Le plus impressionnant n’est pas nécessairement le nombre de titre, la manière est encore plus marquante, car à seulement 22 ans, malgré un contexte le mettant sous pression, il s’en est tiré en imposant à ses adversaires une domination implacable. Tirer à domicile peut être un avantage, ça a aussi des aspects négatifs, la préparation de Teddy a été perturbée par une blessure au doigt assez sérieuse l’empêchant de s’entraîner, son statut en fait la cible de tout le monde (ses adversaires travaillent spécifiquement pour le contrarier, il est très observé), il est obligé de jouer les VRP du judo et d’accepter des sollicitations pour cette raison, mais rien n’a pu le faire dévier du chemin conduisant à la plus haute marche du podium. Pendant toute cette journée il a dégagé une sérénité époustouflante. Le plus effrayant est de se dire qu’à 22 ans il lui reste une marge de progression importante… Et qu’il progresse à vue d’œil ! Des gars qui ont une marge de progression sans jamais être capable de l’exploiter, on en a vu défiler des autobus entier. Lui, il bosse, c’est la clé de sa réussite. Sa confiance, jamais poussée à l’excès, autre signe de maturité, vient aussi de son travail. Les acquis obtenus à l’entraînement lui permettent d’avoir des certitudes quant à sa capacité à réagir à telle ou telle situation, on est bien loin de la bête physique un peu frustre qui jouait uniquement sur sa puissance et de temps en temps se retrouvait sans solution face à un gars préparé pour le gêner.

A aucun moment il n’a douté, à aucun moment il ne s’est précipité, à aucun moment il n’est tombé dans la facilité ou n’a cédé à l’envie de faire le mariole. Il est resté serein, attentif, appliqué. Son parcours illustre ses progrès technique, tactiques et mentaux.
-Contre le Brésilien Daniel Hernandes, loin d’être un manche, premier ippon après 1’42 de combat de kumi-kata, un mouvement très classique, la jambe à l’intérieur et on fauche tout en tournant.
-Face à l’Allemand Robert Zimmermann, Teddy prend d’entrée un coup de poing dans la bouche, son adversaire ressemblait à un enfant par rapport à lui. Le Français lance un premier gros mouvement qui ne marque mais il enchaîne au sol pour un étrangement, son adversaire est obligé d’abandonné. 1’45 de combat et un 2e ippon, cette fois en se montrant opportuniste.
-Le Mongol Batsuuri Namsraijav, beaucoup plus petit et râblais, pas très épais, était obligé de passer son temps à fuir, d’où des pénalités, 3, donc waza-ari. Teddy a pris son temps, posé 3 fois les mains sur la tenue de son adversaire, a tenté 3 fois le même mouvement (uchi-Mata, comme le nouvel attaquant de Chelsea^^), le 3e est passé, pion.
-2’45 en 8e de final, c’était trop. Face au Hongrois Barna Bor, 35 secondes ont suffi. Teddy a contré le contre de son adversaire. La première action était sur la jambe gauche de Bor, puis il a enchaîné sur la jambe droite en changeant d’appui et de technique. Du grand art.
-A 16h16, demi-finale, victime désignée, le Coréen Kim Sung-Min. 42s… un mort de plus ! Première action, fauchage extérieur, les 2 jambes partent, ippon. Un assassinat !

Pendant ce temps l’autre Allemand et le Cubain bataillaient… Andreas Tölzer (Toelzer pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Umlaut) a gagné sur immobilisation. Déjà battu en finale par Teddy lors des Mondiaux 2010, il allait tenter de prendre sa revanche. Ce gars est un cube, pas immense mais vraiment lourd. Son mérite est d’avoir réussi à attaquer le maître de la catégorie, permettant au numéro 1 mondial de montre… qu’il sait aussi défendre si quelqu’un tente de le secouer. Cherchant à contrer, l’infortuné Teuton a fini sur le dos comme tous les autres. On tire un petit coup vers l’avant pour provoquer une réaction de recul, on en profite pour pousser en haut tout en fauchant à l’intérieur.

Pour le battre il faudrait faire un match à handicap du genre Teddy portant des moufles ou les pieds attachés, un 2 contre 1… Il est très au-dessus du lot.

Bientôt, la suite.

  • Plus de 78kg

Or : Tong Wen (CHN)
Argent : Qin Qian (CHN)
Bronze : Elena Ivashchenko (RUS), Mika Sugimoto (JPN)

  • Moins de 100kg

Or : Tagir Khaybulaev (RUS)
Argent : Maxim Rakov (KAZ)
Bronze : Lukas Krpalek (CZE), Irakli Tsirekidze (GEO)

  • Plus de 100kg

Or : Teddy Riner (FRA)
Argent : Andreas Tölzer (ALL)
Bronze : Alexander Mikhaylin (RUS), Kim Sung-Min (KOR)