Les ceintures en jeu ? OSEF, il y en avait des 2 côtés.
L’enjeu réel ? Mayweather voulait rester invaincu en ajoutant à son palmarès une victoire sur Pacquiao, immense champion qu’il a toujours craint et jalousé. Le Philippin est adoré par le public en raison de son style, de sa simplicité et de sa proximité avec le peuple. Ces deux hommes sont carrément des caricatures. D’un côté, vous avez le bad boy qui prend plaisir à afficher sa fortune, qui a fait de la prison pour violences domestiques, qui se considère ouvertement comme le plus grand de tous les temps. De l’autre, vous avez le petit gars qui fait la fierté de son pays, où s’implique politiquement (il y est sénateur), qui ne gâche pas une opportunité de rappeler sa foi, qui se bat pour ses fans (pendant la pesée il a même remercié Mayweather d’avoir finalement accepté d’offrir ce combat au public), affiche des valeurs nobles (humilité, respect, simplicité, combativité)… Même si, étant trop à fond dans ses valeurs, il frise souvent l’extrémisme.

Les deux sont hyper riches, un seul attire la sympathie. C’est vrai à la fois sur et hors du ring.

Je n’ai même pas envie de commenter tout ce qui s’est passé avant le combat, tout le business, le show. On a atteint des niveaux encore jamais approchés en termes de revenus, de bourses, le prix du PPV aux Etats-Unis était prohibitif. Pourtant, des millions de gens ont craché leur oseille pour le voir, quitte à se priver d’autre chose. Il faut dire que Showtime et HBO, les gros concurrents sur le marché de la boxe aux Etats-Unis, ont fait des efforts pour organiser ensemble la soirée. D’où la présence de leurs deux ring announcers.

Intéressons-nous uniquement à ce combat.

Tout a été raté. Si massacrer l'hymne national était un crime fédéral, je crois que 90% des "artistes" américains du monde de la chanson seraient en prison. Jamie Foxx s’est ridiculisé avec sa version dégueulasse de The Star-Spangled Banner. C’est une maladie américaine.

Les entrées des boxeurs ont manqué de fantaisie, de créativité, c’était plat.

Même Michael Buffer était en-dessous. Le plus mythiques des ring announcers avait la voix cassée.

Les détenteurs des droits ont essayé de boucler un maximum la diffusion, y compris en replay… La première partie va jusqu’au 4e round (avec toute la présentation), la seconde jusqu’à la fin (avec l’annonce de la décision et les interviews). Pour ce qui est de la qualité de l’image, j’ai fait ce que j’ai pu, c’est très correct.
Le mot de passe ? J’ai choisi le mot le plus approprié : arnaque…


''Update" : mon compte Vimeo a été effacé... mais j'ai retrouvé la vidéo en SUPER qualité postée par un Japonais semble-t-il... Si vous avez du temps à perdre...


Si vous avez visionné le combat avec ces commentaires et ces incrustations de statistiques (qui n’étaient pas dans le signal international diffusé en France sur… MCS, Ma Chaîne Sport), vous l’avez constaté, il y a un certain parti-pris, on veut nous faire croire que Mayweather a facilement dominé, limite qu’il s’est promené. Les stats comme celle du nombre de coups donnés sont aussi débiles que le nombre de passes en football. Peut-on comparer un jab sans puissance à but seulement défensif à un énorme crochet du gauche en plein dans le nez ? L’attitude des boxeurs peut-elle être omise dans le jugement d’un combat ? Non.

Le déroulement du combat.

Plus grand, avec une allonge nettement supérieure, Mayweather partait avec un net avantage, surtout pour défendre. Ceci explique sans doute pourquoi "Pacman" a été trop passif lors de la première reprise, remportée par l’Américain uniquement pour cette raison, car il était lui aussi essentiellement dans l’observation. Il a mis un seul vrai coup. D’ailleurs le réalisateur n’a rien trouvé à diffuser au ralenti pendant la minute de pause.

