Certaines courses et certains concours ont été marqués par une grosse baston, d’autres ont été totalement dominées par un concurrent (ou une concurrente). Dans la seconde catégorie on pourrait citer le 200m remporté par Justin Gatlin en 19"68 (+0,9m/s). Je n’ai même pas envie d’aborder son cas pour des raisons déjà assez évoquées.

Le mieux est encore de vous mettre tout de suite la vidéo du meilleur – selon la BBC – de ce meeting. Voici ce que vous y trouverez (avec les repères temporels).
10000m (H) : 1’40.
Le saut en longueur (F) : 6’45.
Le 400m haies (H) : 8’40.
Le saut à la perche (H) : 11’43 – 20’50 – 27’50 – 32’10 – 36’ – 38’55 – 49’43.
Le saut en hauteur (H) : 12’08 – 16’20 – 36’50 – 42’28 – 48’53 – 53’06.
Le 100m (H) : 12’40.
Le 100m (F) course A : 17’.
Le 400m (F) : 21’35.
Le 800m (H) : 24’15.
Le 400m (H) : 28’50.
Le 800m (F) : 32’50.
Le 110m haies : 37’20.
Le 5000m (F) : 40’05 puis 43’37.
Le 200m (H) : 46’10 (si vous n’avez pas peur des relents).
Le Mile : 49’55.

Les vidéos sont aussi sur Vimeo première partie et seconde partie. Pour le time code de chaque épreuve sur Vimeo, débrouillez-vous !

Abordons d’abord les épreuves de vendredi. Concernant les hommes il y a eu un 5000m et un 10000m, du lancer de poids et du disque. Pour les femmes, il s’agissait de saut en longueur.

Pas de MPM au poids, néanmoins Joe Kovacs a approché sa meilleure marque de la saison avec 22m12, David Storl s’est classé 2e (20m92), il est 2e aux bilans mondiaux. Et le 3e du concours est monté à la 3e place de ces bilans. Déjà du lourd (normal… au poids^^). On va oublier le disque, le concours a volé moins… loin. Comme le javelot féminin de samedi, auquel on va réserver le même sort.

Au Prefontaine Classic, on attache une grande importance au demi-fond (Steve Prefontaine était un coureur de fond et demi-fond). Sur 5000m et 10000m, les organisateurs ont soigné le plateau. Mo Farah a remporté le 10000 en 26’50"97, pulvérisant la MPM que détenait son dauphin, Paul Tanui. Ils étaient encore 3 à l’avant à la cloche, Farah a attaqué dans le virage, à 350m, une stratégie étonnante… mais efficace, même s’il lui a fallu s’arracher dans la dernière ligne droite car les 2 autres (Tanui et Geoffrey Kamworor[1]) restaient accrochés à ses basques. Les 12 premiers de cette course ont établi 12 des 14 meilleurs chronos de la saison sur la distance. Il est vrai que le mois de juin n’a pas encore commencé, les gros meetings avec ces distances vont se multiplier, le niveau va augmenter.

Le vainqueur du 5000 est un habitué des lieux, il a été sacré champion du monde juniors sur cette piste l’année dernière. Cet Ethiopien a seulement… 17 ans ! Même si on lui en donnerait 30. Yomif Kejelcha a aussi établi une nouvelle MPM (13’10"54), elle ne tiendra pas très longtemps, mais tout de même… 17 ans !

Samedi, les femmes ont eu à leur tour droit à un 5000m. C’est simple, Genzebe Dibaba a fait la course seule, finissant en 14’19"76, presque 12" avant sa dauphine. Record perso, 5e meilleur chrono de tous les temps… mais ça ne fait d’elle que la 4e meilleure Ethiopienne sur la distance (avec la… 5e meilleure perf). Il ne s’agit même pas de la MPM car Almaz Ayana a fait mieux à Shanghai. Et elle n’est même pas la meilleure de la famille car sa sœur Tirunesh détient le record du monde. Je me suis fait chi*r à récupérer une vidéo de cette course pour la mettre avec celle du 5000m masculin, je la croyais absente dans la première vidéo… Du coup elle est dans les 2 (meilleur son chez la BBC).

(Vidéo aussi sur Vimeo.)

Le premier vrai truc fou de cette édition du Prefontaine Classic est la longueur féminine. Le concours a été remporté grâce à un saut à 7m11 ! Mais avec 2,5m/s de vent favorable, trop pour homologuer la marque de Tianna Bartoletta, elle a néanmoins augmenté son avance en tête de la Diamond League. L’Américaine détenait déjà la MPM (6m99), celle-ci a été égalée par la Canadienne Christabel Nettey, 2e.

