Je vais commencer par les séries du 400m féminin. Dans la première on trouvait Allyson Felix, décidée à tenter un double 200-400. On trouvait aussi dans cette course une ancienne de l’équipe de France désormais représentante du Togo. L’Américaine est partie très vite, elle a semblé contrôler dans la dernière ligne droite, se faisant finalement doubler par une Jamaïcaine décidée à gagner (ça n’avait pas grand intérêt). L’or sur 200m, j’y crois, sur 400m non, je serais étonné de la voir obtenir mieux qu’une médaille de bronze sur le tour de piste. Dans la 3e course, un faux départ. Elimination de… Christine Ohuruogu, la championne olympique en titre. Amantle Montsho, une athlète du Botswana, a couru assez étrangement au cours de la 4e série, allant à une vitesse folle sans contrôler malgré une avance particulièrement importante creusée très rapidement. Sachant que les 4 premières de chaque course étaient qualifiées, même pour s’assurer un bon couloir au prochain tour il était totalement inutile de s’employer à passer sous les 51 secondes. Enfin, en regardant la 5e série, j’ai été troublé par la chevelure de l’Américaine Sanya Richards. Ça ne me semble pas très aérodynamique tout ça…

Les qualifications du lancer du marteau (H), sans Français, ça ne m’intéresse pas trop je dois l’avouer. Hormis relever la présence du Polonais Szymon Ziolkowski, célèbre KKC (Kes-Kila-Changé) Fabien Barthez (je l’ai retrouvé dans mes archives), R.A.S.

C’est le moment d’aborder le gros morceau du premier jour, le 10000m féminin. On attendait les Africaines, on a eu les Africaines. On espérait Christelle Daunay, la marathonienne française venue pour travailler sa vitesse en vue du marathon de Chicago dans 1 mois ½, épreuve lors de laquelle elle devra faire les minimas pour participer au marathon des Jeux Olympiques. Son autre objectif était de battre le record de France dont elle s’était approchée cette saison. Autant le dire tout de suite, elle s’est loupée. A sa décharge les conditions n’étaient pas idéales, à 21h (heure de Daegu), il faisait encore chaud et humide (ou alors frais avec du vent selon d’autres commentaire), des conditions loin d’être idéales pour du fond.

Etrangement, les Américaines ont décidé d’accélérer le train après un départ très lent, après 1/3 de la course les Kenyanes ont décidé de prendre les choses en main, comme Daunay avait beaucoup fait l’extérieur ou du moins très peu couru à la corde, elle a fait plus de chemin et a payé ses efforts supplémentaires au bout de 4 kilomètres. Elle a alors décroché du peloton et a dû finir esseulée. Il en fallait du courage pour aller au bout en sachant qu’elle n’avait rien à gagner. Elle a terminé 12e, ne se faisant prendre un tour par les meilleures qu’à la toute fin. Au moins, elle n’a gêné personne, contrairement aux Japonaises, plus assez lucides pour s’écarter et qui ont beaucoup gêné en se faisant doubler.

Les 4 Kenyanes (dont la championne en titre qui ne compte pas dans les quotas) ont pris la tête et accéléré, une course d’équipe, comme au marathon. Derrière on trouvait 2 Ethiopiennes, une Américaine et une Bahreïni sans doute originaire d’Ethiopie. Rapidement, il n’est resté qu’une Ethiopienne prise en sandwich entre les 4 Kenyanes. 2 sont parties à la cloche se faire un dernier tour de piste dont beaucoup de spécialistes du 800m sont incapable, l’Ethiopienne n’a été attaquée par les 2 autres qu’à l’entrée de la dernière ligne droite… et battue. 1, 2 ,3 et 4 pour le Kenya. Dans l’ordre : Vivian Jepkemoi Cheruiyot, Sally Kipyego, Linet Chepkwemoi Masai et Priscah Jepleting Cherono, l’Ethiopienne étant Meselech Melkamu.

Les qualifications de la longueur (F)… Normalement c’est un régal grâce à la présence de demoiselles comme Naide Gomes, qualifiée dès le premier saut (6m76, on demandait 6m75 pour passer directement), ou encore de la jeune et MAGNIFIQUE Russe Darya Klishina. Difficile d’apprécier le spectacle lorsqu’une Française, outsider de la compétition, capable de créer la surprise en finale (surprise=bronze), échoue à s’y qualifier en ayant largement les moyens de s’offrir un ticket. Eloyse Lesueur s’est mise la pression en donnant tout sans contrôler, sans rien assurer, elle a mordu 2 premiers sauts qui étaient allés loin, elle avait la pression sur le dernier, a fait une planche dégueulasse, 6m22, élimination. La dernière fille repêchée l’a été à 6m51, une distance d’ordinaire réussie par notre inexpérimentée représentante… Espérons que ça lui serve de leçon.

