• Les matchs.

ETG-Lorient, 2-1.
28e seconde, Youssef Adnane entre dans la surface sur le côté gauche suite à une touche, Alaixys Romao le tire par le bras, M. Ennjimi n’hésite pas, penalty. Yannick Sagbo le transforme. Pour les Merlus, privé de plusieurs joueurs importants (Ecuele-Manga, Jouffre, et j’en passe), débute un match à double handicap. Il n’y a rien à dire à propos de cette décision de M. Ennjimi, un des arbitres français trainant une des pires réputations[1], néanmoins les commentateurs de Foot+ ont cru devoir chercher des erreurs partout. Regardez le résumé de Jour de Foot et dites-moi ce que vous en pensez… Pour moi, sur l’action de la 15e minute, soit il y a CF et jaune à 2 ou 3 mètres de la surface, soit il n’y a rien, mais certainement pas péno, Gilles Sunu retient à son tour le défenseur pour l’embarquer et ne tomber que dans la surface.

Ensuite, sur l’égalisation de Lamine Koné de l’arrière de la tête/le haut du dos (Sunu a poussé le ballon au fond du genou mais il avait déjà franchi la ligne avant l’intervention du gardien), les commentateurs ont osé inventer que le but devait être refusé car le ballon a touché la main de Romao avant d’être repris par la tête du défenseur. Est-ce bien sérieux ? Il s’agit d’un corner, Romao veut sauter, il est chargé dans le dos par Angoula qui l’empêche de sauter normalement, comment aurait-il pu toucher délibérément le ballon de la main en étant en plein déséquilibre sans savoir où était ce foutu ballon (tête penchée vers le bas) ? Par contre, concernant la faute de Koné à la 56e sur Barbosa, oui, ça méritait péno, et possiblement double peine car il y avait occasion nette de but.

But à la 2e minute lors des 2 périodes, match nul 1-1… ça m’allait très bien pour mes pronos. Daniel Wass, le Danois d’Evian-Thonon-Gaillard, n’était pas trop d’accord. Je ne peux pas lui en vouloir, en marquant le but de la victoire à la 59e minute sur un super centre instantané de Sagbo difficile à reprendre il m’a donné raison, j’ai abordé son cas dernièrement. Oui, la reprise sans contrôle est topée, mais l’action est belle, ça fait ficelle et 3 points, c’est tout ce qui compte ! Le reste OSEF, on parle d’une affiche assez anonyme si je puis dire, il y a eu d’autres occasions, il s’est sans doute passé pas mal de choses – ou pas d’ailleurs – mais qu’importe la façon pourvu qu’il y ait l’ivresse. Evian-Thonon-Gaillard et ivresse, ça ne va pas très bien ensemble, pas plus que l’eau minérale et les Merlus, ils ont besoin de sel.

ETG est 12e au lieu de 15 ou 17e, Lorient est 7e dans une position de leader du ventre mou espérant une remontée par l’œsophage. Si les Merlus étaient des truites ou des saumons, ils auraient pu tenter de remonter par les fleuves.

Nice-ASSE, 0-2.
Cette fois, on ne peut pas parler de football, même pas d’un jeu avec un ballon, mais seulement de 2 heures à oublier. Juste avant le coup d’envoi il y a eu des incidents avec fumigènes et surtout bombes agricoles envoyées en direction du but de Ruffier, ancien Monégasque. La rencontre a finalement pu débuter avec un peu de retard, rapidement le gardien bourru et rasé a dû effectuer une triple parade (le 1er tir n’était probablement pas cadré, la 3e intervention est chanceuse). Quelques instants plus tard, Kurt Zouma a remplacé Paulão sur blessures, puis on est passé dans la 4e dimension.

