• Les résultats.

Auxerre-Nancy, 1-3.
Brest-PSG, 0-1.
Lorient-Sochaux, 1-1.
OL-Dijon, 3-1.
Nice-Montpellier, 0-1.
Toulouse-Caen, 1-0.
LOSC-ASSE, 3-0.
ETG-Bordeaux, 0-0.
Valenciennes-Ajaccio, 1-2.
Rennes-OM, 1-2.

  • Le classement.

Rennes et l’ASSE sont les 2 seules victimes de la 21e journée en ce qui concerne la lutte en haut du tableau pour les places européennes. Les 2 clubs rétrogradent chacun d’une place, doublés respectivement par l’OM et par Toulouse. Statu quo en ce qui concerne les 4 premières places.

Si mardi et mercredi l’OL et l’OM se qualifient pour la finale de la Coupe de la Ligue, on devrait voir le 5e du championnat en Europa League la saison prochaine. Si vous interrogez 500 amateurs de foot, vous le constaterez, beaucoup croient la 5e place européenne.

Son nul méritoire à Lorient évite à Sochaux d’être dernier, Nice hérite de la lanterne rouge laissée par Ajaccio, passé en quelques matchs de la L2 à la 15e place de L1. Nancy, seul autre vainqueur parmi les mal classés, réalise aussi une excellente opération. Les bétonneurs lorrains (à ne pas confondre avec les déménageurs bretons de Rennes) sont désormais 13e. Auxerre, Sochaux et Nice sont reléguables, une situation pas désespérée : on peut gagner 5 places en gagnant un match !

  • Les matchs.

Retrouvez tous les résumés (avec les vidéos) sur la page spécialement prévue à cet effet.

  • Les tops.

22 buts lors d’une journée de L1, c’est en-dessous de la moyenne. On aurait dû atteindre le chiffre habituel, à 3 buts près… Le problème est identifié, vous comprendrez dans les flops. Parmi ces 22 réalisation, on trouve toute une série de buts magnifiques (Bafé Gomis, Christian Kinkela, Yohan Mollo, etc.) et de grosses frappes (Doumbia, Giroud, Cheyrou, Bakambu). J’ai envie d’y ajouter quelques "presque buts" somptueux, essentiellement des frappes de folie sur les montants (Bodmer, Lasne, Danic, Tibéri), plus une action incroyable de Govou (sombrero et volée juste à côté).

Nolan Roux, déjà auteur d’un doublé lors de Brest-ASSE, a récidivé en recevant encore les Verts, mais avec sa nouvelle équipe, le LOSC. Pendant un moment il a eu du mal, l’adaptation s’est faite assez rapidement, et en fin de match, bim, puis re-bim, 2 buts. J’aime beaucoup ce joueur, je l’aurais bien vu remplacer Erding l’été dernier, maintenant c’est mort, une fois passé par Lille avec probablement changement de statut et sélections en EdF, il ne sera certainement pas transféré au PSG[1].

On trouve à Nancy un mec que personne n’avait vu venir, ou plutôt revenir, Yohan Mollo. On se souvient de sa première saison à Monaco, il était apparu prometteur. On l’a ensuite vu disparaître avec Guy Lacombe puis réapparaître à Caen, où il a alterné le bon et le moins bon sur le pré, mais a enchaîné le très lourd au micro. Ses déclarations tapageuses à l’encontre de son club formateur étaient totalement ridicules, il était grotesque (et pas seulement en parlant de Monaco^^). Avec son image, il a eu du mal à trouver une porte de sortie, il est parti s’enterrer 6 mois dans un obscur club espagnol avant… de réapparaître à Nancy. Personne n’a rien vu, ce mec est un magicien ! Mais mine de rien, il a tapé très fort à Auxerre, autrement dit chez un concurrent direct pour le maintien : ouverture du score d’un joli lob, puis avant-dernière passe pour le but du 1-2, et enfin passe décisive sur le but du break).

Lors de la même rencontre Niculae a marqué 2 fois contre son ancien club, après 4 saisons passées en Bourgogne où il a connu beaucoup de bons et de mauvais moments en restant soutenu en interne lors d’une période très difficile pour lui (le décès de son père si mes souvenirs sont exacts), il a bien réagi en ne réagissant pas à ses buts. Ça mérite d’être salué.

Bafé Gomis est étonnant. A ses débuts, on aurait dit une graine de Drogba, il s’est développé ensuite en une sorte de Djibril Cissé du pauvre – je sais, c’est violent – payé au prix d’un supe attaquant, une catastrophe. Depuis quelques mois il semble avoir trouvé son propre style, un improbable mélange de puissance, d’engagement physique, par moments de maladresse et de "bourrinisme" mais aussi parfois de gestes techniques géniaux et de vista. Contre Dijon, il a marqué et offert une passe décisive. Son but est totalement magnifique, le contrôle dans la surface pour mettre 2 adversaires dans le vent en se retournant est magique, la finition d’un bon tir du gauche de bourrin lui a permis d’être efficace. Ce but, c’est la quintessence de Bafé Gomis, ou plutôt de ce qu’il pourrait être s’il était régulier.

