Commençons par le top de cette soirée, un concours historique. Qui aurait pu être le plus grand concours de l’histoire du triple saut, un des 2 ou 3 plus grands concours toutes disciplines de l’athlétisme confondues (derrière Lewis vs Powell, la longueur des ChM en 1991). Ils étaient 9 engagés, les 3 derniers étaient, dans cet ordre, Pedro Pablo Pichardo, Christian Taylor et Teddy Tamgho, respectivement médaillé d’argent, 4e et champion lors des derniers Mondiaux à Moscou, déjà au terme d’un concours phénoménal. Et Taylor était champion du monde et olympique en 2011 et 2012. Bref, le gratin.

Au premier essai, le Cubain atterrit à 17m33, Taylor à 17m01, Tamgho mord. Au 2e essai, c’est au tour de PPP de mordre, Taylor prend la tête avec 17m46 (vent tout juste régulier), le Français se place 3e avec 17m24 (+0.7m/s) en détente… dans tous les sens du terme. Au 3e essai, coup de tonnerre : 18m06 (+0.6) pour Pichardo ! Mieux que les 18m04 de Teddy à Moscou ! Autrement dit, il est devenu le 3e meilleur performeur de tous les temps. Son atterrissage à 17m94 la semaine passée sur son île avait déjà annoncé la. Très très fort ce garçon de seulement 21 ans… Taylor n’a pas vraiment répondu, c’était au tour de Tamgho. Son saut n’a pas été diffusé car il n’a pas été mesuré, en revanche il a été filmé. C’est carrément flippant. Certes, il a pris appui sur la planche, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il n’a pas ramené et s’est posé debout, mais regardez le dernier appui ! Quasiment dans le bac à sable ! Traduction, il avait le record du monde dans les jambes.

(La vidéo est aussi sur Vimeo.)

Mais ça, c’était avant le 4e saut. Pichardo fait l’impasse, Taylor n’améliore pas, Tamgho… arrêt sa course, on comprend tout de suite que le tendon d’Achille est touché. La blessure est grave, déchirure totale, opération dans la foulée à la célèbre clinique Aspetar (partenaire du PSG et où Mahiedine Mekhissi-Benabbad est en rééducation après s’y être fait opérer afin de mettre fin à une douleur qui le gênait depuis un moment, il a fait une croix sur la saison afin de se donner un maximum de chances d’être performant à Rio). Il ne s’agirait en fait pas d’une déchirure du tendu lui-même mais du muscle juste au-dessus du tendon, les risques de perdre trop d’élasticité seraient donc plus réduits, laissant espérer une récupération totale.

Teddy a enchaîné les blessures depuis plusieurs saisons, il a manqué les Mondiaux en 2011, les JO en 2012, les Championnats d’Europe en 2014, entre-temps il a pu disputer une saison, revenant à un niveau dingue avec titre mondial, record de France, entrée dans le club des 18 mètres… pour se casser la jambe déjà fragilisée dans la foulée. Et se faire suspendre pour des soucis de localisation par alors qu’il était blessé. Se faire suspendre plus lourdement qu’un dopé parce que tu as mal rempli le fichier ADAMS, oublié où tu avais écrit que tu serais ou pas entendu la sonnette, ça fout les boules… Il avait fait contre mauvaise fortune bon cœur, s’est concentré sur la saison en plein air, sa première vraie sortie de l’année a été trop perturbée par les conditions météo pour en tirer des enseignements, Doha était donc son véritable début de saison face à ses gros concurrents. Il a donc juste eu le temps de prouver que son 2e retour était très prometteur, voire encore plus concluant que le premier… avant d’en reprendre pour 1 an…

Sur le coup, Teddy pouvait être démoralisé. Heureusement, il est jeune, il aime le triple saut plus que quiconque, il a encore très faim, adore le challenge. Voir Pichardo et Taylor à ce niveau doit être terriblement excitant pour lui. S’être senti déjà à son meilleur niveau et au moins aussi fort qu’eux dès son retour à la compétition après 16 ou 17 moins passés loin des sautoirs va lui donner beaucoup de courage. Je n’ai jamais douté de sa capacité à revenir, je ne vais pas commencer maintenant, et surtout pas après son interview dans Stade 2.

(La vidéo est aussi sur Vimeo.)