Lors des dernières secondes du premier round, on a eu un aperçu de la suite, Pacquiao s’est mis à avancer, Mayweather a commencé son petit jeu consistant à fuir et à s’accrocher quand il ne pouvait éviter le corps-à-corps. Je ne vois pas ce que le Philippin a eu à envier à son adversaire lors de la 2e reprise, il a avancé, a coincé son adversaire dans les cordes en quelques occasions, ce dernier s’est contenté encore de quelques remises peu efficaces, accrochages et esquives, toujours sans attaquer.

Mayweather a débuté le 3e round en étant nettement plus précis, il se déplaçait bien et touchait presque à chaque fois qu’il essayait, c’est-à-dire une fois de temps en temps… dont une sous la ceinture. Pendant une petite minute, il a fait de la belle boxe de styliste. Ça n’a pas duré. "Pacman" a alors réagi, il est allé au charbon, ses enchaînements ont fait reculer l’Américain, obligé de s’accrocher à lui comme une moule à son rocher afin de se pas subir de véritables déferlantes. L’arbitre aurait pu sévir, il ne l’a jamais fait au cours du combat malgré les réactions du public. Cette stratégie a payé, elle a ralenti le rythme, a empêché Manny de développer sa boxe, quelques coups ayant permis de le repousser. Un échange de crochets a mis un terme à ce 3e douzième du match. Pour ne pas laisser ce round à Mayweather, il aurait fallu complètement lâcher la bride, prendre tous les risques. Au moins, on a vu un peu de boxe au cours de ces 3 minutes.

Pacquiao a clairement dominé la 4e reprise. Plus agressif, il n’a pas attaqué n’importe comment, mais a su imposer sa boxe à base de séries. "Money" a subi sans réagir, une énorme mandale – un bon direct du bras arrière, en l’occurrence le gauche – reçue à environ 1’25 de la fin l’a sérieusement mis en difficultés, l’obligeant à rester dans les cordes en tentant de serrer ses mains pour protéger son visage et son menton. Une avalanche de coups s’est abattue sur lui, pas tous précis, c’est vrai, mais pour ce round, c’était déjà plié, à moins d’un knock-down, Mayweather ne pouvait plus le remporter. Le Philippin a remis ça en version plus soft, l’Américain a fait son beau avec une moue et un signe de tête pour faire comme s’il n’avait rien reçu… et s’est mangé une belle droite en réponse. Pour finir, on est reparti sur un schéma provoc façon styliste qui tente de mettre un gros coup de temps en temps et de s’accrocher quand il se fait agresser. Juste avant la cloche, Manny a signé un joli crochet droit en pleine tête.

Mayweather était obligé de réagir dès le début du 5e après avoir été nettement dominé, il devait absolument interrompre la dynamique favorable dans laquelle venait d’entrer "Pacman". Il a tout fait pour empêcher son adversaire de le toucher, d’abord en faisant mine d’avancer, essentiellement en utilisant son jab et en n’hésitant pas à bousculer – au sens propre – son adversaire (telles étaient les consignes de son entraîneur et père me semble-t-il), ensuite en reculant tout en cherchant à profiter de la moindre occasion de contrer. Au bout d’une grosse minute, il a réussi à toucher et à enchaîner 3 coups. Pacquiao lui a répondu avec un grand sourire. Se sachant en avance, l’Américain a pu gérer tranquillement la fin de la reprise en installant sa boxe défensive. Il a quasiment couru un 800 mètres…

Incapable d’attaquer lors du 5e round face à un adversaire fuyant ayant su tirer profit tactiquement de son allonge supérieure, le Philippin était à son tour obligé de réagir. Il n’avait pas le choix, il lui fallait être très actif, prendre de gros risques en multipliant les coups quitte à se faire contrer. Au bout de 20 secondes de face à face pour savoir qui allait prendre l’initiative, Manny est allé au charbon, les coups sont partis, d’abord dans la garde de Maweather, mais la dynamique du round était lancée. Celui que j’appelle "l’épicier" a passé son temps à prendre la fuite et à s’accrocher dès qu’il était en difficulté. Des coups, il en a pris. Après environ 1’40, suite à une gauche ayant eu pour effet de le faire reculer dans les cordes, l’Américain s’est de nouveau mangé les séries déjà vue au cours de la 4e reprise… et a refait le même cinéma en faisant mine de n’avoir rien senti. Ceci plusieurs fois. Certains coups sont arrivés dans les gants ou les bras, néanmoins beaucoup ont touché au corps ou même à la tête. Son jab lui a permis de moins subir jusqu’à la cloche. Il n’y a pas eu photo lors de ces 3 minutes.

