Malgré une crevaison, Tony Martin (Omega Pharma-Quick Step) a longtemps conservé le temps de référence. Sans surprise, Fabian Cancellara (Saxo Bank) lui a ravi en allant beaucoup plus vite : 1’19 de moins ! C’est dans le 3e quart de la course que le Suisse a forgé son avance. Peter Velits (Omega Pharma-Quick Step) est ensuite venu s’intercaler.

Sur ce chrono on a encore eu un super Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step). Le champion de France est arrivé 2e provisoire à moins de 28 secondes de Cancellara en ayant fait jeu égal avec le Suisse sur les 10 derniers kilomètres, une perf énorme laissant espérer un beau résultat aux JO s’il conserve cette forme. Certes, le parcours olympique ne sera pas le même, mais ne s’agissant que d’une confirmation des excellentes dispositions montrées sur le Dauphiné Libéré, aux Championnats de France et sur le prologue, on a le droit d’espérer. Pour rappel, c’est un seul représentant par pays.

Un jeune Américain a ensuite créé la surprise. Tejay Van Garderen (BMC) a en effet réalisé le meilleur temps – pour 3 secondes – au premier temps intermédiaire, a conservé sa première place au 2e point intermédiaire, il a un peu faibli par la suite, échouant à la 2e place à 9 secondes de l’immense favori du jour. On le savait fort contre la montre, pas au point de tutoyer les performances du Suisse.

Quelques minutes plus tard, Chris Froome (Sky) a carrément explosé le 1er chrono de référence de Van Garderen : 23 secondes d’avance ! Il a gagné le clm de la Vuelta compétition à laquelle ne participent pas une bonne partie des meilleurs – en 2011, donc techniquement, pas de doute, il est au niveau… M’enfin, mettre 28 secondes à Cancellara sur 16,5km dans cet exercice, c’est carrément lunaire ! Vincenzo Nibali (Liquigas) avait déjà 53 secondes de retard sur Froome au point 1.

Le suspense concernant le résultat final de la 99e édition de la Grande Boucle a été tué dès la divulgation des premiers écarts entre Bradley Wiggins (Sky) et Cadel Evans (BMC). Une boucherie. L’Australien a mis 57s de plus que Froome et une grosse minute de plus que Wiggins pour arriver au lieu du premier pointage officiel (le maillot jaune était en tête sur son équipier avec un peu moins de 5s d’avance)… Ça risquait d’être très lourd à l’arrivée, à moins bien sûr d’avoir adopté une stratégie tout à fait opposée à celle des Sky, partis très vite. Le leader de la BMC avait-il choisi d’envoyer du pâté sur la seconde moitié de la course en gérant la première ? Sans doute pas. A priori, Evans s’est juste loupé (seulement 13e après 16,5km), les Britanniques n’ont pas eu besoin d’être stratosphériques, ils ont juste été très bons, on ne pouvait pas imaginer un renversement de situation.

Froome a été un peu moins rapide dans la 2nde partie, sa marge sur Van Garderen et Cancellara est néanmoins restée confortable. Il a signé le meilleur temps sur la ligne d’arrivée avec 21s d’avance sur Cancellara. Pour la première fois de sa carrière Wiggins a gagné une étape du Tour, il l’a fait assez nettement, 35 secondes d’avance sur son "employé", 57 sur le Suisse, 1’06 sur Van Garderen, et 1’24 sur Chavanel, qui aura été 5e à tous les chronométrages. Evans n’a pris que la 6e place à 1’43 du leader du général et à 1’08 du lieutenant de ce dernier, il a donc relativement bien terminé, on pouvait l’imaginer totalement à la rue au terme de l’étape compte tenu de l’éclat pris au 1er point intermédiaire.

Pas mal d’anciens gros outsiders voire anciens favoris – il n’y a plus qu’un favori, Wiggins, et de petits outsiders – ont limité la casse et restent dans la lutte… pour la 2 ou 3e place. Nibali est de ceux-ci (8e à 2’07), Denis Menchov (Katusha) aussi (9e à 2’08).

Wiggins a écrasé le Tour de France, sauf abandon sur gamelle, contrôle positif ou défaillance dans la montagne, une défaillance toujours possible si cet Anglais est humain, ce dont je suis obligé de douter. Sa transformation surprenante il y a 2 ou 3 ans (pistard lourd devenu grimpeur poids plume), le train de la Sky… Ça rappelle à tout le monde de très mauvais souvenirs. Toute ressemblance avec GrosBras n’est que fortuite… selon lui. Chacun est libre de se faire son opinion.

Espérons que cette supériorité surprenante soit en très grande partie due à leur matériel car ils utilisent des plateaux Osymetric (d’une forme plus ou moins ovale ou elliptique étudiée pour optimiser la puissance des coureurs en fluidifiant le pédalage, c’est assez simple et complexe à la fois). Selon leur concepteur, cette innovation qui en réalité date d’il y a une vingtaine d’années – mais dont l’UCI a refusé l’homologation pendant très longtemps – permettrait de gagner 3 secondes au kilomètre. D’autres utilisent ce matos mais ne pointent pas en tête du classement…

En tête du classement on avait encore 5 coureurs en moins d’une minute, le ménage est fait, désormais le 5e est à 1’09… du 2e, lui-même à 1’53 du leader. L’équipe Sky écrase la course, ses 2 premiers représentants occupent la tête et le 3e rang, à la place d’Evans, je me méfierais même de Froome, il n’est qu’à 14 secondes.

Côté français on notera un bon tir groupé des Français entre la 18 et la 20e place avec Tony Gallopin (RadioShack) à 2’46, Jérémy Roy (FDJ) à 2’52 et Jérôme Coppel (Saur-Saujasun) à 2’54, plus Sandy Casar (FDJ), 25e à 3’09.

La RadioShack a été très performante, elle a placé 6 de ses hommes parmi les 18 premiers, dont Gallopin qui a fait nettement mieux que Rein Taaramae (Cofidis), 28e à 3’29. Le neveu du directeur sportif de l’équipe est revenu à 3 secondes de l’Estonien et pointe à la 13e place au général (13 est aussi son numéro de dossard)… mais Van Garderen ayant été très fort, le maillot blanc est désormais sur les épaules de l’Américain. Sa marge n’est pas énorme, un peu plus de 40 secondes, tout peut encore changer. Thibaut Pinot (FDJ) aura du mal à se mêler à la lutte, il a mangé chaud, ne se classant que 59e à 5’12. Il a eu du mal à récupérer à cause de l’agitation médiatique suite à son exploit.

Pierre Rolland (Europcar) est encore plus mal loti que le vainqueur de dimanche, l’éclat pris lundi est énorme (73e à 5’34), il a pris très cher. Problèmes physiques et mécaniques… Il devra se contenter de jouer les étapes, peut-être le maillot à pois. Au moins, étant à 10’ pile au général, il aura sans doute plus de latitude pour attaquer.

Que peut-on espérer pour modifier ce qui semble inéluctable ? L’altitude peut-elle poser des problèmes aux 2 Britanniques ? Wiggins semble y résister et Froome vient du Kenya… Je serais étonné que la Sky s’écroule en s’approchant du firmament.

Mardi, journée de repos.