• Le classement.

Les 4 premiers ont gagné, dont 3 sur le même score de 3-2. Les 2 suivants sont les perdants de la journée, ils ont été battus. Ça continue à aller très vite.

En bas, de tableau, si Ajaccio est décroché, la lutte pour éviter les 2 autres places dans la charrette s’annonce encore hyper serrée, beaucoup d’équipes sont au coude à coude. Ajaccio, Nancy et Nice sont les 3 reléguables… Pourvu qu’ça dure ! Je sais, je vais me faire des ennemis en l’écrivant, mais Ajaccio, son public, son stade, son équipe… c’est niveau L2. Nancy a remplacé un bétonneur par un autre bétonneur, ça ne joue pas au foot, en L2, ce serait mieux ! Quant à Nice, son stade, son public débordant d’envie de déborder, son équipe, ses problèmes de gouvernance… un petit tour au frais en attendant le nouveau stade serait du meilleur effet.

  • Les matchs.

Retrouvez tous les résumés sur la page prévue à cet effet.

  • Les tops.

33 buts, quelques matchs à suspense, encore du spectacle, ceci malgré une météo dégueulasse à certains endroits où il pleuvait des hallebardes. Dans les stades de Ligue 1, la qualité des pelouses naturelles varie entre le très bon et le "avez-vous pensé à organiser une battue aux sangliers ?", à Dijon on tond la pelouse avec le tracteur et la charrue… Comme par hasard, c’est le seul 0-0 de la journée.

Vendredi j’ai regardé le Caen-OM à partir de l’ouverture du score, Caen a montré quelques trucs intéressant, Caen a beaucoup poussé pour égaliser, un nul m’aurait semblé mérité. André Ayew a ouvert le score avec de la réussite (un tir dévié par un défenseur, le ballon rebondit sur la barre et retombe devant le Ghanéen, il n’a plus qu’à pousser le ballon au fond), a parfaitement joué la contre-attaque du second but, le renouveau de l’OM semble être avant tout lié à son retour en forme après un début de championnat

Ajaccio s’est très bien battu contre le LOSC, on pouvait s’attendre à une bran-bran malgré le choix de Rudi Garcia de ne pas faire débuter ses vedettes, mais la lanterne rouge a beaucoup fait souffrir les champions en titre, elle a très vite ouvert le score, s’est rapidement trouvée menée 2-1 par des Lillois pourtant loin d’être bons. Les Corses n’ont pas lâché l’affaire, ils ont égalisé, on longtemps tenu… avant de s’incliner avec les honneurs en encaissant un penalty dont la raison d’être est douteuse (je n’arrive pas à juger s’il y a réellement eu contact). S’ils avaient toujours affiché cet état d’esprit, les Ajacciens auraient plus de 8 points et pas -19 de différence de buts.

Dans le même esprit, j’ai envie de citer le réveil de Nice avec un très bon Anthony Mounier et encore des buts de ses défenseurs argentins. Fabian Monzon a été énorme lors de la défaite à Lorient la semaine dernière, les Aiglons méritaient d’attraper au moins un point chez les Merlus, contre d’autres Bretons ils en ont logiquement pris 3, certes dans des conditions un peu spéciales, mais peu importe si le rouge est injuste, ça ne les regarde pas, seul le résultat et la combativité sont à retenir.

A Brest, 2 joueurs ont réussi leur premier doublé en Ligue 1, il s’agit de Nolan Roux, en panne de buts depuis le début de la saison (il était bloqué à 2, dont un doublé en CdL), et d’Aubameyang, dont les 6 buts le début de ce championnat 2012 ont tous été inscrit lors de rencontres à l’extérieur. La grande nouvelle est que les Verts se mettent à bien jouer au football depuis 2 matchs ! Tout arrive dans le football !

Certains n’ont pas dû en revenir en voyant Toulouse dominer l’OL à Gerland. Il a fallu des Lyonnais très réalistes pour venir à bout de l’équipe d’Alain Casanova d’habitude réputée pour sa défense assez hermétique. Ali Ahamada s’est loupé sur 2 buts, Ederson en a mis un magnifique, Lloris a dû sauver la baraque, il a été suppléé par son poteau, le score de 3-0 était incroyablement lourd compte tenu de la prestation des deux équipes. Toulouse est alors revenu à 3-2 en se faisant envahir par l’esprit de Juninho. Umut Bulut a marqué de 35 mètres décalé sur la droite, un tir flottant sous la barre façon "Juni’", Lloris a été lobé pour quelques centimètres. Dans la foulée de ce but somptueux, Moussa Sissoko a rusé pour obtenir un péno (encore l’esprit de l’ancien meneur de jeu brésilien de l’OL en somme…), il l’a transformé, Toulouse a encore poussé, sans toutefois parvenir à égaliser. Le TéFéCé est un des clubs les moins glamours du championnat, il a su montrer une bonne image de lui le jour où on lui a donné l’opportunité de passer sur Canal+ le dimanche soir, d’où cette présence dans les tops de la journée.

