• Les résultats.

Ajaccio-Dijon, 2-1.
Auxerre-ASSE, 0-0.
ETG-Nancy, 2-0.
Montpellier-Bordeaux, 1-0.
Nice-Caen, 1-0.
Valenciennes-Lorient, 2-0.
OL-PSG, 4-4.
Brest-OM, 1-0.
Toulouse-Sochaux, 2-0.
Rennes-LOSC, 1-1.

  • Le classement.

Le grand gagnant de la journée est bien sûr Montpellier, la victoire obtenue avec réussite en ayant été énormément bougé à domicile par Bordeaux offre au MHSC la tête du classement à 13 matchs de la fin. A mon avis, c’est trop tôt pour les Héraultais, on l’a vu la dernière fois qu’ils ont occupé la place de leader, cette position de chassé est nettement plus difficile à tenir que celle de chasseur. L’effet secondaire possible ne doit pas occulter l’effet principal des résultats du week-end, Montpellier a pris 2 ou 3 points à chacun de ses concurrents, et à moins d’une implosion totale assez rapide, hypothèse dont on imagine très mal la réalisation, la participation à une compétition européenne la saison prochaine est assurée.

Le PSG est désormais en embuscade, le LOSC a raté le coche en concédant un match nul à Rennes dimanche soir, les Nordistes étaient sur le point de revenir à 4 points des Parisiens, ils restent à 6 unités. L’OM a perdu mais seul Toulouse en profite réellement parmi les concurrents à la lutte pour les places européennes. Le TéFéCé fait l’élastique en queue du groupe de poursuite et pourrait bien finir par craquer dans les prochains virages de la saison car la pente sera raide.

En raison des victoires de Valenciennes, d’Evian-Thonon-Gaillard, de Brest et d’Ajaccio, les lignes ont bougé dans la colonne de droite. Le succès de Nice a sorti les Aiglons de la zone rouge, pourtant ils restent dans le gruppetto un peu décroché du rester peloton. Nancy et Auxerre n’ont pas encore complètement craqué, Sochaux est déjà dans les voitures (à 6pts du 16e), ce qui n’a rien d’étonnant pour le club appartenant à Peugeot.

  • Les matchs.

Vous pouvez revoir le match OL-PSG en entier et consulter les résumés (écrits et en vidéo) sur la page des matchs de la 25e journée.

  • Les tops.

Guillaume Hoarau, alias "GuiGuiGoal", est l’homme de la journée. 2 buts et une passe décisive lors d’un match nul 4-4 en ouvrant le score d’une frappe parfaite sur un CF joué en combinaison – une combinaison classique mais réalisée magistralement avec un déplacement et une finition millimétrées – et en égalisant à 15 secondes de la fin du temps additionnel d’une tête aussi rageuse que précise (poteau rentrant). Il s’agissait de sa première titularisation en Ligue 1 depuis la 1ère journée, entre-temps il a été blessé 3 mois ½, a marqué sur péno contre Bilbao lors de son retour, a été sporadiquement utilisé par la suite et restait sur une égalisation à la 88e minute contre Montpellier. Plus que 4 buts et il dépassera George Weah dans la liste des meilleurs buteurs de l’histoire du PSG. Et dire que beaucoup l’avaient enterré… Je l’ai toujours dit et je continue à le dire, il n’a rien à envier à un Olivier Giroud par exemple.
Certains lui reprochent d’avoir manqué une occasion de 2-0 mais la sortie de Lloris était parfaite. Sur l’égalisation à 1-1, s’il n’était pas bien placé au moment où Källström a envoyé le ballon vers Bafé Gomis, que ce dernier se retrouve seul en excellente position n’est pas le fait du Réunionnais, il a même essayé de se replacer sur la ligne pour repousser le ballon, malheureusement Gomis a tiré entre lui et Sirigu.

