J’ai assez évoqué l’escroquerie subie par les Bleues. Quid des autres matchs et groupes ?

Le groupe A semble relativement homogène car on y trouve 3 équipes médiocres et une qui galère à convertir ses occasions. Le Canada a été bien traité par la FIFA. Ça aide d’être pays organisateur. De mon point de vue, la Chine est la meilleure équipe du lot. Face aux Pays-Bas, elle a dominé de façon outrancière pour n’arracher la victoire qu’à la 91e minute, grâce à une de ses Wang (il y en a 4). Jusqu’alors, les très nombreux tirs étaient systématiquement détournés, contrés, foirés ou repoussés par la gardienne, Sari Van Veenendaal, auteur de quelques exploits. La délivrance est intervenue grâce à un BALC, un ballon en profondeur tout bête dont Wang a su tirer profit en exploitant parfaitement une incompréhension entre la gardienne partie pour être une héroïne nationale et un défenseur. La Chinoise a surgi, son contrôle manqué est devenu le but d’une victoire 1-0. Au passage, j’ai adoré la "combinaison" chinoise sur CF, une feinte d’incompréhension avec collision pour que la 3e fille puisse tirer en surprenant la gardienne. Bon, la fille a complètement manqué son tir, mais l’idée était sympa.

Cette défaite aurait dû condamner les PB, le nul sans but entre le Canada et la Nouvelle-Zélande a offert un sursis et de l’espoir aux Océaniennes. Cette rencontre a surtout été marquée par une longue interruption après 4 minutes de jeu décidée par mesure de sécurité à cause de l’orage. On a même demandé aux spectateurs d’évacuer les tribunes du stade d’Edmonton, qui ne sont pas du tout couvertes. Beaucoup de fautes pour un match féminin, peu de tirs, très peu des NZ, qui auront eu l’occasion d’ouvrir le score sur péno. Amber Hearn l’a tiré sur la barre (33e). Le Canada aurait dû marquer grâce à Christine Sinclair (volée), Sophie Schmidt (CF involontairement direct) et Melissa Tancredi (duel perdu), la gardienne (Erin Nayler) et/ou la barre en a/ont décidé autrement. Le Canada, ça reste très moyen.

Dans le groupe B, le choc entre l’Allemagne et la Norvège a accouché d’un match nul 1-1. Un match… étrange. J’ai eu beaucoup de mal à me faire aux tenues. Franchement, l'Allemagne tout en rouge contre la Norvège en short noir et maillot blanc, c'est n'importe quoi ! Très perturbant du moins. La logique, c’est l’inverse.

Toujours est-il qu’Anja Mittag a ouvert le score dès la 6e minute (déjà 4 buts pour la néo-Parisienne), mais ensuite, malgré une multitude d’occasions, les Allemandes ont été incapables de creuser l’écart. Elles ont fini par se déconcentrer, par tout faire moins bien. On peut même parler de seconde période médiocre. Elles ont même en de la chance de finir à 11 car Saskia Bartusiak méritait un rouge direct pour une faute d’antijeu seulement sanctionnée d’un CF à 17m dans l’axe et d’un jaune… L’occasion de but et l’intention de la détruire sautaient pourtant aux yeux. Mme Albon (roumaine) a pris la mauvaise décision, heureusement pour la morale, Maren Mjelde a converti ce CF : tir enroulé au-dessus du mur, petite lucarne, magique (61e). Sur l’ensemble de la rencontre, il n’y a pas eu photo, 27 tirs à 4, seulement on l’a vu, l’Allemagne n’est pas infaillible, tant s’en faut. Ça donne de l’espoir.

Sans manquer de respect à la Thaïlande et à la Côte d’Ivoire, leur rencontre était sans intérêt concernant la suite de la compétition, elles seront toutes les 2 recalées dès les poules. Les Asiatiques ont été semble-t-il bien dominée, elles ont pourtant gagné 3-2 grâce à une réussite indécente, une gardienne africaine très faible, 1 ou 2 but(s) entaché(s) de HJ, et l’utilisation de la goal-line technology.

