-la tenue d’un match à cette date,
-la compo de la défense,
-la présence de Samir Nasri,
-le choix des "faux pieds",
-les prestations de Benzema et de Loïc Rémy (bon+inefficace, nul+efficace),
-le résultat par rapport au match (le Chili a été meilleur mais aurait dû perdre… mais a fait mal nul),
-le seul joueur de Montpellier était… dans le camp chilien,
-le Stade de la Mosson était plein et bouillant, presque du jamais vu,
-l’ambiance était magnifique… mais avec plein de fumigènes, donc normalement plein d’IDS (qui ne seront jamais distribuées),
-les Chiliens étaient censés venir presque en touristes avec une équipe largement remaniée, pas prêts physiquement, on n’a pas vu que certains revenaient de vacances,
-Alexis Sanchez ne s’était entraîné que 2 fois avec le Barça après son retour de la Copa America, il a été éblouissant en seconde période.

Premier élément à mettre en avant, l’incongruité de cette rencontre – la seule pour se préparer aux 2 déplacements consécutifs en septembre pour le compte des qualifications pour l’Euro 2012 – mise en exergue par Laurent Blanc lui-même. Une rencontre en août alors que les championnats d’Espagne, d’Angleterre et d’Italie n’ont pas encore repris contrairement à ceux de France et d’Allemagne (notamment) débutés le week-end dernier, alors que les Sud-Américains sortent de la Copa America le mois dernier[1], ça ressemble plus à un cheveux tombé sur la soupe qu’autre chose. Il faut donner une liste avant d’avoir vu ses gars reprendre la compétition. Les joueurs ne sont pas du tout au même niveau de préparation, on n’a pas forcément les meilleures équipes possibles dans leur meilleure forme possible. Si Alexis Sanchez avait été en état de jouer 90 minutes, les Bleus auraient connu 3 fois plus de difficultés (je ne vous parle même pas des absences de Matias Fernandez et dans une moindre mesure d’Humberto Suazo). Certains ont découvert seulement mercredi soir une vérité pourtant connue de tout amateur de football qui se respecte : depuis plusieurs années le Chili est une des équipes les plus techniques du football mondial, elle joue très remarquablement bien au ballon. Son problème ? L’efficacité devant le but. Jorge Valdivia est un joueur assez génial, s’il avait été titulaire en quart de finale de la Copa America au lieu de n’entrer qu’à la mi-temps – et si le gardien avait été moins bidon – la Roja aurait sans aucun doute atteint le dernier carré si ce n’est mieux.

Commençons par la compo des Bleus un rapide résumé – rapide ? pas sûr… – de la rencontre.

Début de match moyen, le Chili semblait déjà meilleur, très bien organisé, pressait haut et récupérait le ballon dans notre camp sans toutefois se montrer réellement dangereux. Difficile pour les Bleus de jouer vers l’avant. Les attaquants français ont gaspillé les premières situations potentiellement génératrices d’une occasion de but, une frappe enroulée non cadrée de Benzema depuis l’angle de la surface (8e), 2 contre-attaques gâchées par Rémy dont un 3 contre 2 en oubliant ses coéquipiers démarqués (12 et 13e). Collectivement, on était proche du néant, les Bleus jouaient chacun dans leur coin. Après un numéro de dribbles de Benzema le ballon, mal dégagé, a fini dans les pieds de Marvin Martin. Sa frappe des 18m est passée juste au-dessus de la lucarne (15e).

A la 19e Rémy a ouvert le score de la tête grâce à un excellent centre de Benzema parti dans la profondeur vers le côté gauche (bonne passe de Nasri). Première action française digne de ce nom, premier but. L’EdF a parfois eu tendance à jouer à la baballe, les 3 "attaquants" étaient trop mobiles et absolument pas coordonnés, parfois ils étaient tous côté gauche, désertaient souvent la surface… Sans parler des HJ de Rémy… Quant au repli défensif, à part Martin, présent un peu partout on était loin du compte. La France n’a plus obtenu qu’une occasion d’ici la mi-temps, un tir cadré de Benzema pas franchement dangereux après avoir crocheté un adversaire (27e).