Lors de ce 4-4 vraiment top, d’autres joueurs ont brillé : Lloris vraiment phénoménal malgré 4 buts encaissés, Michel Bastos (une splendide volée en lucarne à la Bastos et 2 passes décisives), Bafé Gomis (impressionnant en première période et buteur d’une reprise de volée parfaitement équilibrée), Cearà (relégué derrière Bisevac et Jallet dans l’esprit d’Ancelotti, il entre, il marque tout de suite son 3e but en match officiel pour le PSG[1]), et j’ajoute Pastore, presque décisif (mais pas top défensivement).

Kévin Bérigaud, première titularisation en Ligue 1, une titularisation surprise, il réussit un doublé en 2 minutes (un but très opportuniste puis un nettement plus beau, tir de 16m après un une-deux, il a failli en mettre un 3e en 1ère période, cette fois de très loin), offrant la victoire à ETG. Lors des saisons précédentes il avait déjà pas mal marqué en National et en L2, depuis la montée il n’était relégué au mieux au bout du banc et n’avait planté qu’une fois en 6 apparitions (3e journée). L’ouverture du score est due à une tête csc de Puygrenier sur le poteau, ce geste assez hilarant du Nancéen me semble mériter d’être

Je vous conseille la contre-attaque ayant abouti au second but de Valenciennes, il s’agit d’un modèle du genre. Renaud Cohade a conclu un mouvement magnifique parti d’un corner lorientais, plusieurs joueurs ont combiné, apporté du soutien, réussi les passes justes quand il fallait les faire. Les Nordistes, qui recevront Rennes en ¼ de finale de la Coupe de France, restent sur une super série de 5 matchs sans défaite (TCC).

Dernier top, Ruffier, sauveur des Verts à plusieurs reprises en première période. Je me demande s’il ne mériterait pas d’être nommé pour le trophée du joueur du mois. Steeve Elana aussi a été excellent, ses multiples parades dont une double magnifique sur des tirs de Fanni et Cheyrou ont permis à Brest de s’imposer contre l’OM.

  • Les flops.

Il est encore question d’OL-PSG. Les défenses ? Mauvaises. Mais le véritable flop de cette rencontre est l’après-match nauséabond en raison des déclarations scandaleuses de Rémi Garde et de son patron, Jean-Michel Aulas. L’OL est à la rue, à l’arrêt, il faut trouver des excuses, l’arbitre n’avait pas grand-chose à se reprocher, il aurait même pu, voire dû être plus sévère avec Gonalons et Koné. M. Fautrel a donné 4 minutes de temps additionnel, c’était un minimum compte tenu des 5 remplacements, des actes d’antijeu (notamment un de Réveillère), de la contestation ayant valu des remontrances à Garde, des 2 ou 3 blessures ayant obligé à arrêter le jeu… Comme ils ont du culot, ils invoquent des règles revisitées par leurs soins, mentent ouvertement sur la réalité des faits… Si leur défense avait tenu le coup, le discours aurait été tout autre.

Aulas nous a pondu une sorte de théorie du complot en inventant que tout serait fait pour assurer au PSG le titre de champion… Le PSG est tellement avantagé qu’il a dû s’arracher pour faire match nul contre Montpellier, idem à Lyon… C’est de la faute des arbitres si Gonalons est complètement c*n, sa faute sur Nenê dans la surface à 3-1 est aussi évidente que débile, à la place de Garde je l’aurais probablement étranglé dans les vestiaires pour cette bourde grotesque !

Le pire dans tout ça est que tout le monde le sait, cette nouvelle sortie d’Aulas n’a ni queue ni tête, pourtant tous les médias la relaient et par conséquent lui donnent du crédit, notamment auprès des supporters lyonnais. Le but est connu de tous, il veut faire oublier les défaillances de son équipe et mettre la pression sur les arbitres en vue des prochains matchs, notamment le PSG-OL de Coupe de France.

Pour le plaisir, restons dans le mauvais produit lyonnais. Si la boulette de Puygrenier est assez drôle, une autre ne l’est pas moins, celle de Gassama passeur décisif pour… Mamadou Samassa. Sur l’ouverture du score valenciennoise lors de VA-Lorient. Cette remise acrobatique de la tête/poitrine/menton assez étrange mais absolument parfaite a conduit à la 3e défaite des Merlus en une semaine. Mais qu'a-t-il voulu faire au juste ? o_° Lorient n’a plus gagné depuis une éternité et rétrograde au classement au point de devenir un "candidat" sérieux à la Ligue 2.

