On a vu plusieurs types de joueurs côté marseillais, certains n’en avaient rien à faire, certains étaient clairement là pour effectuer leurs corvées, d’autres souhaitaient juste éviter l’humiliation, et quelques-uns ont vraiment semblé motivés, du moins par moments, à l’image d’Mbia (sur le but d’Olivier Giroud son marquage était digne d’un Bisevac des grands jours…). Bien sûr, ne les surestimons pas, certains ont été nuls car la nullité est leur quotidien, un bâtard boiteux engagé au départ d’une course de lévriers ne va pas se transformer en bête de course pour autant.

A propos de la première demi-heure on peut parler de véritable parodie de match avec une ouverture du score dès la 7e minute grâce à un péno offert à Belhanda par Djimi Traoré, auteur d’une main ridicule. Pendant le premier tiers de la rencontre les Marseillais semblaient ne même pas avoir envie de sauver les apparences, une main comme ça, c’est une vanne, un gag efficace pour bien débuter un sketch.

Ensuite, l’OM s’est un peu réveillé, les visiteurs devaient avoir l’impression que ce serait très facile, ils ont été endormis par l’ambiance glauque d’un Vélodrome à moitié – aux 2/3… ou aux 3/4 – vide avec dans les virages quelques banderoles hostiles, pas d’encouragements… En voyant ça, même en étant supporter du club ennemi, ça faisait de la peine. L’OM est tombé vraiment très bas, à l’intersaison il faudra penser à recruter au Cercle des Nageurs de Marseille parce que le niveau l’OM est nettement en-dessous de celui de la mer… Et soudain, à la 33e minute, Mbia a égalisé de la tête sur CF au milieu d’une défense montpelliéraine absente (les effets de l’endormissement général). Mbia était clairement LE joueur motivé du lot, d’ailleurs sur un corner en toute fin de première période il a failli réussir un doublé.

En seconde période (je vous le narre comme je l’ai noté)…

49e, Souleymane Camara part en contre sur le côté droit, centre au second poteau pour Giroud dont la volée topée fait mouche. On ne peut pas dire que les défenseurs aient montré une grande promptitude à réagir, que le marquage d’Mbia soit digne d’un footballeur professionnel, que Mandanda ait été très vif, il aurait sans doute pu intervenir sur ce centre… Peut-être au départ de l’action y avait-il faute sur Cheyrou, mais le long de la ligne de touche à 70 mètres du but, ça laissait largement le temps de stopper la contre-attaque ou de se replacer.

51e, M. Turpin a probablement oublié un péno oublié en faveur de l’OM pour un tirage de maillot sur Brandao après une c*uille de la défense centrale de Montpellier juste devant la surface.
54e, grâce à une erreur d’un Montpelliérain, Jordan Ayew peut centrer en retrait pour Gignac, dont la reprise du plat du pied semble destinée à finir au fond… mais c’est sauvé sur la ligne par Garry Bocaly… avec le genou (et peut-être ensuite avec la main ?)…
62e triple changement, Amalfitano et Valbuena entrent, Gignac et Diarra sortent, Stambouli remplace Saihi. Manifestement, il y a de la friture sur la ligne entre Gignac et Deschamps, idem entre Gignac et le public.
Ensuite on a vu Mandanda se faire strapper la cuisse quelques minutes après avoir été victime d’une béquille lors d’un choc avec Giroud… Vous imaginez s’il s’était blessé au point de manquer la finale de la Coupe de la Ligue ? Andrade ou Bracigliano pour le remplacer ? :-D On a vu quelques frappes, quelques actions – assez peu – mais rien de réellement dangereux avant le 3e but montpelliérain.

70e Bédimo récupère côté gauche, les Montpelliérains ont un peu de mal à sortir le ballon de leur camp, pour y parvenir ils l’emmènent vers la droite, Bocaly sert Giroud à l’entrée de la surface, ce dernier enchaîne en 2 geste un contrôle et une remise vers Belhanda qui se situe dans l’axe à sa hauteur, la passe n’est pas exceptionnelle, le Marocain est obligé de la contrôler de la poitrine de côté, mais il enchaîne avec une volée acrobatique rappelant celle de Maïga samedi… à Montpellier. Au lieu de poteau rentrant (comme Maïga, qui a tiré de plus près) le ballon va cette fois rebondir sous la barre juste au-dessus de la main de Mandanda. Le but est d’autant plus beau que l’inspiration du meneur de jeu piqué aux Bleus par Gerets me semble être le réflexe d’un joueur recevant le ballon trop fort dans une position pas facile mais parvient de même à en faire quelque chose d’incroyable comme s’il s’agissait d’un geste naturel, ce n’est pas forcé, pas à l’arrache. Ça mérite de figurer dans le top 20 des plus beaux buts de la saison en L1 (perso il serait probablement entre la 10e et la 15e place, devant j’ai notamment du Balmont, du Leroy et du Pastore).

