Mais très rapidement, grâce au 400m féminin, une autre course ne faisant pas partie du programme Diamond League, mon opinion a changé. On trouvait en effet 2 Françaises au départ, Floria Gueï (au 5 couloir) et Marie Gayot (au 7). Ayant hérité de bons couloirs, bénéficiant de conditions météo favorables, elles avaient l’opportunité de réaliser les minima olympiques dans une compétition prise en compte (Floria a déjà réussi 51"23 la semaine dernière à Lyon).

Connue presque mondialement pour son finish destructeur, Floria a décidé de prendre des risques en partant vite. Sortie en tête du dernier virage, elle a fait mieux que tenir le rythme, elle en a remis une couche pour l’emporter en 50"84 (PB) ! Cette très belle victoire est sa première dans un meeting de ce standing, même si ce n’est pas officiellement une victoire en Diamond League, d’où un plateau un peu moins relevé. Avec cette perf, elle est actuellement n°1 européenne avec une marge importante, mais surtout 8e mondiale derrière 5 Ricaines et… Caster Semenya.

Ça s’est nettement moins bien passé pour Marie, dernière en 52"49 (à peu près au niveau de son SB). Elle a du retard cette saison, espérons qu’elle retrouve vite son meilleur niveau. Ceci dit, Christine Ohuruogu a fini juste devant elle.

Par la suite, on a aussi eu de très belles épreuves de demi-fond.

Conseslus Kipruto a très longtemps couru seul son 3000m steeple, loin devant ses concurrents, ceci 3 jours après en avoir déjà disputé un à Rome… remporté brillamment (en améliorant sa MPM). Manifestement, il voulait battre son PB et passer pour la première fois sous les 8’. Il a fait 8’00"12 (MPM) et était dégoûté ! Comment peut-on s’y prendre pour le battre ? Actuellement, c’est impossible. Les autres Kenyans présents au Golden Gala ont pris cher, l’option la plus intelligente ou la plus sage, était probablement de ne pas venir. Sincèrement, j’espère que Kipruto est en train de se cramer. Du moins si MMB retrouve un niveau digne de lui pour Rio. Si le Français n’est pas en mesure de jouer la gagne – ou au moins le podium – la forme de Kipruto m’importera beaucoup moins…

Comme d’habitude, Asbel Kiprop a réalisé une démonstration sur 1500m. La stratégie du jour consistait à partir de loin, à larguer tout le monde à une bonne dizaine de mètres et probablement à aviser. Il a alors décidé de poursuivre son effort. L’écart a continué à s’accentuer jusqu’à la ligne d’arrivée. Seul Abdelaati Iguider a essayé de suivre, mais à distance (il a fini à près de 4"). A l’arrivée, un record du meeting qui est surtout la MPM et le premier chrono mondial de la saison sous les 3’30 (3’29"33). Le tout avec une fluidité incroyable et sans fatigue apparente.

Rénelle Lamote pouvait espérer jouer la gagne dans un 800m sans Caster Semenya… Malheureusement Francine Niyonsaba avait son dossard… et l’intention de s’imposer en l’absence de l’imbattable Sud-Af. Quand le lièvre s’est écarté, Nyonsaba a placé une accélération relativement violente sans parvenir à réellement lâcher tout le monde… avant les 200 derniers mètres, où la différence est devenue effrayante. 1’56"92 (PB, 3e meilleure performance de l’année derrière la double MPM de Semenya)… Sans fatigue. Et sans l’adversaire qui aurait pu amener à se transcender dans le 2nd tour.

Se transcender, Rénelle la fait. C’est sa spécialité. Melissa Bishop avait pris de l’avance, elle a servie de proie. Quand la championne d’Europe espoirs a une proie à sa portée, elle s’arrache pour la manger. A la hargne, elle a déposé Lynsey Sharpqui avait réussi à la battre à Rome – et croqué la Canadienne pour finir 2e avec une certaine marge. Les images de sa dernière ligne droite sont impressionnantes. Du coup, le chrono l’est aussi : 1’58"01, record personnel pulvérisé !! Elle ne cesse d’épater, sa régularité sous les 2’ et son statut de n°3 mondiale (pour le moment) font d’elle la grande favorite des… Championnats d’Europe. Si elle décide de les disputer et en fait un réel objectif dans sa préparation olympique, il sera très intéressant de voir comment elle gère les tours. Il s’agirait d’une très bonne expérience en vue de Rio, à condition de ne pas se cramer.

Aux ChE, elle ne devrait pas être seule. Pas plus qu’à Rio, car quelques heures auparavant, Justine Fedronic a tapé un beau 1’59"86 (PB) à Atlanta, ce qui la qualifie pour les JO et la classe actuellement 4e meilleure européenne de la saison. Après une saison pourrie par des blessures, l’ancienne universitaire de Stanford a repris sa course en avant. Casser pour la première fois la barrière des 2’ est une étape importante dans sa progression.

Vidéo devenue introuvable. Arf.

En France, qui dit 800m dit aussi Pierre-Ambroise Bosse. Seulement, il ne pouvait courir sur sa distance habituelle à Birmingham, car elle n’était au programme que pour les femmes. Néanmoins, il était bien là pour disputer… un 600m masculin ! Quelle drôle d’idée pourrait-on être tenté de se dire. Pas tant que ça en fait. En effet, pour travailler la vitesse tout en s’attaquant à un record du monde, une distance rare (au point d’être non-officielle) c’est un bon plan.

