Plusieurs grands noms et/ou mastodontes du foot européen ont été éliminés, notamment Manchester United (battu à Bâle, faire match nul était impératif) et Manchester City (dans un groupe monstrueux avec le Bayern Munich, Naples et Villarreal en mode faire-valoir, 6 défaites, 2 buts marqués, 14 encaissés), mais aussi le FC Valence (dans un groupe avec le Bayer Leverkusen et Chelsea), le Borussia Dortmund, le FC Porto et le Chakhtior Donetsk (qui étaient dans le même groupe, les Chypriotes de Nicosie ont pris la première place !).

Mathématiquement parlant, les 3 clubs français avaient encore une chance de se qualifier. A l’issue d’une 5e journée la tendance était nette : ça sentait bon pour le LOSC, ça promettait d’être extrêmement compliqué pour l’OM, la situation était quasi désespérée pour l’OL. Personne n’aurait pu prévoir ce qui s’est produit.

  • Groupe F : un miracle pour la qualif.

Le Borussia a été une des principales déceptions de la phase de poule, sa défaite improbable à Marseille (3-0 en offrant les 3 buts à un mauvais OM, personne n’a compris comment ça a pu se finir ainsi) a été à l’origine d’un retournement de situation. Pour avoir une chance de rester en lice en LdC ou au pire en Europa League, les champions d’Allemagne – éliminés par le PSG de la phase de poule de l’EL la saison dernière, rappelons-le – devaient gagner assez largement pour devancer l’OM à la différence de buts particulière[1], sachant que dans l’autre match Arsenal allait envoyé en Grèce une équipe B (avec maximum 2 ou 3 titulaires pour faire le nombre). L’Olympiakos a gagné comme prévu en menant 2-0 dès la première période, score final 3-1, l’OM devait donc absolument l’emporter outre-Rhin.

La première période a été un long cauchemar, il aurait pu y avoir facilement 4-0, les Allemands ont martyrisé les Sardines, ont ouvert le score à la 23e minute, ont doublé leur avantage sur penalty, il leur restait plus d’une heure pour Pourquoi péno ? En raison d’un coup de pied d’Mbia dans la tête de Sebastian Kehl. Il l’a défoncé ! Comment a-t-il pu s’en sortir sans carton rouge ? Demandez à M. Webb, il paraît que cet arbitre est un des tous meilleurs au monde. Cette absence a fait mal aux Allemands. Pour info, sachez qu’Alou Diarra a puni Mbia en le percutant dans un duel aérien. Arcade explosée pour le Camerounais.

A la 49e minute… de la première période[2], Loïc Rémy a converti la première occasion de son équipe d’une tête sur un centre en profondeur parfait de Morgan Amalfitano. Ça a tout changé, Dortmund devait maintenant en remettre 3 de plus pour se qualifier. En 45 minutes… Dur. Surtout en ayant déjà tant donné. En fin de rencontre, fatigués et démotivés car ayant perdu tout espoir de jouer une compétition européenne au printemps, les joueurs du Borussia ont lâché. André Ayew a égalisé à la 85e sur corner, 2 minutes après Valbuena a inscrit le but de la victoire d’une frappe détournée. Quelle réussite ! Le ballon a été touché juste ce qu’il fallait pour lober le gardien.

Le plus dingue dans cette histoire est de voir l’OM passer en ayant jusqu’ici fait une campagne européenne vraiment pourrie avec pour meilleur match un nul à l’Emirates Stadium. Très franchement, l’OM n’a montré aucune qualité footballistique depuis le début de la compétition, ils n’ont fait preuve que de réussite (du moins contre les Allemands aller/retour). Aucune maîtrise contre les Grecs ou contre les Allemands, un spectacle d’une pauvreté affligeante (OM-Arsenal, OM-Olympiakos, dans le genre purges… avec défaite 0-1 lors des dernières minutes de surcroît, les 2 fois des défaites logiques). Jusqu’à la 84e minute de la rencontre de mardi le constat était le suivant : les Marseillais étaient hors-sujet lors de cette LdC, ils s’en sortaient déjà très bien avec une réversion en EL.

En 3 minutes, tout a été oublié, les zéros sont devenus des héros.

  • Groupe D : pas besoin de croire aux miracles pour qu’ils se produisent.