Après 6 des 12 reprises, donc à la mi-combat, le score était incertain. Mayweather en avait clairement remporté 3 (le 1er, le 3e et le 5e) grâce au manque d’activité de Pacquiao, en partie provoquée par sa défense. Le Philippin est sorti nettement vainqueur du 4e et du 6e en se montrant très agressif, offensif. L’interrogation concernait le 2e. Je l’aurais donné nul si c’était possible, on peut l’attribuer à l’un ou l’autre.

S’étant fait engueuler par son père pendant la minute passée dans son coin, Mayweather a changé de tactique dès le début du 7e round, on l’a vu avancer et jouer du jab pour balancer des coups de très loin avec le bras arrière. Et là, surprise, c’est devenu de l’escrime (j’avance et je fais de petits pas pour essayer de piquer puis je m’échappe en faisant de grands pas en arrière), soit un style pas du tout favorable au Philippin. En escrime, l’allonge est un énorme avantage. Qui plus est, l’Américain maîtrise mieux ce style, il a donc donné l’impression de contrôler les débats. Pourtant, il en a pris quelques très belles dans le museau et a encore dû plusieurs fois s’accrocher. Dans la mesure où tout le monde s’attend à voir Pacquiao enchaîner des séries, ce qu’il n’a jamais pu faire lors de cette reprise, les juges ont probablement donné 10-9 en faveur de son adversaire. Mais en direct, difficile à dire, car il me semble impossible de juger ces 3 minutes de boxe autrement qu’en faisant parler un ressenti très personnel (en fonction de la conception qu’on a de la boxe, de l’impression laissée par les touches, les esquives, le comportement de chacun, etc.).

Le 8e a débuté sur de bonnes bases pour Pacquiao, seul des deux hommes à tenter de mettre des coups. Il touchait, avec un véritable impact de surcroît. Bien sûr, on aurait préféré des rafales. De temps en temps l’Américain esquivait avec emphase pour tromper son monde en donnant l’apparence d’un gars parfaitement dans la maîtrise. En réalité, il n’était absolument pas sûr de lui, on le sentait douter (ce que remarquaient aussi les commentateurs français), notamment sur la tactique à adopter. Un cador ayant une si haute opinion de lui-même aurait réagi autrement dans une situation de confiance absolue. Il a ressorti son arme favorite, son jab, histoire d’essayer d’inverser la tendance. Sans succès. Placer 2 petits contres et 2 crochets du gauche lors de la seconde moitié de la reprise ne suffisait pas. Surtout en montrant l’attitude d’un mec qui pense avant tout à refuser le combat en faisant le tour du ring en sprint. Mayweather a évidemment perdu ce round, j’en veux pour preuve la réaction de son père lors de la minute de pause. Au lieu de juger le spectacle se déroulant devant leurs yeux, les commentateurs du PPV n’ont pas arrêté de palabrer à partir de ce qu’ils n’avaient pas vu mais prévu. En gros, selon eux, pour être devant, "Pacman" devait impérativement envoyer au minimum 3 fois plus de coups que "Money", sans quoi il perdait. Même si en ne boxant pas dans son style habituel il parvenait à toucher plus souvent et plus violemment en subissant très peu de coups nets.

La comptabilisation des jabs moisis de l’Américain fausse la donne. Leur finalité la plupart du temps purement défensive[1] aurait dû leur valoir un traitement particulier, séparé de celui des coups d’attaque. Tout mettre dans la même catégorie faisait évidemment pencher la balance dans le sens inverse de la réalité du ring, d’autant que Pacquiao n’avait aucune raison d’abuser du jab, son intérêt étant de réduire la distance, pas de la maintenir – ce à quoi il sert le plus souvent – et à donner d’opportunités supplémentaires à Mayweather de le contrer.

