Dans une des séries, côte à côte au centre du bassin, les 2 sœurs Campbell (Cate et Bronte) ont dominé leur série devant Jeanette Ottesen qui n’a pas voulu trop s’employer car elle a la finale du 50m papillon lors de la session de ce soir. Ranomi Kromowidjojo et Francesca Halsall ont remporté les 2 autres séries fortes. Avec près d’une seconde d’écart entre le temps de la 1ère et de la dernière qualifiée, on n’a perdu aucune tête d’affiche, c’était une formalité pour elles.

Au passage, on a revu Natalie Coughlin, elle s’est qualifiée, sa première médaille mondiale date de 2001, ça lui fait 30 ans… en consultant sa fiche j’ai été étonné du nombre de ses médailles obtenues en relais, elle est montée sur un total de 30 podiums olympiques et mondiaux en bassin de 50m dont "seulement" 12 pour les épreuves individuelles (respectivement 5 et 7 dont 2 d’or dans chaque compétition) contre pour 18 en relais (7 et 11, avec 1 et 5 titres). Comme quoi être membre de l’équipe des Etats-Unis aide bien à se forger un palmarès impressionnant.

On a enchaîné avec le 50m dos masculin. Camille Lacourt était dans la première bonne série, il était à côté de l’Espagnol Aschwin Wildeboer. Son départ a été mauvais mais il a été bon dans la nage, s’est détaché avec le local et a touché 2e (24"97). A noter que Ryosuke Irie n’a pas pris le départ.

Jérémy Stravius a nagé dans la série suivante, il est n’a pas eu le meilleur départ mais a ensuite été performant sans donner l’impression d’être à fond, victoire 24"79 sans vraiment forcer… Bien.

Pour finir, la série des 2 Américains, les 2 premiers du 100m dos. Matt Grevers et David Plummer ont été battu par le Brésilien Daniel Orzechowski (24"67), nettement détaché.

Les Français sont passés 3e et 7e, une formalité là aussi. La seule petite surprise est l’élimination de l’Italien Mirco Di Tora, médaillé aux ChE 2012.

Encore du 50m, le 50m brasse féminin. Une jeune amiénoise, Sarah Vaisse, a honoré sa première sélection, elle a eu du mal à finir et a terminé 8e de sa série en 32"74, soit le 40e temps… Elle n’a que 2 ans de moins qu’Anna Santamans, un record perso qui ne lui laissait aucune chance de passer (32"31… en reproduisant cette perf elle était 33e), mais on l’emmène. Quelqu’un peut l’expliquer ?

Bref. Ces séries n’ont pas été inintéressantes. Ça s’est passé en plusieurs temps.

Ruta Meilutyté a d’abord battu le record des championnats… 2 séries plus tard, Yuliya Efimova a battu le record du monde de Jessica Hardy qui nageait à côté d’elle. Je l’avais senti venir mais je n’ai pas allumé l’enregistrement tout de suite. Arf. Ça s’est joué à 2 centièmes de seconde (29"78 contre 29"80), c’était totalement imprévu, elle n’a pas du tout fait exprès. Dans l’affaire, elle a gagné un contrôle antidopage (comme pour tout record du monde). A noter que les records nationaux ont été très nombreux lors de ces différentes séries.

Passer du 50m au 1500m NL… ça endort ! Ce n’est plus tout à fait le même rythme.

Le seul Français qualifié, Enzo Vial-Collet, qui a déjà participé au 5km en eau libre (29e), a nagé dans la 2e série, celle de Connor Jaeger et Oussama Mellouli (titré et médaillé lors des 2 épreuves en eau libre la semaine dernière). Un Japonais a voulu partir tout de suite mais a offert sa vague à Jaeger… Pas bien malin le garçon ! Pendant ce temps, le Tunisien a cherché à se servir de celle de l’Américaine et le Français celle du concurrent au couloir 9 (il était au 8) mais a craqué rapidement. La Nippon est resté seul en tête pendant 700 mètres, Jaeger a alors accéléré pour prendre les commandes et s’envoler vers une victoire dans un temps suffisant pour se qualifier. Les autres en resteront tous là, ils avaient le désavantage de ne pas connaître le temps nécessaire pour atteindre la finale, contrairement aux nageurs des 2 dernières séries.

Le Français de 20 ans a terminé en 15’23"92, à environ 4 secondes de son meilleur temps réalisé l’après-midi aux Championnats de France. Il a fini près de 30 secondes après l’Américain.^^

La 2e série n’a commencé à se décanter qu’au bout d’environ 500m, Ryan Cochrane a commencé à se détacher, jusqu’alors ils étaient jusqu’à 5 à nager sensiblement à la même hauteur. Isolé sur une ligne extérieure, Pal Joensen a fait sa course, Jordan Harrison a quant à lui essayé de surfer sur la vague du Canadien pour rester au contact (entre 1 et 2 secondes). L’Islandais a eu du mal à tenir le rythme, l’Australien a lâché prise plus tard, dans les 400 derniers mètres, mais a fini plus difficilement, il s’est fait doubler dans l’avant-dernière longueur, sans conséquence. Le 4e aussi a obtenu sa place en finale.

Dernière course. Yang Sun (ou Sun Yang) a tout de suite pris les devants, il se baladait une à 2 longueurs devant Gregorio Paltrinieri et Michael McBroom (dans cet ordre ou dans l’autre selon les moments, ils nageaient dans des lignes d’eau contiguës. L’Italien et l’Américain ont commencé à se rapprocher du Chinois à partir de la 12e ou 13e longueur, surtout Paltrinieri qui s’est même dépouiller pour réussir à recoller au kilomètre, McBroom restant plus sage. Le champion d’Europe 2012 en grand comme en petit bassin concédait un mètre au Chinois à presque chaque virage, la différence de niveau dans les coulées était terrible. Le champion du 400 et du 800m NL qui vise le triplé a uniquement mis en marche – avec les jambes – dans les 100 derniers mètres histoire de montrer qui c’est Raoul… Une mine. 14’54"65, meilleur temps assez tranquillement, s’il en a envie il battra le record du monde dimanche. Il est intouchable. N’allez pas chercher plus loin le meilleur nageur de Barcelone 2013[1].

Surprise, Mellouli a été éliminé, il n’a réalisé que le 11e temps en presque 15’08, le dernier qualifié a fait 15’00"48.

Avec un grand favori (Florent Manaudou) et 2 jokers (Fred Bousquet et Mélanie Henique), l’équipe de France a de quoi relancer la dynamique après la journée blanche de vendredi.

Notes

[1] En espérant qu’il s’agisse d’un phénomène naturel.