Les Parisiens ont été ridicules en début de rencontre, multipliant les erreurs grossières. Ils dormaient, j’ai presque envie de dire qu’ils étaient dilués (l’opposé de concentrés). L’horaire inhabituel (le PSG ne joue jamais à 14h), le décalage horaire et la fatigue dus au mini-stage à Doha où ils ont affronté l’Inter Milan ne l’expliquent que très partiellement. La raison la plus évidente de ce dilettantisme et plus globalement du niveau indécent de l’équipe vient des choix et du discours de l’entraîneur. Son message était clair : je me fous de votre gueule et la Coupe de France, je m'en B.L.C. ! Le message est bien passé.

Laurent Blanc a aligné une équipe construite de façon totalement incohérente. Officiellement, il ne voulait pas prendre le risque de faire jouer les joueurs sud-américains revenus plus tard d’outre-Atlantique. De nombreux cadres étaient ainsi restés à Paris. Pourtant, Sirigu – qui a passé ses vacances en Argentine où il a assisté au baptême de la petite Martina Pastore – était bel et bien sur le terrain, Maxwell, Marquinhos et Lucas étant quant à eux sur le banc avec Douchez et des jeunes (Meïté, Nkunku, Ongenda).

Regardons de quoi était faite cette compo. Qui ressemblait à celle du match amical de mercredi (victoire 1-0, but de Jean-Kévin Augustin juste avant la mi-temps). Un match de bien meilleure qualité, sans doute en grande partie en raison d’une motivation bien supérieure.

Sirigu, gardien à qui l’entraîneur veut savonner la planche (nous l’allons prouver très vite).
Aurier, latéral droit qui a débuté en défense centrale lors du match amical à Doha.
Kimpembe, défenseur central gaucher inexpérimenté et de qualité très très moyenne qu’on va jouer axe droit.
Kurzawa, 1 ailier gauche affligeant défensivement qu’on fait jouer latéral, dont le principal point fort est le jeu de tête sur CPA offensifs… mais qui est érigé en tireur de corners et CF sur son côté.
5 milieux offensifs axiaux dont un droitier qui a l’habitude de jouer en défense centrale (Stambouli) mais qu’on fait jouer au milieu pour qu’un gaucher (Thiago Motta) qui a toujours montré de la mauvaise volonté les rares fois où il a évolué DC soit placé à côté de Kimpembe (du coup mis dans la difficulté en étant décalé à droite), les autres ayant des rôles assez flous car à vrai dire, impossible de savoir qui de Verratti, Matuidi et Rabiot devait faire office de 3e joueur offensif.
2 attaquants axiaux, Ibra et Augustin, le premier étant obligé de souvent décrocher faut de meneur de jeu, le second se retrouvant généralement isolé au milieu d’un bloc défensif placé très bas qui ne lui laissait pas l’opportunité d’utiliser la profondeur. 2 offensifs contre une CFA, ça fait rêver ! Quelle ambition !

Dans ces circonstances, comment voulez-vous que l’équipe joue au football ? En première période, c’était très laid, on a parfois vu des décalages côté gauche et des centres ? Trop peu. A droite, seul Aurier essayait de temps en temps, mais très mal, il n’y était pas du tout. En seconde période, avec le vent dans le dos, c’est devenu encore plus ridicule, Verratti a balancé un nombre hallucinant de ballons en profondeur dans l’axe au-dessus de la défense hyper dense, regroupée juste devant et dans sa surface. Ça a fini par passer une fois, ça a donné le but, Zlatan ayant profité de la sortie ratée du gardien. Mais surtout, avec autant de joueurs axiaux, comment s’étonner de cette tendance récurrente – voire systématique – à s’empaler dans le cœur de la défense adverse ? Le reste du temps, faute de mouvement entre les lignes, c’était de la passe à 10 sans avancer pour ne pas dire en reculant. Et quelques frappes lointaines quasiment jamais cadrées. Bien sûr, on pourrait évoquer 1 ou 2 pénos oubliés, M. Lesage ayant beaucoup laissé faire les amateurs, comme toujours en Coupe de France. Ça ne change rien à l’affaire, le PSG n’a presque rien produit, le score très light est assez logique.

Aussi sur Vimeo.

Jusqu’ici, j’ai exposé l’aspect tactique et technique. Ce n’est même pas le principal dans le cas présent : en alignant une équipe si insolite et en déclarant un très faible intérêt pour cette compétition dont les dates sont gênantes par rapport à celles de la Ligue des Champions, Blanc a créé les conditions de cette bouse. Comment voulez-vous avoir des gars motivés et concentrés dans ces circonstances ?