Notons tout de même qu’un contre reçu dans l’épaule a pu jouer un rôle important car, d’après ce qui a été dit après la rencontre, Pacquiao était blessé à l’épaule ces derniers temps. Si sa blessure s’est réveillée pendant le combat, ce coup a peut-être contribué à le handicaper.

La 9e reprise a débuté de façon très brouillonne, le Philippin était probablement devant grâce à une entame un peu plus convaincante mais il a ralenti, Mayweather s’est alors montré plus efficace ou du moins plus précis. "Pacman" aurait pris l’avantage en mettant plus de rythme, il a ré-accéléré seulement lors des 30 dernières secondes, c’était trop tard.

Dernier quart du combat. Lors du 10e round l’Américain a voulu esquiver et fuir. Pacquiao a avancé sans se jeter, d’où un nombre de coups limité, la plupart des plus puissants et des plus nets (dont quelques courtes séries) étant à mettre à son crédit, même s’il a pris quelques contres.

A ce stade, Mayweather se sentait derrière au pointage. Il avait au minimum un doute, sinon pourquoi se serait-il rué à l’attaque d’entrée de 11e reprise ? Et en voyant ça, vous mesurez à quel point il se fout du monde. S’il est capable d’envoyer ce genre de coups, pourquoi ne pas le faire plus tôt au lieu de passer son temps à défendre ? Il y a eu un peu de véritable baston, les 2 boxeurs ont appuyé leurs frappes à défaut de les multiplier. Attention, je vous rassure, "l’épicier" a retrouvé certains de ses réflexes, son attitude offensive s’est limitée à des séquences, il a agi ainsi par intermittence. Surtout, il a mieux fini en mettant quelques coups bien marquants – en faisant parler son coup d’œil, une de ses principales qualités – et bien mis en évidence par son langage corporel. Pacquiao aurait dû se montrer plus actif au lieu d’entrer dans le jeu de son adversaire.

Dernier round. On aurait dit qu’il s’agissait du premier tant les deux hommes ont passé de temps à s’observer. Un coup à la fois, plus ou moins précis, parfois contré. Mayweather a terminé par une grosse minute de course à pied et de danse du ventre pour finalement lever le poing avant la cloche. Il a donc fait son beau sans rien avoir fait pour justifier ce comportement. Que voulez-vous retenir de ces 3 minutes, hormis le néant ?

La décision.

Selon ma propre carte Mayweather remporte la 1er, la 3e, la 5e, la 9e et la 11e reprises. Pacquiao la 4e, la 6e, la 8e et la 10e, ainsi que la 7e qui, je le reconnais, peut aller dans les 2 sens. Enfin, je donne nulles la 2e et la 12e. 114-114, éventuellement 115-113 en faveur de Mayweather, au maximum 116-112 si tous les rounds tangents lui sont attribués, mais pas plus. A moins d’être vraiment malhonnête, incompétent ou de juger le combat en fonction de ce qui en avait été dit avant. Comme si en basket, le consultant qui commente le match vous disait qu’une équipe ne méritait pas de gagner car aucune de ses "clés de la rencontre" (par exemple limiter l’autre à moins de 80 points, obtenir au moins 24 LF et perdre moins de 8 ballons) ne s’est vérifiée.

116-112 correspond à la configuration où le juge considère que le champion reste champion car son adversaire n’en a pas fait assez pour lui prendre sa ceinture. En l’occurrence, il y avait plusieurs ceintures dont une détenue par le Philippin, c’est le fait d’être invaincu qui offrait à l’Américain un statut particulier (d’où, aussi, des bourses inégales). Pacquiao faisait donc office de challenger aux yeux des juges. Du moins, j’analyse la chose ainsi après avoir vu en direct et visionné une seconde fois ce choc en toc qui aurait mérité de se terminer par un match nul… en raison de sa nullité.

2 des 3 juges ont donné 116-112, le dernier 118-110. Il devrait immédiatement mettre un terme à sa carrière en rendant sa licence et en présentant ses excuses publiques au monde.

Analyse.

