En plus de venir des 2 sexes, les médailles ont été obtenues dans des spécialités et sur des distances très différentes. On a ainsi commencé la journée par une médaille de bronze sur 1500m pour Anthony Pannier… Un Italien s’est baladé, Gregorio Paltrinieri, 18 piges, déjà impressionnant aux Europ’ en grand bassin à Debrecen. Il s’agit de la première médaille internationale de Pannier, terminant nettement après le vainqueur après avoir dû s’arracher pour conserver sa 3e place. Damien Joly s’est classé 10e et dernier.

Laure Manaudou a réalisé le meilleur temps des séries du 50m dos, se qualifiant pour les demi-finales en compagnie de Cloé Credeville (alors qu’Alexianne Castel a été victime de la règle 2 par pays). Les 2 rescapées ont obtenu leur place en finale malgré un très mauvais départ de la première. Manaudou est passée 3e, Credeville 8e. Dans la foulée Florent Manaudou a pris le départ du 50m brasse, il s’agissait aussi des demi-finales, il a pris la 2e place de la première course, imité dans la suivante par Giacomo Perez-Dortona, auteur de la 4e perf des finalistes à 6 centièmes du meilleur temps. La finale promettait d’être hyper serrée.

Moment très attendu de ces championnats, la finale du 400m NL féminin. Sur les plots de départ on trouvait du beau monde : Lotte Friis (qui s’entraîne à Nice), Camille Muffat venue pour battre le record du monde établie par la Britannique Joanne Jackson en 2009 (après s’être retenue lors des championnats de France), Katinka Hosszu (déjà 2 titres depuis le début de la compétition), Coralie Balmy (championne d’Europe en grand bassin il y a quelques mois), ou encore Hannah Miley (surtout forte en 4 nages)…

Sans surprise, Muffat – vue seulement en finale du 4x50m 4 nages jeudi et lors des séries du 400m passées tranquillement en 4’01 – est partie comme une balle, elle a parcouru les 200 premiers mètres en naviguant environ une seconde plus vite que les bases du précédent record. Ensuite, elle a un peu faibli, a essayé d’en remettre une couche lors des 100 derniers mètres, il lui a fallu batailler… pour parvenir à battre le record de 7 centièmes après avoir échoué à 1 centième il y a peu à Berlin (le 20 octobre). Joanne Jackson avait établi ce record en combinaison polyuréthane. Ajoutons-le, il n’est pas impossible qu’Allison Schmitt efface des tablettes ce nouveau de chrono de référence (3'54"85) lors des prochains Championnats du monde en petit bassin auquel peu de Français ont décidé de se présenter (pas les Niçois).

Lotte Friis a été battue par sa partenaire d’entraînement de pile 4 secondes, Coralie Balmy a bien assuré pour décrocher la médaille de bronze en approchant de très près son record (moins de 4 minutes).

Le podium…

Juste après la cérémonie protocolaire on a lancé les dossistes pour les demi-finales du 100m dos. Benjamin Stasiulis et Jérémy Stravius ont été les auteurs des 2 meilleurs temps en séries, ce qui n’a laissé aucune chance aux autres Français engagés (Joris Hustache avait réussi le 16e temps). Lors des demi-finales ça s’est encore très bien passé, chacun a remporté la sienne avec une facilité déconcertante. En route pour un doublé dimanche.

Au passage, j’ai trouvé un énorme KKC (Kes-Kila-Changé) : Stasiulis KKC Hugo Lloris !

Sophie De Ronchi était ensuite engagée en finale du 100m 4 nages, épreuve sur laquelle elle a déjà décroché une médaille de bronze il y a quelques années. Ça n’a pas fonctionné, elle a terminé 8e très loin de Katinka Hosszu.