Depuis cet été, les arbitres sifflent beaucoup de pénos, certains peuvent être qualifiés de généreux, quelques-uns sont le produit de simulations, de mauvaises appréciations ou interprétations arbitrales, beaucoup sont logiques. Pourquoi le penalty est-il "à la mode" ? Probablement car les erreurs défensives et les imprudences de gardiens le sont aussi. Cette saison en L1 on possède quelques joueurs techniques, des équipes plus offensives qui mettent sous pression la défense adverse, or plus souvent le ballon se trouve dans une surface de réparation, plus la probabilité de voir des fautes à l’intérieur d’une de ces surfaces est grande. En réalité, le nombre de pénos, OSEF, intéressons-nous plutôt aux différentes manières de les tirer. J’ai envie de dire bravo à Pierre-Alain Frau, Eden Hazard, Lisandro Lopez, Fabian Monzon et Nenê pour leur sérénité et leur efficacité. Le premier et le 3e ont opté pour un plat du pied en lucarne (l’attaquant Argentin y a ajouté le contrepied), le dernier en est à 6/6 cette saison TCC, contrepied sans trembler, simplicité, maîtrise. Monzon en est quant à lui à 4/4 (5/5 si on compte la fois où l’arbitre l’a fait tirer 2 fois), il a frappé aussi fort que possible, le gardien a plongé du mauvais côté, mais même en choisissant le bon, compte tenu de la vitesse du ballon, le ballon aurait sans doute eu le temps de franchir la ligne. Hazard y est allé de sa panenka, on en voit de plus en plus souvent, celle-ci a été réalisée à 2-2 à 10 grosses minutes de la fin.

Les 2 autres pénos de la journée a été transformé un peu par miracle, Gaël Danic et Moussa Sissoko ont tiré plein axe, le premier au sol, le second à 50cm du sol (Lloris l’a touché avec la jambe, il a failli le sortir).

Les trentenaires d’Evian-Thonon-Gaillard ont encore frappé… Un but d’Olivier Sorlin, un but de Cédric Barbosa (il en a déjà inscrit plus cette saison qu’en 62 ans de carrière), une 3e victoire consécutive à domicile. Il y a bientôt un ETG-Montpellier, ça sent le coup de l’ancien !

Dans les tops, comment oublier la réaction des joueurs du PSG après une période difficile ? Grâce à un état d’esprit retrouvé, ils ont réussi à venir à bout de valeureux auxerrois. Nenê a encore été excellent, Jérémy Ménez s’est mis en mode Messi à la mi-temps, c’était impressionnant. Tout n’a pas été parfait, tant s’en faut, mais le moteur tourne à nouveau.

  • Les flops.

La pelouse de Dijon me semble être le premier gros flop de la journée. Flop, c’est aussi le bruit des pas et du ballon sur ce terrain boueux labouré.

Le Stade Rennais est complètement passé à côté de son match à Nice, l’ancien club d’Antonetti. Après une victoire particulièrement capillotractée la semaine dernière contre ETG puis un nul super nul contre l’Udinese entérinant l’élimination de l’Europa League (en ayant encore beaucoup fait tourner), on pouvait s’attendre à mieux. Ne pas jouer l’EL à fond pour perdre 3 jours plus tard en championnat chez un reléguable, ça s’applaudit.

Lors de cette rencontre, Benoît Costil a concédé un péno en allant plonger dans les jambes de Dja Djédjé de façon assez naïve. 2 autres cas similaires ont été répertoriés lors de cette journée, Ahamada et Mandanda (ce dernier avec bonus ballon relâché avant de commettre la boulette). Aucun n’a été exclu (car il n’y avait occasion nette de but dans aucun cas, l’attaquant était à chaque fois très excentré, ce qui rendait la sortie du gardien encore moins pertinente.

Christian Gourcuff est trop fort. C’est du très haut niveau. Privé de Koné, Bourillon et Romao, il a dû trouver un défenseur central de secours à associer à Ecuele Manga, de retour après avoir manqué 3 matchs. Qui a-t-il choisi ? Arnaud Le Lan, latéral de 33 ans n’ayant encore jamais évolué dans l’axe. Parmi ses défenseurs et milieux de terrain, le seul à être plus petit que lui est Coutadeur. Quelle idée de faire jouer en défense centrale un gars mesurant 1m71 – et oui, Le Lan est petit, il cumule les handicaps – sans aucune expérience dans l’axe ? A la limite, face à un petit comme Gameiro, faute d’autre solution, pourquoi pas, mais Olivier Giroud fait une tête de plus ! Si au moins Ecuele Manga avait été chargé de s’occuper du André-Pierre Gignac toulousain de la saison en cours… Sur l’ouverture du score, Giroud a tranquillement pu dévier de la tête pour Dernis, il a encore pris le dessus sur Le Lan un peu plus tard… Et l’ensemble de l’équipe bretonne a complètement lâché le match dès le début de la seconde période.

