• Les matchs.

ETG-AC Ajaccio, 2-1.
Evian-Thonon-Gaillard, même privé de plusieurs joueurs et sans réel objectif autre que symbolique, continue à jouer à fond. Les mecs sont libérés, ils se font plaisir. Je dis bravo.

Malgré un Guillermo Ochoa énormissime – car très sollicité – dans un style bien à lui très spectaculaire, Ajaccio a perdu. Et pourtant Benjamin André avait ouvert le score en s’arrachant bien pour devancer les défenseurs savoyard (14e)… Dans la foulée l’increvable Cédric Barbosa a égalisé (15e), puis en seconde période Daniel Wass a marqué sur CF direct, une frappe magnifique (54e). Carl Medjani a fini par se faire exclure, ça ne va pas arranger les affaires des Corses (90e).

ETG peut encore espérer grappiller une ou 2 places, Ajaccio va encore serrer les fesses…

OL-Brest, 1-1.
L’OL a nettement dominé mais a manqué de réalisme. Gomis et Lisandro aurait dû marquer au moins un but chacun, Lacazette aussi aurait pu, l’OL a en effet eu un four d’occasions… Steve Elana était chaud, il n’a pourtant pas eu tant que ça de parades à réaliser. Le futur ex-Brestois a été battu une seule fois par une tête plongeante de Yoann Gourcuff – qui a fait un bon match (!!) – au point de péno sur un centre en retrait de Cissokho (37e). Faute de se mettre à l’abri, les Lyonnais s’exposaient à une nouvelle déconvenue, elle s’est produite à la 75e sur un corner. Ça a un peu cafouillé, Grégory Lorenzi en a profité.

L’OL ne se qualifiera pas pour la Ligue des Champions, c’est désormais officiel. Rémi Garde est donc le 1er entraîneur au XXIe siècle à ne pas conduire le club sur le podium de la L1. Brest reste reléguable.

Valenciennes-PSG, 3-4.
A part.

Auxerre-Bordeaux, 2-4.
Coup d’envoi, le ballon est dans le camp de l’AJA, Ludovic Obraniak le gratte, sert Yoan Gouffran qui crochète et marque. 13 secondes… Les buteurs précoces de Bordeaux ont encore frappé. 2 ou 3 minutes plus tard, centre, erreur d’Olivier Sorin, Gouffran à 2 mètres du but n’a plus qu’à pousser le ballon au fond… 9e minute, corner, tête de Ludovic Sané, but. 3-0 en 9 minutes… 15e, encore une boulette de la défense, Gouffran en profite et tire sur la barre. On n’était pas loin du 4-0 en un quart d’heure. Hallucinant.

Wallemme a fait 2 changements dès la 36e minute : aux grands maux, les grands remèdes. Attention, l’AJA a aussi eu des occasions, Carrasso a dû réaliser 2 belles parades au cours des 45 premières minutes.

A la 47e… on r’met ça, une contre-attaque, Jussiê fixe Sorin et sert Jaroslav Plasil pour le but facile. Cette fois la réaction auxerroise a porté quelques fruits, dans la douleur après un nombre improbable de tentatives sur la même action cafouilleuse, Olivier Kapo a fini par pousser le ballon au fond. A la 80e, Kapo a encore réduit l’écart en profitant d’une erreur de Planus sur un centre.

On croyait Auxerre sur le point de s’en sortir après avoir botté les fesses de Brest avec 4 buts en première période puis en gagnant à Dijon, ce qui avait permis de devenir premier non-reléguable. Tout s’effondre à nouveau. Pendant ce temps, Bordeaux revient dans le coup pour la place en EL… Personne n’a vu venir les Girondins !

LOSC-Caen, 3-0.
Mais à quoi jouent les Caennais ? Manifestement, ils n’étaient pas venus à Lille pour en ramener un bon résultat, et encore moins pour jouer au foot. Sont-ils au courant qu’ils ne sont pas maintenus et ont absolument besoin de points ? A 3 journées de la fin, si le match a lieu le lundi et le suivant le dimanche, mettre votre meilleur élément au repos n’a aucun sens, la moindre des choses est de le prendre dans le groupe. Franck Dumas a choisi de ne même pas convoquer Hamouma et a fait tourner, il a pondu une compo à 5 défenseurs… qui fort logiquement n’a fait que subir en première période. Il a attendu que la situation soit désespérée pour effectuer des changements (2 à la mi-temps) afin de tenter quelques offensives. On appelle ça fausser le championnat à ses risques et périls. La supériorité lilloise face à cette non-équipe normande était indéniable, la victoire serait très certainement revenue aux Nordistes, mais ce match a de quoi laisser perplexe. Le LOSC avait-il besoin d’un nouveau penalty injustifié après celui de Lille-PSG la semaine dernière ? Si faute d’Alexis Thébaux il y a eu, elle était juste devant la surface (comme celle de Sakho), et en revoyant les images on peut réellement douter de la réalité de la faute, Eden Hazard a volé, pourtant le contact supposé avec le gardien est indécelable. Thébaux n’a pas touché le ballon, c’est évident, mais s’il n’a pas touché le joueur, il n’y a rien… (M. Bien a pris plusieurs décisions foireuses, notamment en n'excluant pas Aurélien Montaroup).

