• Les résultats.

Nancy-OM, 1-3.
Auxerre-Dijon, 2-2.
ETG-Montpellier, 4-2.
LOSC-Nice, 4-4.
Lorient-Caen, 0-0.
Rennes-Bordeaux, 1-0.
Sochaux-AC Ajaccio, 0-2
Toulouse-Brest, 0-0.
Valenciennes-OL, 1-0.
ASSE-PSG, 0-1.

  • Le classement.

On peut distinguer plusieurs groupes :
-celui des équipes en lice pour le titre, les 4 premières (entre 35 et 40 points) ;
-celui des équipes jouant l’Europe, ça va de la 2e à la 7e place (entre 30 et 37 points) ;
-celui des équipes qui espèrent se calent dans le ventre mou mais peuvent très facilement glisser vers le dernier groupe, on peut quasiment le limiter à Lorient et Bordeaux (24 et 23pts) ;
-celui des équipes qui devaient jouer le maintien jusqu’au bout, les… 10 dernières (d’ETG, 22pts, à Ajaccio, 15 points, sachant que le 13e est à 2 points du 19e).

40 points pour le champion du tournoi d’ouverture, c’est beaucoup, 5 de plus que le LOSC la saison passée. Depuis le retour du championnat à 20 clubs l’OL a fait mieux 2 fois, Monaco et Bordeaux une. Seul l’OL a été champion au terme des 38 journées (en 2006-2006 Lyon a pris 12 points d’avance à l’issue de la phase aller et a fini avec 15 de marge, la saison suivante les écarts ont été de 15 puis 17 points…). Monaco et Bordeaux ont notamment payé leur parcours européen.

  • Les matchs.

Régalez-vous avez les résumés de matchs fous ! C’est sur la page des matchs de la 19e journée.

  • L’image.

Les joueurs de l’OM s’aiment… ou pas.

  • Les tops.

Une fois n’est pas coutume, commençons par un bon point pour la LFP. Peut-être n’est-ce par mérité car pas réfléchi de la part de l’organisme qui dirige le foot pro en France, mais programmer la 19e journée juste avant Noël – c’est le cas depuis plusieurs saisons[1] – est top. Quand tout se passe bien, notamment si la météo est clémente, on obtient une journée à caractère événementiel avec le cas échéant la lutte pour le titre honorifique de champion d’automne (je préfère dire vainqueur du tournoi d’ouverture à la sud-américaine), avec souvent quelques surprises car les leaders sont fatigués, régulièrement des matchs fous et beaucoup de buts (sauf la saison dernière), en général ça tombe en début de vacances scolaires donc il y a souvent moyen d’aller au stade en famille. Le risque est bien sûr la météo, si on doit reporter des matchs, ça fout tout en l’air. Cette année il n’y a aucun problème, on est resté bloqué au mois d’octobre (il pleut tout le temps, il ne fait pas froid), les terrains sont donc jouables. Mauvais (certains sont pourris), détrempés, mais praticables. Le 21 et le 22 décembre, on peut craindre le gel et la neige, cette année on attend le froid, il ne vient pas, heureusement pour les supporters car devoir se déplacer quand il gèle est dangereux, être assis (ou même debout) pendant 2 heures dans une tribune quand il fait -3° est un supplice. Compte tenu des contraites imposées par l'UEFA de Platini, le voleur de dates ne pensant qu'à son propre business, le calendrier du football français n'est pas si mal pensé.

Des matchs avec des scénarii de folie, on en a eu depuis le début de la saison. Mercredi, on n’a pas simplement eu des gros scores, on a aussi eu des retournements de situations improbables, des rencontres d’une intensité fabuleuse (comme à Saint-Etienne où sans des gardiens en grande forme on aurait facilement pu avoir 5 ou 6 buts). Le 4-4 à Lille vaut sans doute plus que le célèbre 5-5 entre l’OL et l’OM car cette fois aucun but n’a été réellement donné. N’ayant pas été diffusée sur Canal+, cette rencontre risque de ne pas avoir la postérité qu’elle mérite.

Je viens d’évoquer ASSE-PSG. Quel match ! Les conditions de jeu étaient difficiles, les Parisiens étaient fatigués, ils enchaînaient leur 4e match en 11 jours, le 28e depuis la reprise (sans compter les sélections et les matchs amicaux), pourtant ils ont réussi une prestation remarquable. Quelle intensité pendant cette rencontre ! Il y a eu du déchet technique, c’est indéniable, la pluie et le terrain n’aidaient pas, mais des 2 côtés la volonté d’attaquer était permanente, ça partait dans tous les sens, en fin de rencontre les Verts faisaient le siège de la surface de Sirigu, il y a eu des dizaines de centres, 16 corners pour Sainté, c’était totalement dingue. Sylvain Marchal a réussi un tas de retours défensifs magistraux, Gameiro a tiré sur le poteau, Ruffier a eu beaucoup de travail… néanmoins l’homme du match est Sirigu, totalement inconnu en France jusqu’au jour de son arrivée au PSG. Le gardien italien est LE phénomène de ces 5 premiers mois de la saison.

