L’Hampden Park de Glasgow sonnait très creux – pour Paris 2024, penser à faire jouer les matchs délocalisés dans des stades comme la MMArena, pas très loin de Paris et surtout pas trop grands – pour une affiche de cette envergure. Les conditions de jeu étaient bonnes, le seul problème était le soleil, très présent, trop présent. La France a joué en blanc dans un maillot Adidas qui va coûter de grosses pénalités financières à la FFF (bravo Noël d’avoir très mal négocié le contrat Nike).

La France restait sur 17 victoires, les 7 ou 8 dernières sans encaisser de but (quelque chose comme 61-4 sur ces 17 matchs), Bruno Bini n’a procédé à aucun changement par rapport au match gagné jeudi contre le Japon. On pouvait espérer un bon, voire un très bon résultat malgré les références de l’équipe adverse. Les Ricaines n’ont perdu qu’un match en 4 éditions des JO, Alex Morgan avait inscrit quelque-chose comme 17 buts lors de ses 15 dernières sélections.

A la fin de cette rencontre, un sentiment de frustration domine, ceci pour plusieurs raisons :
-l’EdF a mené 2-0 au bout d’un quart d’heure en ayant été hyper réaliste… mais a ensuite explosé, s’inclinant largement, bêtement et logiquement ;
-les buts concédés sont tous des buts évitables, certains étant carrément dus à de grosses erreurs ;
-les Bleues ont relancé leurs adversaires en concédant la réduction de l’écart très tôt, ça a permis aux Américaines de reprendre confiance, le pire étant que le corner tiré pour Abby Wambach est un grand classique qui avait déjà coûté cher aux Françaises lors de la Coupe du Monde ;
-certaines joueuses ont semblé à côté de la plaque, et pas n’importe qui, Camille Abily, Ophélie Meilleroux (qui était capitaine et est sortie à la mi-temps), Sonia Bompastor, ou encore Elodie Thomis (qui, on ne le dira jamais assez, aurait dû faire carrière en athlétisme… car si elle va super vite, sa technique et son sens du jeu sont très limités, contre certaines équipes ça passe, contre d’autre, non) ;
-le pire est que cette équipe n’a tout simplement pas joué son jeu ! C’est super décevant.

Rendez-vous compte qu’en gagnant l’équipe de France aurait déjà assuré sa qualification et même la première place du groupe (certitude quasi-absolue), donc une demi-finale contre un 3e de groupe, soit 80% du chemin vers le dernier carré, Bini aurait pu se permettre de faire tourner, une nécessité absolue avec ce rythme de folie (jour de match, 2 jours sans match, jour de match, 2 jours sans match, match, etc.). Ce rythme avec seulement 18 joueuses dans le groupe, c’est de la folie, on peut s’attendre à voir un carnage, beaucoup de filles risquent de rapidement plonger physiquement, notamment dans les petites nations. Contre la Colombie il faudra lancer les remplaçantes afin de refaire du jus en vue du quart de finale.

Je vais tout de même vous faire un résumé du match.

D’entrée les Ricaines ont imposé une grosse pression physique, provoquant beaucoup de mauvais choix et de mauvaises passes chez les Bleues. Gaëtane Thiney a soudain surpris son monde en marquant un but somptueux, récupérant le ballon grâce à un mauvais dégagement sur une longue ouverture avant d’envoyer une méchante mine d’une bonne vingtaine de mètres (Hope Solo a touché le ballon). On jouait la 12e minute, à la 14e Marie-Laure Delie a doublé la mise en frappant en force au point de péno suite à une grosse panique et un gros cafouillage dans la défense US à la suite d’un corner. 2 occasions, 2 buts… Miraculeux.

Carli Lloyd a remplacé Shannon Boxx à la 17e minute, dans la foulée Wambach a porté le score à 2-1 d’un coup de tête croisé, 2 Françaises ont lâché le marquage (Wendie Renard et Corine Franco). Un petit quart d’heure plus tard la divine Alex Morgane a égalisé d’un lob intelligent en récupérant dans la surface un dégagement de Solo que Renard n’a pu intercepter de la tête (elle était au duel avec Wambach), il y a eu un rebond, la canonnière canon avait été oubliée… Dans un match de football mixte Morgan n’aurait jamais d’espace, un défenseur masculin ne s’en éloignerait jamais… Je pense que Sarah Bouhaddi aurait pu mieux sortir. Elle n’a pas été transcendante lors de cette rencontre, tant s’en faut.