23e minute, Renato Civelli effectue une splendide passe latéral à l’adversaire à 30m du but, Aubameyang la reçoit, part au but, il est fauché à l’entrée de la surface par Ospina, penalty et carton rouge, la décision de M. Buquet est incontestable. Sans doute valait-il mieux ne pas faire faute et encaisser le but. Raul Fernandez, le gardien remplaçant péruvien, n’a rien pu faire sur le péno tiré à contrepied par Florent Sinama-Pongolle (Abriel a été sacrifié pour remplacer Ospina).

5 minutes après le péno (30e), l’arbitre pète un plomb, il sort un rouge direct à Mouloungui pour une faute sur Lemoine, la faute est incontestable, mais si ça vaut une exclusion, pas un match ne peut se terminer avec plus de 19 joueurs sur le terrain. C’était un peu en retard, sur le côté de la cheville, le Stéphanois en a fait des tonnes, il n’était absolument pas blessé, il n’y a pas eu de torsion. Le pire est que M. Buquet n’a pas pu voir la faute, ou alors il a une vision à 185 degrés, des yeux de caméléon. Il paraît que Mouloungui venait déjà de mettre un coup, mais il n’avait pas pris de carton. Dans ce cas, c’est incohérent en plus d’être incroyablement sévère.

Moins de 10 minutes plus tard, corner tiré au premier poteau par Nicolita (même pas convoqué par la Commission de discipline malgré son tacle de barbare contre Montpellier), Zouma a mis la tête au premier poteau devant un gardien à la rue (Civelli aussi était complètement à la ramasse), marquant son premier but en L1 à 17 ans (c’est particulièrement rare pour un défenseur central). Quasiment sur l’engagement, Sinama-Pongolle a marqué un 3e but refusé logiquement car en fait de tête plongeante il s’agissait d’un but du coude. L’arbitre assistant avait les yeux en face des trous, lui.

Le festival a continué en seconde période (45 minutes chiantes à mourir, le public s’est en grande partie taillé), Franck Dja Djédjé a été ceinturé alors qu’il partait au but… Même pas de jaune… Pour finir, tacle de Civelli sur Sinama à 5 minutes de la fin, ça méritait jaune, c’est un 3e rouge direct (on a ensuite failli voir le 4e rouge niçois, ça aurait mis fin à la partie car en France, à moins de 8 le match s'arrête). La dernière fois que j’ai vu le coup de l'équipe réduite à 8 en L1, c’était en 2002-2003, un LOSC-PSG avec 4 exclusions dont 3 parisiennes (Pochetino, Aloisio et Dehu, les 2 premiers scandaleux, le 3e avait pété un plomb après avoir été provoqué), mais ça s’expliquait par le nom de l’arbitre, M. Moulin[2], à l’origine de la suspension de 6 mois de Luis Fernandez et désigné – comme par hasard – pour arbitrer le premier match du PSG de Luis après la fin de sa suspension…

Si quelqu’un attendait un choc psychologique grâce au remplacement d’Eric Roy[3] par son adjoint, René Marsiglia, il n’a pas dû être déçu (^^).

Montpellier-OM, 1-0.
Quelques minutes après ce Nice-ASSE d’anthologie marqué par 3 exclusions et un péno, le MHSC-OM s’annonçait phénoménal, tout étant réuni pour que ça parte en vrille : 2 équipes qui mettent des coups, des déclarations incendiaires pendant la semaine (Belhanda a envoyé du lourd), beaucoup de pluie (élément idéal pour des tacles non maîtrisés), et… M. Chapron ! Une semaine avant OM-PSG, la DNA a désigné Chapron pour le match de l’OM et Gautier pour celui du PSG… On ne manque pas d’humour à la FFF !

Je dois l’avouer, ce j’ai rien compris. Lors de cette rencontre, ça n’a pas lésiné sur l’engagement physique, il y a eu quelques tacles assez violents, de sales coups, beaucoup d’accrochages dans les surfaces (surtout celles de l’OM), mais aucun péno et seulement 5 cartons jaunes (3 à 2).