Bravo à la LFP d’avoir programmé un match au Stadium Municipal de Toulouse… pendant une rencontre du XV de France lors du Tournoi des VI Nations. Résultat, un taux de remplissage inférieur à 32%, la pire affluence de la saison dans un stade où ça sonne souvent creux.

Sochaux… bon dernier, une différence de buts abyssale, et carrément hors-sujet à Toulouse. Les Lionceaux comptent-ils s’en sortir ou sont-ils déjà résignés ?

La seconde période d’Auxerre-ASSE a été un véritable scandale, les 2 équipes ont fait de la passe à 10 pour assurer le 0-0, aucune n’a cherché à prendre le moindre risque. Une parodie de football. Ce match illustre parfaitement le caractère vide de sens de certaines statistiques, en particulier celle du nombre de passes et celle du pourcentage de passes réussies.

Bordeaux a réalisé une très bonne prestation à Montpellier, les Girondins méritaient au moins un point, à mon sens ils méritaient même de l’emporter. Pour se faire, il fallait marquer, seulement Nicolas Maurice-Belay a mangé la feuille 2 fois (en cherchant à contrôler au lieu de faire preuve de spontanéité (sur la première occasion il a loupé son contrôle), comme il est très piètre finisseur – un problème pour un joueur replacé au poste d’attaquant – ça a donné 2 tirs sur le gardien (il en eu une autre occasion moins évidente à transformer). Peut-être ces ratés vont-ils offrir le titre aux Héraultais…

Le LOSC s’est fait balader environ 35-40 minutes à Rennes, là Apam fait n’importe quoi, il prend 2 cartons en une minute, long CF lillois, ouverture du score d’Aurélien Chedjou de l’arrière de l’épaule, la victoire semble dans la poche, mais à force de louper les opportunités de faire le break la super opération au classement s’envole à cause d’une mésentente entre Chedjou et Mickaël Landreau offrant l’égalisation à… Erding à la 90e minute. Prendre un but d’Erding et faire match nul en ayant mené et joué 50 minutes en supériorité numérique, c’est la loose.

  • L’arbitrage.

Ce sujet a été à la une lors de la 25e journée, pas toujours à raison, on l’a vu concernant OL-PSG.

Etrangement l’erreur ayant le moins fait parler d’elle est une des plus inacceptables. En 2012, les arbitres n’ont toujours rien pour les aider à savoir quand le ballon est entièrement entré dans le but. En l’occurrence on ne peut difficilement incriminer M. Rainville et son assistant d’être passés à côté du but de Yohan Mollo, ce dernier ne semblant lui-même s’être rendu compte de rien. A 2-1 au lieu de 2-0, le suspense aurait été relancé.

D’autres erreurs ont faussé des rencontres.

Sur l’ouverture du score d’Ajaccio, le ballon est clairement sorti avant le centre, ça a été vu par presque tout le monde sauf par M. Millot, semble-t-il mieux placé que son arbitre de touche.

A Brest, au bout d’environ 30 secondes de jeu, Johan Martial a commis une grosse boulette et a commis une faute très claire sur Brandao en essayant de la rectifier, ça aurait pu donner lieu à un penalty et à un carton rouge. M. Buquet a ensuite été perturbé pendant toute la rencontre. On peut classer cette erreur dans la catégorie "perte de la chance de …", l’OM aurait eu l’occasion de mener d’entrer et de jouer tout le match en supériorité numérique, même si on ne sait pas comment les choses auraient tourné par la suite. Ce n’est pas comme se faire refuser un but valable à la 92e minute, les Marseillais ont assez de temps et d’opportunités pour l’emporter quand-même, ils n’y sont pas parvenus. L’erreur de l’arbitre n’en est pas moins frustrante pour l’entraîneur et ses joueurs qui la subissent. Rappelons-nous en tout de même, à l’aller un péno avait aussi été oublié en tout début de rencontre, un péno… pour Brest ! Comme quoi pour une fois on peut parler de compensation entre l’aller et le retour.