La pire équipe de ce Mondial appartient au groupe C.

Suisse-Equateur, on s’en fout. Gagner 10-1, ça soigne la DDB et met en position idéale pour être au pire un des 4 meilleurs troisièmes, en revanche ça ne dit rien de la valeur du vainqueur. Par contre, on comprend bien la victoire 6-0 du Cameroun face aux Sud-Américaines.

Japon-Cameroun était nettement plus intrigant. En principe, les championnes en titre devaient se balader contre cette équipe africaine déjà vue aux JO de Londres – où elle n’a pas brillé, tant s’en faut – mais débutante en Coupe du monde. Justement, remporter son premier match à ce niveau sur le score de 6-0 est très peu commun, ce qui a généré une certaine curiosité. Après avoir vu cette rencontre, je comprends beaucoup mieux le 6-0. Les Lionnes ont perdu 2-1. Ce n’est pas important. L’important est la manière : elles ont malmené les Nippones comme peu d’équipes peuvent le faire. C’était impressionnant. Les stats sont même assez dingues : 4 tirs pour le Japon, 20 pour le Cameroun ! Les 3 fautes à 14 illustrent surtout l’engagement de cette équipe africaine particulièrement enthousiaste, dont le symbole est Gaëlle Enganamouit.

Et là, je dis STOP ! Mais je dis aussi respect !

la_pire_coiffure_du_monde.jpg « Stop ! », parce que la quête de la pire coupe de cheveux du monde s’arrête aujourd’hui.

Peut-être dans le but de ressembler à un lion, et je dis bien lion car les lionnes n’ont pas de crinière, elle a osé une combinaison «magique» qui tue la compétition capillaire. Et pourtant la concurrence était rude. La fille est noire, elle a donc les cheveux noirs et crépus, elle rase sur les côté, mais c’est long sur le dessus et derrière, lissé, teint en blond et rabattu sur l’avant avec une certaine… "liberté de mouvement". Pendant le match, c’est encore pire car ça part dans tous les sens. Il y a de plus un gros souci avec les mèches de derrière, ça la fait ressembler à un une sorte de cacatoès à huppe jaune qui aurait été percuté par une voiture. ‪#‎dégueulasse

« Respect ! » parce qu’une coupe pareille, il faut pouvoir l’assumer sur le terrain, ce qu’elle fait particulièrement bien. Son triplé contre l’Equateur a la valeur qu’on veut bien lui donner. Sa prestation face au Japon en dit beaucoup plus sur elle. Elle est impressionnante. La voir quitter son club suédois pour une plus grosse écurie ne m’étonnerait pas.

Le Japon a su ouvrir le score rapidement (6e) et prendre un 2nd but d’avance après un gros quart d’heure de jeu (17e) en profitant de la naïveté, du manque de rigueur et des faiblesses individuelles de la défense camerounaise, notamment de la gardienne, Annette Ngo Ndom. Tant pis ! Au lieu de s’effondrer, de prendre un bouillon, Enganamouit et ses partenaires ont envoyé du lourd, particulièrement en seconde période. Quand une petite équipe non dénuée de qualités se lâche, ça peut donner de très belles choses. Perso, c’est tout ce que j’aime dans le foot féminin, cette fraîcheur découverte il y a quelques années quand Direct 8 a commencé à retransmettre les matchs de qualification des Bleues pour la Coupe du monde 2011. Prendre du plaisir sur le terrain, donner le meilleur d’elles-mêmes, telles semblent être les ambitions de ces Lionnes qui débordent d’enthousiasme. Cette supériorité indéniable s’explique-t-elle par un impact physique auquel les championnes en titre ont eu du mal à répondre, ou à une volonté de ces dernières de gérer leurs 2 buts d’avance ? Il faut aimer vivre dangereusement pour "gérer" de cette façon.