Le Chili a obtenu quelques opportunités d’égaliser. Servi à 16m50 par un excellent centre en retrait, Valdivia aurait pu ouvrir le score, seulement un faux rebond juste devant son pied a transformé son tir en passe pour son cousin Pedro assis tout en haut du virage du Stade de la Mosson (21e). Un peu plus tard, après un raid de Jimenez, environ 30m balle au pied jusqu’à l’intérieur de la surface avant d’être contré par Younès Kaboul, Valdivia a réussi le geste du match, un contrôle aérien totalement exceptionnel sur une transversale… Tu vois ça au milieu d’une purge sous la pluie par -12°, tu rentes chez toi content. Wahou. Bon, il s’est un peu enflammé en enchaînant avec un une-deux et une frappe du gauche vers la lucarne opposée (le ballon est passé à un petit mètre de la lucarne), mais qu’importe ?

Pendant le dernier quart d’heure de la première période Valdivia a continué à régaler. Dans le même temps Rémy devenait de plus insupportable à se prendre pour Messi (dribbler un adversaire, OK, s’enfermer et se croire capable de passer à 1 contre 3, qu’il arrête, sauf en club !), à louper ses contrôles (il a même réussi à se faire mal), à centrer pour personne… Nasri aussi était agaçant à vouloir porter le ballon 30 secondes en reculant au lieu de faire des passes. Ces comportements ne contribuaient pas à apaiser une rencontre de plus en plus tendue, ça envoyait du bois, le jeune arbitre anglais a commencé à sortir les cartons. La mi-temps a été sifflée après un CF des 25m tiré par Waldo Ponce un peu au-dessus du mur et de la barre.

A la mi-temps, Seymour et surtout Sanchez ont remplacé Médel et Jimenez. L’ancienne star de l’Udinese a tout de suite mis le feu, c’était impressionnant, on aurait dit un gars entré à 5 minutes de la fin d’une demi-finale de Coupe du monde dans une équipe menée 1-0. Pendant 10 minutes le Chili a beaucoup fait souffrir les Bleus… toujours sans être dangereux, hormis sur un corner de Valdivia repris par Ponce (petite frayeur) et une tentative un peu osée de lob, encore un coup du n°10.

A son tour, l’équipe de France a décidé d’enflammer la rencontre, elle a alors réussi 10 minutes réellement enthousiasmantes. Je ne saurais dire si le public a poussé parce que les Bleus ont poussé ou si c’est l’inverse – l’œuf ou la poule ? – mais ils ont enfin joué au football, quelques actions à une touche, et c’est bien le principal. Malouda a enfin signalé sa présence sur le terrain. Il paraît que le Guyanais «a alors été de tous les bons coups», je l’ai lu ou entendu quelque part. Ah ? J’ai plus retenu la contre-attaque gâchée finalement terminée par une frappe à côté (54e), l’horrible tir du droit (56e) ou encore un décalage mal exploité au bout d’une action collective assez réussie. Sur le coup j’ai pu louper le positif de sa prestation, il était tellement moins visible que le mauvais ! En revoyant certains images j’ai vu qu’il avait centré pour Rémy et récupéré le ballon sur l’action la plus clinquante de Benzema, deux actions dont il va être question maintenant. Ça ne suffit absolument pas à sauver sa prestation de la médiocrité.

D’autres ont su se mettre en valeur. Si Martin a perdu quelques ballons, il a compensé par son activité de tous les instants. Benzema s’est mis en évidence en se créant 2 occasions très franches, 2 actions de grande classe. Le gardien a été décisif les 2 fois, la première de son propre fait, une intervention de la main sur un tir au premier poteau (56e), le second grâce à la gourmandise du chouchou de Blanc (63e). Tirer sur le gardien après avoir mis tout le monde dans le vent à coups de dribbles chaloupés, c’est un peu couillon… Rémy en a profité pour marquer un but logiquement refusé pour HJ.

Entre-temps ce dernier avait envoyé le ballon sur la barre en réalisant une sorte d’aile de pigeon sur un centre (un corner joué vite à 2 je crois). Le ballon est donc passé derrière lui et est parti fracasser la barre. Gameiro n’aurait-il pas fait sensiblement la même chose en match amical contre Benfica pendant le stage de préparation du PSG au Portugal ? Il me semble bien. Ça aurait pu faire un beau but.