Pour nous réconforter, le 100m masculin. 7 courses pour le premier tour, un vent défavorable lors des 7 courses (entre -1.7 et -0.7m/s), 3 qualifiés par course plus les 3 meilleurs temps, un premier tour nouvelle version après un tour préliminaire.

1ère course, un faux départ… Le Bahaméen dégage, ce n’était pas un cador. Le vieux Kim Collins gagne avec un bon temps compte tenu du vent (-1.7), le Ricain quasi inconnu est 2e, Richard Thompson seulement 3e alors ce le Trinidadien a le meilleur temps de la saison des engagés après le forfait d’Asafa Powell.

2e course : Walter Dix (USA), Kester Bledman (T&T, 9.93 cette saison), et un GB qui n’a pas dû manger que des légumes… Dix gagne, encore -1.7, les 3 favoris passent.

3e course avec Christophe Lemaitre, Justin Gatlin, Churandy Martina… ça file la gerbe de revoir Gatilin… 4 ans après, il revient presque aussi fort qu’avant d’être suspendu 4 ans (il avait pris 8 ans pour récidive au lieu de prendre suspension à vie, peut-être les gens qui ont réduit sa peine ont-il cru que 4 ans suffiraient à le dissuader de revenir)… Lemaitre part de façon correcte et éclate tout le monde, -1m/s, il se balade, 10’’14. Belle impression ! Par contre, il ne semble pas vraiment s’être économisé.

4e course : Jimmy "chips" Vicaut avec Yohan Blake, le Jamaïcain gagne en 10’’12 (-1.2) et Vicaut termine 2e après un départ très moyen (10’’25). Il est très jeune, peut aller vraiment très vite, ça devrait nous faire un beau 4x100m !

5e course, Daniel Bailey, Nesta Carter : les 2 se baladent, surtout Carter, impressionnant, on a l’impression qu’il ne court pas... c’est lui qui a pris la place de Powell. Il a contrôlé sur les 20 derniers mètres et fait 10.25 avec -1.2m/S.

6e course : Usain Bolt, Dwain Chambers… -0.7 de vent, il a couru 20m, a continué 30m placé, s’est relevé, tourné la tête après 50m, il n’y avait plus personne alors il a déroulé… 10.10, il explosé tout le monde. Intouchable ! On ne s’attendait pas à si grosse impression.

7e course : Michael Frater, Jaysuma Saidy Ndure. Frater gagne sans faire impression, 10.26 (avec -1.2)

On a appris la compo des 3 courses du 2e tour – comment peut-on parler de demi-finales ? – dont sortiront les qualifiés pour la finale. On ne prendra que les 2 premiers de chaque course plus les 2 meilleurs temps. On s’est fait trucider par l’IAAF !
Christophe Lemaitre (au 5) avec Usain Bolt (au 3), Michael Frater (au 4), Richard Thompson, Marlon Devonish, Trell Kimmons , Dariusz Kuc et Jaysuma Saidy Ndure.
Jimmy Vicaut avec Yohan Blake, Walter Dix, Dwain Chambers, Keston Bledman, Daniel Bailey, Andrew Hinds et Angel David Rodrguez… A la limite la 3e place semble jouable… Ce qui ne suffira pas.
La plus facile : Aziz Ouhadi, Justyn Warner, Nesta Carter, Harry Aikines-Aryeetey, Kim Collins, Justin Gatlin, Ngonidzashe Makusha et Churandy Martina.

Finissons avec le décathlon. Lors du concours de la hauteur Romain Barras a égalé son SB (1m99) après avoir failli échouer par 3 fois à 1m96. Il est passé à rien de franchir 2m02.

La sensation est venue du jeune Belge Thomas Van der Plaetsen, vainqueur du concours de longueur, a montré qu’en plus d’avoir une sacrée détente horizontale il en a une verticale assez impressionnant : 2m17 au 3e essai !

La dernière série du 400m du décathlon a débuté après 23h dans un stade déjà presque vide… Tout ça alors qu’il faut reprendre le lendemain matin. Quel respect pour les athlètes ! Romain Barras a hérité du couloir 1, une horreur pour un garçon de sa taille, il s’en est toutefois assez bien sorti compte tenu de sa forme actuelle et des circonstances particulières. 20e après 5 épreuves, un objectif – réussir les minima olympiques – déjà fortement compromis… Sale journée pour le champion d’Europe.

Dimanche, c’est le jour du 100 mètres ! Vivement dimanche (comme dirait Drucker^^) ! Vive l'athlétisme !