Le tirage au sort complet est le suivant : Malaga-Dortmund (le fi*n !), Real-Galatasaray, PSG-Barça (Rouge et bleu contre Blaugrana[1]) et Bayern-Juve. Pas de chance, les 2 affiches les plus intéressantes ont les mêmes dates.

Se réjouir en parlant d’affiche magnifique, de formidable opportunité de se tester, je trouve ça consternant. Quel est le but ? Rester en lice le plus longtemps possible dans cette compétition ou se faire sortir avec les honneurs comme un club amateur qui en Coupe de France espère jouer une Ligue 1 ? De mon point de vue, les 2 équipes à éviter absolument étaient le Barça et la Juve. J’avais aussi envie d’éviter le Real, non en raison d’une supériorité supposée du club madrilène car elle ne me semble pas réelle, mais parce que tactiquement Mourinho aurait très certainement ridiculisé Ancelotti.

Analysons la réalité de la situation.

Le premier élément à prendre en compte – le tirage au sort aurait pu être différent, ça n’aurait rien changé sur ce point – est le calendrier. Après la trêve internationale qui va solliciter plusieurs de ses éléments très importants (notamment Matuidi), le PSG va avoir un mois d’avril totalement dingue (le premier match de la série est fin mars).

PSG-Montpellier (probablement le vendredi).
PSG-Barça (mardi).
Rennes-PSG (samedi… pendant ce temps le Barça pourra mettre une équipe B en Liga).
Barça-PSG (mercredi).
Troyes-PSG (a priori samedi).
ETG-PSG (CdF, le mercredi).
PSG-Nice (samedi ou dimanche).
ETG-PSG (le week-end suivant).

7 matchs en 30 ou 31 jours (6 en 23 ou 24 jours avant d’avoir enfin une semaine complète pour récupérer avant un 5e déplacement en 6 rencontres. Il faudrait avoir nettement augmenté l’avance sur l’OL avant d’aborder la double confrontation face au Barça afin de pouvoir envoyer une équipe composée de 10 ou 11 "remplaçants" à Rennes. Seulement, au PSG, les postes ne sont plus doublés depuis les départs conjugués de Nenê, Hoarau, Bodmer et Rabiot. Pour compléter le tableau, les blessures se dont nombreuses depuis l’arrivée du nouveau staff technique de 170 personnes environ. Avoir plus de préparateurs que de joueurs n’est pas forcément très efficace.

Comment les joueurs vont-ils pouvoir enchaîner autant de matchs importants ? Physiquement, mentalement, ce sera hyper difficile. Montpellier, Rennes et Nice jouent l’Europe, Troyes et ETG jouent le maintien, ces clubs ne lâcheront rien sauf si on les fait exploser, ce qui nécessite de la fraîcheur. En cas d’élimination face au Barça, la Coupe de France deviendra une priorité… mais il faudra la jouer avec des gars rincés. En revanche, si qualification il devait y avoir pour le dernier carré de la LdC, le match à Annecy en coupe deviendrait extrêmement complexe à aborder, les risques de se faire piéger seraient décuplés (décompression parisienne, fatigue, joueurs focalisés sur l’Europe, motivation des adversaires accrue de façon exponentielle).

Dans d’autres circonstances, avec un peu – trop ? – d’optimisme on aurait pu parler de 50/50, voire faire du PSG le favori. Le Barça vu lors du 8e de finale aller à Milan puis lors des 2 Clasicos enchaînés en quelques jours était faible, Messi hors du coup, les Catalans avaient été dominés tactiquement, ils n’avaient pas de plan B… Surtout, ils étaient complètement cramés physiquement. Pas simplement fatigués sur un match, les gars étaient carbo, sans jus, à sec, le réservoir était vide, on ne pouvait imaginer qu’ils retrouvent rapidement un niveau physique suffisant pour renverser la vapeur face aux Italiens. Sauver l’honneur semblait dans leurs cordes, mais pas mieux, et pourtant, grâce à un Messi retrouvé, à une bonne dose de réussite – car si M’baye Niang se montre un peu plus adroit devant le but lors de son duel face à Valdès et égalise à 1-1 au lieu de tirer sur le poteau quelques secondes avant le 2nd but de Messi, l’affaire est entendue – mais ESSENTIELLEMENT grâce à une débauche d’énergie impressionnante, la défaite 2-0 de l’aller a été oubliée grâce à une victoire 4-0… En voyant le match, je n’ai pu m’empêcher de me demander par quel miracle des mecs complètement à la ramasse 9 jours plus tôt ont pu retrouver l’intégralité de leurs capacités en si peu de temps. Que 2 ou 3 aient pu retrouver une assez bonne forme, OK, que les 11 aient pu être au taquet, exerçant un pressing de mutants, courant plus que leurs adversaires malgré une possession de balle infiniment supérieure, je n’y trouve aucune explication logique. Soit ils ont des méthodes mystérieuses, soit ce sont des cyborgs, je ne sais pas… Je n’accuse pas, je me contente de poser des questions.