Le Chili a profité de cette sorte d’euphorie générale pour se procurer une occasion en contre, heureusement Bacary Sagna a pour une fois su s’interposer. Le soufflé est retombé au moment où les sélectionneurs ont fait tourner. Nasri, Benzema et Malouda sont sortis, de même que Rubio, ils ont respectivement été remplacés par Cabaye, Gameiro, Ménez et Cordova. Les abrutis qui avaient déjà sifflé Rothen il y a quelques années (lors du match contre la Côte d’Ivoire avec le retour de Zidane) ont conspué les 2 néo-Parisiens, ils étaient un peu noyés dans la masse, ça s’est donc moins entendu qu’en 2005.

Soudain, ça s’est à nouveau tendu, Jean Beausejour a taclé Yann M’Vila par derrière dans le rond central, annihilant une contre-attaque, le jaune était vraiment le minimum. Dans la foulée Pablo Contreras et M’Vila ont débuté un concours de sales tacles, l’arbitre a encore dû sévir.

Par la suite, on a retrouvé de l’animation, surtout côté chilien. Pourtant la France aurait dû mener 2-0 grâce à un but de Gameiro plein d’opportunisme, un vrai geste de buteur, une reprise à l’entrée de la surface en récupérant le ballon qui trainait (73e). L’arbitre assistant a levé son drapeau, jugeant à tort la position de HJ non pas au moment de l’ouverture en profondeur mais au moment de la déviation de la tête réalisée par… un défenseur, 2 Chiliens s’étant gênés devant la surface en luttant bêtement dans les airs. A quoi pensait l’assistant ? Il n’avait aucune raison de se tromper !

C’est un classique du football, l’équipe victime d’une injustice la paie souvent au prix fort. Il ne s’agit que d’un match amical, pourtant il compte pour le classement FIFA, générateur de belles emmerdes… En l’espace de 4 minutes après l’erreur d’arbitrage les Chiliens ont reproduit pratiquement 2 fois la même action hyper technique un peu sur la droite pour décaler Cordova dans l’axe. Sa première tentative a heurté le poteau (74e), la seconde a trouvé la lucarne de Lloris, impuissant (77e). Le une-deux entre Sanchez et Valdivia, le centre légèrement en retrait, la reprise instantanée légèrement enroulée, tout est magnifique.

L’enchaînement des changements a fait perdre rythme et lisibilité à la fin de rencontre. Matuidi pour Martin (78e), puis Réveillère pour Sagna[2] (81e), Orellana, Estrada et Jara chacun leur tour pour Beausejour, Carmona et Contreras… L’intérêt de ces entrées en jeu est limité. On relèvera les applaudissements du public pour l’entrée du seul Montpelliérain convoqué pour cette rencontre[3]. En première période Christian Jeanpierre avait cru bon de nous sortir un scoop : les sélectionneurs avaient convenu de la possibilité d’effectuer 6 changements chacun. Put*in, mais est-ce qu’un jour un mec à TF1 va lire les lois du jeu et comprendre que 6 changements au maximum au cours d’une rencontre amicale internationale, c’est un règle édictée il y a déjà plusieurs années ?

On a encore vu quelques actions françaises dont une impliquant les 3 Parisiens présents sur la pelouse, Ménez, Gameiro et Matuidi (avec notamment une tête de Gameiro contrée par un bras chilien dans la surface… de façon involontaire, donc rien à dire), un tir de Gameiro des 20 mètres (juste à côté) et 2 HJ supplémentaires de Rémy.

Score final, 1-1.

Je vais maintenant revenir sur la composition d’équipe et en profiter pour me pencher sur les prestations individuelles des Bleus. Lloris titulaire, normal, on passe rapidement, il n’a pas eu grand-chose à faire, on notera juste un gros problème de dégagements au pied.

La défense, on s’y arrête. Manifestement Laurent Blanc a considéré l’option bricolage consistant à mettre Abidal-Kaboul[4] dans l’axe et Gaël Clichy à gauche (Clichy rappelé de dernière minute après le forfait d’Evra, n’a JAMAIS été bon EdF) plus opportune que de donner à Mamadou Sakho une chance de prendre de l’expérience avec Kaboul. Chacun son avis, personnellement je trouve totalement incohérent de faire passer le 3e défenseur central en n°5 et le remplacer en n°3 par le choix n°1 au poste de latéral tout en titularisant le latéral n°3. Le message envoyé à tous les défenseurs centraux français[5] est clair : vous êtes des brêles, je n’ai aucunement confiance en vous.