Toujours est-il que Tulio de Melo a transformé la sentence d’un tir sous la transversale (26e), il a ensuite doublé l’écart de la tête entre des défenseurs n’ayant pas pris la peine de sauter pour lui contester le ballon dans les airs sur un corner de Dimitri Payet (36e). En seconde période le Réunionnais en grande forme ces dernières semaines – pourquoi ose-t-on parler de Gourcuff à l’Euro et pas de Payet ? – a croqué un face à face mais s’est rattrapé lors de la minute suivante en allant marquer le 3e, lancé seul dans la profondeur au milieu de Caennais toujours en mode tourisme (60e).

Thébaux a eu énormément de travail, Landreau très peu, 3-0 n’est pas cher payé mais pour le LOSC c’est énorme, la différence de buts risque fort d’être décisive dans 2 semaines au moment de la distribution des prix. Si Caen descend pour une ou 2 unités à la DDB, comptez sur moi pour rigoler…

Lorient-Dijon, 0-0.
Après sa défaite cette semaine contre Auxerre, Dijon est redevenu reléguable. Normal quand vous enchaînez 5 revers sans jamais marquer le moindre but. On pouvait s’y attendre, ce match a été très mauvais, il n’y a pas eu de but (officiellement 3 tirs de Lorient, aucun tir cadré). Les 2 clubs arrivent à se contenter du résultat… mouais… Pauvre football. La seule chose à retenir de ce match est la curiosité offerte par la LFP et l’ASSE. Valider le prêt de Jérémie Janot comme joker médical à 3 journées de la fin est assez hallucinant, on n’avait encore jamais vu ça. En février si tes 3 gardiens sont blessés pour plusieurs semaines ou mois, d’accord, seulement on n’est pas dans cette situation chez les Merlus. Et comme par hasard il y a un Lorient-PSG lors de la dernière journée. C’est franchement du foutage de gueule !

Au classement Dijon n’est pas complètement foutu (19e avec 1pt de retard sur le 17e), Lorient n’est pas complètement sauvé, mais presque (13e avec 4 pts d’avance sur le 18e).

ASSE-OM, 0-0.
0-0… Mais on se demande comment tant il y a eu de GROSSES occasions. Marseille n’a pas cadré un tir mais aurait pu ouvrir le score par Jordan Ayew. Le frère de l’autre en a mangé une énorme. Aubameyang a eu un four d’occasions, il a tiré sur le barre, en a loupé, mal négocié d’autres, ses collègues ont aussi eu leur chance… Un péno a été oublié par M. Duhamel au bout d’un quart d’heure pour une faute de Mandanda, il a fauché Lemoine avec le bras (le ballon était en jeu, le reste OSEF, faute dans la surface et ballon en jeu, c’est tout ce qui compte). Au final, pas de but, la chance de s’adjuger la place en EL s’est peut-être envolée.

Sochaux-Nancy, 1-0.
Je l’avoue, Sochaux me semblait cuit-bouilli. Trop de suspensions, trop de blessés, trop de buts encaissés, trop d’erreurs, trop de pétages de plombs… Depuis quelques matchs, c’était catastrophique.

Ça aurait pu très mal tourner quand un tir nancéen détourné par un talon sochalien a envoyé le ballon sur la barre. Le signe du retour de la réussite ? Pas forcément. Une tête juste à côté sur corner, une occasion énorme gâchée sur un contre, un missile de Bakambu claqué par le gardien au-dessus de sa barre, des raids improbables de Ryad Boudebouz… Rien n’y faisait, ce n’était vraiment pas faute d’essayer.

Et soudain, à quelques minutes de la fin, Sébastien Roudet intercepte une mauvaise passes entre des défenseurs lorrains, il file au but et va planter d’un ballon piqué à la Messi (il a dit s’être inspiré de Messi, on veut bien le croire en voyant le geste).

Avec ce succès Sochaux passe de lanterne rouge à 17e. Reste à ne pas faire une Auxerre la semaine prochaine à Caen…

Toulouse-Nice, 0-0.
Les Toulousains n’y sont décidemment plus du tout. Certes, Adrien Regattin a mis une frappe exceptionnelle sur la barre, mais ce n’est pas révélateur car les hommes de Casanova n’ont pas été séduisants, ils auraient mérité de concéder l’ouverture du score, les Aiglons ont d’ailleurs tiré sur le poteau en première période puis en fin de rencontre les visiteurs auraient pu arracher la victoire. Lloyd Palun a perdu d’aborde un face à face avec Ahamada auteur d’une parade à la limite de sa surface, puis Rivière a sauvé sur sa ligne sur un corner (un homme à chaque poteau, ça sert !).