3 jours après avoir demandé de l’aide sur FB pour essayer de comprendre – personne n’a trouvé d’argument convaincant pour me faire penser que ça puisse être naturel – et après avoir ironisé sur les probables choix ultra-défensifs d’Ancelotti au cas où le PSG devrait affronter le Barça… BINGO ! PSG-Barça !

Je vais procéder simplement en faisant 2 listes, celles des raisons de croire l’exploit possible et celle de ne pas y croire. Je ne suis pas pessimiste, juste réaliste. Si selon vous il manque des éléments, les commentaires sont ouverts.

Les éléments en défaveur du PSG.
-Zlatan devrait être – fort injustement – suspendu pour le match aller au Parc, sa présence physique et son efficacité risquent de manquer cruellement.
-Physiquement le Barça a retrouvé sa pleine mesure, sauf blessures d’ici 2 grosses semaines l’équipe type sera au complet et au taquet pour se rendre à Paris. J’ajoute que la LdC est le seul et unique objectif du Barça en cette fin de saison, le PSG ne peut lui se permettre de mettre une équipe B en championnats.
-Messi va être à fond, d’autant que son duel à distances avec Cristiano Ronaldo subsiste dans cette LdC après avoir chacun frôlé l’élimination.
-Le Barça va récupérer son entraîneur, Tito Vilanova, dont l'absence a énormément pesé ces derniers temps pendant qu’il se faisait soigner à New York pour son cancer.
-Les joueurs du Barça sont passés près de la cata en 8e, ils sont prévenus, seront beaucoup plus vigilants, on ne peut compter sur un quelconque effet de surprise ou complexe de supériorité.
-La tactique hyper défensive et assez calamiteuse d’abandon du ballon dont Ancelotti est friand va être légitimée par l’identité du club adverse, ça risque donc d’être une catastrophe, un blindage permanent. Si par miracle ça fonctionnait il aurait droit à des louanges pour avoir fait de l’anti-football avec un effectif et des moyens permettant de proposer autre chose.
-Les fois où il a volontairement ou non laissé le ballon à ses adversaires, par exemple à Porto, à Kiev ou dernièrement lors de la Grande Sarindade (en championnat), Sirigu a été extrêmement sollicité. Il n’avait pas Messi face à lui.
-Recevoir à l’aller interdit d’encaisser un but à l’aller, si ça se produit lors des premières minutes, on peut presque remballer, moralement le coup est très dur à encaisser, on devient obligé de l’emporter.
-On a vu que même une victoire 2-0 à domicile n’est pas une garantie, les Catalans ont fait le plein de confiance, si ça devait mal se passer pour eux à l’aller, ils sont assez en confiance pour rétablir la situation au retour. Un peu comme si Nadal avait été mené 2 manche à 0 par Fognini en 8e de finale de Roland Garros, que l’Italien avait gâché une balle de match… avant de se faire remonter et de concéder une quinzaine de jeu de suite (humiliation).
-Le PSG dispose désormais d’un effectif réduit et non homogène au niveau de la qualité individuelle, pas au point collectivement. En face, la plupart des joueurs se connaissent depuis des années, la machine est autrement huilée.
-Motta risque d’être de retour (très mauvaise nouvelle).
-Les latéraux parisiens ne sont pas de bons défenseurs, si Ancelotti s’obstine à titulariser Alex on peut craindre le pire face à la vivacité de Messi.
-Le public du Parc qui a permis tant de retournements de situation a bien changé depuis les épopées parisiennes des années 90 et ne devrait pas beaucoup aider, d’autant plus qu’à l’aller, l’influence du public n’est pas la même.

