Le combat entre N’Dam et l’Ukrainien Maxim Bursak s’est déroulé dans un Palais des Sports Marcel Cerdan (Levallois-Perret) bien garni où pas mal de vedettes et de stars avaient pris place, du classique avec les Belmondo et Darmon, mais aussi du Bruel, un Leny Kravitz et Jérémy Ménez (2 jours après le match contre Sainté, 2 jours avant celui à Valenciennes, sachant que ça a fini vers minuit… allez, ça va encore s’il est rentré chez lui tout de suite après).

Les 2 combattants étaient invaincus (26-0-0, 17 avant la limite pour le Franco-Camerounais, légèrement plus grand que l’Ukrainien au bilan de 24-0-1, 10KO), Bursak présentant tout de même la particularité d’avoir été – trop – protégé par ses promoteurs, la société des frères Klitschko, qui lui ont longtemps fait affronter des gars faiblards et l’avaient toujours fait boxer en Ukraine. Bursak n’est ni un manche, ni un combattant exceptionnel, il fallait s’en méfier

Hassan nous a fait son entrée avec un petit remix que j’ai bien apprécié, ça change des grands classiques si utilisé et si peu imaginatifs qu’ils en deviennent lourds (Eye of the Tiger, la BO de Godzilla, etc.)… et bien sûr il a dansé jusqu’au ring avec un grand sourire, totalement décontracté. Bien sûr, après ça, il ne faut pas se louper, sinon on passe pour un c*n, souvenez-vous du mythique Usman "Uzzy" Ahmed, l’Anglais qui se prenait pour Prince Naseem Hamed… si vous n’avez jamais vu ça, allez voir les vidéo, c’est à pleurer de rire).

J’ai pris quelques notes pendant le combat, ça a donné ça…

1. Premier round de semi-observation, quelques accrochages, N’Dam a mieux bougé (c’est l’Ukrainien qui avance) et touché à différents endroits, il varie bien.
2. N’Dam frappe bien, met des coups francs et esquive parfaitement, puis ça s’accroche pas mal. Le Franco-Camerounais finit fort.
3. Nette supériorité technique d’N’Dam qui touche et part plusieurs fois, met quelques séries, esquive toujours très bien. En milieu de round l’Ukrainien le fait tombé en lui attrapant le cou, dès que le combat reprend N’Dam accélère. J’aime beaucoup la façon qu’il a de chercher aussi bien le corps que la tête. En fin de round, c’est à nouveau de la lutte gréco-romaine.
4. C’est un peu plus sauvage, ça accélère, on est plus dans l’épreuve de force. Le public se met à pousser. La domination a été moins nette car N’Dam est entré dans le jeu de son adversaire.
5. L’Ukrainien se monte plus offensif mais les esquives et les remises d’Hassan sont magnifiques. Bursak est marqué à la pommette droite. Il y a une grosse différence de niveau technique, nette domination d’N’Dam.
6. L’Ukrainien cherche à provoquer et à faire entrer N’Dam dans l’épreuve de force. Le Franco-Camerounais bouge bien, met une belle série au milieu de la reprise, envoi quelques remises de classe.
7. N’Dam enchaîne les petites séries, son adversaire n’en touche plus une. Après une grosse minute, N’Dam accélère et enchaîne les coups, l’autre plie sans rompre pour le moment. Ça se calme par la suite, il aurait pu le faire tomber.
8. L’Ukrainien cherche à emmerder son adversaire par des moyens peu légaux, à un moment il réussit à le bloquer quelques secondes dans les cordes. N’Dam a la garde basse et répond sans problème, il est vraiment au-dessus. Le public est de plus en plus chaud.
9. En début de round Bursak avance et touche, mais ensuite N’Dam reprend le dessus grâce à son talent. En fin de reprise alors que tout se passait bien et même un peu trop – Hassann s’endormait – l’Ukrainien a répondu à un uppercut par un gros crochet gauche dans le visage, N’Dam a été ébranlé mais s’est vite repris, il a résisté à l’accélération de son adversaire et même pu enchaîner une série avant la cloche.
10. Ça redevient la guerre, les deux touchent en attaquant ou en remise, c’est l’épreuve de force. N’Dam a remonté sa garde mais encaisse tout de même quelques coups. A 20s de la fin l’Ukrainien va au sol, mais c’est une glissade.
11. On sent que les jambes commencent à moins bien répondre. Une bonne série d’N’Dam après un corps à corps, mais l’Ukrainien répond avec 2 gros coups, et à l’expérience N’Dam crache son protège-dents pour récupérer. Ensuite, ça envoie ! L’Ukrainien continue à avancer, ça s’accroche pas mal, N’Dam prend des coups, il est dans le dur, heureusement qu’il arrive encore à répliquer.
12. Accolade entre les boxeurs avant les 3 dernières minutes, c’est un combat fair-play. N’Dam est offensif en début de round, puis il s’accroche ou fait en sorte de garder la distance en jetant quelques coups de temps en temps. En milieu de reprise N’Dam se fait bloquer dans les cordes, il a un peu de mal à en sortir. Ça accélère fort lors des 30 dernières secondes. Terminé.

Le résultat est sans appel : 118-110, 118-111, 118-110.

La fin de combat délicate est sans doute à mettre sur le compte de l’année sans véritable combat, les sparring-partners, les 15 rounds à l’entraînement, c’est bien, mais ça ne peut pas remplacer les conditions réelles avec la pression, avec les aléas d’un vrai combat (par exemple Hassan a plusieurs fois glissé sur les protections au bord du ring à tel point que son entraîneur a fini par les arracher, tant pis pour les publicité imprimées dessus, les cordes étaient un peu trop espacées et lâches), avec l’orgueil et l’instinct de survie du mec d’en face. L’Ukrainien a mis beaucoup de coups de tête, a frappé derrière la tête à chaque fois qu’ils étaient accrochés, il était assez chi*nt à boxer. Au final Hassan a bien géré son affaire.

Le résultat et les progrès affichés par le Franco-Camerounais sont très encourageants, on nous annonçait un futur grand champion (la boxe française en a bien besoin, ça fait un bout de temps qu’elle n’a aucun champion du monde ou même d’Europe chez les professionnels, hormis chez les femmes), j’ai le sentiment qu’on ne nous a pas vendu du rêve mais la réalité. J'ai hate de voir ce championnat du monde. Remercions Direct 8 de les diffuser, dommage que le commentateur soir qui vous savez...

A noter qu’au cours de la réunion Ali Hallab a battu un Espagnol (TKO à la 4e après avoir été compté 8 à la 2e).