Teddy Tamgho et Eloyse Lesueur ont été bien inspirés de déclarer forfait afin de rester à l’entraînement en France en vue des championnats nationaux la semaine prochaine. D’autres ont bien fait de venir. Contrairement à beaucoup de spécialistes des lancers, Mélina Robert-Michon aime quand le plateau est glissant. Ce concours du lancer du disque a été une grande réussite la concernant. Elle en a profité pour confirmer son retour en forme et faire le plein de confiance en se montrant régulière à plus de 62m. Son 5e essai à 64m96 (SB) lui permet de faire son retour dans le top 10 aux bilans mondiaux. Elle reste néanmoins très loin de Sandra Perkovic, dont je douterai ad vitam æternam de l’honnêteté mais pas de la domination. En tête dès le 1er essai, elle a lancé à 68m32 au 5e et possède désormais 40pts à la diamond race. Les suivantes en ont 12.

On trouvait aussi des Français sur 5000m. Yoann Kowal et Morhad Amdouni venaient sans doute y travailler leur endurance, à moins que le second nommé n’ait des ambitions sur la distance aux ChE. En pratique, il était impossible de rivaliser avec les Ethiopiens. Les 8 premiers de la course sont nés Ethiopiens, le 7e a été recruté par l’Azerbaïdjan… Ibrahim Jeilan, s’est imposé en 13’03"22 (PB), Amdouni a fini 9e en 13’22"64 (minima pour les Europ’), Kowal a été encore plus distancé (12e en 12’34"29).

Renaud Lavillenie était une des têtes du meeting. Malheureusement, les conditions ne permettaient pas de sauter très haut. Il avait même mis des manches et a un collant… Ce concours du saut à la perche a pris des allures de boucherie. Filippidis et Wojciechowski ont été éliminés à 5m50, restant bloqués à 5m35, une barre de très bon décathlonien. Stanley Joseph a passé 5m35 et 5m50 au 2e essai à chaque fois, suffisant pour prendre une nouvelle fois la 4e place d’une Diamond League avec cette météo automnale.

Le champion olympique n’a eu qu’un seul adversaire, Shawn Barber, beaucoup plus en difficultés que lui dans des conditions défavorables. Le Canadien est parvenu à franchir la barre à 5m65, pas celle à 5m73. Il a failli gagner quand même, car Renaud a eu besoin de 3 tentatives pour éviter le zéro. Comme à Oslo, le Clermontois a choisi une petite perche et s’est contenté d’une course d’appel réduite, ça a dû nécessiter quelques réglages. Toujours est-il que sa réussite à 5m65 était un très gros saut, qu’il était déjà en tête après cette barre et a confirmé en franchissant 5m73 au 2e essai, histoire de dégoûter un peu plus Barber, lui montrant une fois de plus qui est le patron.

Malgré la pluie, ses essais à 5m80 avaient de la gueule. Il obtient une nouvelle victoire en DL, prend le large en tête dans la course aux diamants, c’est le principal. Espérons de meilleures conditions aux ChF, aux ChE et aux JO.

Les 2 courses phares de ce meeting étaient le 100m haies et le 800m masculin (placé en dernier dans le programme).

Pour le public local l’attraction principale du 100m haies n’était pas Kendra Harrison mais… Susanna Kallur, sorte d’héroïne locale, rescapée de la génération dorée de l’athlétisme suédois (championne d’Europe il y a 10 ans à Göteborg), qui a multiplié les longues périodes d’absence depuis plusieurs années, tantôt pour des raisons joyeuses (elle a eu un enfant), tantôt pour de très douloureuses (blessures à répétition, manque de forme, etc.).

Rendez-vous compte que son dernier 100m haies datait du 12 juin 2010. Depuis, hormis quelques 60m haies, rien. La voir prendre la 5e place en 13"00 – au contact pendant une moitié de course – avec un peu de vent défavorable (-0.4m/s), le froid et la piste mouillée, personne ne pouvait sincèrement s’y attendre. Si on compare les chronos des autres filles avec ce dont elles ont été capables cette saison dans de meilleures conditions, si on fait une projection avec un meilleur temps de réaction, on trouve 2 à 3 dixièmes de marge d’amélioration assez facile. Elle peut clairement viser une finale olympique… à condition de pouvoir enchaîner les tours. Une médaille européenne semble même à sa portée.

La course a été remportée par Kendra Harrison – pas de surprise – dont le temps de réaction (0"185) explique pourquoi elle a mis si longtemps avant de se détacher et a dû se contenter d’un chrono en-dessous de ses standards (12"66). Nia Ali a pris le meilleur départ, elle a fini 2e en 12"85. Queen Harrison a complété le triplé américain devant les 5 Européennes en lice.

Quand vous réunissez David Rudisha, Adam Kszczot, Ferguson Rotitch, Mohammed Aman et Pierre-Ambroise Bosse au départ du 800m d’un meeting, vous pouvez vous targuer d’avoir une course de niveau finale mondiale. Il est donc plutôt normal d’en faire le clou du spectacle dans une Diamond League comme celle de Stockholm.