Bodmer, parce que même s’il fait quelques erreurs idiotes et semble parfois lourd et nonchalant, il est monstrueux au niveau de la création, il fait des passes de folie. Si l’équipe de France avait eu des sélectionneurs compétents ces dernières saisons, il serait international depuis longtemps. Comme je l’explique dans mon analyse de Brest-PSG, c’est le Boris Diaw du football.

Et pour finir, comment ne pas saluer l’improbable remontée d’Ajaccio, passé de la 22e place de L1 – oui, la 20e, mais avec tellement de retard sur les autres que ça valait au moins une 22e place – à la 15e en enchaînant 4 victoires consécutives en championnat (après un nul à l’extérieur). Cette fois ils l’ont emporté à l’arrache (but à la 92e) à Valenciennes chez qui il est très difficile de l’emporter. Les 4 prochains adversaires sont Nice, Montpellier, Brest et Dijon, 3 des 4 rencontres seront disputées à domicile (le déplacement sera à Montpellier), en continuant sur leur lancée les Corses peuvent pratiquement se sauver.

  • Les flops.

Auxerre, ses "supporters" enragés qui commencent à foutre la m*rde comme ceux de Lens lors de la dernière saison de la descente, son équipe au fond du trou, son président ridicule et présomptueux… Le club est reléguable à force d’enchaîner les défaites contre les adversaires directs (Brest, Ajaccio, Nancy avec entre temps un nul à domicile contre Dijon), l’atmosphère nauséabonde au possible, pour la plupart les joueurs n’ont pas ou plus le niveau, il y a des absents (CAN et blessures, celle de Coulibaly étant la désastreuse), le manque de confiance est criant, les gars ont la tête à l’envers, ne réussissent même plus les gestes les plus élémentaires, ne savent plus où aller sur le terrain…
Le recrutement a été raté cet été, il fallait nettement le renforcer en se délestant de quelques boulets, ça n’a pas été fait. Gérard Bourgoin a fait un putsch pour reprendre le pouvoir au club, il a fait miroiter aux supporters et aux Bourguignons, on voit le résultat. Il avait fait fort en juillet/août en recrutant Jemaâ et refusant 10 millions pour Ndinga – qui aujourd’hui en vaut quoi ? 2 en comptant les bonus ? – mais le plus dur est toujours de confirmer.
De ce point de vue, c’est un grand succès. Je vais finir par croire que Laurent Fournier est victime d’une malédiction.
En plus, se prendre 2 buts d’un ancien de la maison…

Caen est un peu dans la même situation, sportive, c’est totalement catastrophique, les 9 derniers matchs ont été one longue agonie, 8 défaites et 1 nul dont 2 éliminations piteuses en coupe à domicile contre l’OM et contre Troyes, club de L2 venu gagner 4-2 après prolongation. Plus alarmant encore, l’équipe n’a inscrit que 2 buts – les 2 sur péno – lors de ses 8 dernières confrontations face à des clubs de Ligue 1 ! Le secteur offensif a longtemps été décimé, mais ça n’explique pas tout.

Dimanche prochain on a un Caen-Auxerre qui promet d’être glauque…

Les pénos… 4 lors de la journée, Yannick Sagbo et Giroud ont vu Carrasso et Ospina repousser les leurs, celui de Jovial a fini sur le poteau (depuis quand est-il le tireur n°1 de Dijon ?), seul Hazard a marqué le sien. Voilà où sont les 3 buts qui manquent pour avoir notre moyenne habituelle d’environ 2,5 buts/match.

Pablo Correa est nommé entraîneur d’Evian-Thonon-Gaillard à la trêve, il dirige le 1er match à domicile de sa nouvelle équipe, reçoit une très faible équipe de Bordeaux avec Ciani titulaire… et fait match nul 0-0. Son équipe a dominé, a eu quelques occasions, a eu un péno (non converti), mais à la fin, le résultat est un vieux 0-0 dans le grand froid alpin. Ça change des 0-0 dans le grand froid lorrain. Mais pourquoi aller chercher un bétonneur quand votre succès s’est construit à base de spectacle avec des matchs à domicile en général spectaculaires ? A croire que les dirigeants ont envie de s’emmerder !