:!: Attention, maintenant, je me lâche. :-E :rouge:

Nous nous sommes tous bien fait bais*r. Tant pis pour la boxe, tant mieux pour le banquier de Mayweather. Pacquiao aussi a pris beaucoup d’argent (moins). Ils sont un certain nombre à avoir profité de l’occasion pour ce remplir les poches. A partir du moment où les gens sont prêts à payer, ils ont tous eu raison de ramasser les billets. Néanmoins, dans cette histoire, le véritable responsable de cet entubage massif est bel est bien Mayweather.

Qui a empêché le public d’en avoir pour son argent ? Pacquiao ? Non. Il a essayé, peut-être pas assez selon certains. Par moment, il a manqué d’activité, on ne peut le nier. Surtout, ses coups n’ont pas fait assez mal. La blessure évoquée après le combat en est-elle la cause ? Rappelons tout de même quelques données : le Philippin est nettement plus petit, a moins d’allonge, moins de puissance, il a tout de même débuté en poids mouche (à moins de 50,9kg) alors que le combat était cette fois en poids welters (ou mi-moyen, moins de 66,7kg). Surtout, il a perdu en explosivité avec le temps, ses meilleures années sont derrière lui.

Les organisateurs ont fait leur taf d’organisation (même si de mon point de vue, pour ce qui se prétend être le combat du siècle, le MGM Grand de Las Vegas est trop petit, il faudrait un stade), les opérateurs qui diffusaient le combat dans le monde entier ont à peu près bien mené leur barque même s’il a fallu retarder le début pour leur permettre de traiter toutes les demandes de PPV.

Non, le seul fautif est bel et bien "l’épicier", Floyd "petite money" Maywather. 3 hypothèses :
1. ce type est un arnaqueur…
2. ce type est une arnaque…
3. ce type n’est pas un type, faute d’attributs masculins.

Je développe.

  • Serait-il un arnaqueur ?

Vous prétendez être la vedette et le grand triomphateur du «combat du siècle»… mais vous vous permettez de boxer à l’économie, en vous contentant de quelques mimiques, provocations verbales et esquives de coureurs de 800 mètres. Les gens voulaient voir un COMBAT, pas un mauvais épisode de Danse avec les stars ! Tout miser sur sa défense est une tactique n’ayant rien de déshonorant… si on n’a pas les moyens d’attaquer. Comme en football. Quand Jean Fernandez blindait en 5-4-1 avec Nancy, tout le monde s’emmerdait profondément, il avait des résultats supérieurs à la valeur de son équipe, on ne pouvait rien dire. Quand Mourinho blindait avec le Real Madrid, il a énervé tout le monde et s’est finalement pris un coup de chausson, parce qu’il avait tout pour proposer autre chose plus en rapport avec les talents offensifs à sa disposition.

S’il est capable de faire mieux, de vraiment dominer un Pacquiao sur la pente descendante, pourquoi ne pas l’avoir montré ? Faire payer si cher au public donne des devoirs, en particulier celui de se donner à fond. En catch, tout est écrit à l'avance, mais qu'au moins les mecs y vont avec le cœur, ils se mettent réellement en danger, n’hésitent pas à risquer les blessures pour faire ressentir des émotions au public. Alors qu'en boxe, la plus grande superstar recule devant la baston. J'allais presque oublier que Maywather a fait Wrestlemania une fois ! Contre le Big Show (un géant). Donc je retire ce que j'ai dit sur le catch, du moins en partie : il n’avait rien branlé ni pris le moindre risque, dans mes souvenirs il l’emportait grâce à un coup de poing américain sorti dans le dos de l’arbitre et était déjà dans la peau de "Money", le petit prétentieux avide d’argent.

De mon point de vue – manifestement partagé par beaucoup de monde – encaisser plus de 150 millions de dollars pour disputer un combat de boxe et, une fois sur le ring, refuser d’aller au charbon, c’est se rendre coupable d’une gigantesque arnaque. Il s’agit d’un manque de respect pour le public et pour le sport auquel il doit tout.

