Les équipes… Certaines nations ont bricolé, ont mis 4 filles et 2 garçons, d’autres ont dû venir à 2 et 2 ou 3 et 2, on a vu des descendeuses chez les Ricaines, des novices et des inconnus dans pas mal d’équipes privées de leurs leaders déjà très sollicités par leur participation à 2 ou 3 courses depuis une semaine sans compter les entraînements de descente. Pas de Ligety, de Pinturault, de Kostelic ou encore de Maze… Mouais… Le niveau baisse d’un coup malgré l’entrée en lice de certaines stars comme Marcel Hirscher. Pour l’équipe de France, l’idée était notamment de permettre à plusieurs de ses membres de débuter leurs Mondiaux, de prendre leurs repères sur cette neige et sur cette piste où se dérouleront les épreuves techniques. Anémone Marmottan, Tessa Worley (lors du super-G disputé sur l’autre piste les conditions étaient très différentes), Steve Missillier ont ainsi pu prendre la température. Avec eux, Thomas Mermillod-Blondin, non classé lors du super-combiné sans avoir démérité. Comme remplaçants, on a choisi Anne-Sophie Barthet et le jeune Steve Théolier, plutôt slalomeurs tous les 2.

Pour rappel, l’EdF avait gagné chez les Allemands il y a 2 ans, Anémone et Tessa étaient accompagnées de Taïna Barioz (actuellement blessée), de Cyprien Richard, Thomas Fanara et Gauthier de Tessières, soit à l’époque une véritable dream team de géantistes. Après ce titre, Tessa, Priou et JB Grange avaient décroché les 3 médailles individuelles de la délégation. Nul doute que l’Autriche voulait s’en inspirer pour prendre un nouveau souffle. Avec seulement 2 médailles de bronze après 6 épreuves, ça couinait sévère au pays du ski alpin.

Le tableau, totalement déséquilibré, le haut étant infiniment plus fort que le bas, a réservé un parcours du combattant à la France. Pour accéder à la finale il allait probablement falloir sortir la Slovaquie puis en principe l’Allemagne et l’Autriche.

Dans le premier quart, la Norvège s’est qualifiée au temps face à la Slovénie… Mais ça a finalement été rejugé, la Slovénie est passée.

L’Allemagne a eu du mal à se défaire de la Croatie sans Kostelic. Suite à une défaite d’un centième, Fritz Dopfer (Autrichien jusqu’en 2007) et Maria Riesch ont dû se bouger pour sauver la maison. L’affaire aurait pu très mal se terminer car si virtuellement son équipe était déjà qualifiée à condition qu’il finisse, Felix Neureuther s’est mangé un énorme tacle involontaire de son adversaire ! L’infortuné Croate est tombé au bout de quelques portes, provoquant un gros crash, il est venu percuter l’Allemand, une grosse semelle au niveau de la cheville… C’est un carton rouge en foot ! Ça aurait pu être dramatique pour le co-favori du slalom. S’est-il blessé ? Non. Il semble s’être juste un peu fait mal, heureusement pour lui il n’a pas été touché par la carre (coupante) mais par la partie bien plate de la semelle.

L’EdF a lancé Tessa contre Veronika Zuzulova, elle a hérité du tracé rouge, a priori légèrement moins rapide, pourtant Tessa a été formidable et a gagné en 20"02 contre la Slovaque mariée à un Français (elle a gagné il y a peu le slalom parallèle de Munich). A ma connaissance aucune fille n’a battu ce temps. TMB a affronté un gars pas très fort, il a gagné assez facilement malgré une faute. Anémone a fait de même, assurant définitivement la victoire. Le Missil’ a ajouté le 4e point avec un super temps, 19"42 (si Hirscher est allé nettement plus vite, c’est tout de même resté une des meilleures perfs).

Les Américains ont fait tourner face au Liechtenstein, ils ont réservé Shiffrin et ont mis des descendeuses. Une sortie de piste a offert un premier point et une grosse avance en temps à l’outsider. Match nul dans la 2e manche… Chute de la représentante du Liechtenstein dans la 3e manche… Tout s’est donc joué à la dernière manche, Chodounsky a gagné et évité la grosse surprise.

Le joli duel scandinave entre Suédois et Finlandais a tourné en faveur des premiers nommés. Poutiainen a gagné contre Frida Hansdotter, Mattias Hargin a battu Sandell, Maria Pietilae-Holmner a facilement vaincu une fille très peu connue, André Myhrer a assurer le succès suédois en battant de 3 centièmes le meilleur temps réalisé par Missillier.

