Patrice Carteron a décidé d’écarte Padovani, son désormais ex-gardien titulaire, il lui a préféré Baptiste Reynet, 20 ans. Ce jeune a réussi à repousser l’échéance pendant 70 minutes, Umut Bulut a alors inscrit son premier but en France au terme d’une action assez étrange ponctuée par 2 ou 3 petits ponts pas forcément volontaires. Notons que Sirieix avait failli ouvrir le score d’un missile sol-barre, une frappe de loin dont le spécialiste est Paulo Machado (il a retenté le coup de la semaine dernière en cherchant la lucarne, Reynet a dû s’employer pour protéger sa lucarne d’une intrusion). Le Portugais sait aussi tirer les pénos (pas toujours^^), Franck Tabanou – j’en veux bien au PSG ! – sait faire beaucoup de chose, dribbler, déborder, frapper… et obtenir les pénos, il a ainsi provoqué celui de la 85e transformé par l’ancien Vert.

Toulouse, malgré 4 ou 5 absents, est une meilleure équipe que Dijon… Respirez, Toulousains, vous devriez pouvoir vous maintenir plus facilement cette saison !

ASSE-Nancy 1-0
Un virage du Stade Geoffroy-Guichard est fermé pour travaux, ça n’empêche pas l’atmosphère d’être bouillante dans le Chaudron. Toujours sans Malbranque (malade cette fois), les Verts emmenés par un Bakary Sako intenable auteur de plusieurs tirs dangereux dont un sur le poteau, ont largement dominé la rencontre. Ils auraient pu ouvrir le score à de nombreuses reprises dans une maladresse crasse devant le but. Sako veut absolument tirer du gauche mais loupe son contrôle du droit, Aubameyang manque son plat du pied à 3 mètres de la cage en se jetant pour pousser le ballon au fond… Nancy a fini par perdre, encaissant un but sur CF à la 88e, un but de Sylvain Marchal surgissant au second poteau après que le CPA de Batlles – encore auteur d’une très bonne entrée – ait été prolongé par une tête. Il n’aurait probablement pas dû y avoir CF, pourtant ce but n’est que justice, les Lorrains n’ayant venus que pour subir et chercher le nul ou l’accident.

Jean Fernandez est le grand prêtre de la secte du football chiant. Vahirua a quitté Nancy et va être remplacé par Benjamin Moukandjo… Le Tahitien change de club dans l’espoir de jouer au football, le Camerounais change de club pour signer en Ligue 1. La nuance est de taille. Quant aux Verts, ils auraient intérêt à trouver un attaquant car Gonzalo Bergessio n’y arrive pas.

Lorient-Bordeaux 1-1
Les Merlus sont mieux adaptés à l’eau que les Bordelais… Une pluie très forte s’est abattue sur le Morbihan pendant la rencontre, les spectateurs ont eu droit à un assez bon spectacle avec des Girondins volontaires et entreprenants mais manquant énormément de réalisme. Sont-ils capables de marquer autrement que sur CPA ? C’est à se demander. Certes, Jaroslav Plasil aurait pu marquer après la boulette de Fabien Audard qui à force d’attendre pour dégager s’est fait piquer le ballon (il s’est bien repris en détournant la parade), mais la productivité de l’attaque bordelaise est toujours famélique. La défense centrale girondine semble être la star de l’équipe : après le show Ciani la semaine passée elle s’est illustré avec quelques errements dont un offrant une énorme occasion à Kévin Monnet-Paquet, challenger officiel d’Emmanuel Rivière pour le titre de Mister Vinaigrette[1], Ciani a eu à son tour une grosse opportunité d’ouvrir le score (tir à bout portant sur Audard suite à un CPA), et pour finir égalisation d’Henrique (en position de HJ) à la 91e. 3 joueurs étaient entre les Lorientais et le but sur le CF de Plasil, sur cette action les Merlus ont été aussi mauvais que l’arbitre assistant.

Heureusement pour les Bretons, incapable de gagner – mais presque imbattables – chez eux depuis un bon moment, Yann Jouffre avait réussi à tromper Carrasso quelques minutes plus tôt d’un tir du gauche, il avait auparavant vu le gardien détourner sur le poteau un tir à angle fermé. Pas mauvais ce Jouffre… Notons que Sertic a été exclu pour 2 cartons jaunes.

