Jérémy Stravius, déjà vice-champion du monde en relais, part favori de la première demi-finale. Le Français est logiquement à la ligne d’eau n°4, ça part très vite, il est en tête et ne fait pas semblant… 52’’76 (!!)… 2e meilleure performance mondiale de l’année (Camille Lacourt est le seul à avoir nagé plus vite sur cette distance), record perso (une première pour lui sous les 53’’). Phénoménal !

Camille Lacourt va sans doute vouloir répondre pour remettre les choses au clair avec son compatriote… Le Français ne fait pas un grand départ mais ensuite, ça envoie, il passe aux 50m à 0.01 du record du monde, puis déroule. 53’’09.

Finalement il a assuré. C’est seulement le 3e temps des demi-finales, il ne sera pas entre les lignes jaunes, ce qui ne changera pas grand-chose, il sera le grand favori de la finale.

Le programme continue avec les demi-finales du 100m brasse. Leisel Jones gagne la première course devant les 2 Chinoises. Dans la seconde, Rebecca Soni se balade, 2 longueurs d’avance, elle pulvérise la MPM[1], elle a fait pas loin de 2 secondes de mieux sur tout le monde. A moins de se noyer, ce qu’elle a déjà fait mais sur 200m, l’or finira sur sa poitrine.

Grand moment de la session de l’après-midi, le 50m papillon (qui on le rappelle, n’est pas olympique). On y retrouve Florent Manaudou, frère de qui cherche à se faire un prénom dès ses premiers Championnats du monde, et Fred Bousquet, compagnon de la sœur et père de la nièce du premier. Le jeune a surpris son monde en se qualifiant en demi-finale puis en finale avec le 3e meilleur temps. Mais il s’agit de 50m, une discipline qui se joue en général à rien. L’aîné peut viser la médaille malgré son 14e temps des séries et son 8e temps des demi-finales, il a l’expérience et la vitesse pour.

Florent, à la ligne d’eau n°3, César "furosémide" Cielo à côté de lui (à la 4), Fred est à la 8. Ciélo gagne, Manaudou a craqué sur la fin après être très bien parti, il termine 5e[2], Bousquet fait 4e… à 3 centièmes du podium.

Et Ciélo pleure alors qu’il n’a rien à foutre là. Le pauvre petit... :-E (Plus tard, lorsque la médaille lui a été remise, il a été sifflé par le public). Les 2 Australiens et le dopé privent – encore – les Français des médailles. La rage. Bousquet est tout de même en confiance avant le 50m NL, son réel objectif. Et puis si le gars Manaudou progresse bien sur le 100m papillon, épreuve qu’il va travailler pour les JO, ça peut nous faire un relais 4 nages monstrueux (le relais est déjà excellent).

Sur 100m dos féminin, ça va vite également. Enormément de filles (8) sont passées sous la minute lors des demi-finales. Laure Manaudou a du taf si elle veut revenir au niveau. Malheureusement la France n’est pas directement concernée.

Quelques minutes plus tard ont lieu les demi-finales du 200m NL. Yannick Angnel est dans la première, ligne d’eau n°3, avec Park Tae-Hwan à la 4. Agnel décide de partir vite, il prend un peu d’avance dans le premier 100m et passe en tête à mi-course. Le Niçois ne relâche pas son effort et fait énorme impression, il n’est pas loin de son record de France. D’autres ont sans doute cherché à contrôler, ils ont peut-être pris de gros risques.

A la fin de son interview avec Nelson Monfort, Agnel lance une pique concernant Ciélo… J’aime !

Et juste après, la seconde demi-finale avec les 2 Américains et Paul Biedermann. Michael Phelps craque dans le second 100 mètres, il doit s’employer. Phelps finit 3e assez loin de l’Allemand et de son compatriote Ryan Lochte. Sebaastien Vershuren, qui avait réalisé un des meilleurs chronos le matin, est éliminé.

Ça peut nous faire une 3e journée énormissime ! Yannick a le meilleur temps de la saison parmi tous les engagés, il a aussi le meilleur temps des demi-finales. Avec lui et les 2 dossistes, si tout se passe normalement, ça doit faire 3 médailles dont un titre (on prend s’il y en a 2). Rappelons que la natation française n’a encore obtenu aucun titre mondial masculin (en bassin olympique, puisqu’en petit bassin il y a eu le titre à Dubaï).

Finale du 200m 4 nages. Stephanie Rice crispée[3] ? Non, elle semble assez nettement supérieure. Ye Shiwen[4] pour la Chine peut faire un truc (elle a 15 ans…) mais les Australiennes en principe seront sur le podium. A la 8 la Hongroise est partie très vite. Ariana Kukors est en tête à mi-course, elle a pas mal d’avance, elle est nettement devant, mais elle craque à la lutte avec l’autre Australienne, Alicia Coutts… La Chinoise de 15 berges revient comme une balle en crawl, elle règle tout le monde à la touche ! Premier titre mondial en natation course pour la Chine lors de ces Mondiaux à domicile après une razzia en plongeon. Ye en or, Coutts argentée, Kukors bronzée, Rice au chocolat.

Ça nous vaut une ola dans le stade (il y aurait 18000 personnes)… une ola demandée sur les écrans géants. Pas très spontané.

Dernière finale du jour, le 100m brasse avec normalement un Alexander Dale Oen qui devrait redonner le sourire – ou au moins un peu de joie même éphémère – à ses compatriotes norvégiens. Il a été très impressionnant en demi-finale.

Ça part extrêmement vite, bien en-dessous des bases du record du monde ! Dale Oen s’offre le titre en 58’’71, un temps de nageur en combinaison sans combinaison ! L’Italien est 2e, le Sud-Af 3e. Kosuke Kitajima n’est que 4e. Les 3 premiers ont fait moins de 59’’50, aucun autre n’est passé sous la minute.

Fini pour aujourd’hui, pas de médaille pour la France, on les attend demain.

Notes

[1] La chaude Australienne est maintenant l’auteur des 5 meilleures performances mondiales de tous les temps.

[2] Sa sœur a fait 7e du 50m dos pour ses premiers Mondiaux.

[3] Je sais, j’ai fait mieux.

[4] Ye est son nom de famille.