Jordan Coelho a disputé sa première finale internationale chez les seniors, il s’agissait de son épreuve de prédilection, le 200m papillon. Sa progression est importante mais face à des nageurs du calibre de Laszlo Cseh, il manque d’expérience et de caisse, sur cette distance ça fait la différence, c’est bien différent d’un 50m où un bon départ et une bonne coulée sont particulièrement décisifs. Au couloir 1 (il avait le 9e temps des séries, la règle des 2 par pays lui a été bénéfique, il était devancé par 3 Hongrois), n’ayant rien à perdre, il a tenté sa chance en partant très vite, fort logiquement il n’a pu garder le même rythme, sa 6e place presque au niveau de son record est tout à fait méritoire. Cseh a quant à lui décroché son 16e titre européen en petit bassin…

Le 100m NL masculin était un des événements majeurs de la journée, on attendait Yannick Agnel sur le podium, son défi de réaliser un improbable triplé sur 100, 200 et 400m passait par une grosse perf face à Grégory Mallet mais surtout face aux 2 Russes favoris de la course après des séries et demi-finales impressionnantes. En effet, ils étaient plus forts, nettement plus forts. Vladimir Morozov a explosé la concurrence, Evgeny Lagunov a aussi nettement dominé les Français, Agnel a tout de même accroché le bronze, il s’agit de sa première médaille internationale sur 100m chez les seniors, de sa 11e tout confondu. Morozov risque d’être un sérieux client ces prochaines années.

Après cette petite déception, autre moment très attendu, la finale du 50m dos de Laure Manaudou (et Cloé Credeville, qui disputait sa première finale internationale). Figurant parmi les favorites si on peut considérer qu’il y a des favoris sur un 50m, la star, que dis-je, la légende de la natation française allait-elle décrocher l’or après sa médaille d’argent 24h plus tôt ? Oui. Elle est venue à bout des autres filles grâce à… sa technique, explosant son record de France (son 100e paraît-il… outch !). Il y a quelques années, la technique n’était pas son point fort, elle a progressé dans ce domaine depuis son retour à la compétition, ça a payé. Son dernier titre remontait aux Championnats d’Europe (grand bassin) en 2008, elle en est donc à 36 médailles depuis 2004. Aliaksandra Herasimenia (qui a un passé de dopée) n’est pas montée sur le podium après avoir été à la lutte avec Laure pendant une grande partie de la course. Credeville a fini 7e.

Dans la foulée, son frère a disputé la finale du 50m brasse. Florent Manaudou et Giacomo Perez-Dortona occupaient des couloirs continus, ils ont fini l’un à côté de l’autre sur la feuille de résultats, ou plutôt l’un derrière l’autre, mais seulement 4e et 5e. Vainqueur de 3 médailles d’or lors des 2 journées précédentes, le champion olympique du 50m NL n’a pas pris un assez bon départ pour résister aux véritables spécialistes de la brasse.

Florent Manaudou a vite oublié ce petit échec grâce au second relais mixte, le 4x50m 4 nages. Tactiquement, il n’y a pas eu les mêmes interrogations que la veille, on a compris en 4 nages que faire débuter les garçons était la meilleure stratégie. En série les 4 remplaçants ont fait le travail, il s’agissait d’Amaury Leveaux, Mehdy Metella, Charlotte Bonnet et Béryl Gastaldello.

Fred Bousquet, Florent Manaudou, Camille Muffat et Anna Santamans ont été retenus pour la finale, ils n’ont pas déçu. L’équipe de France a occupé la première place de bout en bout. Les 2 relais mixtes ont été remportés par les Bleus, c’est donc un doublé mixte.

On va finir avec le podium de Laure Manaudou qui tenait la petite Manon dans les bras… On ne lui a pas offert une Marseillaise coupée… Pourquoi le speaker coupe-t-il les hymnes étrangers avant la fin ? Je l’ai remarqué plusieurs fois.

(Désolé, il y a le générique de fin de la retransmission de France 2 en même temps.^^)

Le record de 20 médailles obtenues à Rijeka va être pulvérisé, le nombre de titres est déjà battu (8 contre 7). On parie sur combien ? 25 ? 26 ? 30 ?