Et le lendemain, Bartoletta a couru le 100m de la course A en 11"09 (+1,7m/s de vent). Les organisateurs auraient pu organiser des séries et une finale, ils ont opté pour une course B et une course A, seule cette dernière rapportant des points. Le palmarès a été utilisé pour déterminer les listes de départ. Ainsi, English Gardner et Elaine Thompson, rejetées dans la sous-course, ont claqué un très gros 10"84 (+1,5m/s). Vous trouverez cette course dans la dernière vidéo de la page. C’est allé encore un peu plus vite ensuite, Shelly-Ann Fraser-Pryce – que je n’arrive pas à croire honnête – et Murielle Ahouré ont été classée dans le même centième en 10"81, juste devant Tori Bowie (10"82), Blessing Okagbare finissant 4e (10"87). Les conditions très favorables expliquent en partie ces chronos. A noter la blessure de Michelle-Lee Ahyé, un cuisseau a lâché à 30m de l’arrivée, elle était lancée et a galéré pour s’arrêter… jusqu’à s’étaler sur la piste.

Chez les hommes, Tyson Gay n’a pas vraiment dominé sur cette distance, ceci à cause de son départ très moyen. Sur les 80 derniers mètres il était une jambe au-dessus des autres. Assez flippant pour un mec de retour de suspension… Surtout avec ces chronos à l’arrivée. 1,5m/s de vent favorable, ça aide, c’est vrai, vu ainsi, 9"88 est moins déraisonnable. Michael Rodgers (déjà suspendu par le passé) en 9"90, ça me dérange aussi, néanmoins ce n’est pas fou sur cette piste et dans ces conditions. Je préfère remarquer les 9"99 du Chinois Su Bingtian et de l’ancêtre, Kim Collins. Un Asiatique et un athlète de 39 ans en moins de 10 secondes sur 100m, on ne voit pas ça tous les jours !

Intéressons-nous au tour de piste.
Kirani James a nettement dominé celui des hommes, là aussi il y a eu MPM, il a couru en moins de 44 secondes pour la première fois de la saison (43’95), 2 centièmes plus rapidement que la saison passée au même endroit, seulement au lieu d’avoir été poussé par un LaShawn Merritt qui avait alors terminé dans le même centième, il lui a mis plus d’une demi-seconde.
La course féminine, remportée par Allyson Felix en 50"05 (2e chrono de la saison) a dû un peu rassurer Sanya Richards-Ross, malade et pas du tout au niveau à Doha.
Nous avions auparavant eu droit à un beau 400m haies avec un gros retour de Bershawn Jackson, tout de même battu par Johnny Dutch qui a pu conserver 2 centièmes d’avance (48"20 contre 48"22) sur la ligne après avoir pris beaucoup d’avance jusqu’à la 8e haie.

Une course à obstacles ? J’aime bien le concept…

J’avoue que mes attentes portaient essentiellement sur le 110m haies avec un très beau plateau : Pascal Martinot-Lagarde, Aries Merritt, David Oliver, Orlando Ortega, ou encore Sergey Shubenkov. Les conditions étaient idéales, +1.5 de vent, une piste rapide, de la concurrence donc de l’émulation. PML a été impressionnant, il a gagné en 13"06 en dominant du début à la fin grâce à un bon départ et une course assez propre, même s’il a encore de la marche car en plus d’avoir touché certaines haies – sans perte d’équilibre – il a eu du mal après la dernière, sans doute à cause du manque de compétition. Pour rappel, il s’agissait du début de sa saison en plein air. Merrit s’est classé 2e en 13"12, Oliver et Ortega ont fait 13"14. Pascal avait déjà gagné ici l’an dernier, il s’agissait de son premier succès en Diamond League.

Toujours avec des obstacles, le 3000m steeple. Une grosse bataille a opposé jusqu’au bout Ezekiel Kemboi et Jairus Birech, qui ont 10 ans d’écart. Comme d’habitude Kemboi a sprinté en se décalant, cette fois il n’est pas allé jusqu’au couloir 6, il ne pouvait se le permettre, son jaune compatriote l’aurait battu. Ils ont approché la barre symbolique des 8’ avec 8’01"71 pour la légende, 12 centièmes de plus pour le challenger. Encore une belle course ! (Vous la trouverez dans la dernière vidéo.)

Il nous reste des concours et les épreuves de 2 à 4 tours de pistes, à savoir les 800, le Dream Mile et le 1500m.

La aussi, grand spectacle. Eunice Sum a été poussée dans ses retranchements par une jeune Américaine, Ajee Wilson. Victoire de la Championne du monde en 1’57"82 (MPM), seulement 5 centièmes de marge. La Kenyane était encore 2e à quelques mètres de la ligne. Etrangement, elles ont sprinté aux couloirs 2 et 3… La suivante a fait 1’59, Abeba Aregawi a terminé seulement 4e juste sous les 2e, la 5e juste au-dessus de cette barre symbolique.

Malgré la présence de quelques têtes d’affiche au départ de la course masculine, le chrono n’a pas explosé. Car il manquait aussi pas mal de monde, notamment à cause du Mile, auquel ont participé certains vainqueurs potentiels du 800m. Personne n’a voulu suivre le lièvre, du coup seul Mohammed Aman est passé sous la 1’45 (de peu). Même ni Nijel Amos s’est arraché comme un fou dans la dernière ligne droite pour tenter de le rattraper et de le doubler. Sans succès. Aman a aussi profité de l’erreur tactique d’Adam Kszczot, qui a couru à l’avant du peloton pendant très longtemps avant d’exploser en vol.