Restons dans le thème PSG tout en s’en éloignant… Dans la série "je suis un joueur formé au PSG et j’ai tout-à-fait ma place en L1, ne vous en déplaise", je demande Franck Dja Djédjé et son parent, Brice Dja Djédjé. Ils sont parents, c’est sûr, on lit parfois frère, je suis presque convaincu – à 99,8% – que leur lien est autre, malheureusement aucune source fiable ne permet de confirmer ou d’infirmer. Cette semaine Brice a été retenu en sélection, il a fêté ça en marquant son premier but en L1 (sur CF), celui portant le score à 4-2 pour ETG contre Montpellier, Franck a inscrit le but du 2-2 puis celui du 3-2 pour Nice à Lille. Jolie semaine pour la famille Dja Djédjé !

Parmi les autres tops, citons pêle-mêle :
-le réveil d’Ajaccio, 7 points en 3 matchs (8 lors des 16 rencontres précédentes), le club peut de nouveau croire au maintien) ;
-le CF direct de Kembo-Ekoko avec sa subtilité, le double mur pour empêcher Carrasso de voir le départ du ballon ;
-l’enchaînement de Florent Balmont (contrôle de la poitrine et reprise de volée – très haute – dans la course) ;
-la prestation de Mouloungui (jusqu’à son exclusion ultra-sévère) et de Nice en général ;
-la démonstration faite par Cédric Barbosa semaine après semaine que la valeur peut attendre le nombre des années (encore une passe décisive et un but) ;
-le retour de l’AJA en fin de match (menés 2-0, les Auxerrois ont marqué à la 81e et à la 91e) ;
-la victoire méritée de Valenciennes en multipliant les occasions construites ;
-la volonté qu’ont l’ASSE et Toulouse de jouer au foot.

  • Les flops.

Les pelouses… Par pitié, on veut de bonnes pelouses ! Malgré les mauvaises conditions météo on devrait pouvoir préserver les pelouses pour jouer des matchs de Ligue 1. Le rugby 4 jours avant le foot, ça devrait être interdit ! A Toulouse, ils n’ont pas compris… Ailleurs, sans rugby, c’est dégueulasse aussi. Notons qu’à Nancy et à Lorient, où les terrains sont en plastique, on a vu des matchs de qualité très moyenne. Le synthétique n’est pas la solution, il faut juste entretenir correctement les pelouses naturelles.

Soit le 4-2-3-1 du LOSC ne fonctionne pas, soit il porte malheur. Quand Rudi Garcia choisit cette organisation au lieu du 4-3-3 classique auquel les Dogues doivent leur succès, les résultats sont très en-dessous de la moyenne du club, ça fait beaucoup de nuls et de défaites. C’est à se demander s’il n’y aurait pas un gros problème Pedretti… Gueye jouait à Paris, cette fois Payet, Garcia préfère sacrifier son organisation et les repères de son équipe plutôt que de le titulariser.

Sochaux a débuté la saison de manière assez correcte, a même été 6e après 4 journées, puis la chute a commencé… 7e, 8e, 9e, 12e après la bran-bran reçue à la maison contre Rennes (2-6), il y a ensuite eu une phrase de stabilisation à la 10 ou 11e place. Depuis la reprise après la dernière trêve internationale de l’année, la chute est devenue vertigineuse : 1 point pris sur 18 et une 19e place à l’issue de la phase aller. L’accumulation des blessures en défense et la présence dans l’effectif de certains joueurs à la mentalité plus que douteuse sont en train d’envoyer Sochaux en enfer. Il faut absolument faire le ménage d’ici la reprise du championnat et renforcer l’équipe avec un défenseur, un milieu et un attaquant, Sochaux en L2, ce serait un gros gâchis.

Défaite chez une équipe de bas de tableau, nul à domicile contre un concurrent au top 6, défaite à l’extérieur chez un promu. La fin d’année de Montpellier a été ratée. De leader avec 3 points d’avance et une différence de buts nettement meilleure que leurs concurrents, les Héraultais sont passés dauphins 3 unités derrière le leader, leur avantage complémentaire a presque totalement disparu. Et dire que plusieurs joueurs de première importance partent à la CAN…