Le coup de titulariser le dernier rappelé, on dirait du Domenech, c’était sa spécialité. La paire Abidal-Kaboul a plutôt bien fonctionné, c’est même une des rares satisfactions incontestées de cette rencontre (je n’ai ni lu, ni entendu de critique négative concernant cette association), en revanche sur les côtés, c’était catastrophiquement mauvais, Jean Beauséjour a fait l’amour à Sagna pendant pratiquement toute la soirée, Clichy a moins souvent été pris par derrière mais comme son ex-coéquipier d’Arsenal il a perdu un nombre incalculable de ballons. Ni l’un ni l’autre n’a apporté offensivement. Sakho a eu sa chance une fois ½ (Rami a été bien pire que lui en Biélorussie), il est passé à côté de son premier match de championnat (Kaboul et Abidal n’ayant pas encore débuté leur saison en match officiel, ils ne risquaient pas de se louper^^), ça suffit à l’écarter. Les mêmes latéraux sont perpétuellement appelés, perpétuellement mauvais, ils ont pourtant le droit de revenir à chaque fois, on continue à leur faire confiance. Sakho, Debuchy, Réveillère (entré en fin de rencontre), Mathieu, voire même Trémoulinas, ont de quoi avoir les boules.

Au milieu, un seul 6, Yann M’Vila. Etonnant, non ? Pas avec Blanc, il le met presque toujours. En 2011 le Rennais n’a rien fait, il a disparu de la circulation, de surcroît ce n’est pas un vrai 6 de formation. Bon, admettons. J’étais étonné de ne pas voir plutôt Alou Diarra, passé de capitaine à spectateur. Lui non plus n’est pas bon depuis une longue période, alors mauvais pour mauvais… M’Vila n’a pas été catastrophique, sa copie est plutôt correcte dans la mesure où il était seul dans un secteur où le Chili excelle. Avoir Valdivia face à soi, puis Valdivia et Sanchez après la mi-temps (le néo-Barcelonais était partout), c’est… compliqué. Il a même pris un jaune pour un tacle à retardement en mode vengeance. Sa responsabilité est engagée sur les 2 actions conclues par Cordova, normalement c’est sa zone.

Marvin Martin et Samir Nasri étaient tous les 2 alignés ensemble en n°10, on n’avait pas vraiment le 4-2-3-1 très souvent utilisé en EdF. Si le Sochalien a été très actif, a aussi récupéré pas mal de ballons, a accéléré le jeu, n’a jamais hésité à tenter sa chance, en bref a fait ce qu’on attendait de lui, le probablement futur Citizen a été excellent… sur une seule action, celle du but. Mais que faisait-il sur le terrain ? A-t-on besoin d’un ralentisseur de jeu ? A-t-on besoin d’un gars qui cherche à réaliser des petits ponts dans l’axe à 25m de son but ? Pour qui se prend-il ?

J’étais très content de voir Martin, il méritait d’être encore testé après les matchs en Ukraine puis en Pologne, ça montre aussi aux autres qu’il est possible de gagner sa place, il n’y a pas de fatalité à regarder les Bleus à la télé ou depuis le banc. Nasri, lui, n’aurait même pas dû être appelé. Concernant un joueur en conflit avec son club pour forcer la main de ses dirigeants à accepter son départ vers Manchester City, absent de la rencontre amicale d’Arsenal contre Benfica samedi dernier en raison d’une pseudo maladie (variante de la classique blessure diplomatique), très rarement bon en EdF, carrément mauvais lors des dernières sorties des Bleus, une mise à l’écart semblait s’imposer. Si le "devoir d’exemplarité des footballeurs" me semble avoir été souvent surestimé (l’opinion publique est prompte à s’indigner sous l’impulsion des médias, on exagère le rôle de modèle attribué aux gens célèbres), le sélectionneur a selon moi le devoir de ne pas promouvoir le mauvais exemple. Faire jouer Nasri dans la situation qui est la sienne est parfaitement anormal, ça revient à cautionner son attitude.