Valenciennes-Brest 0-0
Le Stade du Hainaut a été inauguré par une défaite 1-0 en amical contre Dortmund, il accueillait sa première rencontre officielle samedi. L’enceinte est toute rouge, les sièges n’étaient pas tous occupés, peut-être à cause des vacances scolaires. Les absents n’ont pas toujours tort. Cette rencontre aurait pu rester dans les annales, ce ne sera pas le cas. Les gardiens ont bien fait leur travail, chacun a notamment dû intervenir sur un tir à bout portant. Brest n’a pas encaissé de but malgré une défense décimée, j’espère que la défense décimée du PSG tiendra aussi bien ce dimanche en recevant VA, seule équipe du championnat n’ayant pas encore scoré.

Auxerre-OM 2-2
L’OM, c’est Valenciennes de la saison dernière : incapable de tenir un résultat. Mener 1-0 à domicile contre Sochaux et terminer avec un nul 2-2 puis 8 jours plus tard mener 2-0 à Auxerre face à une équipe à la rue et encore concéder un nul 2-2, ça fait tâche. Cet été l’OM n’a dépensé son argent que pour se renforcer derrière, faisant venir Alou Diarra, Jérémy Morel et Nicolas Nkoulou. Pour le moment, c’est une catastrophe. Ces 3 recrues étaient toutes titulaires, formant le bloc défensif avec Mbia et Azpi(rateur)licueta.

En première période, hormis une grosse alerte (Sahar lancé dans la profondeur par Alain Traoré, Mandanda a pu intervenir sur son tir, il est bien sorti à ses devants), l’OM n’a pas tremblé face à des Auxerrois à la ramasse, pas du tout dans le coup, ils faisaient presque pitié (hormis Alain Traoré). Grichting, taulier de la défense bourguignonne depuis des années, ressemblait à Cris… le Cris de 2010, pas le Cris au sommet, celui au fond du trou. Assommés par un but de Loïc Rémy inscrit de la tête sur CF dès la 3e minute (heureusement que Rémy a une tête pour marquer des buts, il a plus de mal avec ses pieds^^), les hommes de Laurent Fournier naviguaient entre le médiocre et le pathétique, à l’image du second but olympien marquer sur corner par André Ayew. AUCUN marquage, comment peut-on laisser un joueur tout seul au second poteau ? Le Ghanéen n’avait qu’à pousser le ballon au fond de la tête. 0-2 à la 43e, la messe était dite, l’OM maîtrisait son sujet, aurait pu doubler son avantage bien plus tôt si Loutcho n’avait pas manqué une occasion (encore de la tête) seul aux 6 mètres.

Le scénario de la seconde période ressemble étrangement à celui de la première mais en échangeant les rôles : l’OM dans le rôle de l’équipe à la rue après avoir encaissé un but très rapidement, en l’occurrence un but d’Alain Traoré reprenant sans se poser de question un dégagement ridicule de Morel une quarantaine de secondes après la reprise du jeu, puis battue une seconde fois sur corner à quelques minutes de la fin. De surcroît l’égalisation de Roy Contout – entré à la mi-temps à la place du fantôme de Jemaâ – est la copie parfaite du but d’Ayew. Les Sardines étaient en panique comme si elles nageaient dans des eaux infestées de requins affamés. Il ne s’agissait pourtant que de Bourguignons euphoriques !

Ce match aura laissé des traces, 7 cartons jaunes (5 pour les locaux dont un pour Delvin Ndinga, finalement titulaire malgré ses envies affichées de départ à Lyon), un blessé (Mbia, j’ai cru A. Ayew dans le même cas, il est sorti à la 87e), et beaucoup de doutes dans le camp marseillais. Comment Deschamps va-t-il pouvoir trouver un équilibre, mettre en place une défense cohérente. Avec Azpi(rateur) et Morel sur les côtés, la défense centrale et le(s) milieux défensif(s) ont intérêt à être hyper solides, ou alors il faut marquer énormément de buts. Pour gagner en encaissant 2 buts par match, il faut marquer au moins 3 fois. C’est une lapalissade me direz-vous, mais c’est surtout une réalité, or l’OM a marqué 3 de ses 4 buts sur CPA, le dernier est tout sauf le résultat d’une action construite.