Le dernier gros flop de la L1 est celui de l’affaire opposant Kamel Chafni, le joueur d’Auxerre, et Johann Perruaux, l’arbitre assistant de M. Chapron. Cette affaire était née la semaine dernière à Brest. Le premier a pété un plomb, il a expliqué avoir été insulté par l’homme au drapeau, lequel lui aurait lancé «casses-toi l’arabe !», d’où une réaction légitime incomprise par l’homme qui sort les cartons plus vite et plus bêtement que son ombre. Chafni a persisté dans ses accusations, disant avoir des témoins, Perruaux a nié, menaçant de sortir les enregistrements des micros portés par les arbitres (enregistrements auxquels il est interdit de procéder et qui officiellement n’existent pas car le système d’oreillettes serait techniquement incompatible avec tout système d’enregistrement, car c’est bien connu, on est en 1952, pour enregistrer des conversations on a besoin d’un matos incroyable développé par la NASA…).
Problème, les témoins évoqués n’étaient pas sûrs d’eux et n’avaient pas envie de se mettre à dos la corporation des arbitres, les accusés n’avaient pas non plus intérêt à se mettre dans l’embarras en sortant leurs enregistrements illégaux – ils risquaient une plainte pénale et probablement la radiation par la FFF – s’ils existent… C’était parole contre parole, ça risquait de durer des semaines, des mois, peut-être même des années… Résultat, tout le monde s’est mis d’accord pour organiser l’enterrement express dans la fausse commune d’un dossier qui gênait tout le monde. Je soupçonne des pressions, ou alors peut-être que Chafni a pu écouter la scène et se rendre compte qu’après le «dégage…» – assez déplacé mais dans le contexte on peut passer dessus – l’autre mot n’était pas celui qu’il croyait.

Concernant Nancy-OM, le dossier est lourd. M. Lannoy n’a pas eu le cran de mettre rapidement à Mbia le second carton jaune qu’il méritait, puis un but a été accordé aux locaux pour un HJ très net, 2 buts ont ensuite été refusés à l’OM, à juste titre les 2 fois, seulement sur le second Mbia ayant délibérément triché en contrôlant le ballon de la main dans le but de marquer, il méritait d’enfin prendre son second carton. Et pour finir, le tacle par derrière de Morel dans la surface sur Moukandjo, le défenseur n’a pas du tout touché le ballon, l’arbitre et son assistant (c’était juste devant lui) n’ont pas réagi…

M. Jaffredo s’est bien loupé à Annecy, aidant Evian-Thonon-Gaillard à prendre le dessus sur des Montpelliérains par ailleurs médiocres. L’arbitre a oublié un péno assez évident en faveur de Belhanda à 2-2, ceci très peu de temps avant le but de Cédric Cambon, l’auteur de la faute[2]. Pour finir, le dernier but a été marqué sur un CF n’ayant pas lieu d’être, Angoula étant au moins 5 mètres HJ avant d’être envoyé au sol. Même sans assistant Jaffredo aurait sans doute pu s’en rendre compte.

Ajoutons qu’à Lorient une faute de Bruno Ecuele Manga sur Livio Nabab à l’entrée de la surface (il l’a poussé dans le dos puis semble-t-il frappé dans sa jambe) aurait dans tous les cas dû occasionner l’exclusion du Lorientais, restait ensuite à savoir si la faute était à l’intérieur de la surface (ou sur la ligne) ou si elle a été commis à l’extérieur. Perso je dirais juste devant, ça valait donc rouge et péno, M. Viléo n’a pas sorti de carton car il n’a même pas sifflé.

M. Malige, qui officiait à Valenciennes, a loupé une séance de combat libre entre David Ducourtioux et Lovren, le second a mis un coup de coude au premier. C’était dans son dos, le 4e arbitre et l’assistant étaient occupés à autre chose…

A Lille Mouloungui a eu droit à une nouvelle exclusion abusée, son premier jaune était injuste, le second hyper sévère… Et dire qu’il était dans un très bon soir… M. Piccirillo a sifflé 13 fautes contre Nice en 94 minutes, 4 ont été accompagnées d’un jaune, dont 2 pour le Gabonais (pour 4 fautes, alors peut-être venait-il d’en commettre 2 juste avant le second jaune, je n’en sais rien). Compte tenu de l’identité de l’arbitre, ne nous étonnons pas de l’existence de quelques décisions pour le moins discutables.

M. Ennjimi a réussi à diriger un match[3] sans commettre d’erreur majeure, sans se faire remarquer ! YEAH !

Pour finir, félicitons Brice Jovial qui va prendre 4 matchs pour avoir dit à la presse après le derby bourguignon que M. Kalt est un con… Avoir bouffé la feuille ne lui suffisait pas, il a très envie de manger… C’est sans doute sans doute l’approche des fêtes qui le met en appétit.

Notes

[1] Depuis 2003 la 19e journée est systématiquement la dernière de l’année, mais pas systématiquement juste avant Noël, par exemple n décembre 2005 le 25 décembre tombait un dimanche comme cette année, on n’avait pas mis de matchs en semaine le 20 et le 21 mais repris le championnat dès le 4 janvier.

[2] En l’occurrence, qu’il soit ou non l’auteur de la faute est anecdotique, ça ne méritait pas de carton.

[3] ASSE-PSG.