Individuellement, certains ont vraiment dû se dire que l’entraîneur leur voulait du mal. A commencer par Sirigu. On le fait jouer sur un terrain difficile avec le vent, la pluie, mais surtout derrière une défense Kimpembe-Motta, qui plus est Kimpembe sur son mauvais pied donc pas du tout à l’aise. Si au moins les autres avaient été là pour compenser… Aurier avait la tête ailleurs, Matuidi et Rabiot ont raté les ¾ de ce qu’ils faisaient, Stambouli semblait abandonné dans un rôle mal défini, Verratti perdait aussi des ballons en le conservant beaucoup trop au lieu de jouer en première intention. Collectivement, c’était désastreux. Va relancer proprement dans ces circonstances ! Et va relancer long quand tu as le vent de face ! Il y a eu droit pendant toute la première période, c’était une galère, les Nordistes, encore frais, ont pu le mettre en danger plusieurs fois. Il a notamment dû repousser une frappe enroulée vicieuse avec le rebond juste devant lui, n’a pu envoyer le ballon sur le côté comme il le fait d’habitude, heureusement l’attaquant de Wasquehal était légèrement HJ. Presque chacune de ses interventions aurait pu facilement se finir en boulette avec un gardien prompt à en commettre (genre Trapp…), il a préféré ne prendre aucun risque. Je pense en particulier à un corner direct très dangereux à cause d’Eole. Blanc a vraiment envoyé Sirigu dans un traquenard, l’Italien s’en est sorti avec les honneurs.

De manière générale, lors de ce genre de matchs face à une CFA les jeunes et les remplaçants ont tout à perdre, rien à gagner. S’ils sont bons, c’était contre des amateurs, donc ça ne signifie rien. S’ils sont mauvais, perdent tout crédit. Les faire jouer avec des cadres absolument pas motivés, concernés et/ou concentré, c’est les mettre en danger, personne ne peut les tirer vers le haut. Kimpembe a eu beaucoup de mal, Augustin a réussi peu de choses en étant très peu aidé. Ont-ils au moins gagné en expérience ? J’en doute, en face il s’agissait d’une équipe de CFA… de leur groupe de CFA qui plus est.

Comment un entraîneur peut-il oser mettre à ce point des joueurs dans la m*rde ? Avec le même groupe, il pouvait composer une équipe beaucoup plus cohérente au sein de laquelle tout le monde aurait été à sa place. Il suffisait de mettre Stambouli en défense centrale axe droit à côté de Kimpembe, de mettre Motta à son véritable poste, Matuidi et Rabiot en 8 (leur véritable poste), Verratti en 10 derrière les attaquants (ce qu’il est très capable de faire, c’est même là que ses qualités sont les mieux exploitées). La solution la plus évidente était de faire débuter Ongenda au sein du trio d’attaque à la place d’un des milieux axiaux. Evidente sauf pour Blanc, qui ne lui accorde aucune confiance malgré son excellente prestation lors de sa seule titularisation de la saison (à Lorient). Sans doute était-ce plus difficile politiquement, si Rabiot n’avait été titulaire, il aurait encore piqué sa crise. Il a fini par céder sa place à Lucas pour enfin passer à 3 joueurs offensifs. Plus tard, Marquinhos a été substitué à Matuidi… pour jouer au milieu, Motta restant en défense centrale. Du grand n’importe quoi ! Le 3e changement n’a même pas eu lieu, faire entrer un jeune méritant, était-ce trop demander ?

Pour applaudir la "gestion d’effectif" de Laurent Blanc, c’est ne rien comprendre ni au football, ni à la psychologie élémentaire d’une personne humaine, et a fortiori d’un footballeur professionnel (jeune ou expérimenté). Cet entraîneur est nullissime dans cet exercice, et tactiquement, c’est le degré zéro de tout. En composant cette équipe difforme, incohérente et sans organisation, sans directives de jeu claires, il s’est moqué de ses joueurs, de la compétition, du public, du club et de ses supporters. Tout comme France 3 se moque de nous en diffusant les buts des autres matchs pendant la rencontre comme un pseudo-multiplexe. Si tu veux regarder un autre match, tu vas le regarder sur internet ou une autre chaîne du satellite/câble selon ce que tu as. Ou alors tu écoutes la radio et tu attends les résumés après la rencontre. Couper le match principal avec les buts dont on se fout, ça va sur les 2 premiers buts, mais 10 fois…

Le match avait lieu en début d’après-midi, c’est la seule raison pour laquelle il n’a pas gâché ma soirée…

Débuter l’année footballistique dans une telle médiocrité, est-ce à ça que nous aspirons ? Le PSG ne devrait jamais se complaire dans la médiocrité, même pour un 32e de finale de Coupe de France à l’extérieur chez un club de 4e division. Avec un entraîneur pareil, il est condamné à ne jamais viser l’excellence. Pourvu que 2016 soit l’année du changement pour enfin prendre quelqu’un capable de faire progresser individuellement et collectivement l’effectif, notamment en intégrant réellement les jeunes.



Je suis fan de séances de tirs au but. Celle entre Raon-L’Etape et l’ASSE disputée sur fond de tensions et de chambrage entre au moins un Raonnais et Ruffier méritait d’entrer dans la collection déjà présente sur le blog.