Et bien sûr, comment ne pas citer Apam ? Apam, c’est 1 mètre 80, Apam jusqu’au tour de rein. Il a réussi l’amalgame entre Dembele et Mangane. Apam, tu le mets latéral, il t’met des lattes, c’est toi qui râle. Les 2 pieds décollés du sol, ramasse ta jambe mets du Synthol… Apaaaaaa-aaam, c’est Apaaaaaa-aaaaam…

C’est con, si Apam faisait 1 m65, il n’aurait probablement pas marqué de la tête contre son camp et remis l’OM dans le match juste avant la mi-temps… Bon, c’est vrai, il n’aurait probablement pas joué en défense centrale. Ce joueur serait-il un gros poissard ?

Dans le même genre, on a le cas Kévin Anin. Le néo-Niçois a concède un péno à la c*n pour son 1er match avec Nice… Certes, son gardien a empêché Giroud de le transformer, mais au final son équipe a perdu.

Dans le genre décisions incompréhensibles sauf en regardant le nom de l’arbitre, on peut citer la décision de M. Varela d’accorder à Younousse Sankharé le but de l’égalisation de Dijon à Lyon. Le joueur formé au PSG a récupéré le ballon grâce à une faute évidente de Brice Jovial sur un défenseur lyonnais, tout le monde s’est arrêté en voyant l’arbitre porter son sifflet à sa bouche… mais il n’a pas soufflé dedans. Dans la mesure où l’OL a fini par l’emporter 3-1, on oubliera plus facilement cette erreur flagrante. En revanche, rien à dire sur le péno obtenu par Dijon… et manqué.

M. Rainville a quant à lui octroyé un penalty à ETG… mais a oublié le rouge[2]… S’il a vu la bonne faute – quand Cédric Carrasso a retenu le pied de Yannick Sagbo après avoir touché le ballon – et n’a pas constaté l’annihilation d’une occasion de but évidente, alors il a fauté, il a trahi les lois du jeu (la XII). Un défenseur était revenu sur sa ligne, mais ça n’empêche pas l’occasion de but d’être manifeste : si un défenseur avait crocheté le joueur de la même façon que Carrasso, qu’importe la présence ou non du gardien dans sa surface, l’arbitre aurait sorti le rouge. Le rouge s’imposait a fortiori dans ce cas. En effet, le défenseur revenu sur sa ligne n’aurait ni pu utiliser ses bras, ni plonger dans les pieds de l’attaquant, les chances de marquer si ce dernier n’avait pas été mis à terre par le gardien était donc bien supérieures au cas classique d’application de la double peine contre un joueur de champ. En l’occurrence, le joueur n’ayant transformé la sanction, la double peine est devenu un simple rappel à la loi… de ma part !

Il est beaucoup question de pénos, signalons que :
-M. Malige en a semble-t-il oublié un pour Caen à Toulouse en première période, le score était encore nul et vierge ;
-à Brest M. Kalt a dû apprécier de nombreuses situation litigieuses dans les surfaces de réparation, il l’a bien fait 4 fois sur 5, une fois pour chaque équipe sur des situations où un péno était réclamé à tort pour un prétendue faute de main, une fois pour chaque équipe sur des situations où un défenseur intervenu dans sa surface a touché le ballon avant de faire tomber son adversaire, en revanche il a manqué la faute sur Maxwell monté jusque dans la surface adverse et victime d’une double faute tentant une sorte de crochet-talonnade, en bas il y a eu croc-en-jambe, en haut il a été complètement attrapé par le bras d’un Brestois (49e).

Le plus grave est peut-être l’injustice dont ont été victimes les Valenciennois. M. Fautrel a oublié de sanctionner une faute évidente sur Danic dans le camp ajaccien, d’une situation d’attaque pour ouvrir le score ils se sont retrouvé en quelques instants en situation d’équipe menée 0-1. La contre-attaque est la conséquence directe de cette perte de balle sur un cisaillage en règles. Lors de cette rencontre, un Ajaccien a aussi été victime de M. Fautrel, et doublement de surcroît : Paul Lasne a pris un premier jaune pour une faute… sur lui (!) puis un second pour une simulation… malgré une faute réelle justifiant un penalty.

Pour finir, prévoyez une convocation de Jérémy Clément par la Commission de discipline pour transformer en rouge son carton jaune reçu à la 14e minute de LOSC-ASSE pour avoir découpé Mathieu Debuchy. Les images font peur, surtout au ralenti.

  • Les highlights.

Notes

[1] S’il ne devient pas un super joueur le PSG n’en voudra pas, s’il devient un super joueur le LOSC refusera de le vendre au PSG… De toute façon le LOSC a toujours refusé de vendre des joueurs au PSG. Landrin et Pichot, les derniers à avoir fait le trajet, étaient libres.

[2] Un carton jaune a été infligé à Carrasso.