Jennifer Simpson a enlevé le 1500m. Elle a manqué la MPM – qui sautera dans quelques jours – pour 2 centièmes. Elle a battu Mercy Cherono et Sifan Hassan. La vidéo est dans la dernière vidéo.

Le Mile a conclu le programme. Les Kenyans étaient engagés en nombre, ils ont été battus par le Djiboutien Ayanleh Souleiman et l’Américain Matthew Centrowitz. On a assisté à un gros finish, les 3 premiers ont terminé en 15 centièmes, ce qui n’est rien après 3’51 de course.

Terminons-en avec les 3 très gros concours de saut. D’abord, le saut à la perche. Parce que les frères Lavillenie ont fait fort. En battant son record perso (4m70) et franchissant par la même occasion la barre demandée pour aller aux Mondiaux, Valentin a dû mettre Renaud dans des conditions psychologique très favorables. Le recordman du monde a en plus bénéficié d’une météo idéale, il est à Eugene comme à la maison car il s’agit du meeting Nike, son équipementier et sponsor – qui doit être hyper content de lui car personne n’est aussi prompt que le Français à mettre en avant la virgule. Regardez ses publications sur Facebook et Tweeter, il fait un put*in de placement de produit bien intensif ! Souvenez-vous qu’aux JO, il avait accroché ses chaussures autour de son cou après sa victoire, histoire de mettre en avant la marque dans un maximum de photos et de sujets dans les médias, notamment les interviews.

Ceci dit, son concours aurait pu tourner court, il lui a fallu 3 tentatives pour éviter le zéro. C’est un risque quand on débute à… 5m70. Impasse à 5m80 pour tenter 5m86… et passer au 2e essai. Dès lors, la victoire était acquise, car Sam Kendricks (un jeune Américain peu connu) et Raphael Holzdeppe (le champion du monde 2013… incapable de sauter haut depuis un peu moins de 2 ans[2]) ont plafonné à 5m80.

Et là, tu te dis que la réalisation en Diamond League, ça devient n’importe quoi, on ne voit plus les concours ! 5m96 au premier essai, c’est passé à l’as, on l’a seulement vu en replay beaucoup plus tard, après la première tentative à 6m05… réussie. MPM, record de France en plein air, record du meeting, et même record sur le territoire américain ! Personne n’avait jamais sauté aussi haut aux Etats-Unis ! Bien sûr, il s’est ensuite attaqué au record du monde, 6m16, sans succès.

Lavillenie est seul au monde. Imaginez s’il y avait la même densité qu’à la hauteur… L’émulation a vraiment provoqué une élévation du niveau depuis quelques années. Les concours remportés à 2m30 ou moins, c’est fini, sauf bien sûr dans les petits meetings. Ivan Ukhov est monté à 2m32, il a terminé 4e. Erik Kynard a fait mieux, 2m35, il est seulement monté sur le podium, pas mieux. Car des Asiatiques leurs ont volé très haut. Je ne connaissais pas le Chinois Zhang Guowei, j’ai regardé sa fiche IAAF, j’ai compris pourquoi. Aucun palmarès pour le moment. Pendant longtemps, il est resté bloqué à 2m31 ou moins avant de passer 2m34 la saison passée et d’exploser cette saison avec un nouveau record perso à 2m38 établi sans remporter la compétition car Mutaz Essa Barshim a régalé tout le monde avec une MPM, 2m41, 2cm de moins que son PB, 4cm sous le record du monde qui devrait finir par sauter à force d’être menacé.

Au triple saut féminin, c’est allé très loin. Encore avec beaucoup de vent favorable. Caterine Ibargüen s’est envolée à 15m18, Ekaterina Koneva à 15m04, Olha Saladuha n’ayant pas dépassé 14m48. La Colombienne a gagné, pourtant la Russe a pris la tête des bilans mondiaux. Pourquoi ? Parce que pour homologuer un saut le vent ne doit pas dépasser +2.0m/s, or il y avait +2.1m/s au moment de son meilleur saut. On a donc seulement homologué ses 14m88 avec conditions régulières (+0.9m/s). Rouguy Diallo y avait rencontré les mêmes conditions lors de son titre mondial juniors (14m20 avec 1.8 de vent, 14m44 avec 3.3m/s).

Et voici donc la dernière vidéo avec…
Le 1500m (F) : au début.
Le 3000m steeple (H) : 6’30.
Le 100m (F) course B : 15’05.
Le top 2 du triple saut (F) : 20’15.

(Vidéo aussi sur Vimeo.)

Notes

[1] Ou Geoffrey Kipsang.

[2] Depuis le 29 août 2013, pas un seul saut à plus de 5m60 !