• Les matchs.

Ajaccio-Lorient, 1-1.
Transformer un match à 6 points chez soi en match à handicap… Les Corses ont décidé de se rendre la tâche compliquée en laissant Grégory Bourillon marquer tranquillement de la tête sur un corner en tout début de rencontre. Hallucinant !

Les Ajacciens se sont agacé, l’esprit du football corse s’est alors réveillé, Jean-Baptiste Pierazzi a mis le feu aux poudres, ça a failli dégénérer. Heureusement, ils ont aussi répondu de façon nettement plus honorable en se mettant à jouer au ballon, et ils l’ont bien fait. Ils ont eu de la réussite car Jérémy Aliadière a mangé la feuille à l’heure de jeu en ne cadrant pas seul à 5m50 de la cage. L’égalisation s’est produite dans la foulée suite à un bon débordement de Benjamin André conclu par un centre en retrait pour la reprise d’Ilan. Ajaccio a poussé afin de prendre 2 points de plus et priver Lorient de celui du nul, les occasions ont été nombreuses mais l’efficacité a manqué aux locaux pour y parvenir.

En résumé, Lorient s’en sort bien, Ajaccio loupe une occasion de s’en sortir.

Brest-Nancy, 0-1.
Brest est en quelque sorte l’allégorie de la stérilité. Hormis les CPA de Grougi éventuellement repris par Paul Baysse, on a l’impression que rien ne peut lui permettre de marquer. Pour y parvenir, il faut cadrer, les Brestois ne le font que très rarement, ils gâchent énormément. Face à Nancy, l’équipe en forme du mois de mars, ça s’est payé au prix fort : une nouvelle défaite. A la 18e minute, servi à 18m plein axe par un centre en retrait au terme d’une contre-attaque bien jouée par les Lorrains, Bakaye Traoré a inscrit le seul but du match d’une tir en première intention. Malgré le repli défensif massif, il était tout complètement démarqué. Les 7 Bretons sont tous revenus dans leur surface en se désintéressant du positionnement de leurs adversaires.

Par la suite Nancy a encore eu les plus grosses occasions, souvent en contre, il a fallu un grand Steve Elana pour éviter la catastrophe. La catastrophe, c’est Issam Jemaâ, dont les supporters se sont bien moqués (voir l’analyse de la semaine).

Résultat, Nancy poursuit la série qui devrait maintenir en Ligue 1 le club protégé par Platini (oui, il y a un complot international, je suis sûr qu’on va encore le constater face à Paris, qui se fait zbouber à chaque fois contre ce club[1]), dans le même temps Brest poursuit la série qui risque de renvoyer en Ligue 2 le fleuron du sport finistérien.

ETG-LOSC, 0-3.
Mauvaise nouvelle pour les Lillois, ils ont perdu Aurélien Chedjou, probablement pour plusieurs semaines. Le défenseur s’est blessé à la cuisse au bout de quelques minutes.

Bonnes nouvelles pour les Lillois, ils ont gagné, ont soigné la différence de but, ont entretenu leur dynamique positive, conservé leur 3e place, revenant même à 7 points de la tête du championnat. En bonus, Dimitri Payet et Pedretti, pas à la fête cette saison, ont marqué chacun un joli but (idéal pour gagner en confiance).

Le succès a été assez aisé à obtenir, notamment grâce à une erreur stupide de Cédric Cambon, auteur d’une FALC sur Eden Hazard à l’angle de la surface à une dizaine de minute de la mi-temps. Cette boulette est particulièrement grotesque car sur le Belge était parti de très loin dans un rush voué à l’échec, ou du moins ne présentant aucun danger immédiat. Si au moins il avait fait ça 1 mètres avant, quand le n°10 du LOSC était hors de la surface… Le LOSC a ensuite pu dérouler et corser l’addition (Payet 55e, Pedretti 67e).

Pour Evian-Thonon-Gaillard il n’y a pas mort d’homme, l’avance sur le 18e est suffisante pour ne pas trembler outre mesure.

OL-Sochaux, 2-1.

Montpellier-ASSE, 1-0.

Nice-OM, 1-1.
L’OM, privé de Rémy, s’est fait bouffer par une équipe niçoise qui regrettera longtemps que M. Ennjimi n’ait pas sanctionné les tirages de maillots et ceinturages répétés sur Renato Civelli à l’intérieur de la surface dès que les locaux obtenaient un CPA exploitable. Ils regretteront aussi – et surtout – leur manque d’efficacité. 29 tirs, 4 cadrés[2], 1 seul but… et encore, il s’agit d’un but sur penalty. Mandanda a eu seulement 2 grosses parades à réaliser pour éviter la défaite à son équipe.