Une fois de plus l’arbitrage a été quelque peu contesté ce week-end. Et pour cause. Plusieurs décisions discutables ont été prises, il ne s’agit pas forcément d’erreurs mais de comportements dommageables, d’interprétations et d’appréciations douteuses. Par exemple, il est difficile de déterminer avec certitude s’il y a eu contact sur Balmont à Ajaccio quand M. Varela a donné péno en faveur du LOSC (compte tenu des antécédentes de cet arbitre[1], j’ai plutôt tendance à croire que Balmont a plongé en voyant une jambe dépasser), ou encore de dire si Moussa Sissoko a retenu Cris car il a été déséquilibré par le défenseur ou s’il a abusé M. Ennjimi. De même, je reste circonspect concernant l’exclusion de Nicolas Isimat-Mirin par M. Buquet, ça ressemble à une escroquerie pour obtenir péno et rouge. Dans un premier temps, il y a clairement faute sur le Savoyard auteur d’une remise de la tête, il est chargé à retardement, l’arbitre laisse l’avantage, et là, Yannick Sagbo s’effondre quand le défenseur revient. Réclamer un péno alors que la faute alléguée a eu lieu un bon mètre hors de la surface accrédite la thèse de la tentative d’escroquerie. J’ai l’impression qu’il a loupé son contrôle dans la course et s’est jeté pour cette raison.

Comment affirmer que Berthod a volontairement utilisé sa main pour contrer le CF de Nenê ? Comment affirmer le contraire compte tenu de la position tout à fait anormale de la main ? Heureusement la polémique éventuelle a été tuée dans l’œuf car le PSG a gagné, M. Bien s’en sort… bien.

La plus grosse affaire a eu lieu à Brest car l’ASSE a égalisé en fin de match en profitant de l’absence de Zébina, en train d’attendre de pouvoir revenir en jeu après un changement de chaussure. L’affaire s’est déroulée en plusieurs temps, Jonathan Zébina a d’abord voulu changer sa pompe – un crampon était cassé – sans sortir du terrain, l’arbitre lui a logiquement demandé de faire ça à l’extérieur de l’aire de jeu, mais une fois en mesure de faire son retour, il a désespérément attendu la permission de reprendre sa place, la séquence a duré une éternité, il y a eu un CF brestois, puis une contre-attaque devenu une attaque placée dans un second temps, finalement Aubameyang a marqué, ce qui a rendu fou les Bretons, ils ont vu aussi rouge que les cheveux de la nouvelle Miss France – le concours venait de débuter non loin du stade – et ont déposé une réserve technique n’ayant aucune chance d’aboutir. On peut commenter ce fait de jeu de plusieurs façons :
-Brest aurait dû mieux défendre, même sans son taulier derrière ;
-Zébina aurait mieux fait de pratiquer en loucedé à son échange de chaussure afin de pouvoir rester sur le terrain (l’idée est de se faire livrer la pompe par un membre du staff venu jusqu’à la cage en contournant le terrain, on simule alors une douleur au pied pour rester assis et enlever l’objet cassé, le gardien arrive discrètement avec la pompe et fait l’échange, Zébina dit à l’arbitre que ça va aller, pas besoin de faire entrer les soigneurs, et il chausse sa nouvelle pompe),
-les oreillettes, la mémoire immédiate de l’arbitre centrale, son audition (le public faisait son maximum pour signaler qu’il se passait un truc anormal), la communication entre les membres du corps arbitrale… rien ne fonctionne quand on en a besoin,
-à quoi sert le 4e arbitre s’il n’est pas en mesure de vérifier les crampons et de signaler qu’il faut faire rentrer en jeu un joueur en train d’attendre depuis des plombes ?

Ajoutons qu’un peu plus tôt, M. Bastien avait oublié de donner péno aux Verts pour une charge de Gentiletti sur Sinama-Pongolle.

M. Turpin ne s’est pas trompé en sanctionnant Costil d’un penalty sans l’exclure – il n’y a aucune comparaison à faire avec le pén+rouge d’Ospina il y a 2 semaines, les Niçois devrait relire les lois du jeu – mais n’aurait jamais dû sortir John Boye, son tacle était engagé mais régulier.

Finissons à Dijon où Mathieu Peybernes a pris son 2e rouge injuste en 3 matchs – en ayant été suspendu le 2e, ça lui est donc arrivé 2 fois de suite (^^) – pour une faute inexistante en position de dernier défenseur (à chaque fois il y a suspension car la Commission de discipline n’a jamais les couill*s de reconnaître l’erreur de l’arbitre si celui-ci ne prend pas l’initiative de la signaler dans son rapport, or les arbitres ne le font jamais). M. Desiage a ensuite compensé en oubliant un péno en faveur de Dijon, puis a été trompé par son assistant sur un HJ inexistant, annihilant ainsi une occasion nette de but bourguignon[2]. Carton rouge pour l’assistant ! Il le mériterait.

J’allais oublier… le 3e but de Montpellier est entaché d’une faute assez évidente, Utaka balance le défenseur pour se faire de la place. Mais comme de toute façon Lorient avait lâché…

  • Les highlights.

Notes

[1] Souvenez-vous du but fantôme de Bordeaux-Nancy la saison passée.

[2] Marqué par Jovial longtemps après le coup de sifflet, la défense s’était arrêtée.