Les éléments positifs permettant d’y croire au moins un peu.
-Les joueurs n’ont aucun complexe à faire, une élimination serait vécue comme normale, ils ne sont pas favoris.
-Ayant déjà reçu le Barça en amical cet été, aucun Parisien ne devrait pas être trop impressionnés d’avoir Messi et compagnie face à eux (on se souvient du péno offert au Barça pour une simulation grotesque de Pedro).
-Les attaquants rapides du PSG (Lavezzi, Gameiro s’il joue, Lucas s’il est remis, Ménez s’il n’est pas snobé par Ancelotti) ont le profil pour causer de gros dégâts dans la défense assez médiocre du Barça.
-Le fait d’avoir rencontré Valence au tour précédent ainsi que l’équipe d’Espagne pour les internationaux Français (une semaine avant le match aller) aura pu familiariser l’équipe avec ce jeu fait de possession. Ça aura peut-être servi de répétitions.
-Zlatan aura faim au retour en retournant à Barcelone où il a vécu une saison contrastée (ceci dit, si l’aller s’est mal passé, ça ne servira à rien).
-Le PSG a les joueurs pour profiter des CPA offensifs (du moins c’était vrai il y a quelques semaines car hormis à Sochaux, ce n’est plus trop le cas). Encore faut-il s’en procurer.
-«En football, tout est possible.» (Arf.)

Il faudrait voir 2 fois le PSG du match à Valence affronter le Barça du match à Milan. J’ai peur de voir le PSG du match retour contre Valence affronter le Barça du match retour contre le Milan AC. L’hypothèse la plus réaliste compte tenu des facteurs énumérés ci-dessus est malheureusement la seconde. J’aimerais me tromper.

Pour l’aller ma compo idéale serait la suivante : Sirigu - Jallet, Thiago Silva, Sakho, Armand - Pastore, Chantôme, Matuidi, Maxwell - Lavezzi, Gameiro ou Ménez.
Bloquer leur côté droit autant que faire se peut (d’où Maxwell devant Armand), si on avait 2 Matuidi j’en mettrais bien un au marquage individuel sur Messi (en pratique mieux vaut éviter car Matuidi est top important dans son rôle habituel), avoir Chantôme et Matuidi au milieu car ils sont parfaitement capable de perturber du Xavi ou du Iniesta grâce à leur agressivité et leur "volume de jeu" tout en relançant bien vers les attaquants (Verratti se fait trop facilement passer), des mecs rapides devant, un meneur de jeu magique côté droit car dans le 4-4-2 c’est à droite qu’il a été le meilleur. Au retour, 4 joueurs offensifs car il faudra absolument marquer chez eux peu importe le résultat de l’aller.

De toute façon, contre le Barça, il faut réussir 2 énormes performances pour passer. L’idéal est de ne pas les rencontrer avant la finale où tout peut se jouer sur un coup de dés car il s’agit d’un match sec. Mais b*rdel, comment peut-on être joyeux de s’être ramassé le pire tirage possible ? Aucun joueur du Bayern, de la Juve et du Real ne souhaitait sincèrement jouer le Barça en quart… Sont-ils tous stupides ou entend-on beaucoup de gens inconscients exprimer leur joie de voir l’équipe n°1 au classement UEFA se dresser sur la route du PSG ? La bonne nouvelle est que sur les 7 éditions précédentes, les 3 dernières équipes qui ont réussi à sortir le Barça – souvent avec un coup de pouce arbitral non négligeable – ont toute au moins atteint la finale. Et pour cause de direz-vous, 3 fois le Barça a été sorti en demi-finales (il y a aussi eu une élimination par Liverpool en 8e en 2007). Pour rappel, les 3 autres fois le capitaine catalan a levé la "coupe aux grandes oreilles".

Pour que Thiago Silva en fasse de même à Wembley le 15 mai, il faudrait encore taper Federer et Djokovic après avoir renvoyé Ferrer puis Nadal chez eux[2]. Mouais… C’est pas fait !… Mais si l’espoir vous fait vivre, espérez, contrairement aux places pour le match, ça ne coûte rien !

Notes

[1] Bleu et rouge en catalan.

[2] Pour le PSG, il pourrait s’agir de la Liga des Champions si après Valence et le Barça la route vers le titre se terminait avec Malaga puis le Real… Bon, je n’y crois pas une seconde.