En concédant chez lui un match nul 0-0 lors de la 5e journée, le même score qu’à l’aller, l’OL a gâché sa chance de qualification directe. La porte des 8e de finale de la LdC n’était pas complètement fermée, il fallait l’enfoncer, une mission impossible aux yeux de Rémi Garde. Il n’y croyait manifestement pas, d’où une composition d’équipe étonnante avec des tauliers sur le banc (Källström, Lisandro Lopez, etc.). Même si tu as 5% de chances, tu dois les jouer à fond. Il aurait pu payer son choix au prix fort, s’en vouloir toute sa vie. L’Ajax Amsterdam et l’OL étaient à égalité dans leurs confrontations, les Bataves avaient 3 points de plus car ils avaient déjà joué 2 fois les quichons du Dinamo Zagreb, donc gagné 2 fois et perdu un seul match contre le Real Madrid (pour rappel, les Madrilènes ont mis 4-0 et 2-0 aux Lyonnais, 3-0 à l’Ajax à l’aller). En cas de victoire espagnole aux Pays-Bas, l’OL devenait maître de son destin, il fallait alors doubler le club néerlandais à la différence de buts générale.

ProblèmeS, l’Ajax était à +3, l’OL à -4, n’ayant marqué que 2 fois… De plus, Mourinho avait prévu d’envoyer une équipe fortement remaniée en prévision du Clasico de samedi. Très franchement, j’ai cru à l’improbable entre le moment du but de Valbuena mardi – car on en a eu la preuve, tout est possible dans le football – et l’annonce de la compo d’équipe mercredi. Si les Lyonnais n’y croyaient plus, pourquoi y croire à leur place ?

La première période a confirmé l’impression donnée par la compo, l’OL ne jouait pas pour se qualifier. Lloris a dû réaliser plusieurs parades, les Croates, pourtant rapidement réduits à 10 (exclusion d’un grand poète, Jerko Leko, ancien boucher à Monaco avec son associé, Nikola Pokrivac, lui aussi au Dinamo), ont ouvert le score… L’OL frisait le ridicule.

Un centre contré de Cissokho est devenu un csc attribué à Bafé Gomis parce qu’il s’est jeté sur la ligne pour pousser le ballon au fond, ça a relancé l’OL juste avant la mi-temps. Pendant le quart d’heure de repos, la nouvelle arrivée d’Amsterdam a provoqué un changement d’état d’esprit dans cette équipe en train de passer à côté d’une occasion inespérée de conclure. A 2-0 pour le Real, plus aucune excuse n’était valable, 50% du travail était réalisé par les Espagnols, à eux de faire le reste. Je soupçonne une intervention d’Aulas dans le vestiaire à la mi-temps pour mettre ses joueurs devant leurs responsabilités.

D’entrée, Gonalons a marqué du genou sur corner, presque l’engagement Bafé Gomis a enchaîné. Déjà mal en point, les Croates ont pris un gros coup derrière la tête. Menée 1-3, que fait une équipe privée de ses défenseurs habituelle, réduite à 10 n’ayant plus rien à jouer et complètement nulle même au complet ? Elle lâche. Si elle affronte une équipe hyper motivée, l’addition est vite salée.

Quadruplé de Gomis, buts de Gonalons, Lisandro (entré en jeu à la place d’un défenseur), but de Jimmy Briand, résultat final 1-7. C’est inhabituel mais cohérent. Accuser l’OL d’avoir corrompu l’équipe adverse est totalement grotesque. Même le type le plus malhonnête du monde ne tenterait pas ça, surtout en LdC, surtout avec une histoire de score très large (car ça provoque toujours des soupçons), a fortiori si gagner par 6 buts d’écart risquait d’être totalement inutile. Je ne peux pas imaginer une seconde Aulas mettre en péril tout ce qu’il a construit depuis des années en tentant une manœuvre suicidaire. Il se serait forcément fait griller (surtout en faisant son œuvre de façon précipitée à la mi-temps).

L’hypothèse de paris truqués ? Programmer un score exact de 7-1 ou un écart de 6 buts est presque impossible. Le 7e but a été inscrit à un quart d’heure de la fin, il aurait pu y en avoir un 8e. Le plus simple pour faire de l’argent est encore de payer un gardien pour qu’il se troue et fasse perdre son club largement favori d’une rencontre dans un championnat pas très observé.

L’Ajax a réussi à encaisser un 3-0 à domicile lors d’une rencontre couperet contre les remplaçants du Real (plus quelques titulaires dont Benzema une cinquantaine de minutes). Même s’ils peuvent alléguer que 2 buts leur ont été refusés à tort, les Bataves n’ont pas réellement d’excuse, ils n’ont pas franchement réagi en apprenant que l’OL était en train de les priver de la qualification. Ils ont encaissé 3 fois le même but, long ballon dans la profondeur pour l’attaquant parti dans le dos de la défense (le 3e à la 92e minute, ils avaient donc le temps de réagir, une grosse demi-heure pour tout tenter).