La réduction de l’écart d’Ajira Nchout – lancée par Enganamouit évidemment, magnifiquement de surcroît – est intervenue tardivement (90e). Elle était plus que méritée. A force de se faire malmener et de concéder des occasions très franches, les Japonaises devaient finir par craquer. Il restait très peu de temps à tenir ou à exploiter selon le camp dans lequel on se place. Assez pour qu’une tête décroisée d’Enganamouit flirte avec le poteau (92e).

Du coup, le Japon est devenu le premier pays qualifié pour le prochain tour, seule une défaite contre l’Equateur l’empêcherait de finir en tête de ce groupe. En pratique, ce résultat est IMPOSSIBLE. Donc le Japon est à placer en C1 dans le tableau final, il restera à Vancouver, comme prévu par la FIFA.

Un fan des Lionnes a mis le match en intégralité sur Youtube, si ça vous intéresse.

Le groupe D est très certainement le plus dense.

L’Australie peut être une des bonnes surprises de cette Coupe du monde. Certes, le Nigeria, c’est n’importe quoi derrière. Néanmoins, il ne faudrait pas minimiser les capacités des Aussies, vainqueurs 2-0 grâce à un doublé de Kyah Simon. Leur capitaine, Lisa De Vanna, est vraiment une bonne joueuse. Son travail sur le premier but est assez impressionnant.

Caroline Seger a fait un super match contre les Etats-Unis et aurait mérité de marquer (sa volée de l'exter a été détourné sur la barre par la joueuse placée au premier poteau sur les corners, à savoir Meghan Klingenberg), mais la Suède[ de football féminin|tag:équipe de Suède de football féminin] a fait match nul 0-0 contre une équipe vraiment pas convaincantes depuis le début de la CdM. Le statut de cadors évoluant presque à la maison – Winnipeg est relativement proche du Dakota du Nord et du Minnesota – semble assez difficile à assumer, même s’il faut relativiser ce constat dans la mesure où on a pu assister à une rencontre d’un niveau très élevé, surtout au cours d’une seconde période de haute intensité.

Comment ne pas regretter d’avoir débuté sans Morgan et Wambach quand on ne parvient pas à marquer au cours d’un match qui aurait assuré la première place du groupe dès la 2e journée des poules ? Les problèmes de cette équipe sont nombreux. Megan Rapinoe et ses coéquipières ne dominent que par moments en imposant leur supériorité physique, elles ont aussi du mal à tenir la baraque derrière, leurs adversaires réussissent assez régulièrement à les mettre en difficultés. J’attends impatiemment de les voir menées au score, ce qui se serait probablement produit si Mme Yamagishi avait mieux fait son travail en sanctionnant la faute de Sydney Leroux dans sa surface (un tir contré en écartant le coude). Je me demande en effet si elles sont capables de réagir. Pour le moment, elles n’ont rien montré qui me fasse penser que oui. Leur manque de créativité est évident, elles misent trop sur 2 ou 3 individualités.

Désormais, la Suède est presque obligée de battre l'Australie pour passer le premier tour[1]… Difficile d’imaginer telle déconvenue pour une des équipes attendues dans le dernier carré… Sauf après avoir vu jouer l’Australie.

Les 2 matchs du groupe E étaient un alléchant Brésil-Espagne et un Corée du Sud-Costa Rica moins attendu, sauf par les fans hardcore de Shirley Cruz.

La supériorité brésilienne a été récompensée par un but d’Andressa Alves peu avant la mi-temps (44e). Le seul but du match. Le Brésil a géré son affaire assez tranquillement pour finalement l’emporter 1-0, se créant tout de même quelques belles occasions. L’Espagne est resté muet raison de son incapacité à exploiter correctement ses opportunités. Devant, ça vaut Erding et Lavezzi… en maladresse. La seule occasion relativement bien négociée a été un tir à angle fermé sur le poteau, la gardienne était battue, elle a eu du bol.