Que la salle soit belle, le service raffiné et le menu hors de prix ne suffit pas pour qu’un restaurant mérite 3 étoiles. Si le chef sert une soupe fade semblant sortir tout droit d’une boîte de conserve, la supercherie ne tiendra qu’un temps. Mayweather a fait raquer des centaines de millions de personnes pour du sous-vide fabriqué en usine bien présenté avec service en porcelaine, argenterie et maître d’hôtel sapé dans une tenue coûtant une blinde. Cette analogie m’amène à la question suivante.

  • Serait-il lui-même l’arnaque ?

Pour l’accuser d’avoir monté une gigantesque arnaque, je suppose qu’il est capable de proposer autre chose quand il monte sur le ring (ou, pour poursuivre mon analogie du chef 3 étoiles, est-il réellement un bon cuisinier ?). Et si, en réalité, ce n’était pas le cas ? Son bilan de 48 victoires pour aucune défaite est assez ronflant. Est-il pour autant révélateur d’un niveau fabuleux ? Peut-être pas. Peut-être est-il lui-même l’arnaque, une fausse légende. Ou alors un boxeur limité, incapable de s’en sortir autrement que dans son style hyper défensif que sur le coup j’ai qualifié d’anti-boxe. La boxe, c’est toucher sans être touché. C’est un sport de combat. Pour lui, c’est un sport d’endurance qui consiste essentiellement à éviter d’être touché en donnant l’illusion de dominer. J’ai le sentiment de l’avoir vu faire autre chose à une époque. Ses qualités ses seraient-elles envolées avec l’âge (il a 39 ans) ? A-t-il changé de mentalité en sentant la fin de sa carrière arriver et en comprenant qu’il n’est plus le boxeur rayonnant d’il y a quelques années ?

On dit qu’avec l’âge, les sportifs perdent en explosivité mais progressent en endurance. Un gars qui court pendant 12 fois 3 minutes a besoin d’endurance. Il a remporté seulement 2 de ses 13 derniers matchs – j’ai du mal à parler de combats – avant la limite. Qui peut se prévaloir du statut de légende de la boxe en mettant si peu d’adversaires KO ? Sans même aller à la baston. Sans avoir de véritable style. Parce que si tu as un vrai style, tu dois l’assumer jusqu’au bout. Y compris si c’est un style de fanfaron. A moins que mettre KO Victor Ortiz en frappant par surprise pendant une intervention de l’arbitre soit un style… Si on met de côté de KO honteux, c’est 1 sur 13 avant la limite.

Si on regarde la liste de ses succès, on trouve quelques cadors ou supposés cadors dont certains en fin de carrière à l’image d’Oscar De La Hoya ou même de Manny Pacquiao. Quand il a rencontré les mêmes adversaires que le Philippin, il a eu beaucoup plus de mal à les vaincre, hormis Juan Manuel Marquez, qui a mis KO "Pacman" fin 2012 après avoir perdu un combat injustement en 2011 (entre-temps, Pacquiao a été volé face à Bradley)… qui avait dû perdre pas mal de poids pour descendre dans la catégorie de Mayweather, qui s’est arrangé pour être plus lourd que lui sans être pénalisé.

En outre, si on s’intéresse aux scoring cards, on trouve trop souvent 0 à 4 points d’écart. Traduction, il perd beaucoup de rounds pour un boxeur censé survoler la concurrence.

  • Mayweather n’a rien sous la coquille.

Il se dit plus grand que Mohamed Ali. Peut-on comparer un boxeur qui avait avant tout des c*uilles à un boxeur... qui les range au coffre-fort avant de monter sur le ring ? Je ne pense pas. L’attitude de Mayweather est déplorable. Je n’évoque pas ici son comportement, sa façon de montrer son argent, son manque d’humilité ou autre. Ce qui heurte ma sensibilité d’amateur de sport et en l’occurrence de fan de boxe est vraiment la peur qui se dégage de lui. Il semble vraiment avoir la trouille. Outre l’hypothèse de l’âge, de la perte de ses qualités de boxeur, sans doute faut-il soulever une autre explication possible, voire probable, le poids de l’invincibilité… S’il devait finalement être battu avant de raccrocher les gants, que resterait-il de lui ? Le souvenir d’un combat de légende ? Non. Ou même d’un KO de légende ? Même pas. Le souvenir d’un style si particulier provoquant adoration ou rejet ? Pas plus. Il est à des années-lumière d’un Mohamed Ali, d’un Mike Tyson, d’un Sugar Ray Robinson, d’un Sugar Ray Leonard, et j’en passe une foule d’autres.

