Premier Français engagé, Benjamin Stasiulis a pris la 2e place de sa série du 200m dos (11e temps, 9e qualifié). Enfin une qualification après 3 déceptions !

3 Françaises étaient réparties dans les 2 dernières séries du 200m NL. Margaux Fabre était du bon côté du bassin, celui où les filles ont adopté un vrai rythme dès le départ. Une 3e longueur très difficile a causé sa perte. 7e de la course en 2’01"21, elle a échoué en tant que 2nde réserviste avec le 21e temps du matin.

Sarah Sjöström a déclaré forfait (elle accumule beaucoup de courses, et même si elle aurait été la grande favorite de cette épreuve, elle a d’autre priorités), on l’attendait au départ, son absence a considérablement augmenté les chances de médaille de Charlotte Bonnet, souveraine dans sa série. Devant du début à la fin, elle a géré tranquillement son affaire, s’imposant en 1’58"54 sans ayant eu besoin de réellement s’employer. En revanche ça s’est mal passé pour Cloé Hache, 7e de la série en 2’02"88.

Paul Lemaire et Mehdy Metella n’entrent pas dans la même catégorie, néanmoins ils entraient en lice dans la même série du 100m papillon. Parti plus que correctement, Metella a réussi une super coulée au virage pour ressortir en tête. Sur la fin, il a soit géré, soit accusé un petit manque de fraîcheur, ce qui a permis à un des Polonais de le battre à la touche. Sans conséquence évidemment. 2e en 52"49, il s’est qualifié de façon très convaincante. Lemaire a bien nagé par rapport à ses capacités (53"70).

Laszlo Cseh a décidé d’accélérer en fin de course, d’où un 52"05 après un départ terrible car, perturbé par le faux-départ grossier de son voisin, il est complètement resté sur le plot. Temps de réaction, 0"99 !

Camille Gheorghiu avait 2 courses aujourd’hui, le 50m dos (pas du tout sa spécialité, elle a plus l’habitude du 200m) et le relais un peu plus tard. Assez bien partie, elle a eu du mal à tenir le rythme. Impossible de se qualifier en 29"45.

Les Français ont fait 1/2 en séries du 50m brasse masculin. Théo Bussière n’était pas engagé dans une des séries rapides. 3e de sa course en 28"60 (très près de son record), il a rapidement disparu du top 16. Giacomo Perez-Dortona s’en est beaucoup mieux tiré, 27"84 (12e ex-aequo), loin du monstrueux Adam Peaty (26"93) qui nageait dans la ligne d’à côté.

Seuls 10 pays ont aligné un relais 4x100m NL mixte, le format d’épreuve mixte le plus cohérent et significatif de la natation… quand tout le monde est là. Avec les demi-finales du 200m NL féminin et la finale du 100m NL masculin programmés lors de la session du soir, les nations qui n’ont pas fait l’impasse ont envoyé des remplaçants, voire les remplaçants des remplaçants. Pour l’équipe de France, ça donnait un relais improbable : Lorys Bourelly, Fred Bousquet, Camille Gheorghiu, Margaux Fabre. Même avec cette composition folle, seule une disqualification pouvait empêcher la France de passer en finale. 2e place, qualification avec le 4e temps. Travail bien fait (respectivement 50"26, 49"28, 55"41, 55"47).

Il y a une médaille à prendre, pourquoi s’en priver ? Reste à savoir qui va s’y coller.

Fantine Lesaffre a manqué de chance en héritant de la ligne 0 de la seconde série du 1500m NL. Complètement isolée à l’extérieure, elle a décroché après 300m de course. A mi-chemin, elles étaient 4 en tête plus une intercalée. Pas si loin que ça des autres, elle s’est retrouvée de plus en plus loin et a pris cher. 6e de la série en 16’38"84, 9e et donc première non-qualifiée… mais pour plus de 7 secondes, donc aucun regret à avoir.

Je vous épargne la vidéo (je m’épargne aussi de la dégoter car évidemment, ce n’était pas retransmis sur France Ô, on peut le comprendre).

Avec la finale du 100m NL et ce relais mixte, on peut espérer 2 voire 3 médailles. Ce soir. La France n’est pas la Hongrie, mais elle n’a pas dit son dernier mot !



Les vidéos sont aussi sur Vimeo : séries 200m dos H, séries 200m NL F, séries 100m papillon H, séries 50m dos F, séries 50m brasse H et séries 4x100m NL mixte.