Teddy est complètement hors normes. Physiquement et techniquement, il est incroyable, même si on ne peut nier sa fragilité. La cheville, puis le tibia, et maintenant le tendon d’Achille… Dans cette discipline extrêmement traumatisante pour les articulations et les os, ça n’a rien d’étonnant. Les phénomènes de compensation jouent certainement. La fragilité n’est que physique, car mentalement, vous aurez beau chercher, vous ne trouverez pas plus fort.

Au fait… Si j’évoquais un concours historique, c’est en raison de la performance de Taylor au 6e essai : 18m04 (+0.8m/s). A 2cm de la victoire, à égalité avec le record de Teddy. Surtout, ce concours est devenu le premier de l’histoire au cours duquel 2 hommes ont atteint les 18 mètres. Ils auraient pu être 3. Le record du monde de Jonathan Edwards est plus que jamais en sursis. Kenny Harrison est encore n°2 (18m09 aux JO d’Atlanta), ça ne durera pas.

Vous retrouverez les meilleurs moments du concours dans la vidéo que voici, le best of de ce meeting incroyable.

(Le meilleur du meeting est aussi sur Vimeo : première partie, et seconde partie avec notamment le triple saut.)

Je vais maintenant revenir sur les autres grands moments de ce feu d’artifice.

Des artifices, Justin Gatlin en utilise. Comment pourrait-il en être autrement ? 9"74 (+0.9m/s) sur 100m, c’est monstrueux. Alors en mai… Même pas au moment où il est censé être dans un pic de forme.

Si vous regardez la liste des meilleures performances de tous les temps, vous trouvez Usain Bolt en tête, il détient les 3 meilleures. Jusqu’à preuve du contraire, il est clean, on ne l’a jamais pris pour dopage. Contrairement à Tyson Gay et Yohan Blake, n°2 ex-aequo (9"69), et à Asafa Powell, n°4 (9"72). Ensuite, vous trouvez Nesta Carter (9"78), Maurice Greene (9"79), chacun mêlés à des affaire de dopage, la rumeur n’a pas eu de suite concernant le Jamaïcain, l’Américain a admis avoir payé une sorte de dealer de produits… mais jure de rien avoir pris, et faute de contrôle positif, il s’en est sorti. Steve Mullings (9"80) a été suspendu à vie depuis. Sans parler de Tim Montgomery (9"78 à Charléty), dont le record a par la suite été annulé… pour dopage. A 9"85 on trouve notamment Michael Rodgers, pris par la patrouille, en revanche Leroy Burrell (mais à une époque où ça se chargeait pas mal avec des contrôles douteux) et Olusoji Fasuba ne sont mis en cause dans aucune affaire venue à ma connaissance, tout comme Donovan Bailey et Bruny Surin, les 2 Canadiens n°10 ex-aequo (9"84), qui ont couru respectivement 1 et 2 fois en moins de 9"90 (du moins avec vent régulier), contre 3 pour Richard Thompson (n°9, 9"82 avec +1.7m/s). Les concernant, R.A.S. Derrière, on trouve de tout, dont des chargés notoires (Carl Lewis, Ato Boldon, Linford Christie, Dwain Chambers, Shawn Crawford, etc.).

Et donc, là, Gatlin veut nous faire croire qu’à 33 ans dont 4 passés sans pouvoir disputer la moindre course en raison de sa suspension, il est capable d’aller beaucoup plus vite qu’il y a 10 ou 11 ans à une époque où il était clairement chargé (son record était 9"85 en finale des JO d’Athènes). Qui plus est sans même avoir besoin d’un vent à la limite de la régularité. On parle d’un récidiviste. Il a été pris 2 fois, il devait être suspendu à vie, on lui a mis 8 ans, puis on lui a permis de revenir au bout de 4. Qu’a-t-il fait pour mériter cette réduction de peine ? A-t-il sauvé la planète d’une invasion extraterrestre ? Trouvé un remède universel contre le cancer ? Ou au moins permis de faire tomber le plus gros réseau mondial de dopage ? Même pas…

