Joris Bouchaut n’avait objectivement aucune chance de monter sur le podium du 800m NL. En principe, l’or était réservé à Gregorio Paltrinieri et l’argent à Gabriele Detti. Les Italiens sont amis et s’entraînent ensemble, mais dans l’eau, il y a le maître et l’élève. Le plan s’est déroulé sans accroc. Paltrinieri s’est détaché progressivement, tout comme Detti dans une moindre mesure. Sans faire particulièrement grosse impression, le roi du 1500m, déjà monstrueux il y a 2 jours, a lentement et surement augmenté son avance par rapport aux marques du record d’Europe avant de longtemps le maintenir un peu sous la seconde puis de se faire rattraper par la ligne virtuelle, laquelle se rapprochait de façon très régulière. Forcément usé par son triomphe de mercredi, le roi du demi-fond européen a eu un peu de mal à finir (7’42"33, record des championnats).

Sur le podium, aucune surprise, on a retrouvé le même trio qu’il y a 2 jours sur la distance supérieure : Paltrinieri devant Detti et Romanchuk.

Bouchaut n’a jamais pu suivre ce rythme fou. Lâché dès les premières longueurs, il a terminé 8e en 7’58"54.

Federica Pellegrini a décroché tout un tas de titres sur 200m NL, et manifestement, elle en veut un autre. Auteur d’une démonstration sans avoir besoin de tout donner, l’Italienne sera la grande favorite samedi en finale… mais Charlotte Bonnet et Femke Heemskerk n’ont pas l’intention de la laisser gagner sans combattre.

Les 2 patronne de la seconde demi-finale ont réussi un très bon départ et pris la tête d’entrée. La Néerlandaise a pris de l’avance, son premier 50m était très rapide, Charlotte a préféré contrôler en se calant en 2e position, elle est revenue progressivement puis, n’ayant pas besoin de faire plus, elle a simplement conservé sa 2e place. Son temps (1’57"64) importe peu. On ne pouvait espérer mieux, c’était la course idéale dans l’optique de conserver un maximum d’énergie pour le relais 4x100m NL mixte prévu en fin de programme.

Sur 100m papillon, Mehdy Metella a parfois tendance à "somnoler" à l’aller, se reposant trop sur la qualité de son retour. 5e au virage, il a encore réussi une excellente coulée puis a accéléré pour toucher 2e en 52"00, battu seulement par Laszlo Cseh. Il s’agissait seulement d’une demi-finale, la prudence impose d’en tirer des enseignements mesurés, toutefois ne pas le retrouver sur le podium demain serait une déception.

France 2 a escamoté la finale du 200m brasse féminin… pour la passer en différé sur France 3 un peu plus tard. Etrangement, ça n’a rien changé pour Rikke Møller Pedersen, partie calmement avant de faire parler la technique et l’expérience après la mi-course pour se détacher et gagner avec un bon chrono (2’21"69), résistant assez facilement au retour de Jessica Vall. La mythique Hrafnhildu Luthersdottir a apporté une médaille de bronze à l’Islande.

Le moment le plus attendu de la session était sans nul doute la finale du 100m NL masculin. Les organisateurs auraient pu faire preuve d’intelligence et la programmer plus tôt, sachant que certains des finalistes – en l’occurrence 4… les 4 premiers – allaient devoir enchaîner avec la finale du relais 4x100m NL mixte.

On trouvait Jérémy Stravius à l’extérieur, Clément Mignon au centre, une médaille pour la France semblait un minimum, on pouvait en espérer 2 et pourquoi pas le titre. Néanmoins, le favori désigné s’appelait Luca Dotto, D’ailleurs, il n’a pas changé de nom depuis, il s’appelle toujours ainsi depuis son titre. Car oui, il a gagné. A la grosse différence des Français, il était au taquet, venu à Londres pour remporter cette course. Il s’est même rasé pour l’occasion histoire de faire le maximum pour grappiller des centièmes. Surtout, son état de fraîcheur lui donnait un gros avantage par rapport à des adversaires dont les sélections olympiques datent d’il y a environ 5 semaines. Sans préparation spécifique, sans recherche d’un pic de forme en ce moment puisqu’ils se préparent pour Rio, Mignon et surtout Stravius – sur place depuis seulement 2 ou 3 jours – risquaient d’être trop justes pour tenir à fond un aller-retour complet. En plus de l’Italien, d’autres s’annonçaient dangereux, notamment les Belges, le Néerlandais, voire le Serbe. La finale s’annonçait très serrée.

Si Stravius a réussi une magnifique coulée après son plongeon, Dotto a tout de suite pris la tête et envoyé du gros pour prendre un maximum d’avance. 3e au virage, le champion de France a dû laisser partir l’Italien, il restait dans le coup, Mignon revenait progressivement. Une toute petite partie de cet écart a subsisté, l’argent et le bronze semblaient promis aux Bleus, malheureusement un intrus a pointé son nez pour toucher 2e. Sebastiaan Verschuren a terminé comme un avion (meilleur temps sur le retour en 24"73, 6 dixièmes plus vite que Dotto et Stravius, 2 de moins que Mignon) pour griller PRESQUE tout le monde. C’est vraiment de fraîcheur qu’a manqué l’Amiénois, maintenir sa vitesse jusqu’à la plaque demandait des ressources physiques dont il ne dispose pas en cette période de préparation olympique.

A l’arrivée, ça se jour vraiment à rien : 48"25" pour le vainqueur, 48"32 pour le 2e, 48"36 pour le 3e, 48"53 pour le 4e… Lauréat de sa première médaille individuelle dans une compétition internationale, Mignon a fini déçu. Il était tout près du titre. Stravius pourrait être déçu s’il n’avait réalisé une des 5 meilleures performances de sa carrière sur 100m NL (hors relais évidemment) malgré sa situation actuelle. C’est très encourageant.