LOSC-Montpellier 0-1
Laurent Pionnier titulaire en l’absence de Jourdren, Hilton aligné pour la première fois avec sa nouvelle équipe… A priori Montpellier allait avoir du mal défensivement face aux champions de France en titre bien décidés à gagner leur premier match de la saison joué à domicile. Ces dernières années les Nordistes ont eu du mal en début de saison, ils avaient à cœur de mettre fin à cette mauvaise habitude… Manqué ! Bien que largement dominateurs, Florent Balmont et ses coéquipiers ont été incapables de marquer. Eden Hazard était en très grande forme (Georges Leekens a décidé de le suspendre pour 3 matchs de la sélection belge pour une petite incartade ne cassant pas 3 pattes à un canard – sauf si la vérité sur cette histoire est cachée – car il est incapable de mettre son meilleur élément en position d’aider son équipe et préfère décharger la responsabilité des mauvais résultats sur le joueur victime de cette incompétence), il a mis le feu, parfois en a un peu trop fait, se sentant dans l’obligation de débloquer par lui-même la situation. A chaque fois, Pionnier est intervenu, que ce soit devant Moussa Sow, Balmont ou Hazard.

Le Sénégalais a eu beaucoup d’occasions mais a croqué, en négociant bien les coups, il aurait dû marquer au moins 2 fois.

Le LOSC a manqué le coche en première période lorsque les Montpelliérains, en plein exercice de survie, passaient leur temps à mettre des coups (notamment Yanga-Mbiwa, capitaine). M. Buquet a mal jugé une intervention de Bocaly sur Hazard, il lui est rentré dedans avec le genou, le percutant irrégulièrement sur la ligne délimitant la surface de réparation[2]. L’arbitre a laissé jouer alors qu’en tombant le Belge avait pris le ballon avec les mains… Il devait donner penalty ou, en cas d’erreur, un CF pour Montpellier, voir un jaune pour simulation (il n’a pas hésité à le faire lorsqu’Henri Bedimo puis Obraniak sont tombés dans la surface plus tard lors de la rencontre). Etrange décision.

Hormis Geoffrey Dernis, ancien du LOSC, auteur de 2 frappes de loin ayant obligé Landreau à intervenir, et Bedimo, très actif sur son côté gauche (et victime d’une belle semelle de Balmont), aucun Montpelliérain n’a su créer le moindre danger dans la défense lilloise.

L’entrée de Dimitri Payet (Obraniak était titulaire à droite) n’a pas changé grand-chose, la domination des joueurs de Rudi Garcia est restée stérile. Ce qui devait arriver arriva : le hold-up. Une très belle ouverture de Jamel Saihi pour Olivier Giroud parti du côté droit dans le dos de Béria – sorti peu après, sanction ? – et une conclusion réussie après un contrôle du ventre, 0-1 pour Montpellier à la 70e. Les visiteurs auraient même pu doubler leur avantage car les Lillois n’ont jamais pu égaliser malgré une réaction immédiate et de nouvelles occasions franches dont une double pour Sow très mal exploitée. Utaka a trouvé le poteau en contre-attaque à la 85e, une situation de 4 contre 3 a ensuite été gâchée.

Le résultat de cette rencontre très plaisante et vivante est extrêmement flatteur pour Montpellier, spécialiste des bons débuts de saison. Lille a été mal payé de sa prestation, enregistrant un énième mauvais résultat au mois d’août, ceci à cause du gardien adverse mais surtout à cause d’un gros manque d’efficacité. Gervinho manque beaucoup, Sow risque d’être la principale victime de son départ, il doit confirmer sa saison à 25 buts sans l’homme qui faisait la plupart des différences pour lui. Le LOSC a vraiment besoin de recruter (n’oublions pas la CAN).

  • Conclusion.

Alors comme ça le PSG devait prendre du retard sur ses adversaires du gros 4... L'OM joue une période sur 2 et défend de façon grotesque, Lille manque cruellement d'efficacité (Payet et Pedretti sont loin d'avoir remplacé Gervinho et Cabaye, Sow a pour le moment du mal à confirmer son explosion la saison passée), l'OL risque d'avoir de grosses difficultés à tenir sur la durée (à moins de recruter plusieurs joueurs pour tenir sur tous les fronts)...

Malgré sa litanie de blessés et de joueurs pas prêts physiquement, Paris n'est pas distancé et est loin d'être l'équipe la plus inquiétante... sauf pour ses adversaires. Ce serait encore plus vrai avec un latéral gauche moins mauvais que l'actuel.

Notes

[1] Le trophée honorifique du plus gros mangeur de feuilles de match.

[2] Rappel : en football les lignes appartiennent à l’espace qu’elles délimitent.