• ETAPE 1 : carnage à Utah Beach..

Etape_1.jpg Du Mont-Saint-Michel à Utah Beach Sainte-Marie-du-Mont, 188km en Normandie.

L’étape a débuté un peu avant 13h, elle s’annonçait intéressante car sans prologue, tout le monde a sa chance le premier jour, la course au premier maillot jaune s’annonçait ouverte. Promis au vainqueur du jour, a fortiori, il devait revenir à un sprinteur voire à un échappé. Le maillot à pois était aussi en jeu, tout comme le premier dossard rouge. En outre, compte tenu du vent, de premiers coups tactiques semblaient envisageables, les leaders pour le général final devaient déjà se méfier.

Une première échappée à 3 s’est formée dès le départ réel, 2 membres de l’équipe Bora-Argon (Paul Voss et Jan Barta) accompagnés d’un IAM (Leigh Howard) ont pris le large. Anthony Delaplace (FVC) et Alex Howes (CDT) sont sortis à contretemps, on a bien cru qu’ils étaient revenus mais non, car les Bora ont parfaitement manœuvre pour rester à 2 contre 1 en tête et permettre à l’un d’entre eux d’aller chercher le premier point du classement de la montagne. Voss est reparti seul le chercher à la Côte d’Avranches (au km 21). Le peloton n’ayant jamais mené la chasse, la configuration de ce début d’étape était celle-ci : un homme seul avec assez d’avance sur 2 duos pour aller chercher le maillot à pois, puis le peloton à plus de 4’ de l’homme seul. Il allait sans aucun doute rentrer dans le rang ensuite. L’Allemand a dû batailler pour rester seul devant le quatuor qui s’est inévitable formé derrière lui. Il lui restait seulement quelques secondes d’avance au passage de la Côte des falaises de Champeaux, où il a assuré son maillot. Pour l’anecdote, Howard a fait le sprint pour passer 2e aux 2 difficultés répertoriées… Manifestement, le règlement lui a échappé : pour la 4e catégorie, seul le premier est récompensé.

Evidemment, les 5 fuyards ont fini par former un quintette amené à poursuite sa route pendant un long moment. Intéressons-nous donc au peloton, dont Lotto-Soudal et Etixx-Quick Step ont décidé de prendre les rênes sans trop attendre (après une trentaine de kilomètres), histoire d’éviter toute mauvaise surprise en contrôlant le rythme. La première chute de l’édition 2016 s’était produite depuis déjà un moment (après moins d’une dizaine de kilomètres) dans un peloton groupé, Diego Rosa (AST) s’est gaufré seul, probablement en touchant une roue. Heureusement, il n’a emporté personne.

Après la première partie de la course, un schéma plus classique s’est mis en place, celui du petit jeu entre les échappés et le peloton. Les premiers décident de réduire la cadence, incitant la meute à faire de même pour ne pas revenir trop vite. Les hommes de tête cherchent ainsi à conserver de l’énergie quitte à perdre du temps.

L’écart s’est stabilisé à 3’ pendant une bonne partie de la traversée de la Manche, puis il s’est progressivement réduit à 2’.

L’équipe Cannondale a accéléré à près de 90 bornes de l’arrivée sur une route battue par des rafales de vent assez violentes pour créer des cassures. Il s’agissait d’un simple coup de semonce, rien de très sérieux a priori, seulement d’autres équipes comme Etixx ou Movistar ont rapidement pris le relais pour étirer le peloton et provoquer les premières cassures. Les leaders avaient tout intérêt à se replacer à l’avant du peloton. Daniel Navarro (COF) a été une des principales victimes de cette accélération (qui a fait fondre l’avance des échappés pour la faire passer sous la minute à plus de 80km de la fin d’étape). Ceux ayant réussi à s’abriter dans le peloton encore bien groupé pouvait surtout s’inquiéter de la nervosité grandissante. C’est donc sans grande surprise qu'Alberto Contador (TNK) s’est ramassé sur un ilot directionnel dans un virage. Son côté droit à morflé. Il n’est pas tombé seul, Luke Rowe (SKY) et Brent Bookwalter (BMC) sont allés au tas avec lui.

Une grande partie de l’équipe de Contador a attendu son leader, le peloton a décidé de temporiser, permettant ainsi un regroupement à l’arrière. Devant, si l’embellie a très peu duré, l’avance de l’échappée – délestée de Voss – est tombée à moins de 30", assez toutefois pour se disputer le sprint intermédiaire. Cette fois, Howard n’a pas envoyé pour rien, il a pris les points et surtout la prime. André Greipel (LTS) a réglé le peloton, battant Marcel Kittel (EQS).

Le peloton a encore laissé le quatuor jouer les éclaireurs pendant un très long moment. Ça n’avait aucun sens avec 25 ou 30" d’avance. Régional de l’étape, Delaplace a logiquement décidé d’en remettre une, suivi par Howes. Sans doute cherchait-il à décrocher le dossard rouge du plus combatif. Le peloton a de nouveau lâché du lest (peu). Je ne saurais expliquer pourquoi le peloton s’est rapproché si près du duo si vite, il a fallu de nouveau casser le rythme pour éviter une jonction à 25 km de l’arrivée. Motivé pour monter sur le podium dans son département, Delaplace a de nouveau essayé de finir seul sans succès, néanmoins il a décroché son dossard rouge. Journée réussie !

Quelques chutes se sont produites lors de la dernière partie d’étape dont une impliquant Timo Roosen (TLJ) et Angélo Tulik (DEN), un des hommes de Bryan Coquard. La pire est survenue en toute fin d’étape. Nous y arrivons.

Sans surprise, la victoire s’est jouée au sprint. Chaque équipe a successivement tenté d’installer son train, donnant lieu à une certaines désorganisation… avant une énoooooooorme chute à quelques centaines de mètres de l’arrivée. Mark Cavendish (DDD) en a profité pour l’emporter tout en puissance sur le groupe des rescapés. Il s’agit de son 27e succès sur le Tour de France depuis 2008… mais de son 1er maillot jaune. Il a devancé Marcel Kittel et Peter Sagan (TNK). Christophe Laporte (COF) et Bryan Coquard ont fini respectivement 6e et 7e.

La chute a été causée par un Katusha (Michael Morkov) passé trop près des barrières dans la première partie du peloton. Il en a accroché une, est parti en travers. D’autres ont ramassé dans ce choc hyper violent, notamment Geraint Thomas (SKY), Sam Bennett (BOA), Edvald Boasson Hagen (DDD) et Arnold Jeannesson (COF). Certains ont évité la chute par miracle. Après Contador beaucoup plus tôt pendant l’étape, on a bien failli devoir en rapatrier un paquet dès le premier jour. Pas sûr qu’ils repartent tous dimanche, Bennett semble bien amoché.

La vidéo est aussi sur Vimeo.

Résumons.
Vainqueur d’étape : Cavendish (DDD).
Jaune : Cavendish (DDD).
Vert : Cavendish (DDD).
Pois : Paul Voss (BOA).
Blanc : Edward Theuns (TFS).
Combatif du jour : Anthony Delaplace (FVC).

Et dire que Cavendish est sur le Tour uniquement pour quelques jours avec pour idée de prendre le maillot avant de se retirer pour aller se préparer pour les JO sur piste…