Les fameuses séries du 100m NL… On n’a pas attendu bien longtemps, le 50m, ça va vite. Avec 10 nageurs par série au lieu de 8 et des critères de qualification un peu moins permissifs qu’il y a quelques années, ça ressemble de moins en moins à de la guignolade, on perd moins de temps. C’est bien gentil de permettre à plein de pays minuscules d’être représentés mais on avait allègrement franchi les limites du ridicule en autorisant n’importe quelle fédération à envoyer 2 péquins nager le 100m. J’ai souvenir d’avoir suivi les séries de Rome en 2009, c’était interminable ! Ils étaient 206 à prendre le départ – et je ne vous parle même pas des DNS – de 22 séries ! Maintenant tout concurrent se présentant sur le plot de départ sait nager, pas forcément très vite (un seul a nagé en plus de 1’03, il y a 4 ans ils étaient 7, dont un en plus de 1’16), et on se limite semble-t-il à un seul par pays sauf s’ils au moins 2 ont réussi les minima A de la FINA (je n’ai pas vérifié mais ça me semble assez logique et correspondre à mes constatations). Cette fois, on a eu "seulement" 90 engagés (86 classés, 1 disqualifié, 3 DNS) et dans 9 séries.

En tant que champion de France surprise, William Meynard a gagné sa place, il avait la chance de pouvoir défendre ses chances 2 ans après avoir décroché une médaille de bronze assez inattendue dans cette épreuve. On n’en espèrait pas beaucoup compte tenu de sa performance très moyenne en série du relais 4x100m NL. L’autre Français devait être Yannick Agnel, mais faute de préparation suffisante il a laissé sa place, une place récupérée par l’homme en forme, Fabien Gilot. Pas au top lors de sa condition physique des sélections (il revenait de blessure), l’ancien de l’équipe de France de natation (avec Fred Bousquet) a été fabuleux en finale du relais, 46"90 lancé, il peut légitimement espérer se mêler à la lutte pour le podium.

Le Japonais Shinri Shioura a surpris quelques gros clients dans la première grosse série (48"52). James Magnussen était dans la suivante, il a claqué un petit 47"71 en relâchant et en mettant près d’une longueur aux suivants (un Polonais et Nikita Lobintsev ont fini à 8 dixièmes, suffisant pour réaliser le 2e et le 3e temps des séries). Et dire qu’il a nagé en 48"00 au départ du relais… Les Français étaient tous les 2 dans la dernière des 9 courses avec entre autres Nathan Adrian et Vladimir Morozov. Ce n’est pas allé vite du tout, les clients étaient très nombreux, tout le monde se surveillait en pensant que ça irait vite Meynard s’est fait piéger (19e en 49"59), Gilot a été rescapé, 14e en 49"07. L’un est presque passé, l’autre a presque été piégé.

Le champion de France n’est pas le seul éliminé surprise, on peut citer Marco di Carli (recordman d’Allemagne) et Norbert Trandafir (roumain médaillé de bronze européen l’an dernier).

Elles n’étaient que 26 à participer au 200m papillon. Cette épreuve est terrible physiquement, je me demande pourquoi l’Indienne et la Malgache qui ont nagé respectivement en un peu moins de 2’32 et en 2’40"51 ont décidé de participer à cette épreuve plutôt qu’à une autre…

Mireia Belmonte doit nager environ 1200 fois lors de ces championnats, elle était en duel avec Katinka Hosszu, elle a absolument voulu gagner, réalisant le meilleur temps des séries (2’07"21), elle aurait pu se contenter de 2’11 pour passer sans souci. Allez comprendre… Je n’ai été très attentif, j’ai vu les Chinoises prendre les 2 premières places de la dernières série, le reste m’a échappé, pardonnez-moi. Pour toutes les candidates à la finale ces séries ont dû être une sorte de formalité fatigante.

Le 200m 4 nages pour finir.

Laszlo Cseh n’aura pas à affronter Michael Phelps cette année. C’est sa chance. Il a bien assuré mais on s’y attendait. De notre côté on attendait surtout Jérémy Stavius dans le couloir mitoyen avec celui de Kosuke Hagino. Le Français est parti très vite en papillon, a semblé vouloir gérer en dos (où il a été doublé par Hagino), la brasse s’annonçait beaucoup plus difficile, il a pris cher dans cette 3e longueur et n’a pu revenir. 7e en 2’00"00… 12e provisoire avec une dernière série à suivre, celle des 2 Américains, Ryan Lochte et Conor Dwyer. Il y a eu du suspense. Lochte s’est promené, il est allé tranquillement doubler le Brésilien Thiago Pereira qui a fait toute la course en tête. Les Etats-Unis, le Brésil, le Japon, l’Australie et la Chine auront 2 représentants en demi-finales.

Stravius est presque passé… Il a été éliminé pour 1 centième (un Singapourien a fait 1’59"99, du 16e au 19e l’écart est à chaque fois le même, 1 centième de seconde)… Dans des circonstances habituelles cette situation serait frustrante mais à mon avis il s’agit d’un mal pour un bien, il lui reste le 4x200m, le 4x100m et le 50m dos, il a déjà nagé 5 fois, il a manqué de fraicheur ce matin et surtout lors de sa finale du 100m dos, si ça peut lui éviter de se cramer un peu plus avant des épreuves où il aura de réelles chances de médailles (ce qui n’était pas le cas de cette épreuve de 4 nages), tant mieux ! Ce centième est peut-être une bénédiction, l’avenir le dira. En attendant il va pouvoir souffler jusqu’à vendredi (et ne sera donc pas le 1er nageur français à être présent tous les jours lors de ChM).

Il semble que Missy Franklin a décidé de ne pas participer aux demi-finales du 50m dos – la Chinoise est allée beaucoup plus vite que son PB – pour se préserver en vue du 200m NL de ce soir. Souhaitons-lui de monter sur le podium… derrière nos Françaises.