une couche (52’’99 départ lancé, c’est très fort). Marleen Veldhuis profite de la vague pour revenir à 3 dixièmes avant de lancer la dernière Néerlandaise, Femke Heemskerk (qui a la MPM et s’entraîne à Marseille, tout comme Dekker), auteur d’un énorme chrono (52’’46 !!). Les Pays-Bas conservent leur titre.

Avant la finale la plus attendue, le 4x100m NL masculin, on a le podium du 400m… Le temps pour Nelson Monfort de prendre un vent dans la zone mixte.

Et ensuite il craque pour la première fois en disant à Heemskerk qu’elle a «un sourire de tulipe»… Quelqu’un aurait une explication ?

Je suis obligé de le reconnaître, Pellegrini n’est pas dégueulasse[1] Au fait, c’est fini ou non avec ce b*tard de Luca Marin ? L’hymne chanté… pas du tout en rythme. Je l’avoue, ça fait mal au cœur d’entendre ça…

4x100m NL masculin… Alain Bernard, Jérémy Stravius, William Meynard, Fabien Gilot : pour la gloire. Du moins on l’espère. Certaines équipes ont tout changé plusieurs nageurs (jusqu’à 3), nous aucun, car aucun n’a déçu et ni Bousquet, ni Agnel n’a fait grosse impression. On retrouve notamment Michael Phelps. Il y a de l’électricité dans l’air…

Bernard ne prend pas un super départ, il passe 3e aux 50m, ne lance Stravius qu’en 5e position, battu par l’Australie, loin devant tout le monde avec le temps ahurissant de James Magnussen : 47’’49 !! Monstrueux ! Phelps a fait juste au-dessus de 48, le Sud-Africain 48’’15, l’Italien aussi l’a devancé. 48’’75 pour Bernard, c’est beaucoup moins bien que ce matin. On est très loin, Stravius remonte progressivement, on passe 3e ex-aequo à mi-course (il a fait 47’’78), l’Australie a une avance considérable. La France et les Etats-Unis reviennent progressivement sur l’Australie et l’Afrique du Sud, Maynard a été très bon (47’’39). Gilot plonge 3e à 0.64 des Aussies, le champion de France revient comme une torpille ! +0.59 à 50m… Naaaaaan ! 2e… La rage. Pour rien du tout. 14 centièmes. 3’11’’00 contre 3’11’’14…

Bernard va être montré du doigt… Il va sans doute s’en vouloir. Je ne sais pas si c’est son départ ou si c’est qu’ensuite il a voulu contrôler en fonction de ce que faisaient les Ricains et les Russes, les adversaires attendus, pour ne pas se griller avant les 20 derniers mètres, mais ça s’est joué là. Le temps stratosphérique de Magnussen a fait la différence. Les Ricains ne sont que 3e, ils ont été vaincus, mais l’Australie – dont les 4 nageurs ont fait moins de 48s – triomphe. En fait le relais français est un peu le Andy Schleck de la natation, toujours placé, magnifique 2e, mais jamais vainqueur lors du grand rendez-vous de l’année. Espérons que ce soit pour 2012.

Faut-il être déçu de cette journée ? On a rêvé mieux, on a connu pire. Disons que dans l’ensemble la satisfaction l’emporte car l’équipe de France de natation est bien lancée dans ces Mondiaux, il n’y a pas eu de faillite personnelle ou collective, les médailles sont là. J’ai presque envie de dire que la suite de la compétition déterminera ce qu’il faut penser de cette première journée, car si ça devait mal de passer, on repenserait sans doute de ces épreuves avec quelques regrets.

Notes

[1] Ça me rappelle mon article dess Championnats du monde 2009, il me semble que je l’avais intitulé Miss Polyuréthane et les dauphins, et j’avais fait un super photomontage de Pellegrini façon dominatrice en latex…