Nice grignote en vue du maintien, Toulouse reste mathématiquement en course pour la place en EL. Mathématiquement, c’est possible, en pratique ça ne le semble pas tant Toulouse est bidon depuis quelques matchs.

Rennes-Montpellier, 0-2.
Rennes a débuté très fort la rencontre, se procurant une première grosse occasion par Mavinga qui… a centré en retrait vers un joueur marqué au lieu de tirer. Cette grosse période rennaise a duré… 3 minutes. Ensuite, Montpellier s’est à son tour procuré quelques situations plus ou moins dangereuses. Cette domination/maîtrise héraultaise a continué jusqu’au retourné de Jonathan Pitroipa sur la barre (13e), le geste était magnifique. Ensuite, R.A.S. pendant un moment, le seul spectacle était celui offert par les deux entraîneurs qui s’invectivaient et réclamait des coups de sifflets/cartons à l’arbitre. C’était assez comique.

Soudain, à la 26e minute, John Boye a pensé qu’il était temps de justifier son statut de pire défenseur de Ligue 1 – et Dieu sait combien on a de mauvais défenseurs en L1 ! – en offrant l’ouverture du score aux visiteurs. Le gars pique le ballon à Giroud dans sa surface mais va vers son but, et au lieu de dégager en corner comme l’aurait fait n’importe quel individu sensé, il cherche la touche (la touché à 1m du poteau de corner^^) sans se préoccuper de la présence de Rémy Cabella à 2 mètres de lui là où il envoyait le ballon… son dégagement a été contré, la gonfle s’est dirigée droit vers Souleymane Camara seul à 6 mètres du but, reprise en glissant et en touchant le ballon avec les 2 pieds, buts. Enorme conn*rie de Boye+moule improbable=Montpellier dans un fauteuil. 2 minutes plus tard, Cabella a eu une occasion (CF tiré directement), c’est à peu près tout pour le MHSC en première période. Rennes aura eu pas mal d’opportunités mais n’en a rien fait, les choix étaient extrêmement souvent mauvais, l’exécution technique globalement pitoyable. Hormis Pitroipa assez tranchant et entreprenant (plus Kana-Biyik derrière), les Rennais ne semblaient pas très concernés.

Après la mi-temps, Montpellier est revenu assez fort (comme d’habitude). Quelques minutes plus tard, alors que les débats semblaient de nouveau se rééquilibrer, une nouvelle perte de balle évitable a conduit les Rennais à leur perte définitive. Un tir de loin de Cabella a trouvé le poteau, le ballon est allé rebondit sur le bras de Benoît Cosil allongé quelques mètres devant sa ligne. Le csc à la c*n (52e)… Si quelqu’un ose encore dire que les Héraultais n’ont pas une chance improbable…

Par la suite Rennes a poussé de façon assez, voire très désordonnée, quand un mec débordait il n’avait pas souvent de coéquipier dans la surface sur qui centrer. Comme rien ne se passait et que les visiteurs avaient par moment le loisir de faire tourner, Antonetti s’est décidé à faire un triple changement (65e) : Victor Hugo Montaño, Yacine Brahimi et Youssouf Hadji ont remplacé Boukari, Féret et Kembo-Ekoko, particulièrement nuls (Féret un peu moins que les 2 autres). Sous l’impulsion d’un excellent Brahimi – dont on se demande pourquoi il était sur le banc – les Bretons ont alors nettement dominé, parfois mis le feu dans la défense, malheureusement pour lui il était très mal entouré, Brahimi et Pitroipa n’ont pas suffi. Hadji a été tout aussi maladroit que celui dont il a pris la place, Montaño a aussi fait pas mal de mauvais choix. Entré à un quart d’heure de la fin, Dernis a même failli marquer sur CF à la 94e en cherchant un coéquipier au second poteau (le ballon a touché le montant du but).

En réalité Rennes a beaucoup plus tiré au but (20 fois contre 8), a pas mal cadré (7 ou 8 fois), seulement si vous tirez – qui plus est mollement – sur le gardien, vos chances de marquer sont réduites. Le MHSC a encore été hyper réaliste et hyper en réussite. Avec une telle dose de chance, comment les Héraultais ne seraient-ils pas champions ? Les absences de Belhanda et d’Estrada n’ont pas plus pesé que celle d’Erding, avec ou sans le Turc le Stade Rennais a une réputation à défendre, celle de club officiel de la loose. Puissent les Bretons être aussi nuls dimanche au Parc (j’en doute).