La France a enchaîné 3 occasions franches à la 37e, la 38e puis la 39e, aucune n’a pu être convertie, les Bleues avaient laissé passer leur chance. Ça aurait pu être pire si l’arbitre japonaise, très gentille pour ne pas dire laxiste, avait sifflé péno (et mis rouge) pour un tacle par derrière de Meilleroux sans la surface juste avant la mi-temps. Alex Morgan avait facilement réussi à l’enrhumer, le ballon a été touché, la faute n’en était pas moins réelle. A 2-1 il me semble que Thomis a été tirée par le maillot alors qu’elle partait au but et plus tard, à l’heure de jeu Bompastor a mis une énorme boîte à Morgan dans la surface. Un gros coup d’épaule en retard sans jouer le ballon… On a vu des pénos sifflés pour moins que ça, donc on ne va pas se plaindre de l’arbitrage, même si une autre situation litigieuse (Thomis poussée dans le dos alors qu’elle était encore lancée en contre) aurait aussi pu donner lieu à une décision favorable à la France (il y avait déjà 3-2).

En première période la France a trop subi, a trop défendu à l’arrache, a trop rarement cherché à construire ses actions, à conserver le ballon, peut-être à cause de l’énorme pression physique imposée par les Ricaines, hyper athlétiques, seulement cette thèse ne résiste pas à l’évocation de la demi-finale de la CdM, les Bleues avaient largement dominé… Les Etats-Unis ont fait dans la simplicité, elles ont beaucoup cherché Wambach de la tête, ont balancé devant sur tous les CPA notamment. Une fois devant au score, elles ont simplement contre-attaqué en passant souvent par les côtés, Megan Rapinoe a fait des dégâts côté droit. Les 2 changements de Bini à la mi-temps – Laura Georges et Eugénie Le Sommer aux places de Meilleroux et Nécib,Thiney est descendu d’un cran – n’ont rien changé, ou du moins n’ont pas eu l’effet escompté. Elise Bussaglia – une des rares au niveau – a sauvé sur sa ligne à l’occasion d’un corner (50e), un décalage a ensuite été créé par une interception acrobatique manquée par Le Sommer (malchance, elle a glissé), ça s’est terminé avec une frappe de loin de Lloyd, Boudaddi a été surprise (56e). Ça pendait au nez des Bleues à force de ne pas jouer. Etouffées, les filles ont connu plusieurs frayeurs, y compris quand Wendie Renard a quasiment fini KO après un choc avec Wambach (62e). Le 4e but n’était pas volé bien qu’intervenant juste après l’action litigieuse concernant Thomis (poussée dans le dos dans la surface). Interception manquée par Franco, Tobin Heath part seule côté gauche, centre devant le but, au premier poteau Bouhaddi loupe l’interception tout comme Wambach et une Française, Morgan était seule à 50cm de la ligne quelques mètres plus loin, 4-2.

Ensuite la France a mis en danger la défense US sur quelques séquences, on a fait tourner les effectifs, c’était plié. Thomis a encore loupé l’occasion de relancer le suspense en loupant sa conduite de balle, elle avait le champ presque libre (86e).

Désormais, pour aller au village olympique une demi-finale suffit, pour y rester il faudra la gagner. Reste à d’abord atteindre le dernier carré. Là, ça devient tout de suite beaucoup plus difficile ! On retrouvera le Japon ou la Suède en quart (je préfèrerais le Japon) puis le 2e de ce groupe (Japon/Suède) ou le 2e du groupe du Brésil et de la Grande-Bretagne.

Je vais vous avouer ce qui m’a le plus exaspéré lors de ce match ? Je n’ai même pas réussi à en vouloir à Alex Morgan de nous avoir mis un doublé… Ah… Alex… :inlove:

En fin de soirée je me suis coltiné – une belle horreur – le match entre la Corée du Nord et la Colombie. Il y a eu des Asiatiques blessées (dont la double buteuse coréenne, elle s’est tordu le genou ou la cheville en marquant le second but), des crampes sud-américaines au bout de 70 minutes, une qualité technique très moyenne, une gardienne colombienne à la rue. Les Nord-Coréennes ont gagné 2-0, elles n’ont pas convaincu. En résumé je n’ai absolument pas peur de ces équipes, les Bleues vont les taper toutes les 2, et sans mal à mon avis.

Il faut savoir que le coup d’envoi a été retardé d’une bonne heure à cause d’un incident diplomatique, une des premières grosses boulettes de ces JO. Sur les écrans géants, à côté des photos des joueuses pour leur présentation, on a affiché le drapeau… de l’autre Corée ! A quand une confusion entre le drapeau d’Israël et celui de l’Iran ou entre ceux de Cuba et des Etats-Unis ?

Messieurs les organisateurs, faites-nous rêver !