On débutait donc par le 400m 4 nages.

Dans la pénultième série, David Verraszto a été battu au sprint par Chase Kalisz (4’11"83 contre 4’11"99). Daya Seto (4’12"17) a battu Tyler Clary dans la dernière (4’12"22). On ne va pas se mentir, on s’en fout un peu. Cette épreuve est extrêmement difficile physiquement, elle est repoussante pour beaucoup de concurrents. Il manque plusieurs vainqueurs potentiels dont Hagino, blessé. La finale sera aura de l’intérêt car il s’agit d’une finale, les séries… On oublie.

Fantine Lesaffre est une jeune, elle est là pour apprendre, il lui a fallu attendre 8 jours pour entrer en lice dans ses Mondiaux. Pas facile ! Lara Grangeon n’est en revanche pas une novice, elle a déjà nagé lors de ces championnats en répondant présenter, elle a su nager à son meilleur niveau le matin tant sur 200m 4 nages que sur 200m papillon. La différence est que cette fois il n’y avait que 8 places, pas 16.

Les 2 Françaises nageaient dans la pénultième série – la première dite "rapide" – avec notamment Hannah Miley et Ye Shiwen. Grangeon est passée 5e après le papillon, elle est bien remontée en dos mais a eu beaucoup de mal à finir ce parcours, elle était 6e à mi-course. La Néo-Calédonienne est encore bien remontée en dos pour prendre la 4e place, il fallait au moins conserver ce rang et finir le plus près possible des 2 nageuses de tête. Ça revenait très fort derrière, mais c’est passé. Hannah Miley et Maya Di Rado ont pris la première place à égalité (4’36"11).

3e de la série en 4’38"20, soit pas très loin de son record de France, Grangeon avait toutes les chances de passer. En revanche Ye a été nulle, 8e de la course (15e temps général), mais ça n’étonne personne, l’OFNI[1] des JO de Londres n’est plus que l’ombre d’elle-même. On se demande bien pourquoi (^^). Lesaffre a terminé 10e en 4’46"06, elle est capable d’aller nettement plus vite, même si avec son record elle aurait terminé 15e au lieu de 23e, donc non-qualifiée dans tous les cas. Elle a eu beaucoup de mal à gérer cette longue attente, c’est pour le coup une très bonne expérience.

Katinka Hosszu disputait la dernière série, elle est partie comme une tarée, elle voulait manifestement battre le record du monde le matin… Bon, il est imbattable car sa détentrice chinoise – Ye Shiwen – a fini plus vite qu’un homme, mais sur la Hongroise était nettement plus rapide à l’issue des 3 premiers parcours (ce qui lui est déjà arrivé plusieurs fois). Temps final, 4’32"78. En partant sur ces bases, elle a poussé d’autres filles à aller vite, la Tchèque Barbora Zavadova a tout de même pris un éclat de quasiment 3 secondes, Emily Overholt s’est classée 3e en allant aussi plus vite que dans la première série.

Lara stressait en regardant la course, elle a eu peur, mais c’est passé ! La 6e de cette série a fini en 4’38"94. Enfin une finale individuelle féminine pour la France lors de ces Mondiaux !

L’équipe de France masculine prenait le départ de la 2e des 4 séries du 4x100m 4 nages. Il fallait assurer la qualification afin de pouvoir espérer monter sur le podium 2 ans après le titre surprise obtenu à Barcelone. Jérémy Stravius ne devait pas se sentir suffisamment en forme pour faire le relais en crawl, on a donc choisi Fabien Gilot. La nage libre était la seule interrogation, il n’y avait aucune suspense concernant les 3 autres : Camille Lacourt en dos, Giacomo Perez-Dortona en brasse, Mehdy Metella en papillon.

La Grande-Bretagne nageait à côté de la France avec 2 remplaçants car Liam Tancock (qualifié pour la finale du 50m dos), comme et Adam Peaty ont été gardés en réserve (le médaillé de bronze du 100m brasse a été aligné).

Hormis peut-être Metella, les relayeurs français n’ont pas nagé à leur meilleur niveau, ils ont très probablement géré en pensant à la finale prévue quelques heures plus tard. Seule la qualification comptait. Ainsi, Lacourt a bouclé son relais en 53"50, de quoi passer le relais en tête à Perez-Dortona, qui s’est accroché à Ross Murdoch pour toucher 2e à mi-course (1’00"06 en brasse, c’est nettement moins bien que lors du 4x100m 4 nages mixte). Metella a rapidement pris la tête avec une belle perf (50"88) pour offrir une belle avance à Gilot, qui a fini le travail (48"07). Ça fait un temps de 3’32"51 avec une belle marge de progression :
-les temps de réaction ont été corrects mais moyens (23, 27 et 25 centièmes), il est possible de gagner au moins 4 dixièmes en prenant un peu plus de risques,
-Lacourt peut gagner 7 dixièmes à 1 seconde selon son état de fraîcheur après la finale du 50m dos,
-Perez-Dortona a déjà nagé 59"3 en relais, on peut donc espérer 5 à 7 dixièmes de mieux en brasse,
-Metella peut éventuellement gratter un peu, je dirais 2 ou 3 dixièmes selon la configuration de la course, notamment les vagues,
-Gilot a nagé environ 1 seconde plus vite en finale du 4x100m NL, on peut donc espérer 8 à 10 dixièmes de mieux, d’autant qu’il avait besoin de retrouver le rythme après plusieurs jours off.