La Suisse a été plombée par la sortie de Vogel et a perdu 3-1 face au Canada. Enfin, l’Italie sans ses meilleurs skieurs a été sortie par la République Tchèque sans Zahrobska. Grosse surprise, donc.

Le tableau des quarts : Autriche-Slovénie, Allemagne-France, USA-Suède, Canada-République Tchèque. Comparé au haut du tableau, le bas était vraiment faible.

L’Autriche a bien mal débuté avec une faute de Carmen Thalmann, Hirscher a rectifié le tir en gagnant sa manche, pourtant Kranjec lui a longtemps résisté avant de tomber. Michaela Kirchgasser n’a pas eu de mal à rapporter un 2e point au pays hôte, Philipp Schörghofer n’avait plus qu’à assurer, son adversaire est revenu sur lui sur le bas mais a fini par exploser en étant en surrégime…

Au tour du France-Allemagne revanche de Garmisch-Partenkirchen… Anémone contre Lena Duerr… Jouable en principe même s’il s’agissait du point le moins attendu. Le duel a été très serré, chacune est passée devant tour à tour, Momone a gagné pour 3 centièmes : ça compte un point. TMB était outsider face à Neureuther, parti très fort comme à son habitude bien que le Français ait aussi été très rapide au start… La chute de TMB a offert un gros avantage à l’Allemagne. Tessa a affronté Maria Riesch et l’a emporté en ayant pourtant perdu une grande partie de son avance en partant un peu en travers à un moment. L’Allemande a bien fait de se bloquer dans les starts. Missillier contre Dopfer allait déterminer qui allait se qualifier… L’Allemand a gagné de 7 centièmes, il lui en fallait 3 d’avance pour passer… Grosse déception. A 4 centièmes des demi-finales et probablement de la médaille… On se consolera en se disant que Tessa a montré une forme exceptionnelle très prometteuse en vue du slalom géant de jeudi.

La Suède s’est baladée, le Canada a eu plus de mal, il est passé au temps. L’image du Tchèque descendant avec le masque tombé au niveau de la bouche était cocasse.
Une réflexion s’imposait : quelle faiblesse ce bas de tableau ! On a eu Autriche-Allemagne et Suède-Canada en demi-finales.

Duerr est tombée au bout de 3 ou 4 portes… Nicole Hosp – l’Autriche a fait tourner – n’a pas eu besoin de s’employer. Hirscher a eu bien du mal face à Dopfer avant la grosse faute de l’Allemand. La star du slalom a néanmoins éclaté le chrono : 18"90. 2-0 pour l’Autriche, le duel opposant Kirchgasser à Riesch a encore tourné en faveur du pays hôte, l’Allemande ayant chuté. Neureuther n’a même pas pu sauver l’honneur, Schörghofer a été bon.

Sans surprise, la Suède est venue à bout du Canada malgré la victoire de Michael Janyk sur Hargin.

Il suffisait de regarder le tableau pour comprendre qu’une finale Suède-Autriche s’annonçait. Allemagne-Canada pour le bronze, c’était moins prévu. Et sans surprise, à choisir j’étais pour les Suédois. J’aurais bien ri si le plan de sauvetage du bilan autrichien avait échoué.

Duerr a gagné sa manche, puis Janyk a tapé Neureuther, 1-1. La manche entre Riesh et Erin Mielzynski a été hallucinante, la Canadienne a pris le large puis a commis une grosse faute qui semblait devoir lui coûter le point mais à l’arrache elle a pu revenir pour gagner d’un centième sur la ligne. Dopfer a été mis sous pression par Philip Brown... et a gagné à son tour d’un centième… Quand il y a 2-2, on additionne le meilleur temps masculin et le meilleur temps féminin – enfin, je crois – pour désigner un vainqueur. L’Allemagne s’en est sortie par miracle avec une médaille : la qualification en demi-finale pour 4 petits centièmes puis la médaille de bronze obtenue pour 1 centième…

La finale, disputée sous la neige, a été une boucherie. Frais physiquement et plus motivés que jamais, les locaux, poussés par le public, ont zlatané les Suédois.
-Pietilae-Holmner contre Hosp : grosse faute de la Suédoise en haut, 1-0 pour l’Autriche.
-Hargin contre Hirscher : 2-0, Hargin était trop sur le fil, Hirscher a été super fluide et encore très rapide…
-Hansdotter contre Kirchgasser : 3-0. Bien partie, la Suédoise a craqué.
-Myhrer a essayé de sauver l’honneur face à Schörghofer, il est sorti de son tracé et a gêné l’Autrichien, disqualifié.

4-0 pour l’Autriche, 1ère médaille d’or, tout était fait pour, le tableau, les temps de récupération… Une médaille d’or servie sur un plateau d’argent, un véritable cadeau.