Bosse contre Rudisha, c’est l’assurance d’avoir du spectacle. Leur dernier affrontement sur 600m à Birmingham était à regarder avec des lunettes de soleil. On a assisté à une course de championnat, au lieu de chercher le chrono les cadors ont tous pensé à la gagne, d’où une course remportée en plus de 1’45 dans laquelle le lièvre s’est avéré inutile, personne ne l’ayant suivi. Malheureusement, PAB a dû faire l’extérieur dès le premier virage. En tête du peloton, Rudisha n’a pas voulu laisser passer quand le Français l’a attaqué à 300m de l’arrivée… néanmoins, il a fini par exploser au terme d’une énorme baston. Bosse est passé devant en laissant la corde au recordman du monde, il a résisté… presque jusqu’au bout. Rotich l’a grillé tout à la fin (victoire en 1’45"07 contre 1’45"23 pour Bosse). Kszczot a aussi été battu. Rudisha n’a fini que 4e.

Même s’il n’a pas gagné, Bosse a réussi un gros coup. Psychologiquement, se savoir capable de faire exploser le boss (sans e) est excellent. Il aurait sans doute remporté la course en se plaçant un peu mieux car il s’est trop fait balader.

Le reste du programme était essentiellement constitué de courses avec un plateau pas fameux, on a de surcroît assisté à plusieurs rappels et le froid aidant – ou plutôt n’aidant pas – à des perfs absolument indignes de la DL (100m H, 400m F, 400m haies H, le 200m F très très moyen aussi, Ruth Jebet était trop seule sur 3000m steeple pour faire exploser le chrono). En revanche, les sauts horizontaux ont surpris positivement avec un très gros dernier essai de Christian Taylor au triple (planche parfaite, 17m59, seul au monde, pas plus de 16m70 pour le 2e) et une victoire d’Ivana Spanovic à la longueur avec une marque à 6m90… en sautant avant la planche ! Dans ces conditions, c’est très impressionnant. Brittney Reese a fini 2e à 2cm mais avec beaucoup moins de marge sur l’appel.

Cette semaine, au lieu d’aller en Suède, les athlètes français ont préféré Lucerne ou Nancy mardi.

En Suisse, Jimmy Vicaut a connu une mésaventure assez folle sur 100m, même si ce n’est pas une première dans ce meeting. Il a couru son 100m en 9"98 (vent nul)… pour rien, car le départ a été rappelé de façon très peu audible. 3 concurrents ont continué. Jimmy étant seul en tête, il n’a pas pu se rendre compte que d’autres s’étaient arrêtés. Le 2nd départ a été donné une quelques minutes plus tard, il a encore gagné la course, cette fois en 10"08 avec vent défavorable (-0.6m/s). En soit, c’est déjà très fort, en tenant compte des conditions pas particulièrement propices au sprint (il suffit de regarder le public pour s’en rendre compte, piste humide, froid), ça devient très impressionnant. Sa régularité sous les 10" est ce qui va lui permettre de devenir un très grand.

A Nancy (ou Tomblaine pour être précis) avait lieu le 2e meeting du Pro Athlé Tour. Malheureusement, là aussi, la météo était dégueulasse. On ne retiendra donc que 4 courses. D’abord le 200m masculin remporté par un Christophe Lemaitre en 20"34, une perf très honorable. Il lui a fallu s’accrocher pour résister au retour du Cubain Roberto Skyers. En revanche mauvaise nouvelle, Jeffrey John s’est blessé.

On avait aussi droit à un 400m féminin intéressant, une sorte de duel France vs Grande-Bretagne : Marie Gayot (3), Floria Gueï (5) (et Deborah Sananes) contre Christine Ohuruogu et Perri Shakes-Draton (plateau complété par une Botswanaise, une Polonaise et une Nancéenne). Floria est partie vite, est sortie très nettement en tête du 2nd virage et en a remis une couche dans la dernière ligne droite pour s’imposer en 51"30 malgré le vent de face. Il y avait elle et les autres, derrière c’était relativement groupé (52"14 pour la 2e). Toujours en recherche de minima, Maie Gayot a terminé 6e en 52"60, juste derrière Ohuruogu.

Sur 110m haies on retrouvait l’intégralité du gratin français sauf Pascal Martinot-Lagarde, à savoir Dimitri Bascou, Wilhem Belocian, Aurel Manga, Simon Krauss, Thomas Martinot-Lagarde et Ladji Doucouré.
Belocian a été disqualifié pour un faux-départ invisible à la vidéo, c’est manifestement un appui très très légèrement anticipé détecté automatiquement. Tout s’est bien passé pour Bascou, auteur d’une belle course en ayant malgré tout tapé quelques haies. En tête du début à la fin, il s’est imposé en 13"35 devant Manga (13"53) et Krauss (13"54). J’ai un peu de mal à croire en la justesse de la mesure du vent. +1,2m/s me semble fantaisiste au regard des chronos.

Désormais tout le monde va se préparer pour les Championnats de France, organisés le week-end prochain à Angers. La chasse aux minima va y battre son plein… si la météo le permet.



Les vidéos sont aussi sur Vimeo : -Stockholm lancer du disque F, 5000m H, saut à la perche H, 100m haies, 800m H et saut en longueur H ;
-Lucerne 100m H ;
-Nancy 200m H, 400m F et 110m haies.