Sur les ailes, des "faux-pieds"… Malouda à droite, Loïc Rémy à gauche… Je déteste ! Messi à droite, oui. Robben à droite, oui. Malouda à droite, NON !!!! Il n’a ni le talent, ni les qualités pour jouer là. Il n’a pour lui que l’expérience internationale dont beaucoup ne peuvent jouir en raison de leur jeunesse ou des choix de Domenech. Ses bonnes prestations avec la France datent sérieusement. Pour écarter le jeu – la chose à faire face à une défense à 3 centraux – avec des "faux-pieds", il faut avoir des latéraux qui montent, on ne les avait pas. Pourquoi mettre un gaucher à droite au motif qu’il serait moins mauvais qu’à gauche si ça force à aligner à gauche un droitier meilleur à droite ou dans l’axe ? Vous suivez ? Rémy à gauche, c’est un non-sens. On a plusieurs joueurs capables d’évoluer à ce poste[6], on met Rémy… Par moments ils ont permutés, et comme par hasard Rémy s’est montré plus à l’aide à droite…

Benzema en pointe, pour le coup c’est logique, Blanc adore l’ex-Lyonnais, lequel est en grande forme avec le Real Madrid (il a fait un carnage lors de plein de matchs contre des équipes de niveau corpo). Pour une fois je l’ai trouvé très bon, il a parfois tenté des choses un peu trop difficiles, mais dans l’ensemble a joué juste, s’est montré tranchant. Son ENORME défaut est toujours le même, il croque. Son action de la 56e a été bien négociée, celle de la 63e en revanche, c’est impardonnable ! Il élimine tout le monde avec des dribbles parfaitement réussis… puis tire sur le gardien. Ses départs côté gauche ont été bien utiles compte tenu du placement et des déplacements de ses coéquipiers. Le but lui est en grande partie dû, son appel croisé vers la gauche et son centre pour Rémy ont fait la différence.

Le football est parfois étonnant car si Benzema a été très bon dans le jeu mais inefficace au possible, Rémy a rendu la même copie en négatif, nul dans le jeu, efficace devant le but. En plus de son but de la tête (jolie tête plongeante en passant devant le défenseur), il a failli marquer un second but magnifique. Un but, un tir sur la barre, c’est bien. De l’autre côté, il y a les mauvais contrôles, les pertes de balle, les actions de croqueur en oubliant ses coéquipiers, les contre-attaques gâchées, les très nombreux HJ (il s’est même fait refuser un but parce qu’il n’avait pas fait attention à être en jeu au moment où Benzema a tiré au but après avoir éliminé tous les défenseurs), les centres en direction du poteau de corner côté opposé…

L’équipe de France a un problème avec les CPA et les centres, très peu ont été bien exécutés en direction d’un coéquipier, c’est en général trop court, trop long ou dans le vide. Envoyer le ballon dans la surface lorsque les 3 Français sont tous restés devant la surface, je n’en décèle pas l’intérêt. Dans l’état actuel des choses on est très loin de pouvoir briller à l’Euro, sauf changements importants au niveau des hommes et travail de fond y compris en club pour réduire le déchet technique (particulièrement chez les attaquants et les latéraux).

Quant au fait de donner le brassard de capitaine à Abidal… ça pique un peu !

Mon équipe de Frace de rêve ressemblerait à ça : Lloris - Debuchy, Mexès, Sakho, Mathieu (éventuellement Abidal dans une recherche d’équilibre défensif) - Mavuba, Chantôme, Martin – Benzema (de préférence un peu sur la gauche sans être ailier), Gameiro, et un 11e à ajouter selon le profil qu’on souhaite donner à l’équipe, en fonction de l’adversaire (un attaquant de plus, un milieu défensif "solide" de plus, un relayeur côté gauche pour faire un losange, un véritable milieu gauche qui décalerait Martin à droite car il en est capable)…

Platini s’est-il régalé en regardant ce match depuis la loge VIP de son grand ami Loulou Nicollin ? A la cool dans sa chemise blanche il aura pu apprécier une nouvelle erreur d’arbitrage évidente qui le confortera dans sa bêtise : la vidéo, c’est vilain.

Notes

[1] Les joueurs de certains championnats ont enchaîné en rentrant en club, notamment ceux évoluant au Brésil, d’autres sont partis en vacances.

[2] Je vais finir par l’appeler Sagnaze à l’instar de Lassanaze…

[3] Marco Estrada

[4] Rami sera suspendu au prochain match et Mexès est bien sûr blessé.

[5] Excepté Mexès et Rami.

[6] Ribéry n’était pas là (un peu blessé au moment de l’annonce de la liste), moins on le verra chez les Bleus, mieux le football français se portera.