Chaque équipe a connu de bonnes période, Montpellier a très bien débuté, mais vers après un gros quart d’heure l’OM a repris le dessus, Loïc Rémy a mangé la feuille, il a été lancé dans la surface côté gauche, Bocaly était aux abonnés absents, l’attaquant a éliminé Jourdren et frappé du gauche à côté en se précipitant. Quelques minutes plus tard sa tête a devancé le poing de Jourdren mais il n’a pas pu rabattre le ballon vers le but. Les Héraultais ont ensuite repris le dessus, ils ont plutôt dominé le début de seconde période, et au bout d’une heure, le but de Souleymane Diawara… contre son camp. Le seul à avoir bien joué le coup au cours de cette action est Belhanda, à qui on doit le décalage au début de l’action. Souleymane Camara, lancé sur la droite par le Marocain, a cherché Utaka au premier poteau alors que Giroud était seul au second, heureusement pour les locaux les défenseurs marseillais ont fait n’importe quoi, ils ont tous les 2 suivi Utaka, Diawara a mis le ballon au fond dans un trou de rat. L’OM a poussé pour égalisé, Montpellier a pratiquement arrêté de jouer, ça ressemblait à du 5-4-1 coffre-fort, l’égalisation a été évitée de peu quand Jordan Ayew a repris de près une frappe relâchée par Jourdren. Le ballon a rasé le poteau.

Montpellier a donc gagné en n’ayant finalement pas montré grand-chose, les joueurs de René Girad ont réussi un bon match, sans plus, mais comme l’OM n’a pas montré un niveau supérieur... Après la victoire chanceuse contre Nancy (match débloqué par un but involontaire), on peut le dire, Montpellier est vraiment en réussite, d’où cette 2e place avec le même nombre de points que le PSG. Si la réussite s’en va avec les joueurs qui iront à la CAN, le MHSC aura du mal à se maintenir en haut. Elle peut aussi se tailler avant…

Brest-Sochaux, 2-0.
La première période a été dominée de façon particulièrement stérile par Brest, il n’y a pas eu une seule occasion réelle, tout au plus a-t-on vu quelques têtes non cadrées sur des centres ou CPA. 45 minutes de purge. L’arbitre a été mis à contribution, Zébina a pris une grosse semelle de Privat en tentant de dégager, la veille à Nice c’était rouge, là… rien. Larsen Touré a tenté d’obtenir un péno, il s’agissait d’un tirage de maillot simultané. Les cartons sont sortis en fin de première période car ça découpait.

A la 63e minute, enfin une occasion ! Bruno Grougi lance Nolan Roux dans la profondeur, Richert sort très bien et repousse. Pas très longtemps après, nouveau ballon dans la profondeur, cette fois pour Eden Ben Basat qui passe devant les défenseurs et s’effondre avec emphase au moment où Mathieu Peybernes revient. Le défenseur a-t-il accroché l’attaquant par derrière ? Si oui, c’est très léger, on peut dire que l’Israélien a bien joué le coup… ou qu’il a escroqué M. Bien. On ne peut pas reprocher à l’arbitre un manque de cohérence sur cette action, s’il donnait péno, le rouge était automatique. A mon avis, après avoir eu la main très lourde, M. Bien avait un doute, raison pour laquelle il a fait exécuter une seconde fois le péno transformé par Grougi. Roux avait avancé trop tôt, mais pas beaucoup, et des Sochaliens avaient fait de même. L’arbitre espérait probablement un arrêt pour que sa décision n’ait pas de conséquence trop grande. Pas de bol, même tireur, de l’autre côté cette fois, but.

Sochaux, déjà pas très fringant à 11, a été nettement dominé à 10, et si Nolan Roux garde son compteur buts bloqué à 1, celui de ses passes décisives, encore vierge, n’est pas coincé, il a été incrémenté à la 80e avec un débordement et un centre en retrait pour Romain Poyet.