Pas encore réellement inquiété bien que pas franchement étincelant, le Brésil est déjà certain de terminer en tête de son groupe, car les Coréennes et les Costariciennes n’ont pu se départager. Les Asiatiques ont concédé l’ouverture du score assez bêtement à la 17e (grossière erreur d’attention sur un long CF, le but a été validé grâce à la goal-line technology) pour mieux réagir par la suite avec 2 buts en très peu de temps pour mener 2-1 à la 25e (d’abord sur un péno douteux – mais je crois qu’un beaucoup plus évident a été oublié, je confonds peut-être avec un autre match, on finit par s’y perdre, et, là c’est certain, un CF qui était en réalité un péno pour une faute sur la ligne délimitant la surface – puis de la tête sur un bon centre). Le Costa Rica n’a jamais abdiqué, à l’exception de quelques éléments forts, il est limité techniquement et physiquement. Le cœur, elles l’ont toutes. Un tir sur le poteau, un but à l’arrache à la 89e, une grosse occaz pendant le temps additionnel. La Corée du Sud a failli perdre ce match après avoir nettement dominé et gâché les occasions d’assurer sa victoire. Le match nul 2-2 risque de condamner ces 2 équipes.

L’escroquerie en bande organisée avec complicité d’un représentant de l’ordre subie par les Bleues a complètement modifié les plans. Du coup, il devenait difficile de déterminer le résultat idéal de Mexique-Angleterre, le plus arrangeant pour la France. La petite Fran Kirby a ouvert le score d’un but du pointu après avoir éliminé 2 adversaires dans la surface grâce à des gestes approximatifs (71e). En fait, ce match était placé sous le signe de l’approximation. Pendant très longtemps, les cages sont restées vierges. Les occasions sont venues pour la plupart d’erreurs défensives ou des gestes pas vraiment réussis sans pour autant être vraiment ratés. Même le 2nd but anglais où Karen Carney semble mettre la tête en fermant les yeux (82e).

Comme par hasard, l’Angleterre a évité de soigner la DDB en encaissant un but pendant le temps additionnel… sur une frappe facile à arrêter que Karen Bardsley a repoussé n’importe comment dans les pieds d’une Mexicaine. 2-1 au lieu de 2-0, ça change tout pour les Bleues, qui auront plus de mal à accrocher la 2e place du groupe. Je parie sur une toute petite victoire anglaise face à la Colombie. Mais dans ce cas, si la France bat trop largement le Mexique – je mange un cactus entier avec ses épines si les Bleues ne gagnent pas – elles termineront en tête du groupe. Or le tableau est infiniment plus facile pour le 2e du groupe F que pour le 1er, qui va rester à l’est mais se tapera l’Allemagne en quart et probablement les Etats-Unis en demi-finale… à condition bien sûr de passer les tours.

En résumé, il nous faut gagner notre dernier match, peu importe le score si la Colombie bat l'Angleterre, et avec un écart inférieur ou égal à celui de l'autre match si c'est l’Angleterre qui gagne. Un nul entre les Shakiristes et les Adèliennes serait une fausse note pour les Bleues, car elles seraient alors condamnées à la 1ère ou à la 3e place.

Il y aura très probablement 3 qualifiés dans le groupe A (Canada, Chine et Pays-Bas), assurément 2 dans le groupe B (Allemagne et Norvège), 3 dans le groupe C (Japon, Suisse et Cameroun, je vois le Cameroun 2e, il m’a fait meilleure impression, il peut créer la surprise), 3 dans le groupe F (en espérant Angleterre, France, Colombie dans cet ordre). Restent les groupes D et E. Suède-Australie sera déterminent pour déterminer le 2e du D (les Ricaines devraient battre le Nigeria) et si une 3e équipe est repêchée ou si on en garde 3 du E (Brésil, et en principe Espagne, plus Costa Rica).

(Les vidéos sont toutes compilées en une seule sur Vimeo.)

Note

[1] Il est peu probable qu’elle puisse passer parmi les 4 meilleurs troisièmes avec 3 matchs nuls lors de la première phase.