Même Prince Naseem Hamed laissera une trace plus évidente dans l’histoire de la boxe, dont il a été un des plus grands showmen. Il assumait totalement son personnage fanfaron, outrancier… tout en assurant sur le ring (une seule défaite en 37 combats, 31 KO, très longtemps champion du monde). J’ai presque envie de dire qu’il ne respectait rien, sauf le public, à qui il proposait un spectacle incroyable.

Mayweather n’existe que grâce à 3 éléments : son palmarès (moins beau que celui de Pacquiao, champion du monde dans 8 catégories de poids différentes), son invincibilité et… son pognon. Le voir obligé de trainer avec Justin Bieber pour faire parler de lui provoquerait presque de la pitié. Perdre serait terrible pour lui car s’évanouirait son principal fait d’arme. Sans compter l’énorme bonus financier qui lui échapperait[2].

J’y vois la raison du refus de l’obstacle et sa politique du moindre effort. Il a longtemps refusé de combattre Manny, utilisant des tas de prétextes pour l’éviter il y a 5 ans. A l’époque, ça n’aurait pas fait un pli, l’Américain se serait fait botter les fesses. Du coup il a fait trainer pour finalement accepter d’affronter un adversaire diminué par le poids des ans et le KO subi contre Marquez. Comme ça il a pu créer l’attente et donc générer énormément d’engouement – donc d’argent – en organisant finalement ce duel. Les fois où il pourrait finir avant la limite, il n’essaie même pas, de peur de prendre des coups en se découvrant. Ça sautait aux yeux lors de certaines de ses dernières sorties. Il n’a pas l’âme d’un guerrier, sa seule obsession est de sauver ses miches. Un grand boxeur doit avoir envie de faire mal à l’autre tout en acceptant l’idée de pouvoir aussi prendre des coups de temps en temps. 48-0, on dirait la stat du nombre de tours de ring effectués en l’espace de 12 rounds… Non, en fait on doit frôler les 70 tours. Pour être un véritable guerrier, il faut de la férocité, savoir faire ressortir son côté sauvage, pas seulement son instinct naturel de préservation.

Au lieu d’assister à une arnaque, je pense que tout le monde aurait préféré un braquage, car au moins, un braquage comporte une certaine part de violence. Mayweather a une technique et une tactique d’arnaqueur. Ortiz vous dira qu’il est aussi capable de réussir des braquages…

En réalité, gagner pour gagner n’a pas grand intérêt. Sauf si on considère que la vie est faite de statistiques. Aux Etats-Unis, en sport, on apporte beaucoup trop d’importances au stats au détriment des émotions, on veut tout chiffrer. Les stats devraient toujours rester de simples compléments. 48-0, désolé, mais en soi, ça ne veut strictement rien dire.

Mayweather sort-il grandi de ce combat qui n’en était pas un ? Il en sort seulement plus riche. Une fois de plus, il est passé à côté de l’occasion d’obtenir quelque chose de beaucoup plus important qu’une 48e victoire, à savoir le respect et l’admiration du grand public. "Pacman" est et restera le champion du peuple. S’il a combattu blessé, c’est encore plus fort, car ça signifierait qu’il n’a pas voulu décevoir le public qui espérait tant la tenue de l’événement.

Serrer les dents et faire de son mieux, ne pas reculer devant la difficulté… En voilà une leçon de boxe. C’est la seule du jour. Adressée par Manny à celui qui à vaincre sans péril, se complait à triompher sans gloire.

Notes

[1] Il y a plusieurs sortes de jab, certains servent à préparer des attaques, d’autres simplement à repousser l’adversaire.

[2] Son contrat avec Showtime prévoit une énoooorme prime s’il reste invaincu jusqu’à la fin du contrat qui les lie… et prévoit encore un dernier combat.