Marseille n’a eu qu’une véritable occasion à la 56e minute, elle a été convertie. Il s’agissait d’un centre en retrait d’Azpi(rateur) après un débordement de l’Espagnol, André Ayew l’a parfaitement repris du droit. Fabian Monzon s’est en partie fait pardonné de s’être facilement laissé embarquer par la feinte du latéral adverse en transformant le péno obtenu à un quart d’heure de la fin par Esmael Gonçalves. Le comportement anti-fair-play limite scandaleux de Brandao avant l’exécution de la sentence n’a pas gêné l’Argentin, auteur d’un tir… en force. Comme d’habitude.

Pour l’OM le bilan de la soirée reste très négatif : le divorce est consommé avec les supporters, Souleymane Diawara s’est fait un genou en début de rencontre, puis son remplaçant, Kaboré, s’est fait exclure à quelques secondes de la mi-temps (rouge direct sévère mais il méritait un second jaune), et la dynamique n’est pas meilleure qu’avant. La série de 7 défaites consécutives TCC (avec élimination grotesque de la CdF à Quevilly mardi) est interrompue, pas celle de matchs sans l’emporter en championnat (8 rencontres), et 2 nouveaux revers s’annoncent mercredi et mardi prochain en LdC.
Pour Nice, l’affaire n’est pas bonne, les concurrents pour le maintien prennent tous 3 points contre l’OM, ne pas réussir à le faire, c’est TRES mauvais signe.

Valenciennes-Rennes, 1-0.
Résumons ce match en un mot : purge. C’était à 21h sur Orange Sport, ça n’a pas été vu pas grand-monde, tant mieux.

Gaël Danic a inscrit le seul but de la rencontre en première période, un penalty logique pour une faute de Kana-Biyik sur Aboubakar. En seconde période Rennes aurait à son tour dû bénéficier d’un péno, Julien Féret ayant été bousculé en l’air pendant qu’il tentait un retourné.

Valenciennes a pris sa revanche de l’élimination subie mercredi au même endroit en Coupe de France. Rennes devra compter sur cette compétition annexe pour être européen, VA devrait se maintenir sans grandes difficultés.

Dijon-Caen, 2-0.
Match à 6 points, mauvaise série caennaise, Dijon restait sur un bon résultat à Marseille et quelques prestations relativement encourageantes…

En première période, Dijon a largement dominé et ouvert le score par Koro Koné, lequel a eu la chance de détourner un tir trop croisé (22e). Caen a réagi en seconde période mais a encaissé un second but en contre-attaque. Qui était là à la 69e pour pousser au fond le ballon repoussé par Thébaux ? Younousse Sankharé ! Comme la semaine dernière à Marseille. Sankharé en mode "renard des surface"… Why not ?

Plus tard M. Varela a fait sa spéciale, l’exclusion d’adjoint, celui de Dumas, mais Caen a un nettement plus gros problème : les résultats ne sont plus au rendez-vous, la situation devient de plus en plus délicate, il ne faudrait pas perdre un joueur comme Hamouma, sinon ça va rapidement sentir le pâté.

Toulouse-Auxerre, 1-0.
Auxerre est dernier. Auxerre, décimé, enchaîne les résultats catastrophiques et vient de changer d’entraîneur. Toulouse est dans le coup pour terminer 3e. Toulouse, pratiquement au complet, est sur la pente ascendante, est très solide mais a du mal à marquer. Résultat, 1-0. Logique, non ?

Une belle frappe de Franck Tabanou (38e) aura suffi au bonheur des locaux. Appréciez l’appel de Moussa Sissoko qui embarque le défenseur censé rester devant le gaucher pour contrer son tir. Offensivement, c’est pratiquement tout ce qu’il y a à signaler, il ne s’est en effet pas passé grand-chose… car Toulouse c’est SOLIDE. Cette saison le TéFéCé a fait 4 nuls 0-0, a gagné 7 fois 1-0, 4 fois 2-0 et une fois 3-0. Sachant que ne pas encaisser de but assure de prendre au moins un point, un constat s’impose : préserver la virginité de sa cage, c’est un business qui rapporte !

Malheureusement, pour la ixième fois de la saison, un arbitre aura oublié un penalty flagrant en faveur d’Auxerre, en l’occurrence pour une faute d’Aymen Abdennour sur Omar Kossoko en seconde période. Il est toujours désagréable de voir des rencontres faussées par de mauvaises décisions ou par une absence de prise de responsabilités. M. Bien a payé son erreur en se faisant fendre le crâne en 2… Bon, il a juste été ouvert à l’arrière de la tête par un coup de tête involontaire de Sissoko, mais on va faire comme s’il s’agissait d’une manifestation de la justice divine.

Au final, Toulouse reste en lice pour la 3e place malgré une prestation passable, Auxerre, qui est apparu un peu plus libéré et entreprenant que ces dernières semaines, est en L2 sauf série de miracles.

PSG-Bordeaux, 1-1.
Est-ce que ça valait vraiment une analyse à part ?

Notes

[1] J’ai les preuves !

[2] Selon les stats du site de la LFP.