Un important dégât des eaux va obliger à reporter la demi-finale de Coupe de France. Le club ne communiquera pas avant mercredi après-midi, c’est-à-dire une fois la situation et ses implications totalement évalués, néanmoins, de sources internes au club, on se dit optimiste. Un retour à la normale devrait être possible à temps pour le quart de finale aller de Ligue des Champions. Il faudra sans doute deux petites semaines pour remettre en état les vestiaires et faire disparaître les odeurs qui ont envahi l’enceinte. Par chance, un seul match devrait être impacté car le calendrier prévoit un déplacement à Marseille dimanche puis la finale de la Coupe de la Ligue au Stade de France le samedi suivant.

La cause du sinistre est assez incroyable : l’évacuation des douches des vestiaires s’est retrouvée bouchée. On y a essentiellement trouvé de longs cheveux qui, à force de s’accumuler dans les canalisations, ont formé un véritable bouchon et provoqué une inondation. Zlatan Ibrahimovic, David Luiz et Adrien Rabiot sont probablement en partie responsable de la chose, mais la coïncidence ne laisse pas de place au doute. Les longs cheveux des Parisiennes et des Ecossaises de Glasgow sont directement à l’origine de l’incident.

Au moins, les Parisiennes ont obtenu leur qualification grâce à une belle victoire 5-0 (csc de Lappin - nom magique ! - puis doublé de Marie-Laure Delie, buts de Sabrina Delannoy et Kenza Dali sur penalty).

A l'aller, le PSG avait déjà gagné 2-0 à Glasgow grâce à la jeune Anissa Lahmari et à Kheira Hamraoui. Il faudra sortir Wolfsburg pour se qualifier pour la première finale européenne du club au XXIe siècle.

L’obstruction du conduit d’évacuation des eaux usées n’est pas un problème s’il n’y a pas d’eau à évacuer. Malheureusement, dans ce type de situations, un ennui ne vient jamais seul. Un robinet probablement ouvert samedi après le match par un agent d’entretien a continué à couler jusqu’à la découverte du sinistre lundi matin. En temps normal, il aurait juste gâché de l’eau, elle serait partie dans les égouts. Cette fois, l’eau s’est accumulée et a envahi progressivement l’étage des vestiaires avec toutes les conséquences habituelles d’une inondation. Les cloisons, le réseau électrique, le mobilier… Tout en a pris un sacré coup. Sans parler des saletés et des odeurs remontées des canalisations.

La priorité a été de déboucher les canalisations, d’évacuer l’eau et de sécher au maximum tout ce qui a été détrempé, il faudra ensuite nettoyer, retirer le matériel et les matériaux détériorés, contrôler et probablement remplacer une partie de l’installation électrique.

Au PSG, le calendrier de l’équipe première est chargé, celui des services techniques l’est tout autant !