Les demi-finales du 50m dos ? Ce sera sans commentaire, elles ont été escamotées sur France 3, cette fois sans diffusion a posteriori.

Cette histoire pourrait se finir en lutte Danemark contre Grande-Bretagne.

Benjamin Stasiulis n’avait rien à perdre en demi-finale du 200m dos. Il disputait la 2nde. 7e de sa course en 2’00"45, il n’a pas passé le cut. Sans grande surprise, avouons-le. Il va pouvoir retrouver l’équipe de France de foot dont il est le capitaine… C’est KKC (Kes-Kila-Changé) Hugo Lloris.

Le seul record du monde susceptible de tomber lors de ces championnats était celui du 100m papillon. Ça ne s’est pas produit. Mieux, Sarah Sjöström a été chahutée par Jeanette Ottesen (tenante du titre), il lui a fallu accélérer très fort à 25m de l’arrivée pour se détacher. 25"89, c’est un record des championnats, mais on pouvait imaginer encore mieux. Ayant déjà beaucoup nagé cette semaine, elle a manqué de jus. Son choix de faire l’impasse sur le 200m NL et le relais mixte est sans doute le choix du bon sens dans l’optique des JO, même si ça lui coûte des médailles, elle a tout intérêt à ne pas totalement se fracasser à moins de 80 jours de la semaine la plus importante de ce 4 dernières années.

Ilaria Bianchi a pris la 3e place derrière Ottesen.

Giacomo Perez-Dortona n’a rien pu faire en demi-finale du 50m brasse, il était à l’extérieur, ça se passait correctement (il aurait fallu un super départ), seulement ses adversaires allaient trop vite pour lui, notamment au centre avec Adam Peaty. Le Français a terminé 7e de sa course. Le système de chronométrage a foiré, les temps ne sont pas tombés. Il a fallu attendre plusieurs minutes. Comme quoi ça n’arrive pas qu’aux Championnats de France

Je croyais au titre. Le programme en a voulu autrement. Cette fois, les équipes ont joué le jeu en alignant de grosses équipes en finale du relais 4x100m NL mixte, en particulier la France et l’Italie. Malgré les courses déjà disputées quelques dizaines de minutes auparavant, ces équipes ont aligné leurs meilleurs éléments disponibles, à savoir Clément Mignon, Jérémy Stravius, Charlotte Bonnet et Anna Santamans (la seule des 3 à ne pas avoir nagé aujourd’hui) d’un côté, Filippo Magnini, Luca Dotto et Federica Pellegrini de l’autre. Les Pays-Bas avaient un avantage, si Sebastiaan Verschuren a de nouveau plongé, ils pouvaient compter sur Ranomi Kromowidjojo, non sollicitée depuis la finale du 100m NL féminin.

Mignon a enchaîné la finale, la zone mixte – sur laquelle il aurait dû faire complètement l’impasse – puis le podium avant de retourner au travail pour cette finale en tant que premier relayeur. Il n’a pas l’habitude de se retrouver dans une telle situation. Ça s’est vu. 49"26… C’est mauvais. Cette expérience lui servira. Les Pays-Bas devançaient 3 équipes – dont la France – de 6 gros dixièmes au moment où Stravius a plongé (temps de réaction quelconque, comme celui des 2 filles par la suite). Les Bataves ont été rejoints, 4 hommes ont viré sensiblement en même temps, l’Amiénois a réussi une coulée magistrale, il n’a pu faire de différence, Dotto avait mieux récupéré (il a nagé juste sous les 48" lancé contre 48"29), si bien que l’Italie comptait 2 ou 3 dixièmes d’avance sur la meute à l’issue des relais masculins.

Le choix de placer Charlotte Bonnet en n°3 l’obligeait à faire la différence car l’Italie et les Pays-Bas comptaient sur 2 cadors pour terminer. Ça s’est très bien passé (53"44, ça devient sérieux), malheureusement avec seulement 38 centièmes de marge, Anna Santamans n’avait aucune chance face à la championne olympique du 100m et à la reine du 200m. Kromowidjojo a fini en 52"27, Pellegrini en 52"91, la seconde Niçoise en 54"50.

Il nous manquait une spécialiste de l’aller-retour (Gastaldello) et des hommes frais pour rivaliser. Ça nous fait tout de même une médaille de bronze derrière les Pays-Bas et l’Italie. N’oublions pas les 4 remplaçants utilisés ce matin. Lorys Bourelly commence à avoir une belle collection de breloques obtenues en relais, Fred Bousquet s’est rappelé ses jeunes années (son dernier 4x100m doit dater du titre européen en 2012), Camille Gheorghiu a ouvert son palmarès chez les seniors (espérons que ça lui donne envie de continuer malgré la décision abjecte de la DTN d’en faire la seule recalée du voyage pour Rio), Margaux Fabre aura la chance – méritée – de se rendre au Brésil pour tenter d’ajouter une seconde médaille au sien.

4x200m NL masculin, retour de Florent Manaudou, finales de Mehdy Metella et Charlotte Bonnet. La journée de samedi s’annonce encore très intéressante…



Les vidéos sont aussi sur Vimeo : finale 800m NL H, demi-finales 200m NL F, demi-finales 100m papillon H, finale 200m brasse F, finale 100m NL H, demi-finales 50m dos F, demi-finales 200m dos H, finale 100m papillon F, demi-finales 50m brasse H et finale 4x100m NL mixte.