Les Caennais ont été particulièrement virulents contre M. Bastien, accusé d’avoir fait bénéficier les Niçois d’un arbitrage à domicile des plus écœurants. On ne peut que constater l’étrangeté et/ou la sévérité de certaines décisions. Plusieurs situations ont mis en colère les Normands. En fin de première période, Romain Hamouma part en contre plein axe, il est bousculé par Civelli dans la surface, ce qui le déséquilibre, il fait l’erreur de ne pas se jeter au sol en voulant poursuivre l’action, Ospina peut intervenir. Pendant la mi-temps, l’arbitre aurait dit à un Caennais qu’il aurait dû tomber. En seconde période, après l’ouverture du score des locaux, Monzon a commis une faute grossière sur Hamouma à l’extrême limite de la surface de réparation sur le côté droit, c’est-à-dire devant l’arbitre assistant. Avec la perspective il est difficile de dire s’il y avait CF ou péno, mais comment M. Bastien a-t-il pu ne pas siffler du tout ?

Pour couronner le tout et renforcer le sentiment d’injustice des Normands, Aurélien Montaroup a pris un rouge direct pour une intervention pied haut-semelle en avant, il voulait jouer le ballon mais Anin l’a bien protégé en mettant son corps en opposition, se faisant ainsi heurter dans le dos par la semelle du défenseur (maillot déchiré). Pour une faute similaire commise par frustration, Giroud n’a pris que carton jaune la semaine dernière au Parc, Bisevac a même dû sortir sur civière à cause de ce sale coup. J’ajoute que contre le PSG, Gonalons n’a été sanctionné que d’un CF pour un pied très haut dans la tête d’Hoarau (mais c’était après le match de Caen). Ayant déjà été échaudés il y a quelques jours par l’arbitrage de leur match contre ETG, Franck Dumas et ses hommes peuvent avoir les boules.

Il était question de Giroud il y a quelques lignes, il me semble nécessaire de le mentionner, il aurait dû se faire exclure contre Bordeaux pour une répétition de mauvais gestes et de taquets limite méchants, il donne l’impression d’être super nerveux. Après un jaune pour un sale coup sur Plasil (jaune), il a remis ça notamment sur Ciani en échappant par 2 fois à l'exclusion pour un second avertissement (merci M. Varela...). J’ai jeté un œil à ses stats, 51 fautes en 24 matchs (seulement 5 jaunes), c’est considérable ! Pour info, si on regarde les fiches des joueurs les plus cartonnés du championnat on se rend compte que Romao a pris 10 jaunes et 1 rouge avec 60 fautes en 22 rencontres disputées, Ménez c’est 9 jaunes pour seulement 36 fautes, André 9/42, Mostefa 9/45 (et que dire de Lugano, 6 jaunes pour 16 fautes… arbitré à la réputation).

Et pour finir, saluons la décision de M. Turpin, contrairement aux dire d’Antonetti il a parfaitement eu raison d’exclure Apam en sortant un 2 cartons jaunes au Nigérian en l’espace d’une minute, le premier était incontestable, personne n’aurait rien dit à propos du second s’il ne s’agissait du second. Faut-il accuser l’arbitre d’un manque de psychologie quand un joueur est assez idiot pour commettre 2 grosses fautes consécutives ? N’était-il pas capable de se maîtriser ? Ne savait-il pas qu’un carton jaune est un dernier avertissement ? Antonetti devrait même s'estimer heureux que M. Turpin n'ait pas sanctionné Kembo d'un penalty pour une faute sur Digne environ 20 secondes après le début de la seconde période.

  • Les highlights.

Note

[1] Son 5e en tout car il a marqué lors du tournoi amical aux Etats-Unis et contre Boca cet été d’un CF magique.