Quel bol d’air pour les Bretons[4] ! Cette 2e victoire de la saison (avec 9 nuls) fait gagner plusieurs places à Brest dans un classement très serré. Beaucoup d’équipes de queue ont pris des points cette semaine, ça nous promet encore une bataille féroce pour le maintien (il faudra sans doute moins de points pour sauver sa peau.

Valenciennes-Auxerre, 2-1.
Comment expliquer l’inversion totale de tendance en seconde période ? Peut-être est-ce dû aux absences de joueurs expérimentés comme Cissé et Coulibaly. Auxerre était très handicapé par des blessures, des suspensions, par l’absence de l’improbable Denis Oliech, pas rentré de son séjour en équipe nationale du Kenya. La première période a été à l’avantage des Bourguignons, mais quand Valenciennes est devenu euphorique et pressant en seconde, l’AJA a pris l’eau, n’a jamais su réagir pour sauver les meubles. En regardant le match (en même temps que celui de Brest), j’ai seulement ressenti ce changement de physionomie à partir de l’égalisation de Nicolas Isimat-Mirin de la tête sur un centre de Cohade consécutif à un corner (59e). On avait déjà pu observer un semblant de réveil avant la mi-temps.

A 1-1, Valenciennes s’est mis à bien jouer au foot, à créer des décalages, les occasions ont commencé à se multiplier, Danic a tiré sur la base du poteau, puis à la 79e minute ce qui devait arriver arriva, les locaux ont pris l’avantage, encore une action collective de qualité comme celle ayant failli permettre à Danic de marquer. Mamadou Samassa était à la finition – Pujol est toujours blessé – et Isimat-Mirin à la passe décisive. Quel but étrange… Le suite a encore été outrageusement dominée par VA, un score de 3-1 n’aurait pas été illogique.

Pas illogique… sauf si on regarde le scénario de la rencontre. Dès la 2e minute, M. Bastien a oublié de sanctionner une faute de Mody Traoré sur Kamel Chafni. L’Auxerrois avait été lancé au but par Roy Contout, il était dans la surface, vous l’avez compris, il s’agit d’une situation de double peine, péno et rouge. Si les visiteurs n’ont pas archi-dominé, ils avaient ouvert le score à la 34e par Alain Traoré, resté "muet" depuis un bout de temps (depuis la 8e journée fin septembre). Hengbart tire un très long CF du milieu de terrain, Le Tallec met la tête pour envoyer le ballon dans la surface où Contout met à son tour la tête, cette fois pour remiser en direction de Traoré, tir, but. Le football est parfois simple, surtout quand la défense adverse est si passive… Pour info, Contout n’était pas HJ car couvert pas… Isimat-Mirin, pas aligné.

Quelques poignées de secondes après l’ouverture du score, faute de Ducourtioux sur Alain Traoré dans la surface, encore un péno oublié ! (J’ai repassé l’action au ralenti pour être bien sûr car on voit Traoré frapper dans la jambe du Nordiste, mais la faute est bien de ce dernier, il ne joue le ballon qu’après avoir envoyé valser l’Auxerrois. La première impression était la bonne, il y avait péno.)

Les Bourguignons peuvent s’en vouloir, ils ont craqué mentalement, lâché prise, ce n’est pas la première fois, ils ont déjà connu ce genre de défaillances. Ils sont aussi en droit d’en vouloir à M. Bastien, ce dernier semblant avoir porté les lunettes de Ray Charles pendant la première période. Et pendant ce temps, VA remonte au classement en réalisant la même bonne affaire que Brest. Le prochain déplacement de l’AJA est au Parc.

PSG-Nancy, 0-1.
A part, comme toujours.

Notes

[1] Il est considéré comme mauvais, c’est toujours mieux que d’être vu comme malhonnête et/ou antipathique.

[2] Pas Michel Moulin.^^

[3] Il a changé de rôle au club.

[4] Bol breton…