1-3, l’affaire était totalement entendue, néanmoins on a ensuite vu des occasions plus ou moins franches et significatives.
77e, André Ayew découpe Stambouli par derrière, carton jaune… on l’a senti frustré. Dans la foulée, grosse occasion pour Giroud, c’est repoussé puis il tire à côté.
84e, Belhanda est lancé côté, les défenseurs y vont à moitié, le centre en retrait trouve Utaka, seul dans l’axe, dont la frappe est repoussée du pied par Mandanda.
88e, à la réception d’un centre au second poteau André Ayew loupe sa tête et retombe en jouant aux quilles avec son frère. Strike.
D’autres changements ont eu lieu en fin de rencontre dont la sortie de Belhanda.
90e, un Marseillais est mis au sol dans la surface après une tentative de combinaison avec un coéquipier. Pas de péno.
+4’
92e, belle action marseillaise, remise de la tête pour trouver André Ayew dans l’axe, reprise en se jetant est plein axe sur Jourdren qui bloque le ballon. De toute façon un HJ était signalé.

Par moments engagée (il y a eu des tacles, on pouvait en douter), cette rencontre a terriblement manqué de rythme, d’intensité, les défenseurs étaient souvent spectateurs, l’ambiance était terrible, on a rarement vu des matchs disputés sous anesthésie générale (hors rencontre à huis-clos). Mauvais quand ils se donnent à fond, les Marseillais ont été très mauvais en évoluant à environ 30% de leurs capacités maximales (rien qu’avec la compo de départ, c’est vite -40%, dont 50% des 60% restants, on est à 30%), Montpellier a fait tout sauf un grand match, n’a eu la maîtrise du jeu que par séquences, a surtout cherché à contrer, ça a suffi face à cette opposition en rien comparable avec celle rencontrée par le PSG dimanche lors de la Grande Sardinade. Au Parc on a en effet vu une équipe au complet et très motivée.

3 jours avant la finale de la Coupe de la Ligue l’OM aurait sans doute bien fait d’éviter sur 11e défaite en 12 matchs (heureusement qu’il y a eu un nul à Nice pendant cette série), il faut avouer que M. Turpin n’a pas aidé ceux qui voulaient sauver l’honneur. Finalement, je ne suis pas sûr que beaucoup de fans de l’OM soient heureux après ce match malgré les demandes faites à leurs joueurs de s’incliner. À 8 matchs de la fin faire des calculs de supporter frustré est ridicule. A la 37e ou 38e journée, OK, on peut l’envisager car on sait ce qu’on a à perdre et à "gagner ", mais si loin de la fin de la saison, décider de se coucher pour favoriser une équipe plutôt que telle autre n’a aucun sens, car en l’espèce, d’une part le PSG sera peut-être champion quand-même, et d’autre part cette défaite coûtera peut-être 2 à 4 places à l’OM, soit une somme non négligeable qui aurait permis la saison prochaine d’améliorer – ou d’éviter de trop affaiblir – l’équipe.

Compte tenu de la forme de l’OM, du manque de qualité, du turnover, de la différence d’enjeu entre les 2 équipes (vive le calendrier, vive la LFP) le résultat est celui attendu. On a vu un match mou avec un Montpellier en réussite, ça me conforte dans mon idée, à savoir que si le PSG est moyen ou mauvais ces derniers temps selon les rencontres, Montpellier n’est pas franchement grandiose non-plus, contrairement au mythe propagé par les médias selon lequel Montpellier pratiquerait un football de rêve, jouerait super bien au ballon. Par moments c’est le cas, mais en général il faut attendre la seconde période et à l’extérieur si on cherche à bouger les Héraultais, on y parvient.

Conclusion, rien de neuf au classement, c’était prévu, Montpellier a 63pts, 3 d’avance sur le PSG, avec une meilleure différence de but (Paris peut encore passer devant… à condition de chercher à jouer pour marquer DES buts). Pour le titre, c’est très loin d’être fait, 7 matchs, c’est beaucoup.