Résultat, en 2010, son retour est resté relativement discret, 10"09, ça pouvait passer pour de l’honnête, une performance de repenti qui veut montrer qu’il a compris, a changé. En 2011, 9"95, il préparait le trou en étalant la vaseline. A partir de 2012, fête du slip : 9"79 en finale des JO de Londres, 9"85 aux Mondiaux de Moscou en 2013, puis 9"77 à Bruxelles l’an passé, et 9"74 dès le mois de mai cette année. A Eugene pour les Mondiaux 2021 il nous claquera sans doute un petit 9"50 pour son jubilé… Quel foutage de gueule ! Quelle calamité ambulante ! Ses performances sont un drame permanent pour l’image et la crédibilité de l’athlétisme. Personne de sensé ne peut croire en son honnêteté. A 33 piges, après 4 ans d’absence, il est de plus en plus fort tous les ans et va plus vite qu’une liste impressionnante de gars particulièrement louches ou malhonnêtes. Pas plus malhonnêtes que lui, car dans cette liste, très peu ont eu une 3e chance. Quand tu te fais choper une fois, la thèse de l’accident ou de l’erreur peut passer. Quand tu te fais choper une seconde fois, ta véritable nature est indéniable : tu es un tricheur, un vrai. Sa victoire est l’autre tache qui salit ce meeting.

Heureusement, il y a aussi eu des performances impressionnantes à propos desquelles aucune réserve ne peut être émise a priori (dont le triple saut).

Sur 800m, la victoire d’Ayanleh Souleiman en 1’43"78 nous fait débuter la saison sur des bases très élevées. Pierre-Ambroise Bosse a réussi sa première sortie, il a été bousculé mais a tout de même réussi à terminer 4e avec un bon temps, moins de la 1’45 (1’44"95).

Sur 400m haies, Bershawn Jackson a éclaté la concurrence : 48"09. Le chrono a déconné pendant tout le meeting, les temps ont dû être rectifiés presque à chaque fois, on annonçait moins de 48 dans un premier temps.

Autre course folle, le 100m haies. A 23 ans, Jasmin Stowers était inconnue au bataillon il y a quelques mois, car perdue au milieu d’une foule de Ricaines très fortes. Son début de saison est dingue, elle a confirmé avec un incroyable 12"35 (+0.9m/s) ! Le meilleur temps de l’histoire de la Diamond LeagueSharika Nelvis a 1 an ½ de plus, elle a pris la 2e place en 12"54.

La classe d’Allyson Felix a parlé sur 200m : 21"98 sur 200m grâce à des conditions idéales (chaleur, +1,6m/s). Elle a notamment dominé Murielle Ahouré.

Tero Pitkämäki (88m62 au javelot), Tinna Bartoletta (6m99 à la longueur dans un concours avec 4 filles à 6m92 et plus), Virginia Nyambura (9’21"51 au 3000m steeple, 3 centièmes devant Hiwot Ayelew), Dawit Seyaum (très jeune Ethiopienne encore éthiopienne, 4’00"96 sur 1500m, a surpris en battant Sifan Hassan, Batave anciennement éthiopienne, alors qu’Abeba Aregawi, suédoise anciennement éthiopienne, était aux fraises) et Hagos Gebrhiwet (7’38"08 sur 3000m, vainqueur de Mo Farah, 2e en 7’38"22) ont réalisé les autres MPM du jour.

Outre Teddy et P.A.B., seule Mélina Robert-Michon représentait l’athlétisme français, elle a terminé 5e du lancer du disque (62m45). Renaud Lavillenie a dû déclarer forfait à cause d’une chose lors des interclubs… en disputant le relais 4x100m.

Enfin, sachez que l’étape de Shanghai a eu lieu dimanche (le matin pour nous). Côté français seule Rouguy Diallo y a participé, elle débutait en Diamond League. Notre championne du monde junior du triple saut – co-entraînée par Teddy Tamgho – a terminé 7e (13m80).

On a eu droit à des MPM, mais rien de dingue à part les 14’14"32 d’Almaz Ayana sur 5000m. Elle a dû faire une grande partie du chemin seule loin devant les autres et s’est ainsi approchée à 3 grosses secondes du record du monde (3e meilleure perf de tous les temps). Mutaz Essa Barshim a sauté 2m38, battant largement Bohdan Bondarenko, resté à 2m32. Le Qatari a décidé très tard de concourir ce week-end après avoir dans un premier temps annoncé aux organisateurs de Doha qu’il ne serait pas là. Du coup, ils ont laissé la hauteur masculine à Shanghai. Boulette. C’est comme si Paris Saint-Denis laissait le saut à la perche…
(Un certain Mathieu Leboulanger est sorti vainqueur d’un 5000m avec, en principe, que des Chinois… j’ai comme un doute…)

Prochaine étape, Eugene, avec probablement Pascal Martinot-Lagarde et Renaud Lavillenie. C’est le meeting promu par Nike et organisé dans l’antre de la marque à la virgule. Je sens que nos Français encore valides vont tout niker…