On aurait pu monter un 800m sympa avec ce plateau. A vrai dire, il suffisait de David Rudisha et de Pierre-Ambroise Bosse. Ils sont parfaitement taillés pour un 600m. Ils l’ont montré. Le Kenyan visait le record, il est parti à fond dès les premiers mètres, PAB en a fait son lièvre, il s’est accroché et l’a attaqué dans les derniers mètres… sans pouvoir le vaincre. Mais 1’13"10 pour Rudisha (record d’Afrique) et 1’13"21 pour PAB (record d’Europe^^), 2e et 3e meilleurs performances mondiales de l’année, c’est assez fantastique. Le chrono ne fait que confirmer l’impression offerte par ce duel absolument magnifique. PAB va enchaîner dès mardi à Montreuil pour se préparer à répéter les courses. Il a déjà les JO en tête.

Dans une autre course hors Diamond race, Mo Farah a battu de peu le record de Grande-Bretagne du 3000m. Il s’agissait d’une course montée pour lui, il a fait le spectacle, mais de mon humble avis ça n’avait pas grand intérêt, il s’agissait presque d’une exhibition.

Quoi d’autres ?

De belles performances d’abord :
-Kendra Harrison survole actuellement le 100m haies, elle l’a confirmé avec une victoire très nette en 12"46 (-0.3m/s) ;
-Mutaz Essa Barshim est de retour à un niveau correspondant plus à ses capacités, en l’occurrence 2m37 (MPM), et a même tenté 2m40 (2 fois) et 2m44 (1 fois), des barres qui semblent à sa portée pour la première fois depuis quasiment 2 ans ;
-Yarisley Silva a établi une nouvelle MPM (aussi record de la ''Diamond League) au saut à la perche en franchissant une barre à 5m84 ;
-Marquise Goodwin a remporté le saut en longueur – masculin – grâce à un bon à 8m42, une des meilleures marques de la saison.

Une grosse surprise :
La victoire d’Olga Rypakova au triple saut (14m61 au dernier essai) est un événement. La Kazakh a battu Caterine Ibargüen (14m56), qui restait sur une incroyable série de 34 succès consécutifs depuis sa défaite aux JO de Londres (contre la même adversaire).

Des concours relativement costauds :
-Valerie Adams a encore fait preuve d’une régularité impressionnante au lancer du poids. Ses 6 jets ont été mesurés, tous compris entre 19m31 et 19m63. Malheureusement pour elle l’Américaine Tia Brooks a battu son record personnel en lançant à 19m73 ;
-Piotr Malachowski a envoyé son disque à 67m50, soit nettement plus loin que les 2 Robert, Harting et Urbanek, ce qui lui permet d’occuper assez largement la tête de la diamond race devant son compatriote polonais ;
-battue de 3cm à Rome, la Lettone Madra Palameika a dominé le concours du javelot en plantant le sien à 65m68 (4 fois à plus de 64m, la 2e n’a pas atteint les 64 mètres).

Des tours de piste pas très rapides :
-Kirani James a remporté le 400m en 44"23 (record du meeting) sans faire d’étincelle faute d’adversité sérieuse (Makwala a pris la 2e place en 44"97, c’est vraiment moyen pour de la DL) ;
-le 400m haies féminin a été formidable niveau suspense à défaut de l’être au niveau chronométrique. Cassanda Tate et Eilidh Child (devenue Mme Doyle) ont été départagées aux millièmes, elles ont terminé dans le même centième (54"57). Georganne Moline a pris la 3e place tout près du duo (54"63).

Du sprint perturbé par le vent :
-le 200m masculin s’est couru avec 1,5m/s de vent défavorable, on y attendait Ameer Webb après son impressionnant enchaînement 200m-100m à Rome, et j’avoue être rassuré par son incapacité à reproduire le même genre de courses ainsi que par le caractère assez humain des performances, celle du vainqueur, Andre De Grasse (20"16), est excellente compte tenu des conditions sans être extravagante. Le Canadien a très bien fini mais n’a pas cassé, ce qui a failli permettre à Alonso Edward de le battre à la photo.
-Le 100m féminin se disputait avec des séries et une finale. Dafne Schippers a remporté la première demie en 11"25 malgré 3,1m/s de vent de face ! Lors de la seconde demie, English Gardner a fait 11"02, mais avec 0,8m/s de vent… favorable ! En finale, l’Américaine au prénom trompeur a remis ça, de nouveau ce chrono de 11"02, avec cette fois -1,2m/s de vent. La Batave (11"09) a encore payé un départ médiocre qu’elle ne peut compenser sur cette distance face à des filles trop fortes.

Et ailleurs…
Romain Barras a disputé un décathlon à Perpignan, il y a réussi de super performances, mais en fin de 2nde journée il était trop cramé pour rester dans le coup pour les minima olympiques. Néanmoins, avec 8007pts, il s’est offert l’opportunité de disputer une nouvelle fois aux Championnats d’Europe, où il aura une dernière chance d’accumuler le total de points requis pour se rendre à Rio (à moins bien sûr qu’il ne le fasse auparavant aux ChF).

La prochaine étape de la Diamond League se tiendra à Oslo. Mais d’ici là, le circuit français va débuter avec le sympathique meeting de Montreuil. On y retrouver du beau monde, si la météo ne torpille pas le spectacle comme elle l’a fait à Roland, ça peut être très intéressant.



Les vidéos sont aussi sur Vimeo : 400m F, 3000m steeple H, 1500m H, 800m F et 600m.