En somme, dans ce groupe, seul le Real est vraiment à sa place en 8e de finale de la compétition. L’OL a grillé l’Ajax, le foot français doit-il s’en plaindre ? Je ne pense pas.

  • Groupe B : si personne ne veut se qualifier…

Le LOSC recevait Trabzonspor, il fallait gagner pour se qualifier, un nul ou une défaite pouvait suffire pour être repêché en EL en fonction du résultat du CSKA Moscou à Milan. Le LOSC a assez largement dominé une équipe venue uniquement pour défendre. Par moment les Lillois ont emballé la rencontre, mais seulement pas moments, ils n’ont pas su mettre le feu, bien bloqués par les Turcs. Je n’ai pas compris pourquoi Rudi Garcia a choisi d’aligner son équipe en 4-2-3-1 avec Payet, Cole et Hazard en même temps, ça ne marche presque jamais.

L’anomalie observée lors de ce match est que Trabzonspor n’a pas tenté d’attaquer avant les dernières minutes. Ils ont été bien bêtes de compter sur l’Inter Milan… Les "Italiens" étaient qualifiés en première position, leur situation en championnat leur donne d’autres priorités, les Russes en voulaient plus, ça s’est terminé par une victoire russe (1-2, but à la 86e), les Turcs l’ont donc eu dans l’c*l. S’ils avaient attaqué, ils auraient pu gagner et se qualifier mais auraient aussi permis aux attaquants du LOSC d’avoir quelques espaces à exploiter.

Les champions de France en titre sont éliminés de toute compétition européenne, ils deviennent par conséquent un sérieux candidat à leur propre succession. Les regrets sont nombreux, Lille a trop gâché, notamment à domicile contre Moscou et à Trébizonde[3].

  • Et à part ça ?

Le mec qui choisissait les affiches diffusées sur TF1 depuis le début de la phase de poule est un vrai champion ! Quel nez ! Le gars a toujours senti venir les exploits et les beaux matchs... Il a rendez-vous à pôle emploi dans quelques jours...
-Olympiakos-OM (0-1)… au lieu de LOSC-CSKA (2-2).
-OL-Zagreb (2-0)… au lieu d’OM-Dortmund (3-0).
-OM-Arsenal (0-1)… au lieu de… Real-OL (0-4… ah non, 4-0^^).
-OL-Real (0-2)… Bon, à la limite c’était le meilleur match à diffuser.
-Ajax-OL (0-0)… le match à diffuser était CSKA-LOSC, mais compte tenu de l’horraire, c’était très compliqué de choisir le bon match.
-LOSC-Trabzonspor (0-0)... au lieu de Dortmund-OM (2-3), OL-Zagreb (1-7) ayant a priori un enjeu sportif très limité.

Le Barça a envoyé une équipe composée principalement d’enfants et a gagné 4-0 contre BATE Borisov…

La France a provisoirement repris la 5e place au Portugal à l’indice UEFA, pour la garder il faudrait qu’un des rescapés (ou des 2) aient un bon tirage et gagnent encore des matchs, passent un ou des tours… ou alors que les clubs portugais se rétament en EL… Ça risque d’être difficile. Autre solution, que le PSG poursuive son chemin dans l’autre coupe d’Europe.

Paris n’est plus maître de son destin, mais en voyant comment l’OL et l’OM ont réussi à s’en sortir, je crois dur comme fer en la qualification… J’en viendrais presque à me demander si Rennes ne pourrait pas aussi débarquer au tour suivant[4] !


Les qualifiés.
CHAPEAU 1 : Bayern Munich, Inter, Benfica, Real Madrid, Chelsea, Arsenal, APOEL Nicosie, Barça.
CHAPEAU 2 : Naples, CSKA Moscou, FC Bâle, OL, Bayer Leverkusen, OM, Zénith Saint-Petersbourg, Milan AC.

Notes

[1] En cas de 3-0 donc d’égalité entre l’aller et le retour, la différence générale aurait été favorable à l’OM.

[2] Les longs arrêts de jeu pour évacuer Kehl et pour s’occuper des milieux marseillais après le choc de têtes ont été compensés par 5 minutes de temps additionnel.

[3] Le LOSC menait 2-0 et 1-0 mais a fait match nul 2-2 et 1-1.

[4] Rennes est déjà éliminé.