Ce qui nous fait au moins 2"60 à gagner en optimisant tout, au mieux 3"50 (version très optimiste, en cas de jour de grâce). Et dans ce cas, il n’y a pas de doute, les Bleus seront sur le podium.

L’Australie et le Brésil, voire l’Italie, étaient les principaux concurrents présents dans la 4e série.

Mitchell Larkin a lancé l’Australie en 52"37… du coup son équipe a pris le large et a gagné en 3’31"86 avec 2 remplaçants, loin devant l’Italie et le Brésil, moins rapides que la France, 2e temps général avant la dernière série donc déjà sure d’être qualifiée.

Les Américains, les Japonais, les Hongrois et les Russes disputaient la dernière série, les Américains ont mis un seul titulaire, Matt Grevers, pour assurer un bon départ en dos (52"85). Ensuite, il n’y avait que des suppléants dont… Ryan Lochte en crawl. Ils ont tous fait le taf et ont réalisé le meilleur temps ses séries (3’31"06).

La Hongrie était très bien, elle a fait presque toute la course en 2e position… et a été disqualifiée pour un départ bien volé par Daniel Gyurta (-0.18 !). Sur le papier, il y a du potentiel pour faire un beau relais.

Bilan des séries, la France a fait le 3e temps des séries, l’Italie, le Brésil et la Chine ont été éliminés, alors que cette fois la Russie est passée (dernière).

On attendait ensuite des filles qu’elles se qualifient… pour les JO. Béryl Gastaldello, Charlotte Bonnet (championne de France du 100m brasse), Marie Wattel et Anna Santamans n’ont pas le niveau pour faire une finale sur 100m dans leur nage respective. A vrai dire, elles ne passent ou ne passeraient pas les séries. Donc faire un gros relais dans ces conditions relèverait du miracle. C’est comme faire un relais 4x100m en athlé avec 4 filles ayant des records supérieurs à 11"50, même en bossant les passages de relais, chose presque impossible dans le cas présent, vos ambitions sont forcément mesurées.

Dans la première série, la Chine a battu la Suède de quelques centièmes (3’57"04 contre 3’57"29). Les Scandinaves ont envoyé la grosse équipe avec Michelle Coleman, Jennie Johansson et Sarah Sjöström, les Chinoises avaient Fu Yanhui, Shi Jinglin mais pas Shen Duo. La Grande-Bretagne s’est classée 3e en 4’00"02 avec une équipe mixte.

Les Françaises nageaient juste à côté des Etats-Unis, la Russie disputait aussi cette 2e course, tout comme le Canada. Gastaldello est partie vite, quasiment à égalité avec l’Américaine au 50, mais elle a craqué sur la fin (1’00"60, 5e), c’était prévisible. Bonnet a fait ce qu’elle a pu (1’09"08) mais 5 équipes sur la même ligne la devançaient largement, la France était encore très loin à mi-course (6e). Wattel a réussi à doubler une fille, presque à revenir sur la 4e (57"77, une perf très correcte, voire bonne).

A ce moment, on trouvait les USA loin devant, le Canada confortable 2e, la Russie 3e. Santamans est bien revenue, il y a eu grosse baston sur la fin, elle touche 4e devant la Finlandaise (54"68, relais à son niveau, un peu mieux que lors du 4x100m NL je crois). Le temps final n’a pas mauvais, bien au contraire : 4’02"13, c’est seulement une grosse seconde moins bon que le record de France (04’01"05 en 2009 avec des spécialistes dans chaque discipline et des combinaisons). Il s’agissait du 7e temps général avant la dernière série. Signalons tout de même la victoire américaine (3’57"04).

L’Australie a dominé l’ultime série en 3’57"95 devant le Danemark, le Japon, l’Italie et l’Allemagne. Les Pays-Bas ont dû déclarer forfait car la fille censée nager les 100m en brasse était malade.

Résultat, la France a eu du bol, elle a réussi à obtenir le 12e et dernier ticket pour les JO ! Les meilleures nations ont nagé à peu près dans le même temps, la finale semble ouverte. La Russie aurait dû avoir ses chances avec Ustinova, Efimova et Popova, elle s’est loupée, se faisant éliminer avec le 10e temps comme l’Italie (9e).

Voilà, c’est fini pour les séries, de la terre et de l’herbe remplaceront le bassin après un dernier adieu à la natation, le football reprendra alors ses droits à Kazan… Et ce sera au tour de l’athlétisme de faire parler de lui. Vive le sport !

Note

[1] Objet flottant non identifié.